La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mettez la musique en sourdine et Cliquez pour avancer.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mettez la musique en sourdine et Cliquez pour avancer."— Transcription de la présentation:

1

2 Mettez la musique en sourdine et Cliquez pour avancer

3 1ère partie « Les Miroirs ambitieux », un conte fantastique de Hervé Baudouy avec Hugh Laurie dans le rôle de Jacques et Lisa Edelstein dans le rôle de Michelle

4 S'il y avait quelque chose qui rendait Jacques Valrand malheureux, c'était bien le luxe. En quittant la réunion hebdomadaire, il avait encore le nez plein de l'odeur lourde et grasse de ces cigares cubains et du goût... arrogant du porto grand cru.

5 Jacques était un homme élégant, très bien habillé et de manières impeccables, aussi ne se plaignait-il jamais lors des réunions, mais il était très sensible aux émotions qui flottaient derrière les choses, les apparences, les mots. Il pouvait sentir la fierté du propriétaire derrière la fumée du cigare; quant au porto, Jacques aurait tout aussi bien pu boire l'autosatisfaction tapageuse d'Edouard.

6

7 Valrand se jeta dans un kiosque à journaux vraiment peu luxueux, avec des écriteaux sur les murs, des annonces de gardiennes d'enfants ou de machines à coudre à vendre. Il espérait trouver quelque chose sans aucune connotation de "classe" ou de richesse, rien qui puât la "qualité ". - "Limo-fraise"!, dit-il avec un air de plaisir enfantin. Je n'en ai pas bu depuis des années! Il paya la cannette, ressortit, et l'ouvrit.

8

9 Il admira les traînées roses que le soleil laissait sur les arbre du parc, les couvrant de fragilité, voire d'irréalité. Il y eut un bruit et un groupe de créatures ailées éclata dans l'air, au-dessus des arbres, et s'éloigna. Valrand savait très bien que toutes ces créatures n'étaient pas des oiseaux, mais il n'allait pas laisser cela lui gâcher le plaisir des yeux. ''Bon sang!, pensa-t-il, il y a quand même des choses plus importantes pour la Compagnie que les stupidités qu'on a échangées cet après-midi. Voilà un monde de magie infinie et de plaisir. Un monde où je peux boire un limo-fraise et goûter simplement les intentions honnêtes de ceux qui l'ont fabriqué : fabriquer une boisson qui a bon goût et qui vous envoie des bulles dans la tête! ''

10

11 Les gens qui le connaissaient avaient remarqué ce qu'ils considéraient comme un défaut chez lui, mais dont il était très fier: il était un rêveur qui ne prenait pas la magie au sérieux Ceux qui le connaissaient mieux - et ils étaient rares - étaient avertis de ses goûts profonds ; ils lui offraient toujours des choses simples. Un repas familial, du vin choisi au hasard sur l'étagère de l'épicier du coin… Le seul luxe qu'il s'autorisait concernait son habillement, et là encore, il se contentait de sous-vêtements usagés et inconfortables, ce qui lui permettait de porter des costumes élégants et des chemises impeccables sans aucun sentiment de vanité (et bien que ses chaussures soient stylées, il en avait choisi une paire un peu trop grande pour lui, ce qui l'obligeait à les lacer vigoureusement, pour les garder aux pieds).

12

13 C'était tout son luxe - avec ses livres. Et il était capable de trouver des livres écrits avec plaisir et vigueur. Ceux écrits avec un oeil sur le profit ou la gloire, il les repérait en passant la main sur leur couverture. Ce n'était pas un 7e sens imaginaire; c'était vrai, réel. Tout ce qui était entré dans la fabrication d'un objet, tous les sentiments, espoirs ou désirs des créateurs, il le " sentait " ; il pouvait distinguer les vrais artisans des arrogants, comme un autre homme pourrait différencier à l'oreille une bouteille de lait d'une bouteille de vinaigre.

14

15 Comme d'habitude, ses poches étaient pleines de montres, de douzaines de figures de Chronos, réglées à des heures différentes, leur bracelet depuis longtemps disparu ; des montres d'âges et de styles divers ; Valrand émettait un léger tic-tac toute la journée, comme un homme radioactif...

16

17 Il avait quitté la réunion plus tôt que prévu. On y avait accueilli un nouveau, qui remplacerait un des membres tragiquement disparu. Le nouveau venu était étonnamment jeune, plein d'idées et d'enthousiasme. Valrand avait apprécié ce premier contact. Du sang neuf était toujours le bienvenu, même si cela entraînait d'en refouler du plus ancien. A la réunion, il avait commencé à se sentir nauséeux et à humer une odeur de violettes, ce qui n'était jamais bon signe. Il avait sorti un sachet en velours de sa poche, s'était mentalement absenté de la discussion, et avait tiré du sachet des lettres de scrabble.

18

19 Ce n'était pas des lettres ordinaires. Il les avait obtenues d'un asile de fous; des lettres que de dangereux psychotiques avaient manipulées. Très utiles pour sentir le danger, des lettres comme ça. Il les avait payées très cher, mais elles en valaient la peine. Son jeu précédent était inutilisable; un des détenus avait avalé toutes les voyelles, le rendant impropre à lire l'avenir. Et les lettres qu'il avait tirées cet après-midi étaient sans ambiguïté : "miroir ambitieux". Mauvais, ça...

20

21 Il tira une des montres de sa poche, apparemment au hasard, et l'étudia; mais sans s'intéresser à l'heure, le temps n'avait aucun sens pour des gens comme lui ; ce qui l'intéressait, c'était ce qu'indiquait la petite aiguille; il suivit cette direction, changeant de montre toutes les quelques minutes, pour se réorienter.

22

23 Tout en marchant, il croisa un jeune vendeur de journaux qui marmonnait comme s'il était en colère contre quelque chose. Il était toujours désolé pour ces créatures insubstantielles, piégées dans un monde qu'ils ne contrôlaient pas ; mais ce n'était pas sa mission, cet après-midi. Valrand se retrouva dans un square; une file de gens ternes attendaient l'autobus, des enfants faisaient du patin à roulettes, des commerçants baissaient leurs rideaux de fer.

24

25 Il consulta une autre montre qui indiquait 12 heures précises. Il était arrivé à destination. Il ne lui restait plus qu'à trouver quelqu'un de malheureux.

26 Michelle Valrant était assise, solitaire dans ce café populaire; elle essayait d'ignorer les hommes louchant sur ses jambes. Son café était froid depuis longtemps, bien qu'elle tint ses mains autour de la tasse, comme pour se réchauffer. Elle ne pouvait simplement pas accepter l'idée de rentrer chez elle...

27 - Vous ne semblez pas heureuse, dit une voix près d'elle. Elle était prête à rembarrer limportun, mais elle leva les yeux et le vit; un visage expressif, pas de cravate, des chaussures qui semblaient trop grandes, et un air inoffensif.

28

29 Il ressemblait à Alec Guiness, en plus jeune. Lui aussi avait une courte barbe légèrement grisonnante. - Le malheur est quelque chose que je suis habilité à traiter, expliqua-t-il.

30 Malgré elle, Michelle se surprit à s'ouvrir à cet homme, alors qu'il s'asseyait à coté d'elle sur un tabouret de bar ; à lui parler de son ami ; à lui raconter comment tout se passait merveilleusement bien au début, et comment, soudainement, il avait commencé à la considérer avec mépris... à sortir seul tard le soir... et qu'elle le soupçonnait de la tromper. - Vivez-vous ensemble, à l'heure actuelle?, demanda Valrand - Oui, Nous avons emménagé il y a quelques mois. Mais ça ne peut plus durer. Où vais-je trouver un autre logement en si peu de temps? - Je pense être en mesure de vous aider, dit-il en se levant.

31

32 Elle remarqua alors combien il était grand et mince. Il ressemblait à un héron, gris et anguleux.

33 Sans vraiment savoir pourquoi, elle l'emmena chez elle. Elle déverrouilla la porte et le fit entrer. Pendant quelques minutes, il lui parla de ses livres à elle, discutant les auteurs, les thèmes, les caractères, et se demandant sans en avoir l'air d'y attacher d'importance, comment certains sujets auraient pu être traités par d'autres auteurs. Il fit des commentaires élogieux sur une lampe qu'elle avait acheté au Marché aux Puces...

34

35 -Où se trouvent les toilettes? demanda-t-il en se levant. Ce n'est que lorsque il eut quitté la pièce que Michelle sembla s'éveiller d'une sorte de songe, ou de sort. Elle se demanda pourquoi diable elle avait emmené chez elle cet homme étrange ?

36

37 Valrand appela du haut des escaliers : - Vous avez une nouvelle brosse à dents; les poils en sont à peine usés. Vous avez jeté l'ancienne ou vous l'avez perdue ? - Je l'ai perdue. Qu'est-ce qui ne va pas ? Il retira ses lunettes à verres fumés. - Je pense, non, je suis sur de connaître le problème de cette maison. Vous pourriez m'apporter un verre de Grand-Marnier?

38

39 Elle fouilla sa cuisine, trouva un verre à apéritif et une bouteille rescapée du Noël précédent. Elle remplit le verre et le monta à Valrand. - Merci, dit-il en prenant délicatement le verre. Et surtout, ne regardez pas ce miroir jusqu'à ce que je vous dise de le faire.

40 Il poussa la porte de la salle de bains, et détourna ses yeux du mur où trônait un grand miroir dans un cadre argenté. Malgré elle, Michelle fit de même.

41 Il prit une grande gorgée d'alcool et la fit tourner dans son palais, avant de l'avaler. - L'alcool et l'orange sont la clé des problèmes avec les miroirs, lui dit-il avec assurance, en posant le verre.

42 Puis il ferma les yeux, plaqua les paumes de ses mains de chaque coté du miroir, et se mit à souffler, encore et encore, jusqu'à ce que le miroir soit entièrement brouillé de condensation.

43 -Vous avez un miroir ambitieux, dit-il. Vous pouvez le regarder, maintenant. Elle le fit, se sentant un peu ridicule d'avoir fermé les yeux jusqu'à présent, et répéta sans comprendre : - Ambitieux ?...

44 Valrand se frotta les mains. - Parfois les miroirs peuvent s'en faire accroire. Je pense que votre compagnon possède celui-ci depuis longtemps. Ils en viennent à vous connaître, si vous les gardez trop longtemps. Et parfois, ça leur monte à la tête.

45 Michelle le regarda, complètement effarée. - Mais comment un miroir peut-il avoir des idées ? Ce n'est que du verre !

46 Valrand sourit amicalement. - Je suis désolé. J'oublie toujours : les gens ne savent pas que le monde est plein de secrets. Les miroirs sont faits d'atomes, comme vous et moi. Nous ne sommes que des produits chimiques dansant ensemble, et pourtant nous pouvons penser, parler, rêver, désirer. Les mouches le peuvent aussi, dans leur mesure limitée, et il y a bien moins d'atomes dans une mouche que dans un miroir.. Si vous y pensez trop, cela ne fera que vous angoisser...

47

48 Il trempa son doigt dans le reste de Grand-Marnier, et le lécha avec gourmandise. - Nietzsche l'a dit le premier, et clairement; mais il a eu peur et il a modifié le phrasé de sa réflexion : " Quand vous regardez dans un miroir, le miroir regarde aussi en vous " Votre miroir voit le meilleur en vous, mais il voit aussi le pire. La plupart du temps, il se contente de servir, d'être votre reflet, sans plus. Mais, très rarement, ils en veulent plus. Ils veulent façonner, sculpter. Ils se fatiguent de ne renvoyer que l'image qu'on leur montre. Ils deviennent ambitieux.

49

50 Il haussa les épaules, sourit à nouveau. - Pour une raison quelconque, ils semblent toujours commencer par avaler une brosse à dents en l'attirant dans leur monde. C'est le premier signe tangible, mais personne ne sait pourquoi. Je ne connais pas toutes les réponses, je connais seulement quelques- unes des bonnes questions.

51 Il commença à écrire sur la surface brouillée du miroir, en chuchotant. La condensation disparut subitement et, à la place de leurs reflets, apparut l'image d'un jeune homme très beau, avec des cheveux magnifiques

52 - Est-ce votre compagnon ?, demanda Valrand. - En quelque sorte, dit Michelle, en s'agrippant au rebord de la douche pour empêcher ses jambes de la lâcher. Mais il n'est pas aussi beau. Je veux dire, il est mignon, bien sur, mais il ne ressemble pas à CA !

53 - Le miroir lui a montré ce à quoi il voulait ressembler. Si, chaque matin, et pendant une longue période, vous regardiez dans votre miroir, et que vous voyiez plus beau, plus attirant que vous ne le pensiez, vous finiriez par le croire. Vous pourriez commencer à vous persuader que vous méritez plus de la vie que ce que vous avez ; alors, vous sortiriez et iriez chercher ce que vous sentez mériter. - Mais pourquoi ce miroir nous a-t-il fait ça ? - Probablement parce qu'il ne vous aime pas. Ils peuvent être jaloux, aussi, vous savez! Ils aiment l'intimité d'une relation exclusive. Mais ces miroirs-là sont très rares. Entre de bonnes mains, ils peuvent être bénéfiques, projeter quelqu'un aux limites de ses capacités...

54

55 - Que dois-je faire maintenant ? - Eh bien, à votre place, je m'en débarrasserai. Dès que votre compagnon n'aura plus sa flatterie quotidienne du miroir, il redeviendra normal. - Comment m'en débarrasser ? - Vous pouvez le vendre, ou demander à un expert de s'en charger. - Vous le feriez pour moi ? Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai confiance en vous. Je ne veux pas imaginer ce miroir dans la salle de bains de quelqu'un d'autre ! - Je peux le faire, bien entendu.

56

57 Il reposa le verre et se mit à fouiller ses poches, sortant un objet de temps en temps. Michelle le regarda faire avec stupéfaction, alors qu'apparaissaient des cartes postales de la tapisserie de Bayeux, des plans du Métro (elle y jeta un œil et y vit des stations et des lignes inconnues), des bouts de ficelle avec des nœuds bizarres, une paire de fous et de tours d'un jeu d'échecs, un assortiment de capsules de bouteilles, six petites loupes et, finalement, un petit marteau d'argent.

58 Il murmura quelques mots dans sa barbe et frappa le miroir avec le marteau, doucement d'abord puis brutalement, presque de manière enragée, de plus en plus vite, de plus en plus fort. Mais, bizarrement, le miroir ne se brisa pas en morceaux. Il sembla se liquéfier, devenir mou comme du métal en fusion. Il continua à marteler, et plus il frappait, plus le miroir s'amoindrissait. Finalement, il ne resta plus rien sinon le panneau de bois et le cadre argenté

59

60 Michelle avait renoncé à trouver un sens à tout cela. - Vous avez ce marteau spécialement pour les miroirs démoniaques ? - Pas démoniaques, seulement ambitieux. Et le marteau, en général, c'est pour le caramel. Il est parfois dur à briser… Maintenant, ma chère, il faut que je vous parle de timbres, continua-t-il sans transition. Une des plus belles vignettes de ma collection personnelle fut émise en 1912 ; un merveilleux spécimen avec des perforations des plus étranges. Laissez- moi vous dire ce qui m'a fait tant plaisir quand je l'ai trouvé, sur un marché d'Aberdeen…Tout en parlant, Valrand observait comment l'attention de Michelle se dissolvait, ses yeux devenaient vagues, un peu ténébreux. Encore quelques remarques et le charme aurait opéré…

61

62 - Non, reprit-il en tapant du pied sur la baignoire; le bruit réveilla Michelle. "Je ne le ferai pas ! Ma chère Michelle, je suis censé vous parler de timbres, pour vous faire oublier tout ce qui s'est passé. C'est une sorte de magie. Mes collègues ont l'obsession du secret. J'aurai des problèmes s'ils entendent parler de ceci…" - Pourquoi vous arrêter, alors?

63

64 Valrand respira profondément et passa sa main gauche dans sa barbe. - Parce que cela me plait ainsi, je pense. Le monde est plein de gens qui se plaignent et se jugent malheureux; s'ils savaient…des merveilles à n'en plus finir ! J'ai la chance de le vivre tous les jours et parfois je veux en donner un petit goût à d'autres … Et l'autre raison, ma nouvelle amie, est que je pense que des temps difficiles attendent ceux d'entre nous qui travaillent avec le Merveilleux ; alors, si nous sommes plus nombreux à savoir, mieux ce sera…j'espère.

65

66 Il regarda Michelle en souriant vaguement, comme si ses yeux voyaient, à travers elle, d'autres lieux, d'autres gens, d'autres évènements. - Bien, reprit-il brusquement, se sentant un peu honteux de se montrer émotif ; il brossa de la main une poussière imaginaire sur ses pantalons. Il faut que je parte. Je vais vous donner un conseil : ne gardez pas un miroir plus de deux ans. Ainsi, il ne pourra jamais s'imaginer savoir ce qui est mieux pour vous !

67

68 - Combien de temps gardez-vous les vôtres ? Valrand se frotta la barbe et sourit : - Michelle, je n'ai aucun miroir, d'où cette barbe. Et quand je me fais couper les cheveux chez le coiffeur, je ferme les yeux soigneusement dans mon fauteuil. Il y a bien trop de choses qu'un miroir voudrait changer en MOI !

69

70 Fin de la 1ere partie

71 2ème Partie 110 photos de photographes dInternet dont chacune mérite de sarrêter pour essayer de voir ce que le photographe à voulu montrer… Ces photos illustrent un texte dIsabelle Taubes : S'accepter corps et âme

72

73 Nos rapports avec notre image corporelle sont instables. Nous ne nous voyons pas avec le même regard chaque jour. D'autant plus que les critères esthétiques varient selon les époques, excluant ceux qui ne correspondent pas au modèle privilégié du moment. Et comme beauté et laideur sont aussi en relation étroite avec le bien, le mal, la vie, la déchéance, la mort, c'est dire que le problème de l'apparence physique nous conduit au-delà des limites du corps.

74

75 " Miroir, mon beau miroir, dis moi que je suis la plus belle "

76

77 Les rapports que nous entretenons avec cette surface réfléchissante sont aussi exigeants que complexes. Il est des matins où la glace nous sourit, il en est d'autres où elle se montre impitoyable. Le pire est que ce reflet, cette image, cet autre moi, va nous accompagner tout au long de la journée. Il suffit d'un rien pour se sentir beau et laid. Une remarque désobligeante nous fait sombrer dans le désespoir, le sourire d'une personne inconnue, croisée par hasard, saura, au contraire, redorer le blason de notre narcissisme.

78

79 Nos relations avec notre apparence, notre image corporelle, sont marquées du sceau de l'incertitude. Tributaires du regard – le nôtre et celui des autres -, elles varient au gré des jours et des lunes, nous menant de l'autosatisfaction à la déprime. Qui ne connaît la douloureuse expérience de ces réveils moroses où l'image rencontrée dans le miroir semble nous dire: " Vraiment, mon pauvre ami, tu n'as rien pour toi! Regarde ces cernes, ce teint blafard, ces cheveux ternes, ces kilos en trop. Ce triste spectacle, c'est toi! " Et, brutalement, on se sent lourd, on a envie de se cacher, de se terrer chez soi. Mystérieusement aussi, notre garde-robe perd tout intérêt: " Je n'ai rien à mettre, rien ne me va. " Que faire? Se précipiter chez le coiffeur, le meilleur couturier? Entreprendre immédiatement un régime draconien? Où se procurer la potion magique qui nous rendra un teint éclatant, une peau lisse?

80

81 Qu'est-ce qu'être beau? Si ce n'est se sentir aimé, aimable, reconnu, désiré?

82

83 Par ces jours sombres où l'on ose à peine se montrer, mieux vaut s'abstenir de toute initiative: le risque est grand de se faire massacrer par un coiffeur aussi maladroit que trop imaginatif ou de se ruiner pour une robe qui nous sied comme un sac à patates et qui, de toute façon, ne ressortira plus jamais de l'armoire. Rien de tel que les moments de désespoir – deuil, rupture amoureuse, licenciement – pour décider de se faire une nouvelle tête. Seulement, attention! Un changement d'apparence trop brutal aura généralement l'effet inverse que celui recherché: on ne se reconnaît plus suffisamment pour se plaire. Même si les compliments fusent, on ne les entends pas – lorsqu'on se sent trop étranger à soi-même, c'est plutôt le mal-être qui prédomine. Tout se passe alors comme si les regards flatteurs, les marques d'intérêt s'adressaient à une personne inconnue qui ne nous concerne aucunement. On peut même être jaloux de ce " rival " qui a pris notre place: " Et moi, et moi, on m'oublie? "

84

85 Si notre image nous procure tour à tour plaisir ou déplaisir, il est clair que nous tenons à elle. Elle est le garant de notre identité, de notre moi. Elle nous assure de la permanence de notre être. Même critiquable, très imparfaite, elle est le pont qui nous relie au monde extérieur, aux autres. Mais nous ne naissons pas déjà dotés d'une image de nous-même. La vision que nous avons de notre corps se forge progressivement dans la petite enfance. Au cours des premières semaines de l'existence, le nourrisson et sa mère ne font qu'un. Plus tard, les moments d'absence de la mère, le sevrage, l'acquisition de la motricité (remuer ses membres, bouger, se déplacer) permettent une individuation relative, mais il faut attendre cette période du développement, que Lacan nomme " stade du miroir ", pour que l'enfant acquiert vraiment la conscience de lui-même, de son propre schéma corporel.

86

87 Notre image est le garant de notre moi, de notre identité, elle nous relie aux autres.

88

89 Cette révélation s'effectue sous le signe de la rencontre. L'enfant est dans les bras de sa mère ou de l'adulte qui s'occupe habituellement de lui, soudain il se voit dans la glace, aux côtés de la personne qui le porte. " Oui, c'est toi ", authentifie la mère. Et le petit, de rire, de s'amuser de ce reflet grâce auquel il acquiert enfin une vision unifiée de son corps et, par conséquent, de son moi. C'est ainsi qu'il pourra se penser comme individu toujours identique en dépit du temps qui passe, des événements qui se succèdent. L'intégration de cette continuité de l'être est d'ailleurs incontournable: sans elle, l'enfant ne peut anticiper son devenir, rien ne l'assure qu'il a un avenir, que demain, au réveil, il sera le même.

90

91 Dans ce contexte, la parole de l'adulte est capitale. Livré seul, sans mots, à l'énigme du miroir, le petit peut s'y noyer tel Narcisse, explique Françoise Dolto dans l'Image inconsciente du corps (Seuil). Elle nous donne ainsi l'exemple d'une fillette américaine devenue schizophrène à deux ans et demi. Envoyée à Paris, confiée à une nourrice inconnue ne parlant pas l'anglais, elle avait été reléguée dans une chambre d'hôtel, " où tous les meubles étaient en glace et les murs recouverts de miroirs ". Jusque-là, elle était tout à fait normale, riant, jouant, comme tous les enfants de son âge; seulement, abandonnée à cet espace de silence, sans limites, " elle s'est perdue, éparpillée en bouts de corps visibles partout, dans les miroirs, dans la glace des portes, dans celle des pieds de table, morcelée dans tout l'espace, sans présence amie ".

92

93 Le regard de l'autre nous rassure.

94

95 Lorsque la confrontation avec l'image n'apporte que mystère, froideur et dureté, le sentiment d'exister qui devrait en découler n'est pas au rendez-vous: " Le stade du miroir, révélation pour l'enfant de son être au monde, au milieu des autres, peut également être destructeur, quand le petit est impuissant à s'y retrouver ".

96

97 Cependant, la première rencontre avec son reflet va simultanément constituer pour l'individu l'occasion de mesurer l'écart qui sépare son être intime, invisible, de son image, de son apparence. Cet écart, immédiatement, va ouvrir une blessure: l'image est là, accessible au regard, mais elle n'est jamais complète, elle ne dit pas tout. Et c'est ainsi que, sa vie durant, l'être humain s'efforcera de réduire la distance qui sépare son image de la vérité de son être. La recherche d'un look, d'un style, témoigne justement de cette volonté d'harmoniser intériorité et extériorité. Mais la béance ne saurait être entièrement colmatée, et, pour cette raison, nos relations à notre image demeureront toujours oscillantes: un jour, je m'aime; le lendemain, je me déteste.

98

99 De ce passage par le miroir, l'épreuve du regard, dépend aussi l'idée que nous avons de notre propre beauté. Dans le fond, qu'est-ce qu'être beau, si ce n'est se sentir aimé, aimable, reconnu, désiré. Nous pouvons être dotés des plus beaux cheveux du monde, si notre mère vit dans le regret de ne pas nous avoir transmis ses cheveux blonds, et, par conséquent, ne complimente pas notre chevelure de jais, nous ne la trouverons pas belle. Heureusement, généralement, ces cheveux noirs nous relient néanmoins à notre père, à une grand-mère et, par là, nous parviendrons sans doute à nous réconcilier avec notre chevelure.

100

101 Lorsqu'un enfant présente un trait distinctif l'assimilant à un membre de la famille, franchement, ou même inconsciemment détesté par son père ou sa mère, il est courant qu'on ne lui fasse payer cher, bien qu'il n'y soit pour rien. C'est ainsi qu'il en viendra à se mépriser, à se trouver laid.

102 L'insatisfaction parentale pèse souvent très lourd dans notre rapport à notre corps. Un garçon était attendu, une fille est venue. Éduquée comme un " petit mec ", brimée dans sa féminité, elle grandira, mal dans sa peau, garçon manqué, fille ratée, femme inachevée, ayant honte de sa féminité. Pour se sortir d'une telle impasse, un long travail sur soi est généralement nécessaire – le temps de comprendre que, jusqu'à présent, on avait vécu, enfermé dans un impossible désir parental, dont il convient de s'extirper pour penser enfin à soi! Il demeure pourtant que notre image s'est construite à partir des regards, des paroles, des fantasmes de nos premiers autres, les parents. Et qu'il nous faut faire avec – sans pour autant se laisser capturer par ce " cadeau " non demandé. Il est impossible de se conformer en tout point aux désirs, aux attentes d'autrui, à moins de consentir à perdre son identité.

103

104 Nous avons une image, nous ne nous réduisons pas à elle. Seulement, de toute évidence, beaucoup l'ignorent, qui s'obstinent à transformer leurs corps en idoles, en statues momifiées, dédiées à la grande déesse « Apparence ». Isabelle Taubes.

105

106 Fin de la 2ème partie

107 Musique: extrait du « Largo ma non troppo » du Concerto pour deux violons et orchestre BWV 1043 de Jean Sébastien BACH dans lequel les mélodies sont reprises en « miroir » par le deuxième violon. Photos Internet et en particulier des photographes dont les pseudos sont les suivants: AconstantBother/ Acoustic_Hearts/ acrazycharade/ Aenor/ Alessio Gigli/ alibaba0Amplify_Creativity/ AndersonPhotography/ Angelov_net/ / asmartblond/ azurespontaneity/ BareLight/ Bittersuesz/ Black_Bl00d/ blarod/ camiloa/ / catastrophical/ Christina59/ ClaireCollyer/ crvena69/ Cutter918/ DarkVenusPersephonae/ DeeMarie86/ Defense_Force/ diamondsky601/ Diggen/ digitalrebel_basel/ dismantlerepair/ dOlli3cOutur3/ DreamingWingsStudio/ dynomoose/ EmiiLove/ fallingfordarkness/ fallnangeltears/ FantasyFreak/ FantasyFreakMG/ farlikeastar/ fuelthesedreams/ gillionair/ gracieandeve/ haleyyellow/ handdrawnhearts/ helloseim/ indecisive_x/ Inaudible_Whisper/ inessa_emilia/ Jacqui (MotherWifePhotographer )/ JesseMcCarlson/ JMCphoto/ Jrdyn111/ JulieElise/ Kateykatez/KenCentauri/ kero0ppi/ kishkphotography/ kle_m/ la_marcheuse_deb/ Lady666Venom/ Laser_Eyes/ laureneto/ lebensblume/ Lii_chan/ luminousshadow11/ MattGyver/ metaledz/ Mihar/ Miharu811/ MixingUpTheMedicine/ Model/ ModelDonna/ mona_sabbath/ Ollywood/ Osirisloveisis/ Pauldreamer/ paulscha/ photographicality/ PhotoGurl0037/ Pinkillusjon/ puss__in__boots/ raatu/ ratravarman/ reniferowa/ rickyraider/ roses232/ SielojRamu/ Smokemysoul/ Soley/ suzzeeh84/ tarnishedhalo/ thedreams/ TheSecretWhisper/ TikiLlanes/ Tony1722/ tonyx/ twistedKris/ twittey/ Ukiko/ UnderGuarded/ ValCo/ Vampirize/ Veronika24/ xCrimsonRegretx/ Xtsee/ xvinta/ xvintage_hearts/ xwickedgames/ yeuxdelynx/ zivan/ zombiexGLAMOUR/ zwachnicka Daniel, La Roche-Posay le 7/11/2009 Ce diaporama littéraire numéro 66 est strictement privé (je nai pas de site, donc si vous souhaitez recevoir un de mes précédents diaporamas littéraires envoyez moi Tous mes diaporamas sont à usage non commercial


Télécharger ppt "Mettez la musique en sourdine et Cliquez pour avancer."

Présentations similaires


Annonces Google