La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. LES FILIÈRES ÉNERGÉTIQUES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. LES FILIÈRES ÉNERGÉTIQUES."— Transcription de la présentation:

1

2 1 Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. LES FILIÈRES ÉNERGÉTIQUES

3 2 LES SYSTÈMES DÉNERGIE ADÉNOSINE TRIPHOSPHATE

4 3 LES SYSTÈMES DÉNERGIE EN BIOCHIMIE EN BIOCHIMIE Un nucléotide, constituant de la cellule musculaire

5 4 LES SYSTÈMES DÉNERGIE EN PERFORMANCE EN PERFORMANCESPORTIVE Un intermédiaire central dans les convertions biologiques de l énergie

6 5 LES SYSTÈMES DÉNERGIE Moins de 100 gr d ATP pour l ensemble de l organisme: environ 60 gr pour l ensemble des muscles chez une personne moyenne.

7 6 LES SYSTÈMES DÉNERGIE Un sprinter lorsqu il entame une foulée resynthétise 10,000,000,000,000,000,000 mol. d ATP (10 19 ).

8 7 LES SYSTÈMES DÉNERGIE Un marathonien resynthètise 10 gr dATP/sec.; un coureur de poids moyen en utilise 75 Kg pour couvrir la distance (42,2 Km)

9 8 NUTRIMENTS ALIMENTAIRE LES SYSTÈMES DÉNERGIE ÉNERGIE CHIMIQUE CONTRACTION MUSCULAIRE ÉNERGIE MÉCANIQUE ÉNERGIETHERMIQUE

10 9 ASCENSEUR LES SYSTÈMES DÉNERGIE CARBURANTS (système dénergie) ÉNERGIE THERMIQUE / ÉNERGIE MÉCANIQUE NUTRIMENTS + CASCADE = HYDROLYSE

11 10 LES SYSTÈMES DÉNERGIE ANAÉROBIEAÉROBIE

12 11 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SYSTÈME DE LA GLYCOLYSE RAPIDE SAA PHOSPHORILATION DIRECTE SA SYSTÈME AÉROBIE OU DE LA GLYCOLYSE LENTE + OXYDATION DES AGL PAACAACALPALPAMENDURANCE AÉROBIE (CAPACITÉ) ANAÉROBIEAÉROBIE

13 12 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20" (2) 20-45" SAL SAA DURÉE à + hrs

14 13 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA INTENSITÉ à + hrs SUPRAMAXIMALEMAXIMALEÉLEVÉETRÈSÉLEVÉEMOYENNEMENT ÉLEVÉE ÉLEVÉE MODÉRÉE FAIBLE T. FAIBLE

15 14 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA QUALITÉSFONCTIONNELLES à + hrs F-VIT V MAX F MAX EVCDEVLDEVMDEACD EAMD EALD EATLD

16 15 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA RAPPORT TRAVAIL / REPOS à + hrs 1:20 1:16 1:12 1:8 1:4 1:12 1:8 1:3 1:. 5 QUELQUES HRS + HRS + JOURS

17 16 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA NATURE DE LA RÉCUPÉRATION à + hrs PASSIVE PASSIVE/ACTIVE + DIÈTE PASSIVE/ACTIVE + DIÈTE ACTIVE + DIÈTE ACTIVE + DIÈTE ACTIVE COURTE + DIÈTE

18 17 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA SUBSTRATS à + hrs ATP-PC GLYCOGÈNE LACTATE GLYC. + LACT. + AGL GLYC. + AGL + LACT. AGL + GLYC. + LACT.

19 18 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SA PAACAACALPALPAMENDURANCE ANAÉROBIEAÉROBIE 0-7"8-20"46-2'20-45"2-8'9-30 SAL SAA FIBRES MUSCULAIRES MUSCULAIRES à + hrs IIBIIA-IIBIIA-IIB-1IIA-IIBIIA-1 1-IIA 1+ et IIA 1++ et IIA

20 19 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-7" CAA 8-20" CAL 46-2' PAL 20-45" PAM 2-8' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE Où situez-vous ??? 1000m109 Étape du tour de France

21 20 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-7" CAA 8-20" CAL 46-2' PAL 20-45" PAM 2-8' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE

22 21 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-7" CAA 8-20" CAL 46-2' PAL 20-45" PAM 2-8' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE Où situez-vous ??? GolfFrappe

23 22 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-7" CAA 8-20" CAL 46-2' PAL 20-45" PAM 2-8' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE

24 23 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-7" CAA 8-20" CAL 46-2' PAL 20-45" PAM 2-8' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE Où situez-vous ??? Présence 40 Programme long de 4 minutes

25 24 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SAL SAA SA PAA 0-10" CAA 10-20" CAL 1-2' PAL 20-60" PAM 2-10' ENDURANCE + de 9' ANAÉROBIEAÉROBIE

26 25 LES SYSTÈMES DÉNERGIE

27 26 LES SYSTÈMES DÉNERGIE SYSTÈME DE PRODUCTION DACIDE LACTIQUE PHOSPHORILATION DIRECTE SYSTÈME AÉROBIE PAACAACALPALPAMENDURANCE AÉROBIE (CAPACITÉ) ANAÉROBIEAÉROBIE

28 27 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAA SKI ALPIN LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

29 28 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASAL SKI ALPIN1 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

30 29 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAM SKI ALPIN11 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

31 30 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA SKI ALPIN113 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

32 31 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA SKI ALPIN1134 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

33 32 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA BASKETBALL LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

34 33 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA BASKETBALL1133 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

35 34 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA JUDO1233 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

36 35 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA TENNIS1233 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

37 36 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA VOLLEYBALL1234 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

38 37 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA 5,000m en athlétisme 4313 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

39 38 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA TRIATHLON5421 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

40 39 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA TIR À LARC LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

41 40 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA TIR À LARC4555 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

42 41 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS SAASALPAMEA SKI ALPIN1134 BASKETBALL1133 JUDO1233 TENNIS1233 VOLLEYBALL1234 5,000m athl.4313 TRIATHLON5421 TIR À LARC4555 LÉGENDE: 1 = T.I. 3 = M.I. 5 = P.I.

43 42 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zJeux du Québec à Lachine 2001 zGroupe de filles de 15 à 17 ans en finale zSemblable à collégial AA z1 journée de compétition: y4 parties, 2de3 de 25 points en continu; y pause de 30 à 90 entre les parties; y1ière à 9h00 et dernière à 16h00

44 43 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zLa durée d une partie est de 45 à 80 avec 50 d échauffement pour la 1ière et 30 pour les suivantes z1 partie: 2 manches de 25 points et 1 de 15 points pour 75.8 pour cette finale: y26.4 de T actif pour 49.4 de T inactif où 24.6 étaient du repos actif et 24.8 étaient du repos passif yLa durée moyenne des échanges: 13 où + court = 4.5 et + long = 90.6 yLa durée moyenne entre les échanges: 14.3

45 44 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zNombre d actions par position: zLe passeur: y155 actions dont 1/3 sont simples et 2/3 sont des enchaînements zLe central: y110 actions dont 1/2 sont des actions simples et 1/2 des enchaînements zLes joueurs en 4 et 5: y80 actions composées d enchaînements multiples

46 45 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zLe joueur en 2: y93 actions dont 1/2 sont des actions simples et 1/2 sont des enchaînements zLe libéro: y28 actions dont 2/3 sont des enchaînements et 1/3 des actions simples zTous les actions(frappes-interceptions-sauts) sont d intensité très élevée donc de SAA

47 46 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zLes déplacements: yse réalisent dans une zone de 3 M ; le passeur couvrira une zone de 6 M yles déplacements se font à très haute intensité pendant les échanges (SAA) et à faibles intensité lors des pauses (SA)

48 47 L ANALYSE DU MOUVEMENT DANS LE TEMPS EN VOLLEYBALL zDonc le SAA est très important pour l ensemble des actions et des déplacements qui sont de courtes durées; zLe SAL est important pour permettre la réalisation des échanges plus longs; zLa PAM est moyennement importante pour soutenir l ensemble des échanges; zLa CA est moyennement importante pour favoriser la récupération entre les échanges, entre les manches et les parties.

49 48 Agencement séquentiel des dominantes de l entraînement dans la planification annuelle (p. 184) zSA SAA SAL zEA (EAL) PAM PAA CAA PAL CAL

50 49 Distribution des tâches dentraînement zPour le SA: EA avant PAM « Pourquoi? » yEn début de préparation générale (progression) yAdaptation de la composante centrale (CP), donc excellente base pour tolérer des intensités deffort progressivement + importantes et mieux récupérer yQualité favorisant le volume yAttention aux blessures dusure et à lefficacité gestuelle.

51 50 Distribution des tâches dentraînement zPour les voies métaboliques anaérobie: la puissance avant la capacité, « Pourquoi? » yPour être progressif yMaximiser la puissance avant de chercher à optimiser la capacité, le niveau de capacité étant tributaire de la puissance maximale yEn athlétisme à la finale du 100 mètres, le meilleur sera celui qui obtient la + grande Vmax.

52 51 Distribution des tâches dentraînement zEn fait, pour la voie métabolique aérobie, lorsque les adaptations de la composante centrale sont optimales, « maximiser aussi la puissance avant de chercher à optimiser lendurance aérobie spécifique » zDonc en principe, le marathonien devra chercher à améliorer sa PAM avant de stimuler sa capacité à maintenir un % élevé de celle-ci.

53 52 La Puissance avant la Capacité pour le Système aérobie aussi lorsque les adaptations préliminaires en EA sont concrétisées zExemple: y marathon à 80% de la PAM, ce qui représente une très bonne endurance, y Si PAM de 19 Mets (66.5 ml/kg-min) y 80% = 3:57/km = 2:46:41 pour 42.2 km y Si PAM de 20 Mets (70 ml/kg-min) y 80% = 3:45/km = 2:38:15 pour 42.2 km

54 53 Agencement séquentiel des dominantes de l entraînement dans la planification annuelle zEA (EAL) PAM PAA CAA PAL CAL zPAA CAA PAL CAL PAM (EAL) EA

55 54 Développement maximal ou optimal des qualités physiques zDéveloppement maximal ydéveloppement majeur pour la performance yfacteur-clé pour les sports cycliques ypour quelques qualités seulement, les qualités secondaires développées de façon optimale zDéveloppement optimal ydéveloppement des qualités physiques complémentaire pour la performance yhabituellement requis pour les sports technico- tactique

56 55 Agencement séquentiel à court terme des activités d entraînement zDans le microcycle et dans la séance: yHabiletés motrices en apprentissage avant les SE yPAA CAA PAL CAL PAM EA yPlusieurs agencements possibles pour stimuler un facteur en état de fatigue

57 56 lAmélioration de certains facteurs en état de fatigue

58 57 Effets d entraînement secondaires possibles résultant de l entraînement de qualités physiques particulières zQualité entraînée de façon prioritaire yPAA yCAA yPAL yCAL yPAM yEA > 80% PAM yEA < 70% PAM z Effets d entraînement secondaire possible sur: yCAA yPAA ou PAL(fct.durée) yCAA yPAL ou PAM(fct.durée) yCAL yPAM ynul sauf PAM non-entr.

59 58 Quelle est la différence entre PAM, Endurance et VO 2 max ?. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

60 59 Distinction entre PAM et Endurance et VO 2 max. QUALITÉS PHYSIQUES DISTINCTES MESURE CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

61 60 PAM Définition Puissance de travail Puissance de travail que lathlète développe au cours dun exercice saccompagnant dune consommation doxygène exactement égale à sa VO 2 max (Péronnet et Thibault, 1984). watts Sexprime en watts. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

62 61 Endurance Définition % élevéPAM Capacité de maintenir longtemps un % élevé de sa PAM. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

63 62 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE VO 2 max Définition Quantité maximale doxygène par unité de temps Quantité maximale doxygène qui peut-être utilisée par les masses musculaires sollicitées à lexercice, par unité de temps, pour produire lénergie..

64 63 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE VO 2 max brèves considérations V: fait référence au volume. O 2 : fait référence à loxygène. pointunité de temps Un point est habituellement placé sur le V pour indiquer que le tout est exprimé par unité de temps...

65 64 De quels facteurs dépendent PAM, Endurance et VO 2 max ?. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

66 65 Distinction entre PAM et Endurance et VO 2 max dépend: 1) VO 2 max 2) Efficacité technique du sujet dépend de: # facteurs (diapos suivantes) Dc max x D a-v O 2 max Débit cardiaque Différence entre le contenu artériel et contenu veineux en oxygène dépend du:. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

67 66 Facteurs pouvant contribuer à déterminer le niveau Endurance aérobie l% élevé de fibres lentes. lLe niveau des réserves de glycogène musculaire et hépatique. lApport exogène de glucose. lLe niveau du seuil daccumulation dacide lactique. lLa capacité de lorganisme à évacuer la chaleur produite au cours de lexercice. lLéquilibre hydrique de lorganisme. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

68 67 Facteurs pouvant contribuer à déterminer le niveau Endurance aérobie Endurance aérobie (suite) lLes conditions environnementales (chaleur + humidité). lLacclimatation à la chaleur. lLâge de lathlète. lLefficacité technique ou léconomie de mouvement. lLa capacité de lorganisme à mobiliser et à utiliser les acides gras comme source dénergie. lFacteurs psychologiques (motivation, tolérance à la douleur). CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

69 68 lefficacité technique Le principal facteur qui différencie les excellents athlètes des bons athlètes dans les sports dendurance au niveau international serait lefficacité technique. favorisant une plus grande utilisation des lipides Une technique supérieure peut avoir des effets significatifs sur le plan métabolique au cours dun exercice prolongé, entre autre, en favorisant une plus grande utilisation des lipides et une moins grande utilisation des glucides. Concernant la PAM CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

70 69 Facteurs responsables du niveau de la VO 2 max. La VO 2 max est donc déterminée à la fois par des: facteurs centraux: système cardio-pulmonaire. facteurs périphériques: vascularisation, caractérisriques biochimiques des cellules musculaires, capacité à dégrader les substrats énergétiques à lintérieur des mitochondries.. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

71 70 Facteurs responsables du niveau de la VO 2 max débit cardiaque Il semble que le facteur qui détermine la limite supérieure de la VO 2 max soit le débit cardiaque et non la capacité des fibres musculaires à utiliser loxygène pour produire lénergie à lintérieur des mitochondries (Astrand et Rodhal, 1986; Wilmore et Costill, 1994).. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

72 71 Facteurs responsables du niveau de la VO 2 max VO 2 max = Dc max x D a-v O 2 max FC max Fréquence cardiaque maximale V Es Volume déjection systolique.. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

73 72 Quels sont les tests servant à évaluer ou mesurer PAM, Endurance et VO 2 max ?. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

74 73 Mesures indirectes: Léger-Boucher Léger-Lambert 12 minutes Cooper 3000m Test de watts (vélo) Mesure indirecte: Test de 90' Évaluation et tests PAM et Endurance et VO 2 max. Mesure directe: (en laboratoire) Test de Bruce sur tapis roulant ou test sur vélo. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

75 74 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE VO 2 max tests et mesure Mesure effectuée en laboratoire analyse la composition des gaz expirés dO 2 utiliséeCO 2 produite Lors de telles évaluations, on analyse la composition des gaz expirés par le sujet en portant une attention particulière à la quantité dO 2 utilisée et de CO 2 produite..

76 75. Pour quelles activités, lévaluation de la VO 2 max nest-elle pas pertinente ? l Aviron l Patinage de vitesse l Voile l Boxe l Curling CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

77 76 l Aviron l Patinage de vitesse l Voile l Boxe l Curling CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

78 77 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE PAM activités cycliquessupérieure45 secondes L évaluation de la PAM serait pertinente pour les activités cycliques dune durée supérieure à 45 secondes. sportsintenses récupérationbasse intensitécourte durée Et pour les sports à efforts intenses et brefs, séparés par de la récupération à basse intensité et de courte durée. Évaluation et testsPAM

79 78 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE endurance activités cycliques supérieure20 minutes L évaluation de l endurance serait pertinente pour les activités cycliques de durée supérieure à 20 minutes. Évaluation et testsEndurance

80 79 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE Très pertinent Athlétisme 400m et + Natation 100m et + Ski de fond Aviron Patinage de vitesse Canoë/kayak de vitesse Vélo Boxe Lutte Évaluation et tests PAM Pertinent Ski alpin Judo La plupart des sports d équipe Patinage artistique Gymnastique Canoë (eau vive) Sports de raquette Peu pertinent Sauts et lancers Plongeon Haltérophilie Tir au pistolet Tir à l arc Voile Bobsleigh Curling

81 80 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

82 81 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE Dans quelle activité, consommation maximale doxygène la consommation maximale doxygène est-elle la plus grande ?

83 82 CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE plus élevée masses musculaires importantes En règle générale, la consommation maximale doxygène est plus élevée lors dexercices qui impliquent des masses musculaires importantes p/r à des masses musculaires plus petites.

84 83 Les athlètes féminins ont-elles des VO 2 max similaires a ceux des athlètes masculins ? VO 2 max et hérédité. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

85 84 10% inférieure Les femmes athlètes ont une VO 2 max environ 10% inférieure à celle des hommes athlètes. hérédité Il apparait de plus en plus que lhérédité serait le principal facteur responsable des différences de capacité aérobie déterminées par la VO 2 max (Wilmore et Costill, 1994) CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

86 85 Raymond75 Noël70 Qui va gagner le marathon de Québec entre Raymond qui possède une PAM de 75 ml/Kg/min et Noël qui possède une PAM de 70 ml/Kg/min ? CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

87 86 PAM endurance Les athlètes possédant une PAM élevée ont-ils nécessairement une endurance élevée ? CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

88 87 Distinction entre PAM et Endurance endurance PAM Il est maintenant assez bien établi que lendurance ne dépend pas seulement du niveau de la PAM. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

89 88 Distinction entre PAM et Endurance PAM Il peut donc y avoir des athlètes relativement peu "puissant" qui soient plus endurants que dautres dont la PAM est supérieure. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

90 89 Distinction entre PAM et Endurance PAM Un athlète possédant une PAM qui sans être exceptionnelle, est quand même relativement élevée (ex.: ml/kg/min) peut compenser par une endurance supérieure et quand même réaliser des performances de haut niveau, particulièrement dans les épreuves de très longues durées. Temps deffort > 2.5 heures. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

91 90 Distinction entre PAM et Endurance Lendurance à un certain % de la PAM peut varier considérablement entre les individus. meilleures performances duréesupérieure20-25 minutes PAMendurance relative Par conséquent, les meilleures performances dans les épreuves dont la durée est supérieure à environ minutes seront réalisées par les athlètes qui montrent à la fois une PAM et une endurance relative élevées. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

92 91 VO 2 max Quel % de la VO 2 max pouvez-vous maintenir sur: 3 un 3 Km, 10 un 10 Km marathon et sur un marathon ? CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

93 92 Puissance relative de travail en fonction de niveaux dendurance et de différentes distances CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE Endurance très élevée Endurance élevée Endurance moyenne 3 Km 99% 97% 95% 5 Km 97% 94% 92% 10 Km 93% 91% 88% 15 Km 91% 88% 85% 42.2 Km 87% 81% 75%

94 93 Quel est le déterminant le plus important entre PAM et Endurance PAM et Endurance ? Pour un 3 Km Pour un 10 Km Pour un 20 Km pour un Marathon CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

95 94 Importance relative de la PAM et Endurance sur la performance Distance 3 Km 5 Km 10 Km 15 Km 20 Km 21.1 Km 25 Km 30 Km Marathon Importance de la PAM (sur 100) Importance de lendurance (sur 100) Autres (sur 100) CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

96 95 Distinction entre PAM et Endurance 6 et 20 PAM Pour les efforts cycliques compris entre 6 et 20 minutes la PAM est le principal déterminant. Même pour les épreuves dendurance prolongée, la PAM demeure un facteur clé de la performance (jusquà 2.5 heures). CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

97 96 femmes hommes Alors, pourquoi les femmes ne battent-elles pas les hommes sur un marathon ? CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

98 97 déterminants VO 2 max PAM Parce que lun des déterminants majeurs de la performance dans ce type dépreuve demeure la VO 2 max ou la PAM. CONSIDÉRATIONS SPÉCIFIQUES AU SYSTÈME AÉROBIE

99 98 LES SYSTÈMES DÉNERGIE


Télécharger ppt "1 Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. Par: Richard Chouinard, Raymond Veillette. LES FILIÈRES ÉNERGÉTIQUES."

Présentations similaires


Annonces Google