La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Travail de Hygiène - Génétique - Biostatistique 2e DMV - Groupe 33 Leyder Olivier Limbourg Olivier Lissoir Emilie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Travail de Hygiène - Génétique - Biostatistique 2e DMV - Groupe 33 Leyder Olivier Limbourg Olivier Lissoir Emilie."— Transcription de la présentation:

1 Travail de Hygiène - Génétique - Biostatistique 2e DMV - Groupe 33 Leyder Olivier Limbourg Olivier Lissoir Emilie

2 La race bovine laitière la plus répandue à travers le monde est la race Holstein, race laitière hyper spécialisée. Les caractères zootechniques les plus utilisés dans les schémas de sélection sont la production et la conformation (morphologie) des animaux. La qualité et la quantité des données sont deux facteurs particulièrement important pour assurer la réussite de l'évaluation génétique.

3 1) Quelles sont les informations disponibles pour réaliser les évaluations génétiques de production (quantité et qualité) en race Holstein ? 2) Quel est le modèle utilisé en Wallonie? 3) Quels sont ses avantages par rapport au modèle précédent? 4) Comment utilise-t-on les résultats de ces évaluations?

4 Les éleveurs disposent maintenant d'un nouveau système de classification des reproducteurs laitiers.

5 Les données de production laitière sont celles qui ont été enregistrées en premier, la production étant le facteur le plus important de la rentabilité de la spéculation. Il sagissait au départ de mesurer la quantité de lait produite par chaque animal. Par la suite, on sest intéressé aux taux de matière grasse et de protéine comme indicateurs de la qualité du lait. Deux critères complémentaires sont également mesurés : le taux cellulaire comme indicateur de la santé du pis et le taux durée comme indicateur du métabolisme de lanimal. Ces deux derniers critères relevant plus de la fonctionnalité de lanimal.

6 Les informations disponibles sont donc: Quantité de lait produite par animal; Matière grasse; Protéine; Taux cellulaire.

7 Jusquau début de lannée 2003, lindex économique utilisé en Belgique était lINET. Ce dernier était uniquement basé sur les valeurs délevage de production. Depuis 2003, lINET a été remplacé par la Valeur Economique Lait (VL) et, sont venus sajouter trois autres index économiques pour les critères morphologiques (Pis, Membres, Corps). Lensemble étant pondéré pour donner la Valeur Economique Globale (VG).

8

9 1) Quelles sont les informations disponibles pour réaliser les évaluations génétiques de production (quantité et qualité) en race Holstein ? 2) Quel est le modèle utilisé en Wallonie? 3) Quels sont ses avantages par rapport au modèle précédent? 4) Comment utilise-t-on les résultats de ces évaluations?

10 Actuellement, on utilise le modèle jour du test (« test-day model »). Lidée de base est très simple : utiliser directement les résultats élémentaires à chaque contrôle (test) afin de mieux décrire la production au cours de la lactation.

11 Il existe différents types de modèles jour du test : 1)Modèles « simplifiés » ou à deux étapes qui se résument à une estimation améliorée des productions cumulées sur 305 jours. Ces approches définissent des courbes de références qui sont utilisées pour améliorer lestimation des productions sur 305 jours. Par la suite, ces estimations sont traitées dans des évaluations génétiques « classiques ». 2)Modèles en une étape qui modélisent courbes de référence et valeurs délevage en même temps. Il en existe deux types: a) Modèles sans courbe de lactation individuelle par vache ou modèle « incomplet », appelés ainsi parce quils ne modélisent pas les courbes de lactation individuelles génétique et non génétique pour chaque vache. Le modèle allemand Holstein est un exemple. b) Modèles avec courbes de lactation individuelles par vache ou modèle « complet ». Le modèle canadien en est un exemple.

12 Tout comme les anciens modèles dévaluation génétique basés sur des lactations, un modèle jour du test est une approche BLUP, donc une comparaison équitable danimaux similaires qui se trouvent dans le même environnement au même moment. Cette comparaison corrige pour déventuelles différences génétiques entre individus à comparer. Dans un modèle jour du test, une vache est comparée aux autres animaux de lactation égale, traits au même moment (contrôle) dans un même troupeau. Dautres différences comme le stade de lactation, lâge, la gestation en cours sont également prises en compte par le modèle.

13 Plusieurs pays utilisent déjà lapproche par jour du test. La méthode utilisée en Wallonie a certaines particularités par rapport à celles des autres population, ceci afin de coller au mieux à la situation des élevages wallons : Modélisation multi-race, ce qui correspond le mieux à la structure de nos troupeaux; Modélisation multi-lactation (première à troisième) et multi- caractère (lait, matière grasse, protéine) : grâce à ceci, le modèle sadapte bien à des lactations et/ou caractères manquants, ce qui le rend compatible avec déventuels systèmes de contrôle différenciés; Modélisation des courbes de lactation intra-troupeau et année de vêlage avec régression du résultat vers la courbe de lactation de la population, ce qui est une approche optimale pour tenir compte des différences entre troupeaux par exemple dues à des systèmes dalimentation différentiels (DAC, TMR); Modélisation et pré-correction pour des différences dans les courbes de lactation et lévolution intra-lactation due à lâge et à la race, ceci pondéré daprès la composition raciale.

14 1) Quelles sont les informations disponibles pour réaliser les évaluations génétiques de production (quantité et qualité) en race Holstein ? 2) Quel est le modèle utilisé en Wallonie? 3) Quels sont ses avantages par rapport au modèle précédent? 4) Comment utilise-t-on les résultats de ces évaluations?

15 Ancien modèle : modèle lactation Pour évaluer les vaches laitières, on se basait sur leurs productions cumulées sur une période standard de 305 jours calculées à partir des productions journalières. Ces lactations sont ensuite intégrées dans un calcul qui estime une valeur délevage globale sur toute la lactation. Des lactations successives sont considérées comme des répétitions. Généralement on considère les 3 (p. ex. Belgique) ou 5 (p. ex USA) premières lactations.

16 Cette approche pose un certain nombre de problèmes : - lestimation des productions cumulées qui apporte des erreurs ; les distances entre contrôles qui sont variables (p. ex. A4, A6, pause du juillet) ; -les contrôles qui sont manquants pour différentes raisons (p. ex. suite à la fièvre aphteuse) ; -lexistence dune plus grande diversité de types de contrôles (A, B, AT, AB,…) qui doit pouvoir être prise en compte ; -la présence de lactations incomplètes qui nécessitent des extrapolations ; -la définition des groupes de contemporaines de vêlage qui nécessite souvent de couvrir de longues périodes. (Ce dernier point est important car linfluence directe du jour du test ou contrôle nest pas considérée.)

17 Face à ces problèmes et grâce aux progrès de la technologie et de la science on a pu développer une nouvelle approche de calcul appelé modèle du jour du test (en anglais « test-day model »)

18 Nouveau modèle : modèle jour du test (test day model) Les évaluations génétiques wallonnes pour les caractères de production (quantité de lait, matière grasse et protéine) sont basées sur un modèle jour du test (« test-day model »). La grande caractéristique de cette approche est quelle permet dutiliser tous les résultats individuels ou élémentaires obtenus lors des contrôles laitiers. Les résultats (« valeur délevage ») qui proviennent directement de ce calcul sont exprimés en équivalent 305 jours de lactation et comme moyenne des trois premières lactations et seront désignés ultérieurement par « D » (pour domestique). Les résultats domestiques des taureaux qui disposent de suffisamment de filles en Wallonie sont envoyés à INTERBULL. En retour, INTERBULL renvoie des valeurs délevage internationales pour ces taureaux et de nombreux autres, exprimées en base wallonne.

19 Différentes conséquences découlent de chaque type de modèle. En particulier du point de vue génétique le type modèle « complet » décrit plus que la production moyenne ou totale sur 305 jours, il donne en outre des valeurs délevage pour la persistance d écrivant léquilibre pendant une lactation. En plus, si on considère chaque lactation comme un caractère distinct, tous les modèles donnent des valeurs délevage pour chaque lactation. On peut ainsi calculer des taux de maturité qui indiquent léquilibre entre lactations.

20 Un modèle jour du test peut ainsi répondre aux problèmes précédemment : Lestimation des productions cumulées nest plus nécessaire. La variabilité des distances entre contrôles et contrôles manquants ne pose plus problèmes. Les différents types de contrôles (A, B, AT, BT, …) peuvent être inclus. Lextrapolation des lactations incomplètes ne doit plus être effectuée. La définition des groupes de contemporaines est plus naturelle et la description de lenvironnement plus fiable, en particulier à chaque jour de contrôle. On sait à ce moment modéliser des effets de lenvironnement qui changent dun contrôle à lautre tel que : âge, saison, gestation, etc…

21 Le modèle jour du test est manifestement une opportunité pour la Wallonie de donner à ses éleveurs un outil performant de gestion et de sélection. Il présente un grand nombre davantages : 1°) le modèle jour du test permet une meilleure utilisation des données existantes et des améliorations et modifications dans lavenir : * différents types de contrôle : réduction des coûts du contrôle laitier ; * moins de contrôles pour la même précision ; réduction des coûts du contrôle laitier ; *plus grande précision avec les mêmes contrôles ; meilleure appréciation du potentiel génétique des animaux ; plus grande contribution propre des vaches, donc meilleure concordance entre les différences de production observées et les estimations des valeurs génétiques.

22 Le modèle jour du test permet de disposer de nouvelles informations génétiques ; * valeurs délevage pour la persistance des lactations ; * valeurs délevage pour le taux de maturité; Le modèle jour du test est un formidable outil de gestion, car il permet de disposer dun certain nombre dinformations. Il sagit essentiellement de : * * lestimation précoce des productions de lactation totales ; * * la comparaison des vaches au cours de leurs lactations (vache standard) ; * * la détection des contrôles anormaux.

23 1) Quelles sont les informations disponibles pour réaliser les évaluations génétiques de production (quantité et qualité) en race Holstein ? 2) Quel est le modèle utilisé en Wallonie? 3) Quels sont ses avantages par rapport au modèle précédent? 4) Comment utilise-t-on les résultats de ces évaluations?

24 Les évaluations génétiques sont donc présentées sous forme de tableau. En intégrant des caractéristiques non laitières, le choix de taureaux reproducteurs devient plus aisée. En effet, dans les exploitations moyennes, les éleveurs recherchent des vaches hautes productrices mais également, des animaux ayant une bonne conformation et qui vieillissent bien. De plus le système permet de disposer dun certain nombre dinformations: –lestimation précoce des productions de lactation totales ; –la comparaison des vaches au cours de leurs lactations (vache standard) ; –la détection des contrôles anormaux. meilleure appréciation du potentiel génétique des animaux ; plus grande contribution propre des vaches, donc meilleure concordance entre les différences de production observées et les estimations des valeurs génétiques. Linformatisation des données permet de réaliser des recherches rapides quant au choix de ces reproducteurs et de les comparer entre eux.

25

26 Conclusion: Le modèle jour du test est une fabuleuse occasion pour faire évoluer les systèmes dévaluation génétique laitiers utilisés en Wallonie. En particulier une telle approche permet de supprimer le cloisonnement actuel entre gestion et traitement de données délevage (pedigree, performances), évaluation génétique et gestion des troupeaux. Or justement la régionalisation de lagriculture donne aux éleveurs wallons, à lAssociation Wallone de lElevage et aux scientifiques, la chance de travailler dune façon moderne intégrant ces trois domaines et ceci dans un contexte international.

27 Références: -« Les élevages belges, n°1, janvier 2002 » -www.linalux.bewww.linalux.be -www.elinfo.bewww.elinfo.be


Télécharger ppt "Travail de Hygiène - Génétique - Biostatistique 2e DMV - Groupe 33 Leyder Olivier Limbourg Olivier Lissoir Emilie."

Présentations similaires


Annonces Google