La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Personnage de la tradition populaire sicilienne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Personnage de la tradition populaire sicilienne."— Transcription de la présentation:

1 Personnage de la tradition populaire sicilienne

2

3 Giufà, appelé aussi Giucà, Giuccamatta, Ciuccianespole etc. est un personnage littéraire de la tradition orale populaire sicilienne.

4 Giufà est un enfant du sud, ignorant, qui sexprime à travers des expressions figées. Il se retrouve souvent au centre de situations loufoques et dangereuses, mais il réussit presque toujours à sen sortir. Il vit au jour le jour, de façon candide et innocente, sans reconnaitre les dangers du monde ni sans se préoccuper de ce qui peut lui arriver. On a limpression que le monde lui tombe dessus.

5 Le cycle des aventures de Giufà est dorigine arabe ( ou plutôt maghrébine) qui dans le dialecte palermitain devint le diminutif de « Giovanni, Giuanni – Jean ») Encore aujourdhui, dans le Maghreb, il existe des cycles dhistoires qui ont comme protagoniste Djeha (prononcé djiuhà) qui ont avec le personnage sicilien la même racine populaire.

6 Selon une autre tradition, Giufà/Jehà dériverait dun personnage qui a vraiment vécu au début du XIème siècle en Anatolie (Turquie). Il sagirait de la personnalité plutôt excentrique de Nasreddin Khoja (le maitre Nasredin) qui dans le monde culturel arabe se serait diffusé sous le nom de Djeha ou Jusuf de laquelle dériverait ensuite le personnage sicilien de Giufà.

7 Personnage comique, caricature de tous les enfants siciliens, Giufà nous fait sourire, avec ses incroyables histoires de malheurs, de bêtises et sagesse.

8 Giufà est un personnage complètement privé de malice et de ruse. Il est ingénu et devient donc la proie préférée des malandrins et des escrocs de tout genre. Dans sa vie on lue volera de tout : dune casserole, dun âne, dun poulet etc. et ceci est vraiment ce qui arrivait dans les campagnes siciliennes quand les escrocs de tout genre essayait darnaquer les plus ingénus en leur promettant même la lune…

9 Giufà est un enfant du Sud, un enfant antique qui porte en soi toute la culture de loralité. Giufà vit encore dans chaque enfant, mais la société littéraire, scientifique et télévisé de notre temps, et une école perdue dans ses méthodes et dans ses objectifs, font lentement, mais surement disparaitre la grimace psychologique de lenfance.

10 Ainsi, comme tant de héros de la télévision, Giufà aujourdhui nous fait sourire avec ses histoires de ruse, de bêtises et de sagesse, et, pendant quil nous permet de mieux connaitre notre culture, il se rend amusant et prenant.

11 Quelques épisodes et exploits de la vie de Giufà

12 Giufà travaille comme porteur C'était un mauvais moment dans la vie de Giufà et il était contraint de travailler comme porteur. Ainsi, un homme lui demanda de porter un grand panier contenant quelques bouteilles en verre. Le même homme lui dit : Pendant le voyage je tenseignerai trois choses qui te seront très utiles dans la vie. Giufa et le propriétaire de la corbeille, marchaient ensemble le long des rues du village. Souffrant le poids de la charge, après un court moment, Giufà demanda à lhomme de s'arrêter pour un moment : Ecoutez, reposons-nous un peu, comme ça vous pourez mexpliquez la première chose utile pour ma vie. (Ils s assirent sur les marches d'un magasin) Si quelqu'un vous dit que davoir faim est mieux que d'avoir le ventre plein, ne le croyez pas! Giufa hocha la tête et continua son chemin avec le panier sur sa tête. Après un certain temps, il sarrêta de nouveau pour une autre courte pause et demanda : Ecoutez, reposons-nous un peu, comme ça vous pourrez mexpliquez la deuxième chose utile pour ma vie. Si quelqu'un vous dit que daller à pied est mieux que daller à cheval, ne le croyez pas! Giufa acquiesça de nouveau et repartit en suivant l'homme qui lui indiqua la route. Arrivés enfin à la maison, Giufà, fatigué et en sueur, demanda : Dites-moi maintenant quelle est la dernière chose utile ? Si quelqu'un vous dit que vous aurez de l'argent pour avoir porté ce panier de bouteilles, ne le croyez pas!. À ces mots, Giufa jeta le panier par terre en criant: Si quelqu'un vous dit qu'aucune de ces bouteilles ne sest cassée, ne le croyez pas!

13 Giufa et le mur Giuf à de la campagne entendit parler de l'astuce de Giuf à de la Ville. Il pensa alors d'aller à F è z, au Maroc o ù Giufa de la ville vivait, pour le taquiner un peu. A peine entr é en ville il vit un homme qui s'appuyait contre un mur: - Bienvenue parmi nous, oh é tranger! Quel bon vent vous a amen é ici? - Je suis venu pour me moquer de Giufa de F è z. Peut-être que vous savez o ù il habite? - Bien s û r! je vais le chercher mais jusqu' à ce que je serai de retour mettez- vous ici pour soutenir ce mur pour ne par le faire tomber parce qu'il risque de s' é crouler. Et en disant cel à, il s'en alla. L'heure du d é jeuner arriva, mais Giufa de la campagne ne bougeât pas parce qu'il é tait en train de soutenir le mur et il resta mort de faim. Tout l'apr è s-midi passa et même la soir é e quand un vieux qui é tait d é j à pass é plusieurs fois l'interpella: - Pourquoi êtes-vous rest é toute la journ é e contre ce mur comme s'il devait vous tomber sur la tête! - J'attends Giufa de F è z, et l'homme qui est all é le chercher m'a dit que je devais le remplacer dans son travail et soutenir le mur qui risquait de tomber sinon. - L'homme dont vous parlez EST Giuf à de F è z –(dit l'homme en riant-) et il s'est moqu é de vous parce qu'il est bien plus rus é que vous Giuf à de la campagne!!! Et... le pauvre Giuf à de la campagne s'en retourna honteux chez lui.

14 Giufà et la casserole empruntée Guifà avait la réputation dêtre un idiot. Cest ce que son voisin pensait de lui, et il essayait de tricher continuellement avec lui en lui demandant demprunter des choses quil ne rendait jamais. Il trouvait toujours des excuses triviales et absurdes pour ne pas rendre à Giufà les objets empruntés. Fatigué dêtre taquiné, Giufà décida de se venger; il demanda donc à son épouse daller chez le voisin pour lui emprunter une casserole. Le matin suivant Giufà alla chez son voisin et lui rendit la casserole. Mille fois merci de mavoir prêté cette casserole, tu sais, jen avais vraiment besoin. Mais, mais, quest ce que cest ça ? (il sort de la casserole une deuxième casserole plus petite) Mon cher voisin, de ta casserole est née une casserole plus petite, et voilà, maintenant, la petite casserole est à toi aussi. Merci mon cher voisin ! (à part) il est vraiment un imbecile ce Giufà!!! Quelques jours plus tard, Giufà redemanda demprunter la casserole, mais cette fois-ci il ne la rapporta pas au voisin, donc celui-ci se présenta chez Giufà: Cher voisin, je suis venu te demander de me rendre ma casserole… Mais, tu ne sais pas ce qui sest passé ? Non ! Et bien, le même soir où tu mavais emprunter ta casserole, elle a eu un terrible malaise et elle est morte ! (en criant) Morte ! je nai jamais entendu dire quune casserole pouvait mourir! Quest ce que cest que ça comme histoire ? Et oui, si une casserole peut naitre, elle a de bonnes probabilités de mourir un jour, non ?

15 GIUFA ET LE FER Un jour, Giuf à dit à son voisin qui é tait commer ç ant: Je vais en voyage, mais à la maison j ai du fer et je ne veux pas que des voleurs le volent durant mon absence. Puis-je vous demander de le garder jusqu' à mon retour ? Oui, certainement Giufa, vous êtes un homme g é n é reux, courageux et honnête, je le fais volontiers. Avec l'aide de quelques amis, Giuf à transporta le fer à la maison de son voisin et partit. De retour de son voyage, il alla demander son fer : Je suis venu pour reprendre mon fer et vous remercier pour le grand service que vous m avez rendu. Oh lala !!! quel malheur ! que puis-je te dire Giuf à ! Les rats ont mang é tout le fer et il n en reste plus rien. (haletant) Mais que me racontez-vous l à ! des rats qui mangent du fer ! C est la pure v é rit é, Giuf à, il arrive parfois de drôles de choses!, non ? Giuf à fit semblant de le croire et retourna chez lui. Apr è s quelques jours, tandis que Giufà retourna du march é, il vit l'âne de son voisin le commer ç ant arrêt é le long de la route. Sur le dos de l'âne il y avait tellement de marchandises et Giuf à pris l'âne et le cacha. Quand le commer ç ant retourna et ne trouva pas son âne, il commen ç a à le chercher partout. Il rencontra Giuf à et lui demanda : - Giufa, j'ai perdu mon âne charg é de tant de biens, vous ne l avez pas vu par hasard ? - (s é rieusement) Il y a quelques minutes, j'ai entendu des bruits venant du ciel, et je suis mont é sur le toit de ma maison pour voir ce que c é tait, et j'ai vu un gros oiseau qui avait enlev é un âne. Que voulez-vous dire? Vous avez s û rement fait un mauvais rêve, c est impossible qu'un oiseau vole un âne !!! Tout est possible, car dans un pays o ù les rats mangent le fer, c est tr è s facile pour les oiseaux de kidnapper des ânes!

16 GIUFA, LA FEMME ET L'ANE La femme de Giuf à mourut et lui, même s il é tait triste n avait vers é aucune larme. Quelques jour plus tard, son âne subit le même sort et Giuf à ne faisait que pleurer. Alors, ses amis et voisins virent vers lui et lui demand è rent : Votre femme est morte et vous n'avez même pas pleur é un tout petit peu !!!.Voil à maintenant votre âne qui meurt et vous n'arrêtez pas de pleurer et de vous plaindre !!! Votre âne vous est donc plus cher que votre femme?? Mais non, vous n avez rien compris, quand ma femme est morte, chacun de vous est venu pour me pr é senter ses condol é ances ; qui m'a dit: « Ne sois pas triste, il y a beaucoup de femmes ! ». Qui encore: Ma fille pourrait être votre nouvelle é pouse » et qui d autre m a propos é sa s œ ur !!! Mais quand mon âne est mort, aucun d'entre vous ne m'a dit: « Ne vous inqui é tez pas, Je vais vous donner un autre âne a sa place! » et … qui me remplacera mon âne ?

17 Giufà et le parfum du rôti Un mort de faim, avec un peu dargent dans sa poche, était en train de passer devant un magasin, où on grillait un rôti de viande. Lodeur lui provoqua encore plus de faim, mais il navait pas assez dargent pour acheter la viande; il alla donc à la boulangerie et il acheta un morceau de pain. Puis, il se rapprocha de la rôtisserie et il sassit près de là pour goûter lodeur de la viande avec le pain. Mais, quand il eut fini de manger le pain, le propriétaire de la rôtisserie sapprocha de lui et dit: - Vu que tu as goûté avec plaisir lodeur de mon rôti, maintenant tu dois me le payer!! Le mort de faim navait pas dargent pour le payer, fut conduit devant Giufà qui était devenu un juge estimé. Oh juge! estimé pendant qu'il mangeait son pain, cet homme goûtait le parfum de ma viande grillée. Je lui ai demandé de l'argent mais il a refusé de payer. Giufà réfléchit et lui demanda: - Combien dargent avez-vous demandé pour le parfum de la viande? - J'ai demandé 5 dirhams! A ses mots Giufà tira de sa poche une monnaie de 5 dirhams et la fit tomber sur la table, en la faisant tinter. - Avez-vous entendu le son de largent?? - Certainement monsieur! - Alors, considérez le son de la monnaie comme payement pour le parfum de votre rôti !


Télécharger ppt "Personnage de la tradition populaire sicilienne."

Présentations similaires


Annonces Google