La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude bordelaise TISSOS Phase transversale et exploiratoire Services de maladies infectieuses Service de Rhumatologie GECSA Service de médecine nucléaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude bordelaise TISSOS Phase transversale et exploiratoire Services de maladies infectieuses Service de Rhumatologie GECSA Service de médecine nucléaire."— Transcription de la présentation:

1 Etude bordelaise TISSOS Phase transversale et exploiratoire Services de maladies infectieuses Service de Rhumatologie GECSA Service de médecine nucléaire Etude soutenue par sidaction

2 Objectifs Estimer la prévalence des ostéopathies fragilisantes chez patients HIV dans la cohorte Aquitaine Déterminer les facteurs associés à cette perte osseuse

3 Question(s) Existe-t-il un lien avec la pathologie VIH ? Maladie elle même ? Traitement ? Habitudes de vie ?

4 Population Etude transversale exploratoire 492 patients ont été consécutivement inclus entre novembre 2004 et mai 2005 DMO / Hologic

5 Population Caucasien : 94 % Hommes : 73 % de leffectif Femmes : 27 % de leffectif Age médian : 43 ans Groupe de transmission surtout homosexuelle pour les hommes : 36%

6 Population Suivi médian 1ère sérologie : 11,2 ans Stade sida : 19,7% Moyenne de TCD4 : 459 cellules /mm 3 Charge virale < 500 copies/ml : 72 % des patients

7 Ostéodensitométrie 25,4 % : ostéoporose 54,3 % : ostéopénie 20,3 % : normale

8 Ostéodensitométrie Chez les hommes DMO prédomine sur le col fémoral Chez les femmes DMO prédomine sur les vertèbres lombaires

9 Ostéodensitométrie Site Sexe T-score(médiane) Tscore>1 -2,5

10 Analyse multivariée Pour les hommes : Âge avancé Mode de contamination homosexuelle IMC < 20,6kg/m 2 Charge virale < 500 copies/ml

11 Analyse multivariée Pour les femmes : Âge avancé Nadir des lymphocytes CD4

12 Patients HIV, ostéoporotiques (Au sujet de 76 patients)

13 Exploration des patients ostéoporotiques But : Préciser les mécanismes physiopathologiques à lorigine des ostéopathies fagilisantes Rechercher la présence de pathologies pourvoyeuses dOP secondaires

14 Sélection des patients Etude prospective systématique 1 consultation rhumatologique Concerne le sous groupe ostéoporotique T score < - 2,5 DS

15 Cahier de recueil NomPr é nom Date de naissance Race Age des 1 è res r è gles P é riode d am é norrh é e prolong é e Grossesse M é nopauseTHS ? Ant é c é dent familial d ost é oporose ou de fracture ost é oporotique Ant é c é dent personnel -Dysthyro ï die -Fracture -Trouble de la libido, de l é rection -Autres Facteurs de risque de d é min é ralisation osseuse -poids-taille(actuelle/ à 20 ans)-BMI -tabac-alcool-corticoth é rapie>3 mois -lipodystrophie Traitement actuel : -antir é troviraux -autres

16 Bilan biologique Bilan phosphocalcique sanguin calcémie, phosphorémie, 25 OH D3, PTH urines des 24 h Calciurie, phosphaturie, clairance du phosphore, TRP Bilan du remodelage osseux Ostéocalcine, CTX sériques Bilan hormonal et métabolique TSH, CLU des 24 h, FSH, LH, testostéronémies libre et biodisponible, oestradiolémie, SBP, prolactinémie Autres Sanguin ferritinémie, EPS Urinaire des 24h Créatininurie, clairance créatinine, protéinurie

17 Population ostéoporotique 84,2 % sont des hommes Age médian 45,5 ans Hommes, voie de transmission surtout homosexuelle : 54,6%

18 Population ostéoporotique Durée infection rétrovirale : 14,5 ans Stade SIDA : 25 % 83,9 % charge virale < 500 copies/ml Médiane lymphocytes CD4 : 468/mm 3 Co infections : 34,2 %

19 Pathologies potentiellement inductrices dostéoporose 2 cirrhoses post VHC 1 maladie de Crohn 1 hémochromatose 1 amyotrophie spinale

20 Prise de toxiques ? 65,8 % tabagisme actif 14,5% : consommation dalcool > 30 g/j 9,2% : corticothérapie prolongée orale ou inhalée (de plus sous ritonavir) 1 patient sous gardénal 3 patients : interféron et ribavirine Cortancyl 5

21 Habitudes de vie 80,6 % consomme < 1 gr de calcium/j 29 % nont pas dactivité physique IMC < 19 : 28 % des patients

22 Exploration des patients ostéoporotiques Fracture pathologique : 13,1 %

23 N=2 N=5 N=1 N=2 N=4 N=2 N=1 Répartition des fractures

24 Exploration des patients ostéoporotiques (76) Biologie résorption accrue (CTX : 51%) carence en vitamine D : 61,8 % (ostéomalacie :14,3%) tubulopathie proximale : hypercalciurie, hyperphosphaturie, diabète phosphoré mineur

25 Mais aussi… Hypercorticisme 1 homme Hypogonadisme 8 ménopause 3 andropause

26 Traitements proposés Bisphosphonates : Essai clinique avec alendronate et zoledronate. En pratique, avantage et préférence de la voie IV. Phosphore Vitamine D Difficultés rencontrées….

27 Efficacité du zoledronate dans la population VIH ? 30 patients VIH, femmes et hommes, 1bras traité et 1 bras placebo, suivis pendant 1 an. DEXA à 6 mois et 1 an

28 Efficacité du zoledronate dans la population VIH ? Résultats à 12 mois ZoledronatePlacebo T score hanche P : 0,016 3,2±2,2 %-1,8 ±9,3 % T score rachis P : 0,04 3,7 ±4,1%0,7 ± 3,1 %

29 Perspectives… Etude longitudinale avec une 2nde DEXA à M24 (étude soutenue par NOVARTIS, et SERVIER) Nouvelle étude dans le but dévaluer les tubulopathies : TAHIVA HEPAVIH

30 Au total Probablement multifactorielle FdR classiques FdR plus spécifiques Tubulopathie proximale Déficit en vitamine D ? Ostéoclastogénèse accrue


Télécharger ppt "Etude bordelaise TISSOS Phase transversale et exploiratoire Services de maladies infectieuses Service de Rhumatologie GECSA Service de médecine nucléaire."

Présentations similaires


Annonces Google