La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La question du redoublement Montluçon, le 27 janvier 2012 Bruno Suchaut Université de Bourgogne et IREDU-CNRS www.brunosuchaut.fr.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La question du redoublement Montluçon, le 27 janvier 2012 Bruno Suchaut Université de Bourgogne et IREDU-CNRS www.brunosuchaut.fr."— Transcription de la présentation:

1 La question du redoublement Montluçon, le 27 janvier 2012 Bruno Suchaut Université de Bourgogne et IREDU-CNRS

2 Intérêt et approche de la question Question bien documentée par la recherche en éducation en France à létranger Pratique encore persistante dans notre pays – résistance des acteurs – incidence importante sur les élèves et leurs parcours Question abordée sous langle de la politique éducative – approche sociologique, économique et pédagogique

3 Plan Le contexte général de lécole primaire Le contexte pédagogique et législatif Quelques chiffres sur le redoublement Les effets du redoublement sur les élèves Redoublement et attitudes des acteurs Le coût du redoublement Quelle alternative au redoublement ?

4 Le contexte général de lécole Qualité des apprentissages inférieure aux attentes et en baisse – Enquêtes internationales IEA (1990), PIRLS (2001, 2006), PISA (2000, 2003, 2006, 2009), étude D.E.P.P. (2008) Faible efficience quantitative et qualitative – Augmentation des coûts et stagnation des résultats au niveau quantitatif (espérance de vie scolaire, accès au diplômes…) et qualitatif (niveau dacquisition) Proportion délèves importante qui ne maîtrise pas les compétences attendues à la fin dun cycle. Pourcentage délèves faibles trop élevé. Augmentation des écarts entre élèves et des inégalités de réussite (PISA, D.E.P.P.)

5 Pourquoi ces résultats ? Structure de notre système (primaire / secondaire) à tendance intégrative pourtant favorable à lefficacité et à léquité (tronc commun long, ségrégation scolaire relativement limitée) Facteurs externes à lécole : contexte socio-économique ? Echec relatif des mesures classiques de lutte contre léchec scolaire et des dispositifs daide aux élèves en difficulté – le redoublement a longtemps été la réponse la plus utilisée Pilotage pédagogique peu efficace pour laccompagnement et le suivi des mesures – cycles à lécole primaire – projets décole – socle commun ?

6 Le contexte pédagogique Le redoublement est lié à un contexte pédagogique particulier : – élèves regroupés au sein dun même groupe : la classe – assimilation dun même ensemble de connaissances et de compétences : le programme – dans un laps de temps identique : lannée scolaire. Rythmes dapprentissage imposés à un même groupe délèves pourtant… différents

7 Le contexte législatif à lécole primaire Loi d'Orientation sur l'école de 1989 – « Pour assurer l'égalité et la réussite des élèves, l'enseignement est adapté à leur diversité par une continuité éducative au cours de chaque cycle et tout au long de la scolarité. » – En théorie, chaque élève peut parcourir les deux derniers cycles à une vitesse qui lui est propre, selon la rapidité avec laquelle il maîtrise les objectifs définis – « Dans le cours d'un cycle, aucun redoublement ne peut être imposé, les objectifs à atteindre étant fixés par cycle. Il ne s'agit pas d'interdire le redoublement mais simplement de le limiter au maximum car, souvent vécu comme une sanction, il doit être réservé à des cas bien particuliers d'échec scolaire. » – «Le redoublement conçu comme une reprise à lidentique dune année scolaire ne se justifie plus… »

8 La politique des cycles Rendez-vous à la fin des deux derniers cycles (CE1 et CM2) où est envisagée une prolongation dune année pour les élèves aux performances jugées trop faibles ou trop lacunaires. Maintiens en cours de cycle à titre exceptionnel et sous trois conditions – laccord du conseil des maîtres du cycle (décision collégiale) – la mise en place dun projet personnalisé afin que cette prolongation ne masque pas une répétition de lannée à lidentique – laccord contractuel avec la famille et lenfant qui doivent bien mesurer les enjeux.

9 Quelques chiffres sur le retard scolaire et le redoublement

10 Evolution du taux de retard en CP et CM2

11 Taux de redoublement en primaire 2010

12 Evolution des taux au secondaire. Actuellement, en fin de troisième, un élève sur trois est en retard scolaire

13 Redoublement et caractéristiques des élèves Proportion délèves en retard en 6 ème (2010) – 3% pour les enfants denseignants – 29% pour les enfants dinactifs – taux plus élevé pour les garçons Parmi les élèves en retard de un ou deux ans en 6 ème, les enfants nés au mois de décembre sont presque trois fois plus nombreux que ceux nés au mois de janvier – 18% décart dâge au CP entre lélève né en janvier et celui né en décembre !)

14 Le redoublement en Europe

15 Pourcentage délèves de 15 ans ayant redoublé

16 Les pratiques dans les autres pays

17

18 Exemple des pays nordiques Les enfants dun même âge sont scolarisés ensemble tout au long de la scolarité obligatoire (primaire et secondaire inférieur), ce qui permet à lélève de suivre le même groupe de camarades du début à la fin de la scolarité. Un enfant ne peut redoubler Les élèves qui rencontrent des difficultés dapprentissage continuent à accompagner leurs camarades mais bénéficient dactions de soutien et de rattrapage, et de laide dun personnel spécialisé, psychologues, orthophonistes.

19 De la première à la septième année, linformation sur lévaluation est donnée de façon écrite mais plus souvent oralement, lors de réunions régulières au cours desquelles participent chacun des trois acteurs : enfant, parents, enseignant. Pas dévaluation chiffrée (notation). Exemple des pays nordiques

20 Les effets du redoublement

21 Le redoublement est-il pertinent ? De nombreuses études réalisées dans des contextes différents avec des méthodologies variées Mesure des effets sur plusieurs dimensions de la scolarité et de lélève Quelles sont les conséquences du redoublement sur la scolarité des élèves ? Une décision juste et équitable ?

22 Au niveau macro : comparaisons internationales (Duru-Bellat, Suchaut, 2004)

23 Une méta analyse (Holmes, 1990)

24

25 Redoublement et trajectoire scolaire (Seibel, Levasseur, 1983) La moitié des élèves qui ont redoublé leur CP vont quitter lécole sans diplôme ou avec le seul BEPC. Seuls 9% dentre eux décrocheront un baccalauréat général ou technologique. Sil redouble en CM2, lélève a encore une probabilité de 40% de quitter lécole sans diplôme ou avec un BEPC alors que cette situation ne concerne en moyenne que 19% de lensemble des élèves.

26 Effets indirects sur la scolarité ultérieure « lélève na devant lui quun nombre fini dannées de scolarité acceptable par linstitution. Ceci amène à mettre en doute lopportunité des redoublements ; même sil savérait quun redoublement est bien à même de conforter les acquis (ce qui reste incertain), le fait dimposer une année supplémentaire de scolarisation constitue un handicap objectif pour la suite de la scolarité ; au total, le solde de ces deux effets apparaît pour lélève clairement négatif. » Duru-Bellat, Jarousse, Mingat (1992)

27 Une analyse spécifique au niveau du CP (Troncin, 2005) Confirme les résultats des études précédentes à partir d un échantillon de 3932 élèves de Côte-dOr, répartis entre 274 classes et 220 écoles quatre ensembles de tests en septembre 2002 au début de CP en juin 2003 en fin de CP en septembre 2003 en début de CE1 ou en début de second CP pour les redoublants en juin 2004 en fin de CE1 ou en fin du second CP

28 Un premier résultat important est la baisse significative des performances au cours de lété (qui suit le premier CP) pour les élèves qui sont soumis à une décision de redoublement, comparativement à des élèves de niveau identique en juin Les moyennes du groupe des promus faibles sont systématiquement supérieures à celles du groupe des redoublants. Cependant, les progrès des promus au CE1sont insuffisants pour leur permettre de ne pas se démarquer de nouveau par la faiblesse de leurs acquisitions finales. Dans un cas sur deux, ils seront sanctionnés à leur tour par une décision de redoublement.

29 Les opinions des acteurs

30 Redoublement et attitudes des enseignants Les études étrangères et françaises montrent que les enseignants voient dans le redoublement une mesure nécessaire dont les effets positifs surpassent les effets négatifs. Les enseignants redoutent le jugement de leurs collègues lorsquun élève promu na pas réalisé les acquisitions prévues au programme. – le redoublement est efficace sur le plan des apprentissages. – il ny pas de réelles voies alternatives. – les répercussions négatives (psychologiques, pour le cursus scolaire) sont limitées.

31 Lopinion des familles Des parents majoritairement favorables au redoublement Une attitude encore plus fréquente dans les milieux modestes

32 Du côté des élèves Plusieurs recherches françaises et étrangères font apparaître que les redoublants, quel que soit leur âge, ont une image systématiquement plus négative deux-mêmes Dans une enquête menée en France, les adolescents citent le redoublement comme lévénement le plus redouté dans leur vie dadolescent après celui de la perte de la vue et celui de la disparition dun des leurs.

33 Le coût du redoublement

34 Le supplément de coût dû au redoublement peut être estimé à 4% du budget pour lélémentaire et à 7% pour le collège : 2,24 milliards deuros (2007). Hypothèse plus réaliste dun gain deux fois moindres, labandon du redoublement représenterait encore une économie de moyens de 1,1 milliard deuros

35 Pour conclure sur le redoublement Inéquitable – différences géographiques – dune école, dune classe à lautre – décision basée sur des critères pas toujours objectifs – les redoublants sont doublement pénalisés par la notation Inefficace sur les apprentissages, sur la motivation, sur lambition des élèves Coûteux

36 Quelle alternative au redoublement ? Les classes uniques réduisent nettement la probabilité individuelle de redoubler dans la scolarité élémentaire (Leroy-Audouin, Mingat, 1995) Gérer lhétérogénéité des élèves autrement… – référentiel des compétences des élèves (abandonner les pratiques traditionnelles de lévaluation des élèves) – lorganisation en cycles…… – développer le travail en équipe – intégrer laide aux élèves dans les pratiques quotidiennes (moyens pris notamment sur les économies faites par la suppression du redoublement) Dimension culturelle importante…

37 Bibliographie sommaire CRAHAY, Marcel. Peut-on lutter contre léchec scolaire ? 2e éd., Bruxelles : De Boeck Université, 2003, 378 p. CRDP de lacadémie de Versailles. La question du redoublement. Comment faire avec la difficulté scolaire ? Collection « Des enseignants et des chercheurs », 2008, 134 p. DRAELANTS, Hugues. Le redoublement est moins un problème quune solution. Comprendre lattachement social au redoublement en Belgique francophone. Les Cahiers de Recherche en Éducation et Formation, 2006, n° 52. PAUL, Jean-Jacques, TRONCIN, Thierry. Les apports de la recherche sur limpact des stratégies de traitement des difficultés scolaires au cours de la scolarité obligatoire. Dijon : IREDU, 2004, 43 p., Rapport réalisé pour le Haut Conseil de lévaluation de lécole. PERRENOUD Philippe. Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt. De la critique du redoublement à la lutte contre l'échec scolaire. Éduquer et Former, Théories et Pratiques, 1996, n° 5-6, p


Télécharger ppt "La question du redoublement Montluçon, le 27 janvier 2012 Bruno Suchaut Université de Bourgogne et IREDU-CNRS www.brunosuchaut.fr."

Présentations similaires


Annonces Google