La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE LEXIQUE Enseignement/Apprentissage Mémorisation et stockage Evaluation Séminaire de Versailles 19 février 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE LEXIQUE Enseignement/Apprentissage Mémorisation et stockage Evaluation Séminaire de Versailles 19 février 2010."— Transcription de la présentation:

1 LE LEXIQUE Enseignement/Apprentissage Mémorisation et stockage Evaluation Séminaire de Versailles 19 février 2010

2

3 Contenu de cet ouvrage Ce quil nest pas Pas une compilation lexicale Pas un document officiel ni des IO dissimulées Pas non plus le point sur les avancées des neurosciences Ce quil veut être Lanalyse dun sentiment déchec collectif Un outil de réflexion sur les pratiques denseignement et dapprentissage du lexique (EAL) dans les classes dallemand ( et de langues vivantes ?) Un ensemble de propositions et de préconisations pour modifier les pratiques de classe afin de replacer la préoccupation du lexique au cœur des actes pédagogiques majeurs

4 Plan général de lexposé 1. Les fondements de la réflexion : 1. Le désarroi des enseignants devant les acquis des élèves et le sentiment dune sorte déchec collectif : Manifestations et dérives observables 2. Tentatives danalyse 3. La place centrale de la compétence lexicale : Un évidence à redémontrer 2. Comment refonder lenseignement/apprentissage du lexique ? Propositions et préconisations 1. Construire un enseignement qui favorise les apprentissages lexicaux : le projet lexical et sa mise en oeuvre 2. Soutenir la mémorisation et gérer le patrimoine lexical commun de la classe (Le « stockage » du lexique) 3. Evaluer la compétence lexicale

5 Le constat dune sorte de désarroi collectif Incertitudes quant au lexique exigible « A-t-on encore le droit de …? » La synthèse initiale Travail de lélève et évaluation des compétences lexicales : une spirale du renoncement ? La gestion du tableau : de la parcimonie à la prolixité Les consignes de travail à la maison

6 Tentatives danalyse Le passage à lapproche communicative et actionnelle La priorité accordée aux compétences de loral Schüler- oder lehrerzentriert ? Pratiques dévaluation et pratiques dentraînement : la dérive des grilles Le passage du « document de base » aux documents authentiques et la difficulté de discerner lessentiel de laccessoire Les spécificités de lallemand et de lhistoire récente des germanistes Le lexique dans les programmes et les instructions officielles

7 Lexique et programmes de Terminale La variété des supports abordés mobilise une grande richesse lexicale, principalement en reconnaissance. Lacquisition du vocabulaire ne consiste pas en lapprentissage de mots isolés. Le vocabulaire est étudié en contexte, ce qui permet à lélève de comprendre comment les mots sinsèrent syntaxiquement dans lénoncé. En outre, ce vocabulaire est mis en réseaux par le moyen de la dérivation morphologique, et par le recours aux champs sémantiques que le programme culturel fournit. Lensemble de ce travail suppose un maniement régulier du dictionnaire bilingue, voire parfois monolingue

8 Les compétences lexicales sont essentielles : une évidence à redémontrer

9 Les compétences communicatives langagières Compétence pragmatique Compétence sociolinguistique Compétence linguistique

10 La compétence lexicale : une compétence essentielle pourtant La compétence linguistique Compétence phonologique Compétence orthographique Compétence grammaticale Compétence lexicale

11 La problématique de lenseignement et de lapprentissage du lexique Les acquis lexicaux de nos élèves sont insuffisants, dautant que le lexique allemand offre peu de transparence pour des francophones Les textes officiels donnent peu de prises aux enseignants Un sentiment collectif déchec se fait jour insidieusement et une spirale de résignation semble enclenchée Lenseignement/apprentissage et la mémorisation du lexique sont pourtant centraux et représentent un enjeu majeur pour notre discipline. Comment dès lors leur redonner leur sens et leur juste place ? Comment refonder donc lenseignement/apprentissage du lexique ?

12 II. Lenseignement/apprentissage du lexique et sa mémorisation Les préconisations Restauration ou re-fondation ? De la connaissance à la maîtrise lexicale : Une construction cohérente. Le projet lexical pour la compréhension et lexpression (projet de cours) Construire la mémorisation Gérer le stockage du lexique Evaluer la compétence lexicale

13 Comment élaborer le projet lexical ? Comprendre est une activité langagière que le professeur se doit de construire. Comment ? Apprendre à gérer limprévu lexical Intégrer le projet lexical dans le projet de compréhension : Projet linguistique à la réception/ Projet linguistique général de compréhension ; Le projet lexical, un critère essentiel pour choisir les documents dans le cadre dune progression.

14 Comment mettre en œuvre le projet lexical pendant le cours Le fonctionnement de la mémoire La gestion du flux lexical : les traces écrites, la gestion du tableau et le rôle des bilans intermédiaires La retranscription dans le cahier et/ou la prise de notes Les consignes de travail à la maison La gestion des réemplois et des réactivations Lencodage du lexique : les bilans lexicaux Mémoriser par la lecture suivie et lexposition à la langue au-delà de lheure de cours Lusage du dictionnaire

15 Prendre des notes (conférences, séminaires, etc) CECRL p. 77 B2 Peut comprendre un exposé bien structuré sur un sujet familier et peut prendre en note les points qui lui paraissent importants même sil (ou elle) sattache aux mots eux-mêmes au risque de perdre de linformation B1 Peut prendre des notes sous forme dune liste de points clés lors dun exposé simple à condition que le sujet soit familier, la formulation directe et la diction claire en langue courante A2 Pas de descripteur possible A1 Pas de descripteur possible

16 Comment mettre en œuvre le projet lexical pendant le cours Le fonctionnement de la mémoire La gestion du flux lexical : les traces écrites, la gestion du tableau et le rôle des bilans intermédiaires La retranscription dans le cahier et/ou la prise de notes Les consignes de travail à la maison : larticulation vertueuse EOC-EE La gestion des réemplois et des réactivations Lencodage du lexique : les bilans lexicaux Mémoriser par la lecture suivie et lexposition à la langue au-delà de lheure de cours Lusage du dictionnaire

17 Gérer le stockage du lexique Le carnet de vocabulaire : avantages et inconvénients. Le fichier informatique et sa gestion dans la continuité du parcours de lélève.

18 Lévaluation de la compétence lexicale Evaluer les connaissances et la maîtrise lexicales Vérifier lapprentissage du lexique / Evaluer la maîtrise lexicale : Les finalités dune évaluation du lexique Les modalités dévaluation qui en découlent

19 Les principes dune évaluation de la maîtrise lexicale Evaluer par activité langagière dans le cadre dune tâche requérant lusage de champs lexicaux donnés, donc des éléments du projet lexical fixé. Un moment privilégié pour lEOC : la synthèse initiale. Trouver pour cela des documents induisant les champs thématiques et donc lexicaux visés. Pour lEO et lEE, utiliser des documents déclencheurs. Attribuer à la compétence lexicale une partie des points de score, en fonction du degré de maîtrise observé au niveau de compétences attendu (A2, B1, B2). On pourrait aussi concevoir une évaluation de la seule maîtrise du corpus lexical fixé comme objet dapprentissage. Dans une visée formative et/ou de remédiation, joindre une fiche reprenant le projet lexical fixé. Les éléments lexicaux maîtrisés et non maîtrisés y seront par exemple marqués dune couleur différente. Sorte de retour à lélève sur son investissement lexical. Et repère pour le professeur en vue des réactivations/remédiations nécessaires.

20

21 CONCLUSIONS SUR lENSEMBLE DES DEUX EXPOSES Seule une minorité des élèves (15 à 17% en LV2, 29 à 33% en LV1) atteint le niveau B2 et les élèves de L montrent en LV une supériorité quon ne leur reconnaît pas généralement. Une partie importante des élèves ne peut tirer aucun profit dun enseignement ciblé vers les élèves moyens dune classe (37 à 44% se situent à un niveau A2 et ne peuvent pas pleinement bénéficier dun enseignement visant à faciliter le passage de B1 à B2 : Nécessité donc détendre (généraliser ?) les groupes de compétence, y compris au-delà de la classe de Seconde. Il ny a pas lieu non plus à différencier le tronc commun de lapprentissage des langues selon les séries. La compétence linguistique, donc lexicale, est la condition nécessaire pour consolider les compétences pragmatiques ; Dans la compétence linguistique, cest la compétence lexicale qui permet de progresser de B1 à B2 ; Moins de compétences lexicales = Moins de compétence culturelle : Il y a donc nécessité de replacer lEAL au cœur des pratiques denseignement. Certaines des préconisations proposées plus haut ne pourraient-elles pas être utiles, quelle que soit la langue enseignée ? Lacquisition lexicale relève davantage des aléas des textes étudiés ; Le savoir lexical commun à tous les élèves a une extension très réduite : Nécessité de construire lenseignement du lexique. Il faut former les professeurs à enseigner le lexique ( cf méthodes préconisées). Les programmes culturels de lycée étant si vastes quils rendent les savoirs culturels, donc lexicaux, inévaluables au baccalauréat, il convient sans doute de définir (Comment ?), par exemple par rotation tous les deux ans, des thèmes resserrés parmi les notions obligatoires, quitte à inciter au bachotage.

22 CONCLUSIONS SUR lENSEMBLE DES DEUX EXPOSES Suite La valeur sémantique est assez constante dun groupe de niveau à lautre, mais la précision et la maîtrise dutilisation est en revanche très différente et progresse avec le niveau atteint : Lentraînement à lutilisation des léxèmes doit être systématiquement renforcé. La mémorisation graduée et guidée (de la re-production, avec ou sans traces écrites, à la production, elle-même, avec ou sans traces écrites) pourrait être systématiquement soutenue par lusage des bilans intermédiaires en classe, en articulation avec des tâches écrites régulières à la maison. Pour le passage de B1 à B2, priorité doit être accordée aux notions générales (ce qui induit réduction et resserrement du lexique thématique et donc des contenus culturels) et à lusage des connecteurs logiques et chronologiques. Les bilans intermédiaires en classe, visant la mémorisation (avec ou sans traces écrites sous les yeux) et articulés avec le travail écrit à la maison, pourraient en être le vecteur dentraînement. La lecture des rapports dinspection montre également le besoin dune réflexion et de recommandations sur la différenciation, selon le niveau de compétence visé, du lexique introduit en classe en expression. Un patrimoine lexical commun réduit, dont le stockage est rarement guidé et qui se volatilise dune année sur lautre et dun professeur à lautre : La création dun outil informatique interlangues de stockage que lélève garderait durant toute sa scolarité (au moins au lycée) pourrait constituer une avancée utile.

23 CONCLUSIONS SUR lENSEMBLE DES DEUX EXPOSES Fin La synthèse initiale est un moment important de lévaluation des compétences lexicales. En faire peut-être un objet dobservation et dévaluation lors des inspections. Produire un outil commun dévaluation à diffuser ? Diffuser dautres outils pour lévaluation de la production écrite, du type de la grille dévaluation de lEE au baccalauréat dallemand ? Et donc définir en amont le type de tâches permettant lévaluation du A2, B1 et B2 dans les épreuves du baccalauréat ?


Télécharger ppt "LE LEXIQUE Enseignement/Apprentissage Mémorisation et stockage Evaluation Séminaire de Versailles 19 février 2010."

Présentations similaires


Annonces Google