La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

BELLEGO Maxime Psychologue Clinicien Doctorant en Psychologie sociale de la Santé IFSI C.H.D. Stell RUEIL-MALMAISON 1 ère année.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "BELLEGO Maxime Psychologue Clinicien Doctorant en Psychologie sociale de la Santé IFSI C.H.D. Stell RUEIL-MALMAISON 1 ère année."— Transcription de la présentation:

1 BELLEGO Maxime Psychologue Clinicien Doctorant en Psychologie sociale de la Santé IFSI C.H.D. Stell RUEIL-MALMAISON 1 ère année Unité dEnseignement 1.1. Psychologie. Concepts de base en psychanalyse.

2 SOMMAIRE 1. Comment est née la psychanalyse ? 1. Comment est née la psychanalyse ? 2. Les concepts de base de la psychanalyse. 2. Les concepts de base de la psychanalyse.

3 1. Comment est née la psychanalyse ? 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse La représentation de la folie avant la psychanalyse.

4 1. Comment est née la psychanalyse ? 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse La représentation de la folie avant la psychanalyse Vienne, Vienne, 1880.

5 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville.

6 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Pinel, 1793, Bicêtre. Pinel, 1793, Bicêtre.

7 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Pinel, 1793, Bicêtre. Pinel, 1793, Bicêtre. Geôlier => Médecin. Geôlier => Médecin.

8 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. 3 impératifs :

9 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. 3 impératifs : Protéger le malade contre lui- même. Protéger le malade contre lui- même.

10 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. 3 impératifs : Protéger le malade contre lui- même. Protéger le malade contre lui- même. Préserver sa famille. Préserver sa famille.

11 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. 3 impératifs : Protéger le malade contre lui-même. Protéger le malade contre lui-même. Préserver sa famille. Préserver sa famille. Léloigner du milieu générateur du conflit. Léloigner du milieu générateur du conflit.

12 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Loi 30 Juin 1838, Ministère de lintérieur. Loi 30 Juin 1838, Ministère de lintérieur.

13 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Loi 30 Juin 1838 Ministère de lintérieur. Loi 30 Juin 1838 Ministère de lintérieur. Asile départemental. Asile départemental.

14 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Ville-Evrard, Vaucluse, Moisselle. Ville-Evrard, Vaucluse, Moisselle.

15 1.1. La représentation de la folie avant la psychanalyse. La folie hors de la ville. La folie hors de la ville. Ville-Evrard, Vaucluse, Moisselle. Ville-Evrard, Vaucluse, Moisselle Maison spéciale de Santé Maison spéciale de Santé.

16

17

18 1.2. Vienne, Joseph Breuer ( ). Joseph Breuer ( ).

19

20 1.2. Vienne, Joseph Breuer ( ). Joseph Breuer ( ). Berta Poppenheim Berta Poppenheim

21 1.2. Vienne, Joseph Breuer ( ). Joseph Breuer ( ). Berta Poppenheim / Anna. O. Berta Poppenheim / Anna. O.

22

23 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O.Symptômes.

24 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie.

25 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie. Toux nerveuse intense. Toux nerveuse intense.

26 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie. Contracture jambe et bras droit avec anesthésie. Toux nerveuse intense. Toux nerveuse intense. Impossibilité de boire (malgré la soif). Impossibilité de boire (malgré la soif).

27 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Altération de la fonction du langage. Altération de la fonction du langage.

28 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Altération de la fonction du langage. Altération de la fonction du langage. États de confusion, absences, délires. États de confusion, absences, délires.

29 1.2. Vienne, Anna, O. Anna, O. Soignait son père (maladie mortelle). Soignait son père (maladie mortelle).

30 1.2. Vienne, Anna, O. Anna, O. Soignait son père (maladie mortelle). Soignait son père (maladie mortelle). Arrêter les soins suite aux symptômes. Arrêter les soins suite aux symptômes.

31 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Pas de lésions organiques. Pas de lésions organiques.

32 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Pas de lésions organiques. Pas de lésions organiques. Chocs affectifs violents. Chocs affectifs violents.

33 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Pas de lésions organiques. Pas de lésions organiques. Chocs affectifs violents. Chocs affectifs violents.Hystérie.

34 1.2. Vienne, Hystérie : Hystérie : Hystérie = Utérus. Hystérie = Utérus.

35 1.2. Vienne, Hystérie : Hystérie : État capable de simuler tout un ensemble de troubles graves…

36 1.2. Vienne, Hystérie : Hystérie : … mais qui ne met pas la vie en danger et qui laisse espérer une guérison complète.

37 1.2. Vienne, Hystérie et le médecin. Hystérie et le médecin. « Il ne peut comprendre lhystérie : en face delle, il (le médecin) est incompétent. » Freud.

38

39

40 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence États dabsence

41 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence => murmure mots, préoccupations intimes. États dabsence => murmure mots, préoccupations intimes.

42 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence => murmure mots, préoccupations intimes. États dabsence => murmure mots, préoccupations intimes. États dhypnose : répète mot à mot. États dhypnose : répète mot à mot.

43 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Mots => Histoires, rêveries thème jeune fille au chevet de son père malade. Mots => Histoires, rêveries thème jeune fille au chevet de son père malade.

44 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Amélioration jusquau jour suivant. Amélioration jusquau jour suivant.

45 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Amélioration jusquau jour suivant. Amélioration jusquau jour suivant. Talking cure. Talking cure.

46 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Symptômes disparaissent sous hypnose. Symptômes disparaissent sous hypnose.

47 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Symptômes disparaissent sous hypnose. Symptômes disparaissent sous hypnose. Souvenir de lapparition du symptôme. Souvenir de lapparition du symptôme.

48 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Ex : symptôme de limpossibilité de boire. Ex : symptôme de limpossibilité de boire.

49 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Ex : symptôme de limpossibilité de boire. Ex : symptôme de limpossibilité de boire. Souvenir gouvernante sous hypnose. Souvenir gouvernante sous hypnose.

50 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Manifestation de la colère retenue. Manifestation de la colère retenue.

51 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Manifestation de la colère retenue. Manifestation de la colère retenue. Bu un grand verre deau. Bu un grand verre deau.

52 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Manifestation de la colère retenue. Manifestation de la colère retenue. Bu un grand verre deau. Bu un grand verre deau. Se réveilla de lhypnose. Se réveilla de lhypnose.

53 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Disparition du symptôme. Disparition du symptôme.

54 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Conclusion de Breuer : Les symptômes sont des résidus dexpériences émotives.

55 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Conclusion de Breuer : Leur caractère particulier sapparente à la scène traumatique qui les a provoquées.

56 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Névrose : maladie des nerfs.

57 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Névrose : maladie des nerfs. Symptômes ne sont plus arbitraires. Symptômes ne sont plus arbitraires.

58 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Névrose : maladie des nerfs. Chaîne de traumatismes à remonter. Chaîne de traumatismes à remonter.

59 1.2. Vienne, « Ce nest pas à moi que revient le mérite davoir mis au monde la psychanalyse. » Freud Sigmund, 1909, Clark University.

60

61 1.2. Vienne, Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes.

62 1.2. Vienne, Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Ex : Anna. O et le chien. Ex : Anna. O et le chien.

63 1.2. Vienne, Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Ex : Anna. O et le chien. Ex : Anna. O et le chien. Émotion refoulée. Émotion refoulée.

64 1.2. Vienne, Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Affects : forte émotion réprimée dans situations pathogènes. Ex : Anna. O et le chien. Ex : Anna. O et le chien. Émotion refoulée. Émotion refoulée. Émotion libérée => Symptôme Émotion libérée => Symptôme

65 1.2. Vienne, Si lhistoire se déroulait sans affect Si lhistoire se déroulait sans affect

66 1.2. Vienne, Si lhistoire se déroulait sans affect Si lhistoire se déroulait sans affect Symptôme. Symptôme.

67 1.2. Vienne, Hystérie : Affects persistent tels quels et sont un poids. Affects persistent tels quels et sont un poids.

68 1.2. Vienne, Hystérie : Affects persistent tels quels et sont un poids. Affects persistent tels quels et sont un poids. Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition. Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition.

69 1.2. Vienne, Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition. Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition.

70 1.2. Vienne, Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition. Affects transforment en processus psychiques anormaux : innervation ou inhibition. Hystérie de conversion. Hystérie de conversion.

71 1.2. Vienne, Hystérie de conversion : Une expression des émotions exagérée qui se traduit par des moyens inaccoutumés.

72

73 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence. États dabsence.

74 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence. États dabsence. État normal ne connaissait pas les scènes pathogènes. État normal ne connaissait pas les scènes pathogènes.

75 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. États dabsence. États dabsence. État normal ne connaissait pas les scènes pathogènes. État normal ne connaissait pas les scènes pathogènes. Hypnose pour travail de réminiscence. Hypnose pour travail de réminiscence.

76 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Hypnose : suggestions post- hypnotiques.

77 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Hypnose : suggestions post- hypnotiques. Inconscient Inconscient

78 1.2. Vienne, Anna. O. Anna. O. Hypnose : suggestions post- hypnotiques. Inconscient Inconscient Conscient. Conscient.

79 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose.

80 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Comment sy prendre ? Comment sy prendre ?

81 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Comment sy prendre ? Comment sy prendre ? Apprendre du patient ce que ni Freud, ni le patient ne savait. Apprendre du patient ce que ni Freud, ni le patient ne savait.

82 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Comment sy prendre ? Comment sy prendre ? Apprendre du patient ce que ni Freud, ni le patient ne savait. Apprendre du patient ce que ni Freud, ni le patient ne savait. Bernheim, Nancy. Bernheim, Nancy.

83 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Ça marche : patients se souviennent des scènes pathogènes dont les symptômes sont les résidus. Ça marche : patients se souviennent des scènes pathogènes dont les symptômes sont les résidus.

84 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Conclusion : Les souvenirs oubliés sont associés à ce quil sait encore. Les souvenirs oubliés sont associés à ce quil sait encore.

85 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Conclusion : Les souvenirs oubliés sont associés à ce quil sait encore. Les souvenirs oubliés sont associés à ce quil sait encore. Résistance Incs Cs. Résistance Incs Cs.

86 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Résistance est une force. Résistance est une force.

87 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Résistance est une force. Résistance est une force. Traumatisme : force provoque loubli et envoie la scène pathogène dans lIncs. Traumatisme : force provoque loubli et envoie la scène pathogène dans lIncs.

88 1.2. Vienne, Labandon de lhypnose. Labandon de lhypnose. Refoulement. Refoulement.

89 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement :

90 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Désir violent. Désir violent.

91 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Désir violent. Désir violent. Conflit avec autres désirs et aspirations. Conflit avec autres désirs et aspirations.

92 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Désir violent. Désir violent. Conflit avec autres désirs et aspirations. Conflit avec autres désirs et aspirations. Désir inconciliable refoulé et oublié dans lIncs. Désir inconciliable refoulé et oublié dans lIncs.

93 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Fonction de protection : évite le malaise. Fonction de protection : évite le malaise.

94 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Ex. Clinique : Jeune fille a perdu son père quelle soignait.

95 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Sœur aînée se marie. Sœur aînée se marie.

96 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Sœur aînée se marie. Sœur aînée se marie. Patiente « vive affection » pour beau-frère. Patiente « vive affection » pour beau-frère.

97 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Sœur aînée se marie. Sœur aînée se marie. Patiente « vive affection » pour beau-frère. Patiente « vive affection » pour beau-frère. Sœur aînée meurt pendant absence patiente et mère. Sœur aînée meurt pendant absence patiente et mère.

98 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Au chevet : Au chevet : « Maintenant il est libre et je peux lépouser ».

99 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Au chevet : Au chevet : « Maintenant il est libre et je peux lépouser ». Idée révoltante refoulée. Idée révoltante refoulée.

100 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Symptômes hystériques. Symptômes hystériques.

101 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Symptômes hystériques. Symptômes hystériques. Oubli de la scène du chevet. Oubli de la scène du chevet.

102 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Thérapie : Sen souvient, émotion ressurgit. Sen souvient, émotion ressurgit.

103 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Thérapie : Sen souvient, émotion ressurgit. Sen souvient, émotion ressurgit. Symptôme. Symptôme.

104 1.2. Vienne, Le refoulement : Le refoulement : Dynamique dun conflit entre les forces du sujet Dynamique dun conflit entre les forces du sujet Entre Cs et Incs. Entre Cs et Incs.

105 1.2. Vienne, Le refoulement et le symptôme : Le refoulement et le symptôme : Le désir refoulé subsiste dans lIncs. Le désir refoulé subsiste dans lIncs.

106 1.2. Vienne, Le refoulement et le symptôme : Le refoulement et le symptôme : Le désir refoulé subsiste dans lIncs. Le désir refoulé subsiste dans lIncs. Substitut méconnaissable : symptôme. Substitut méconnaissable : symptôme.

107 1.2. Vienne, Le symptôme : Le symptôme : Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi. Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi.

108 1.2. Vienne, Le symptôme : Le symptôme : Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi. Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi. Court conflit Court conflit

109 1.2. Vienne, Le symptôme : Le symptôme : Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi. Substitut de lidée refoulé acceptable par le Moi. Court conflit => souffrance continue. Court conflit => souffrance continue.

110 1.2. Vienne, Thérapie : Thérapie : Symptôme doit être ramené à lidée refoulée. Symptôme doit être ramené à lidée refoulée.

111 1.2. Vienne, Thérapie : Thérapie : Symptôme doit être ramené à lidée refoulée. Symptôme doit être ramené à lidée refoulée. Renégocier le conflit. Renégocier le conflit.

112 1.2. Vienne, Thérapie : Thérapie : Symptôme doit être ramené à lidée refoulée. Symptôme doit être ramené à lidée refoulée. Renégocier le conflit. Renégocier le conflit. Meilleur solution que refoulement. Meilleur solution que refoulement.

113 La psychanalyse est née.

114 2. Les concepts de base. Deux forces chez le patient : Effort pour ramener à Cs oublis. Effort pour ramener à Cs oublis.

115 2. Les concepts de base. Deux forces chez le patient : Effort pour ramener à Cs oublis. Effort pour ramener à Cs oublis. Résistance passage refoulé. Résistance passage refoulé.

116 2. Les concepts de base. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori.

117 2. Les concepts de base. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori. Idée sans rapport Symptôme Idée sans rapport Symptôme

118 2. Les concepts de base. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori. Idée sans rapport avec lidée refoulée a priori. Allusion à lélément refoulé. Allusion à lélément refoulé.

119 2. Les concepts de base. Lassociation libre. Lassociation libre.

120 2. Les concepts de base. Lassociation libre. Lassociation libre. « Laisser parler le malade comme il lui plaît…

121 2. Les concepts de base. Lassociation libre. Lassociation libre. … rien ne peut lui venir à lesprit qui ne dépende indirectement du complexe recherché ». Freud.

122 2. Les concepts de base. Lassociation libre. Lassociation libre. Consigne : même si cest stupide, hors de question, désagréable…

123 2. Les concepts de base. Lassociation libre. Lassociation libre. Nest pas le seul outil pour sonder lIncs.

124 2. Les concepts de base. Jung et lécole de Zurich. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Les actes manqués. Les actes manqués.

125 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves.

126 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Rêves ne sont pas divinatoires. Rêves ne sont pas divinatoires.

127 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Rêves ne sont pas divinatoires. Rêves ne sont pas divinatoires. Étranges, bizarres, on y comprend pas grand chose. Étranges, bizarres, on y comprend pas grand chose.

128 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Rêves ne sont pas divinatoires. Rêves ne sont pas divinatoires. Étranges, bizarres, on y comprend pas grand chose. Étranges, bizarres, on y comprend pas grand chose. Comprend : on préfère les oublier… Comprend : on préfère les oublier…

129 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Le rêve est simple à décoder : Les enfants : réalisation du désir insatisfait la veille. Les enfants : réalisation du désir insatisfait la veille.

130 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Le rêve est simple à décoder : Les adultes : cest pareil. Les adultes : cest pareil.

131 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Objection : Le contenu du rêve ne ressemble pas à la réalisation dun désir.

132 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré :

133 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré : rêve tel quel. rêve tel quel.

134 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré : rêve tel quel. rêve tel quel. rêve tel quon le raconte le matin. rêve tel quon le raconte le matin.

135 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré : rêve tel quel. rêve tel quel. rêve tel quon le raconte le matin. rêve tel quon le raconte le matin. Contenu manifeste du rêve. Contenu manifeste du rêve.

136 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré : Les idées oniriques latentes Les idées oniriques latentes

137 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Le contenu du rêve est défiguré : Les idées oniriques latentes Les idées oniriques latentes Le contenu manifeste. Le contenu manifeste.

138 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Le contenu manifeste du rêve Substitut des idées oniriques latentes.

139 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Cela ne nous rappelle pas quelque chose ?

140 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Le symptôme hystérique.

141 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. « Le contenu manifeste = réalisation déguisée des désirs refoulés. » Freud.

142 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Comment passe ton du contenu manifeste au contenu latent ?

143 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Condensation. Condensation. Déplacement. Déplacement.

144 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Condensation : des éléments appartenant à différents objets se condensent pour un former un autre. Condensation : des éléments appartenant à différents objets se condensent pour un former un autre.

145 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Déplacement : une ou plusieurs particularité dun élément se déplace sur un autre objet. Déplacement : une ou plusieurs particularité dun élément se déplace sur un autre objet.

146 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Objection : Le rêve dangoisse = réalisation dun désir.

147 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Langoisse névrotique = refus du Moi contre désirs refoulés puissants.

148 2. Les concepts de base. Linterprétation des rêves. Linterprétation des rêves. Réponse : Angoisse si le rêve exprime trop complètement les désirs refoulés.

149 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués.

150 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Erreurs de lecture Erreurs de lecture

151 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Erreurs de lecture Erreurs de lecture Perte, oubli Perte, oubli

152 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Erreurs de lecture Erreurs de lecture Perte, oubli Perte, oubli Bris dobjet… Bris dobjet…

153 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Inattention, distraction, hasard… Inattention, distraction, hasard…

154 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Expriment une intention cachée à la conscience…

155 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. … source dans désirs et complexes refoulés.

156 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. … source dans désirs et complexes refoulés. Symptômes. Symptômes. Rêves. Rêves.

157 2. Les concepts de base. Les actes manqués. Les actes manqués. Substituts des désirs refoulés chez les personnes « bien portantes ».

158 2. Les concepts de base. Matériel : Matériel : Association libre Association libre Rêves Rêves Actes manqués. Actes manqués.

159 2. Les concepts de base. Matériel : Matériel : Association libre Association libre Rêves Rêves Actes manqués. Actes manqués. + Transfert pendant la cure. + Transfert pendant la cure.

160 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. « Les hommes en général, ne sont pas sincères dans ce domaine. (…) Ils portent un épais manteau de mensonges pour se couvrir…

161 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. « … comme sil faisait mauvais temps dans le monde de la sensualité. Et ils nont pas tort… « … comme sil faisait mauvais temps dans le monde de la sensualité. Et ils nont pas tort…

162 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. « … le soleil et le vent ne sont guère favorables à lactivité sexuelle dans notre société…

163 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. « … en fait, aucun de nous ne peut librement dévoiler son érotisme à ses semblables ». Freud, 1909.

164 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. Symptômes liés à la vie amoureuse du malade.

165 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. La maladie remonte toujours : Lévènement de lépoque. Lévènement de lépoque.

166 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. La maladie remonte toujours : Lévènement de lépoque. Lévènement de lépoque. La puberté du malade. La puberté du malade.

167 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. La maladie remonte toujours : Lévènement de lépoque. Lévènement de lépoque. La puberté du malade. La puberté du malade. Son enfance. Son enfance.

168 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. La maladie rencontre dans ces moments les évènements. les évènements. les impressions. les impressions. Qui déterminent la maladie ultérieure. Qui déterminent la maladie ultérieure.

169 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. Donc : Désirs refoulés de lenfance forment le symptôme qui se déclenche au traumatisme.

170 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. Y a-t-il une sexualité infantile ?

171 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. Y a-t-il une sexualité infantile ? Pas celle de ladulte. Pas celle de ladulte.

172 2. Les concepts de base. La sexualité. La sexualité. Y a-t-il une sexualité infantile ? Pas celle de ladulte. Pas celle de ladulte. Développe à travers des étapes. Développe à travers des étapes.

173 2. Les concepts de base. Le développement psycho affectif. Le développement psycho affectif.

174 2. Les concepts de base. Le développement psycho affectif. Le développement psycho affectif. Stade oral (0-2ans) Stade oral (0-2ans) Stade anal. (2-3ans). Stade anal. (2-3ans). Stade phallique. (3ans). Stade phallique. (3ans).

175 2. Les concepts de base. Le stade oral : (préhension daliments et dinformations). Le stade oral : (préhension daliments et dinformations). la différenciation dedans/dehors pas faite. la différenciation dedans/dehors pas faite.

176 2. Les concepts de base. Le stade oral : Le stade oral : la différenciation dedans/dehors pas faite. la différenciation dedans/dehors pas faite. Différenciation sujet/objet pas faite. Différenciation sujet/objet pas faite.

177 2. Les concepts de base. Le stade oral : Le stade oral : la différenciation dedans/dehors pas faite. la différenciation dedans/dehors pas faite. Différenciation sujet/objet pas faite. Différenciation sujet/objet pas faite. Plaisir lié au sein => reproduit suçotement du pouce. Plaisir lié au sein => reproduit suçotement du pouce.

178 2. Les concepts de base. Le stade oral : Le stade oral : Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur

179 2. Les concepts de base. Le stade oral : Le stade oral : Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur Dedans/dehors Ok Dedans/dehors Ok

180 2. Les concepts de base. Le stade oral : Le stade oral : Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur Le manque : déplaisir intérieur /plaisir extérieur Dedans/dehors Ok Dedans/dehors Ok Sujet/objet Ok Sujet/objet Ok

181 2. Les concepts de base. Le stade anal : Le stade anal : Maîtrise de lobjet : lentourage est considéré comme un objet partiel à maîtriser et à manipuler. Maîtrise de lobjet : lentourage est considéré comme un objet partiel à maîtriser et à manipuler.

182 2. Les concepts de base. Le stade anal : Le stade anal : Maîtrise de lobjet : lentourage est considéré comme un objet partiel à maîtriser et à manipuler. Maîtrise de lobjet : lentourage est considéré comme un objet partiel à maîtriser et à manipuler. Fort-Da : symbolisation absence/présence et pouvoir relationnel. Fort-Da : symbolisation absence/présence et pouvoir relationnel.

183 2. Les concepts de base. Le stade phallique : Le stade phallique : Curiosité sexuelle infantile Curiosité sexuelle infantile

184 2. Les concepts de base. Le stade phallique : Le stade phallique : Curiosité sexuelle infantile Curiosité sexuelle infantile Différence des sexes : absence/présence du pénis. Différence des sexes : absence/présence du pénis.

185 2. Les concepts de base. Le stade phallique : Le stade phallique : Curiosité sexuelle infantile Curiosité sexuelle infantile Différence des sexes : absence/présence du pénis. Différence des sexes : absence/présence du pénis. Théories sexuelles infantiles. Théories sexuelles infantiles.

186 Le complexe dŒdipe : MèrePère Enfant

187 Le complexe dŒdipe : MèrePère Enfant

188 Le complexe dŒdipe : MèrePère Enfant

189 Le complexe dŒdipe : MèrePère Enfant

190 2. Les concepts de base. La phase de latence : La phase de latence : Consolidation des acquis. Consolidation des acquis.

191 2. Les concepts de base. La phase de latence : La phase de latence : Consolidation des acquis. Consolidation des acquis. Intérêts intellectuels. Intérêts intellectuels.

192 2. Les concepts de base. La puberté : La puberté : Le complexe dŒdipe se joue une dernière fois pour être résolu. Le complexe dŒdipe se joue une dernière fois pour être résolu.

193 2. Les concepts de base. La puberté : La puberté : Le complexe dŒdipe se joue une dernière fois pour être résolu. Le complexe dŒdipe se joue une dernière fois pour être résolu. Lado investit les objets extérieurs à la famille. Lado investit les objets extérieurs à la famille.

194 2. Les concepts de base. Sujet et subjectivité. Sujet et subjectivité. Étude de cas. Étude de cas. Méthodes de la psychologie clinique analytique. Méthodes de la psychologie clinique analytique.

195 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. Pedinielli & Fernandez, « On ne peut, comme en médecine, concevoir lindividu comme porteur de troubles et…

196 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. « … définissable par des multiples variables isolées, atomisées et objectivées…

197 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. « … La subjectivité est ce qui appartient en propre au sujet et suppose un équilibre entre elle-même et ses aliénations…

198 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. « … (les autres sont constitutifs de soi dont lexpérience ne se réduit à celle daucun autre) » Pedinielli & Fernandez, 2005.

199 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. Pedinielli & Fernandez, « Le clinicien note en fait tous les éléments qui paraissent spécifiques de la personne quil rencontre…

200 2. Les concepts de base. Subjectivité. Subjectivité. « …Certes les évènements sont importants, mais cest leur vécu qui constitue la part subjective. » Pedinielli & Fernandez, 2005.

201 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme.

202 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. Du côté du sujet. Du côté du sujet.

203 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. Du côté du sujet. Du côté du sujet. Ce dont il se plaint. Ce dont il se plaint.

204 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. Du côté du sujet. Du côté du sujet. Ce dont il se plaint. Ce dont il se plaint. Ex : « je narrive plus à manger ». Ex : « je narrive plus à manger ».

205 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. La plainte ne résume pas la souffrance. La plainte ne résume pas la souffrance.

206 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. La plainte ne résume pas la souffrance. La plainte ne résume pas la souffrance. La plainte constitue la demande. La plainte constitue la demande.

207 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. Symptôme = signe ? Symptôme = signe ?

208 2. Les concepts de base. Symptôme. Symptôme. Symptôme = signe. Symptôme = signe.

209 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Du côté de lobservateur. Du côté de lobservateur.

210 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Du côté de lobservateur. Du côté de lobservateur. Relatif à une conception de la maladie. Relatif à une conception de la maladie.

211 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Du côté de lobservateur. Du côté de lobservateur. Relatif à une conception de la maladie. Relatif à une conception de la maladie. Ex : dissociation = signe schizophrénie. Ex : dissociation = signe schizophrénie.

212 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Du côté de lobservateur. Du côté de lobservateur. Relatif à une conception de la maladie. Relatif à une conception de la maladie. Important pour associer le signe au trouble. Important pour associer le signe au trouble.

213 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Sémiologie : Sémiologie : Ensemble de signes permettant de reconnaître…

214 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Sémiologie : Sémiologie : …décrire, discuter une maladie ou un état pathologique.

215 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Ex : « Je dors mal ».

216 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Ex : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ».

217 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Ex : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ». Nommer trouble du sommeil, insomnie. Nommer trouble du sommeil, insomnie.

218 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Ex : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ». Symptôme : « je dors mal ». Nommer trouble du sommeil, insomnie. Nommer trouble du sommeil, insomnie. Signe = état anxieux ou dépressif. Signe = état anxieux ou dépressif.

219 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Sémiologie : Caractériser les signes relevés (insomnie) et rechercher les autres signes de tel tableau (état dépressif).

220 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Présence/absence du signe. Ex : triste, insomniaque, anorexique, pessimiste.

221 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Présence/absence du signe. Ex : triste, insomniaque, anorexique, pessimiste. Pas de ralentissement. Pas de ralentissement.

222 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Présence/absence du signe. Ex : triste, insomniaque, anorexique, pessimiste. État dépressif ? État dépressif ?

223 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Conclusion : Un signe isolé na pas de valeur diagnostique…

224 2. Les concepts de base. Signe. Signe. Conclusion : Un signe isolé na de valeur quassocié à un tableau.

225 2. Les concepts de base. Introduction à la psychologie clinique analytique. Introduction à la psychologie clinique analytique.

226 2. Les concepts de base. Introduction à la psychologie clinique analytique. Introduction à la psychologie clinique analytique. Clinique = au chevet du malade.

227 2. Les concepts de base. Introduction à la psychologie clinique analytique. Introduction à la psychologie clinique analytique. « Sous discipline de la psychologie qui a pour objet létude, lévaluation, le diagnostique… Pedinielli, 2005.

228 2. Les concepts de base. Introduction à la psychologie clinique analytique. Introduction à la psychologie clinique analytique. « …laide et le traitement de la souffrance psychique quelque soit la cause de son origine… Pedinielli, 2005.

229 2. Les concepts de base. Introduction à la psychologie clinique analytique. Introduction à la psychologie clinique analytique. « …maladie mentale, dysfonctionnement, traumatisme, évènements de vie, malaise intérieur… » Pedinielli, 2005.

230 Psychologie clinique analytique. Particularités : Particularités : Pratique, activité propre au clinicien. Pratique, activité propre au clinicien.

231 Psychologie clinique analytique. Particularités : Particularités : Pratique, activité propre au clinicien. Pratique, activité propre au clinicien. Méthode, technique : vise à étudier les phénomènes dans leurs contextes naturels en prêtant attention à la singularité du sujet. Méthode, technique : vise à étudier les phénomènes dans leurs contextes naturels en prêtant attention à la singularité du sujet.

232 Psychologie clinique analytique. Particularités : Particularités : Pratique, activité propre au clinicien. Pratique, activité propre au clinicien. Méthode, technique. Méthode, technique. Base de connaissance : défini le paradigme qui sert de grille de lecture des phénomènes psychologiques (psychanalyse, cognitiviste…) Base de connaissance : défini le paradigme qui sert de grille de lecture des phénomènes psychologiques (psychanalyse, cognitiviste…)

233 Psychologie clinique analytique. Particularités : Particularités : Pratique, activité propre au clinicien. Pratique, activité propre au clinicien. Méthode, technique. Méthode, technique. Base de connaissance. Base de connaissance. Domaine daction large. Domaine daction large.

234 Psychologie clinique analytique. Particularités : Particularités : Domaine daction large : pratique allant du normal au pathologique (difficultés spécifiques maladie ou difficultés quotidiennes = couple). Domaine daction large : pratique allant du normal au pathologique (difficultés spécifiques maladie ou difficultés quotidiennes = couple).

235 Psychologie clinique analytique. Outils : Outils : Signes. Signes.

236 Psychologie clinique analytique. Outils : Outils : Signes. Signes. Psychopathologie. Psychopathologie.

237 Psychologie clinique analytique. Psychopathologie. Psychopathologie. Tente dapporter une compréhension et une interprétation des faits, des processus psychologiques.

238 Psychologie clinique analytique. Psychopathologie. Psychopathologie. Elle se réfère à des conceptions théoriques différentes : à lorigine psychanalytique, comportementaliste, phénoménologique…

239 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie,

240 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie,

241 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie, trouble

242 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie, trouble.

243 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie, trouble. Sujet qui exprime une souffrance. Sujet qui exprime une souffrance.

244 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Objet de la clinique : maladie, trouble. Sujet qui exprime une souffrance. Sujet qui exprime une souffrance. Écart entre théorie et sujet. Écart entre théorie et sujet.

245 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Intérêt du clinicien : Au plus près du patient, écoute de sa subjectivité. Au plus près du patient, écoute de sa subjectivité.

246 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Intérêt du clinicien : Au plus près du patient, écoute de sa subjectivité. Au plus près du patient, écoute de sa subjectivité. Neutralité bienveillante. Neutralité bienveillante.

247 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Intérêt du clinicien : Entendre les places dans le discours. Entendre les places dans le discours.

248 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Intérêt du clinicien : Entendre les places dans le discours. Entendre les places dans le discours. Mouvements transférentiels. Mouvements transférentiels.

249 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. « Il ne sagit plus seulement de connaissances objectives mais de relations intersubjectives…

250 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. « Lobjet détude est un sujet, le clinicien aussi et son fonctionnement psychique intervient dans ce qui se passe. » Colette Chiland, 2006.

251 Psychologie clinique analytique. Psychologie analytique. Psychologie analytique. Outils : Entretien clinique, observation, tests, échelles, étude de cas. Entretien clinique, observation, tests, échelles, étude de cas.

252 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Deux niveaux. Deux niveaux.

253 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Deux niveaux. Deux niveaux. 1. Descriptif : étude des signes.

254 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Deux niveaux. Deux niveaux. 1. Descriptif : étude des signes. 2. Interprétatif : psychopathologie vers la singularité du sujet.

255 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Intérêt pour le clinicien :

256 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Intérêt pour le clinicien : Pas de placage théorique. Pas de placage théorique.

257 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Intérêt pour le clinicien : Pas de placage théorique. Pas de placage théorique. Théorie = grille de lecture. Théorie = grille de lecture.

258 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Intérêt pour le clinicien : Pas de placage théorique. Pas de placage théorique. Théorie = grille de lecture. Théorie = grille de lecture. Singularité. Singularité.

259 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Intérêt pour le clinicien : Étude de « cas » : cas ? Névrose ? Psychose ou une rencontre avec une personne qui souffre ? Étude de « cas » : cas ? Névrose ? Psychose ou une rencontre avec une personne qui souffre ?

260 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et théorie :

261 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et théorie : Lun au service de lautre. Lun au service de lautre.

262 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et théorie : Lun au service de lautre. Lun au service de lautre. Sujet = théorie = sujet. Sujet = théorie = sujet.

263 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et discours : Que dit-il ? Que dit-il ?

264 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et discours : Que dit-il ? Que dit-il ? A qui sadresse til ? A qui sadresse til ?

265 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. Sujet et discours : Que dit-il ? Que dit-il ? A qui sadresse til ? A qui sadresse til ? De quelle place ? De quelle place ?

266 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La sémiologie.

267 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La sémiologie. Étude des signes visibles (comportements, symptômes psychiatriques)=> Diagnostic. Étude des signes visibles (comportements, symptômes psychiatriques)=> Diagnostic.

268 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La sémiologie. Niveau objectivable : relever signes dans discours, histoire, comportements socio affectifs… Niveau objectivable : relever signes dans discours, histoire, comportements socio affectifs…

269 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La sémiologie. Relever les éléments relatifs à la nomenclature psychiatrique (DSM, CIM). Relever les éléments relatifs à la nomenclature psychiatrique (DSM, CIM).

270 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La sémiologie. Démarche classificatoire. Démarche classificatoire.

271 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie.

272 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Positions subjectives. Positions subjectives.

273 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Positions subjectives. Positions subjectives. Fonctionnement psychiques. Fonctionnement psychiques.

274 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Positions subjectives : son rapport au monde. Positions subjectives : son rapport au monde.

275 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Fonctionnement psychique : mécanismes et processus psychique en jeu. Fonctionnement psychique : mécanismes et processus psychique en jeu.

276 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Fonctionnement psychique : lecture interprétative de la souffrance. Fonctionnement psychique : lecture interprétative de la souffrance.

277 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. La psychopathologie. Fonctionnement psychique : Fonctionnement psychique : 4 axes.

278 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La relation dobjet.

279 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La relation dobjet. 2. Mécanismes de défense.

280 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La relation dobjet. 2. Mécanismes de défense. 3. Type dangoisse.

281 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La relation dobjet. 2. Mécanismes de défense. 3. Type dangoisse. 4. Conflit psychique.

282 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 1. La relation dobjet. Mode de relation du sujet à lautre.

283 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. Mécanismes de défense. Organisation économique de la vie du sujet.

284 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 2. Mécanismes de défense. Organisation économique de la vie du sujet. Ex. Refoulement névrose.

285 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 3. Types dangoisse. De quoi le sujet se défend til ?

286 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 3. Types dangoisse. De quoi le sujet se défend til ? Ex. Angoisse de castration, névrose.

287 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. 4. Type de conflit psychique. Conflit au niveau des instances topiques.

288 Psychologie clinique analytique. Étude de cas. Étude de cas. La synthèse pour éclairer la logique du sujet.

289 2. Les concepts de base. Sujet et subjectivité. Sujet et subjectivité. Étude de cas. Étude de cas. Méthodes de la psychologie clinique analytique. Méthodes de la psychologie clinique analytique.

290 2. Les concepts de base. Méthodes de la psychologie clinique analytique. Méthodes de la psychologie clinique analytique.

291 2. Les concepts de base. Méthodes de la psychologie clinique analytique. Méthodes de la psychologie clinique analytique. Lobservation. Lobservation. Lentretien clinique. Lentretien clinique.

292 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Méthode de recueil des données complémentaire à lécoute.

293 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Quobserve ton ?

294 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Quobserve ton ? Conduites extériorisées. Conduites extériorisées.

295 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Quobserve ton ? Conduites extériorisées. Conduites extériorisées. Guidé par hypothèse de travail. Guidé par hypothèse de travail.

296 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Conduites = productions significatives à travers lesquelles sexprime le sujet.

297 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. Conduites = à resituer dans lhistoire du sujet et dans le contexte de lobservation.

298 2. Les concepts de base. Lobservation. Lobservation. (Parenthèse du rôle de lobservation dans les injonctions paradoxales).

299 2. Les concepts de base. Lentretien clinique. Lentretien clinique.

300 2. Les concepts de base. Lentretien clinique. Lentretien clinique. Comprendre le fonctionnement psychologique dun individu en se centrant sur son vécu. Comprendre le fonctionnement psychologique dun individu en se centrant sur son vécu.

301 2. Les concepts de base. Lentretien clinique. Lentretien clinique. Meilleur outil pour accéder aux représentations subjectives. Meilleur outil pour accéder aux représentations subjectives.

302 2. Les concepts de base. Lentretien clinique. Lentretien clinique. Meilleur outil pour accéder aux représentations subjectives. Meilleur outil pour accéder aux représentations subjectives. Lien avec Incs (Freud). Lien avec Incs (Freud).

303 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon :

304 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon : La théorie : psychanalyse ou comportementale ? La théorie : psychanalyse ou comportementale ?

305 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon : La théorie : psychanalyse ou comportementale ? La théorie : psychanalyse ou comportementale ? Modalités visées par lentretien : Modalités visées par lentretien :

306 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon : Recherche ? Diagnostic ? Expertise ? Bilan ? Thérapeutique ?

307 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon : La théorie : psychanalyse ou comportementale ? La théorie : psychanalyse ou comportementale ? Modalités visées par lentretien : Modalités visées par lentretien :

308 2. Les concepts de base. Lentretien clinique varie selon : Lentretien clinique varie selon : La théorie : psychanalyse ou comportementale ? La théorie : psychanalyse ou comportementale ? Modalités visées par lentretien. Modalités visées par lentretien. Aucun entretien ne se ressemble. Aucun entretien ne se ressemble.

309 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Non directivité. Non directivité. Respect. Respect. Neutralité bienveillante. Neutralité bienveillante. Empathie. Empathie.

310 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Non directivité : soutenir lacte de parole sans diriger le discours. Non directivité : soutenir lacte de parole sans diriger le discours.

311 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Non directivité. Non directivité. Respect. Respect. Neutralité bienveillante. Neutralité bienveillante. Empathie. Empathie.

312 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Respect : accepter la singularité du sujet. Respect : accepter la singularité du sujet.

313 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Non directivité. Non directivité. Respect. Respect. Neutralité bienveillante. Neutralité bienveillante. Empathie. Empathie.

314 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Neutralité bienveillante : pas de jugement, critique, désapprobation. Neutralité bienveillante : pas de jugement, critique, désapprobation. Mais pas rigide ou distant !

315 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Non directivité. Non directivité. Respect. Respect. Neutralité bienveillante. Neutralité bienveillante. Empathie. Empathie.

316 2. Les concepts de base. Principes du clinicien : Principes du clinicien : Empathie : réceptivité aux sentiments vécus par le sujet ET capacité verbale den communiquer la compréhension. Empathie : réceptivité aux sentiments vécus par le sujet ET capacité verbale den communiquer la compréhension.

317 2. Les concepts de base. Principe n°1 du clinicien : Principe n°1 du clinicien : Le clinicien ne sait pas et ne fait pas à la place du patient.

318 2. Les concepts de base. Principe n°1 du clinicien : Principe n°1 du clinicien : Le clinicien ne sait pas et ne fait pas à la place du patient. Redonner au sujet sa subjectivité. Redonner au sujet sa subjectivité.

319 2. Les concepts de base. La question du transfert. La question du transfert.


Télécharger ppt "BELLEGO Maxime Psychologue Clinicien Doctorant en Psychologie sociale de la Santé IFSI C.H.D. Stell RUEIL-MALMAISON 1 ère année."

Présentations similaires


Annonces Google