La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Guilhem Deulofeu – PRAR de mathématiques – collège Belle de Mai – 15/03/2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Guilhem Deulofeu – PRAR de mathématiques – collège Belle de Mai – 15/03/2011."— Transcription de la présentation:

1 Guilhem Deulofeu – PRAR de mathématiques – collège Belle de Mai – 15/03/2011

2 La non réponse : un mal français !!!!!! Depuis 2000, le taux des non-réponses des élèves français aux évaluation PISA est supérieur à la moyenne des pays de lOCDE, quel que soit le format de la question. En 2009, il atteint 10 % alors quil est de 7 % pour lOCDE. Pour les questions fermées, il est de 7 % en France et de 4 % pour lOCDE. Pour les questions ouvertes, il monte à 16 % en France et à 11 % dans les pays de lOCDE. On constate également que le taux de non-réponses est très corrélé à la performance, les deux variant en sens inverse. Ce qui veut dire quun taux de non réponse faible saccompagne dun taux derreur faible ! Sources :

3 Cest donc peut-être en luttant contre la non réponse et non contre lerreur que lon réduira significativement les écarts de performances entre les RAR et les autres établissements !!!!!

4 Quand on traite la grande difficulté, est-il vraiment pertinent de se focaliser sur lerreur au risque de la stigmatiser ? Ne crée-t-on pas ainsi plus de blocages que dapprentissages ?

5 Quand on évalue un élève quels enseignements peut-on tirer de ses non réponses en matière de remédiation ????

6 La non réponse dans notre RAR aux évaluation de 6 ème en français 16,12% de non réponses contre 6,51% au niveau académique, pour un taux de réussite de 49,73% contre 62,66% au niveau académique. Donc sur les 12,93% décart au niveau de la réussite on en retrouve 9,61% dans les non réponses !!! Dans le champ langue on arrive jusquà 19,94% de non réponses contre 8,65% au niveau académique.

7 La non réponse dans notre RAR aux évaluation de 6 ème en mathématiques 22,35% de non réponses contre 12,69% au niveau académique, pour un taux de réussite de 40,40% contre 56,63% au niveau académique. Dans le champ organisation et gestion de données on arrive jusquà 30,02% de non réponses contre 17,35% au niveau académique. Donc sur les 16,23% décart au niveau de la réussite on en retrouve 9,66% dans les non réponses !!

8 Des hypothèses explicatives : Ce taux de non réponses : Est particulièrement chronique dans les questions « ouvertes » et dans les problèmes donc on peut lexpliquer par les difficultés de nos élèves en lecture (prélèvement et interprétation de linformation, donner du sens à un texte) et à lécrit (rédaction de la réponse)…

9 Des hypothèses explicatives : Ce taux de non réponses : Montre que les élèves sont essentiellement préoccupés par la mobilisation de procédures ou techniques « expertes » au détriment de la construction dune démarche personnelle (essais/erreurs). Est le signe dune certaine crainte de la réponse fausse…. Montre que nous avons du mal, en phase dapprentissages, à faire passer les élèves de procédures personnelles à des procédures expertes (après institutionnalisation).

10 Des hypothèses explicatives : Ce taux de non réponses : est accompagné en mathématiques par une absence forte décrits dans les cadres prévus pour la recherche dans les problèmes, ce qui laisse penser que les élèves : Ne font que sils pensent savoir faire !! Nécrivent des réponses que sils les considèrent justes et complètes !! Naccordent que peu dimportance à la phase de recherche et au brouillon. Ne considèrent pas que la recherche et le brouillon permettent de trouver des solutions que lon ne pensait pas pouvoir trouver. Manquent dhabitude et de méthodologie pour chercher …

11 Des pistes de travail : rituels et incitations Harmoniser les pratiques dans le réseau au niveau des méthodologies de recherche. Ritualiser lutilisation positive du brouillon (ramassé et valorisé dans la note du travail +1, +2…). Mettre en œuvre un travail (écoles-collège) sur des structures syntaxiques et sur un vocabulaire spécifique (si, quand, car, parce que, donc…) à partir de contextes variés. Travailler régulièrement sur l'explicitation des procédures : comment sais-tu ? comment fais-tu ? (à valoriser dans les évaluations).

12 Des pistes de travail : rituels et incitations Une approche transversale : ritualiser sur tous les niveaux, dès le CP, la recherche de problèmes (dans différentes disciplines) 1h/semaine (travail ramassé mais pas forcément noté /utilisation dune grille de compétences méthodologiques transversales sur la recherche permettant de valoriser même une ébauche de recherche et la rédaction dune réponse même fausse). Ritualiser des séances de jeux de stratégie (mathématiques ou autres) dès le cycle 2 : jeu de la tour, 5 familles, dames, échecs, Awale… Pourquoi les jeux de stratégie ? …jeu de la tourAwale Le jeu peut être un outil de remédiation important en incitant les élèves à respecter des règles, à accepter d'être parfois gagnant parfois perdant, or ces préalables au jeu manquent souvent aux élèves en difficulté qui n'osent pas prendre le risque de se tromper.

13 Une ébauche de réflexion à poursuivre ! Merci de votre attention !


Télécharger ppt "Guilhem Deulofeu – PRAR de mathématiques – collège Belle de Mai – 15/03/2011."

Présentations similaires


Annonces Google