La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche 1 - Les offres e-books négociées par Couperin : typologie 2 - Les grandes lignes des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche 1 - Les offres e-books négociées par Couperin : typologie 2 - Les grandes lignes des."— Transcription de la présentation:

1 Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche 1 - Les offres e-books négociées par Couperin : typologie 2 - Les grandes lignes des négociations 3 - Usages des e-books en bibliothèque : en France et ouverture à linternational Florence BARRé – SCD - Université de Nîmes Claire NGUYEN – Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine et dOdontologie - Paris Merci à Caroline Bruley et Guillaume Hatt pour leur contribution à cette présentation Journée RNBM - Marseille – 13 octobre 2010 La CeB

2 2 Couperin en 2 dates 1999 : création du consortium par 4 SCD 2009 : 205 établissements (universités, grandes écoles, organismes de recherche) sont membres du consortium qui occupe la première place européenne en termes dadhérents et de négociations Missions Evaluer, négocier et organiser lacquisition des ressources documentaires en ligne aux meilleures conditions Construire et développer un réseau national de compétences autour des ressources numériques Organiser lévaluation, lexpertise et la veille dans différents domaines de lIST (ex : groupe de veille « accès distant », CeB, Groupe de Travail sur les Archives Ouvertes…) Positions Un acteur qui œuvre pour un libre accès aux résultats de la recherche financée sur fonds publics Un acteur qui revendique ladoption de mesures fiscales ou de compensations favorisant un passage au tout électronique (TVA à 5.5%), et qui milite pour un prix, sinon unique, du moins unifié et transparent du livre. Introduction : Couperin et la CeB

3 3 La CeB Présentation de la CeB et de ses axes de travail Missions de la CeB, Cellule e-Books du consortium Couperin Coordination des négociations e-books au sein du consortium Veille sur les thématiques et problématiques liées aux e-books Angles détude De juin 2008 à avril 2009 : rédaction de documents informatifs sur les e-books à destination des négociateurs, éditeurs et responsables détablissement Depuis mai 2009, 2 thématiques abordées : Pratiques et usages des e-books en établissements denseignement supérieur. Nos sources : enquête de Sophie Brezel, dossier de master SIBE, articles de Laurent Jonchère Le cartable électronique à lUniversité En 2010, la CeB mène une étude sur le signalement des e-books. Introduction : Couperin et la CeB

4 1 - Les offres e-books négociées par Couperin Typologie de l'offre Pourquoi négocier maintenant ? La CeB Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche

5 5 1 - Négociations e-books : typologie de loffre La CeB Les plateformes dagrégateurs pluridisciplinaires NetLibrary, Dawsonera, EBL, Numilog… Contenus Multidisciplinaire Titres déditeurs variés Catalogue important (> titres) Manuels, monographies, documentaires, essais, peu de fictions Public de bon niveau universitaire Accès et usages Connexions simultanées limitées Documents PDF avec DRM qui peuvent être annotés Lecture sur tablette possible Modèle économique Achat au titre Archivage et pérennité Impressions et téléchargements limités Accès pérenne par achat des e-books + abonnement à la plateforme

6 6 1 - Négociations e-books : typologie de loffre La CeB Les plateformes dagrégateurs spécialisés Collins, Safari, Cyberlibris, Knovel… Contenus Discipline définie ; contenu actualisé Titres déditeurs variés Nombre de titres limité (<5000 titres) Manuels, monographies, référence Public spécialisé ou en voie de spécialisation Accès et usages Connexions simultanées illimitées Documents Web sans DRM mentionnés Lecture en ligne sur la plate-forme (tablette non prévue) Modèle économique Abonnement annuel au titre ou au bouquet Archivage et pérennité Impressions et téléchargements souvent limités Pas daccès pérenne ; modèle dominant : abonnement aux e-books

7 7 1 - Négociations e-books : typologie de loffre La CeB Les plateformes déditeurs Oxford, Springer, Wiley, ENI, Le Robert… Contenus Spécialisés Production propre Nombre de titres réduit (<100) Monographies dont collections, ouvrages de référence Public expert (sauf certains dictionnaires) Accès et usages Connexions simultanées illimitées Documents HTML ou PDF sans DRM mentionnés Lecture en ligne sur la plate-forme (tablette non prévue) Modèle économique Abonnement annuel au bouquet Archivage et pérennité Impressions et téléchargements peu limités Accès pérenne lié à la plateforme de léditeur

8 8 1 - Négociations e-books : observations sur les contenus et accès La CeB Contenus Une prédominance des contenus anglophones (+ de 80%) Des ressources répondant davantage aux besoins des doctorants et chercheurs Des pôles thématiques mieux servis que dautres : STM, droit, économie, gestion Une publication du e-book parfois différée par rapport à lédition papier et une absence de transparence de léditeur sur ce point Des éditeurs français qui diffusent volontiers les ouvrages de référence au format numérique mais qui restent prudents vis-à-vis des monographies Rareté des manuels, ressource qui manquent pour les étudiants de Licence Accès Laccès nomade est accepté Mais : les accès illimités sont réservés aux plates-formes déditeur qui suivent le modèle des bases darticles en ligne Mais : les formats sont verrouillés (DRM) et ne permettent pas la lecture des fichiers sur dautres supports que les ordinateurs portables

9 9 1 - Négociations e-books : observations sur les modèles économiques et fonctionnalités La CeB Fonctionnalités Celles qui sont systématiques : copier-coller (%), impression (%), accès nomade, fourniture de statistiques dusage Et celles qui sont optionnelles : annotations, marque-page et panier personnel, étagères virtuelles, téléchargement de document Le PEB nest pas explicitement autorisé dans toutes les licences Les e-books en mathématiques néchappent pas à ces modèles. Une faible harmonisation des modèles économiques Achat, abonnement, location-achat… dun titre, dun bouquet… Frais daccès à la plate-forme : tarif forfaitaire ou % sajoutant au prix du titre Acquisitions pérennes et/ou abonnements Prix du livre : encore basé sur le prix de limprimé (souvent celui du format hard cover) auquel sajoute un surcoût de 25 à 55% Tarification Couperin : souvent modulée en fonction du type de population desservie et du nombre dusagers concernés Le comparateur Couperin simpose dautant plus

10 10 La CeB Rapport Patino sur le livre électronique : « Définir une offre légale attractive » 1. Les e-books ne sont pas encore nécessaires ; 2. Le marché des -ebooks n'a pas encore trouvé son modèle définitif ; 3. Les professionnels de la documentation sont avertis après l'expérience des périodiques électroniques et des bases de données. Conséquence On peut encore rêver un peu, dialoguer avec les éditeurs, jouer les prescripteurs. C'est le rôle des 10 commandements pour une offre idéale (cf partie 2 « Négociations ») 1 - Négociations e-books : pourquoi négocier maintenant ?

11 11 La CeB 1. Le public évolue : digital natives, des utilisateurs de plus en plus habiles 2. La demande sorganise : projet de licences nationales % des documents numérisés pour 100 % des étudiants (Rapport de Henri Isaac Université numérique, repris dans le rapport de Eric Besson France numérique 2012) Conséquence Le paysage éditorial sorganise peu à peu Des recommandations officielles sont faites. Le GFII a mis sur pied en 2009 un groupe e-books constitué déditeurs et de professionnels qui est un lieu de dialogue et délaboration de recommandations. Il existe une politique volontariste pour mettre à la disposition des publics des documents numériques 1 - Négociations e-books : perspectives

12 2 - Vers une offre idéale, ou comment négocier au mieux des e-books 1/. Comment négocier des e-books : règles et outils 2/. Perspectives : vers une offre idéale La CeB Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche

13 13 La CeB Petit panorama historique des négociations de-books Le « livre libre de droits » en avant-première Projet Gutenberg : numérisation dœuvres du domaine public initiée en 1971 (stockage local) et poursuivie sur Internet dès 1991: un projet précurseur du web collaboratif Bibliothèques numériques : depuis 1997 en France, les grandes bibliothèques numérisent leur patrimoine écrit (Gallica, Medica…) Les mathématiciens sont très friands de bibliothèques spécialisées : projet Euclid, Numdam/Cedram. Les éditeurs se lancent 1996 : les éditeurs scientifiques anglo-saxons proposent une offre commerciale en ligne (Wiley, Springer, Blackwell, Elsevier) Les éditeurs français commercialisent des ouvrages de référence (Larousse, Hachette Multimédia, Universalis). Le grand public est privilégié dans ce premier temps. En savoir plus LEBERT, Marie. Une courte histoire de lebook. [En ligne : 2009http://www.etudes-francaises.net/dossiers/ebook.htm 2 - Comment négocier des e-books ?

14 14 La CeB Une intégration progressive des e-books par les établissements et Couperin 2000 : les BU sintéressent aux e-books par le biais des ouvrages de référence en ligne (dictionnaires et encyclopédies) ; Numilog apparaît sur le marché français : certaines BU étudient les plates-formes de Numilog, Netlibrary… Couperin crée le pôle « Livres électroniques » et négocie avec les grands éditeurs scientifiques (Ovid, Springer, Wiley, Elsevier). Peu dachats de- books exceptés lEncyclopédie Universalis et Netlibrary 2004 : 1 ère journée Couperin sur « le livre électronique dans lenseignement supérieur » organisée à la Sorbonne (voir le bilan des journées ).bilan des journées : 4 ème journée Couperin sur le Livre électronique « de lacquisition à la diffusion » ; les e-books sont bien présents en BU ; la CeB est créée pour coordonner les négociations et la veille 2009 : enquête de Sophie Brezel auprès des membres de Couperin : 5èmes journées COUPERIN sur le livre électronique : « Quelles pratiques pour quels usages » confrontait le regard des éditeurs, les enquêtes auprès des utilisateurs, les analyses de chercheurs en Sciences sociales, 2 - Comment négocier des e-books ?

15 15 La CeB Bref bilan de lactivité de négociation 2009 / offres ont été négociées pour 2009 ; les ¾ des fournisseurs sont anglo-saxons. 41 offres ont été négociées en 2010, dont 17 en sciences et techniques. Un comparateur des offres a été développé par la CeB et mis en ligne après enquête auprès des fournisseurs dès lhiver 2008.comparateur Une typologie de loffre commerciale a été établie au printemps 2010 à partir des données des négociations pour lannée Comment négocier des e-books ?

16 Bref aperçu de loffre Couperin en mathématiques Sur les 41 négociations conclues à ce jour, 17 concernent les Sciences et Techniques, dont 11 offrent un nombre variable de-books en mathématiques. Structure de l offre Couperin 5 agrégateurs pluridisciplinaires (dont un français, Numilog). Il n y a pas dagrégateur spécialisé en mathématiques (6 offres déditeurs spécialisés) (Springer (1350 titres), Elsevier (près de 1000 titres), CRC Press (MathNetbase), Wiley (vingtaine de titres). …Une offre donc contrastée et parfois peu significative, peu visible, surtout anglophone, des ouvrages dispersés, pas de plateforme dédiée. Une offre gratuite importante (voir liste intéressante sur : 2 - Comment négocier des e-books ?

17 La contribution de la CeB Rédaction de documents pratiques et informatifs sur les e-books, et ciblés en fonction des publics concernés (négociateurs, responsables documentation électronique, directeurs, éditeurs). Lensemble de ces documents a été transmis via les différentes listes de diffusion Couperin au printemps 2009 et sont disponibles en ligne sur le site de Couperin, voir en particulier la boîte à outils du négociateur de e-books. w=items&id=596:e-books-boite-a-outils-pour-les-negociateurs ems&id=596:e-books-boite-a-outils-pour-les-negociateurs 2 - Comment négocier des e-books ? Les besoins spécifiques des négociateurs Connaître le périmètre de loffre et ses spécificités. Acquérir des connaissances sur les problématiques techniques liées aux e-books. Avoir des arguments pour démystifier les e-books et convaincre leurs responsables. Avoir des outils simples pour construire leur négociation.

18 Connaître le périmètre de loffre et ses spécificités : Typologie des offres e-books Document cadre destiné aux négociateurs de-books. Présentant sous forme de typologie lexistant en terme doffres e-books. Utile pour leur permettre de cerner le positionnement des ressources négociées et se faire une idée du marché actuel. Mise à jour annuelle, via les tableaux descriptifs des ressources négociées mis à jour annuellement par les négociateurs Couperin. 2 - Comment négocier des e-books ? Acquérir des connaissances sur les problématiques techniques liées aux e-books : fiches techniques sur les supports et les formats Destinées à toute personne intéressée par la problématique des e-books. Pour expliciter les questions très techniques des supports et des formats. Mise à jour pluriannuelle (en fonction de lévolution de ces technologies). Et le comparateur doffres e-books

19 Pérenniser les accès Quelque définitions : archives courantes; archives; accès perpétuel. Comment lassurer ? Plateforme de léditeur / agrégateur (avec ou sans frais). Hébergement local : exige une infrastructure suffisante. La dissémination : LOCKSS (entre bibliothèques), CLOCKSS (entre les bibliothèques et les éditeurs). Le recours à un tiers de confiance : Portico / réseau national (abes/cines) / BnF. Comment négocier des e-books ?

20 Pérenniser les accès Archives courantes / archives Abonnement en cours Abonnement clos Accès perpétuel Droit de maintenir un accès effectif aux ressources électroniques, et ce non seulement durant la période du contrat de licence, mais également une fois arrivé à terme. Laccès perpétuel est une clause contractuelle Les différentes formes : Droit daccès dans les mêmes conditions que labonnement. Paiement de droits daccès après rupture de labonnement. Droit darchivage. Comment négocier des e-books ?

21 Pérenniser les accès La plateforme de léditeur/agrégateur Avec ou sans frais (coût de la maintenance) Lhébergement local La bibliothèque abonnée se charge de lhébergement des données (et métadonnées)…si elledispose de linfrastructure suffisante La dissémination Le réseau LOCKSS qui regroupe des bibliothèques pour les ressources en cours dabonnement. Le réseau CLOKSS (accord entre les éditeurs et LOCKSS) qui détermine les conditions dusage des copies si labonnement a été résilié. Comment négocier des e-books ?

22 Pérenniser les accès Le recours à un tiers Portico, « tiers de confiance », pour garantir la pérennité de larchivage (coût partagé entre bibliothèques et éditeurs), « Conserver la littérature scientifique publiée sous forme électronique afin de garantir que ces ressources restent accessibles aux futures générations délèves, de chercheurs et détudiants. » Le réseau national 2007 : L ABES, associée au CINES et à lINIST, a pour mission de récupérer et conserver les données des grands éditeurs (Elsevier, Springer pour le moment). Les accords entre la BnF et les grands éditeurs. Le positionnement des bibliothèques. Comment négocier des e-books ?

23 Avoir des outils simples pour construite sa négociation : Grille denquête sur les e-books Document à destination des négociateurs de-books Questionnaire court à faire remplir aux nouveaux éditeurs/plateformes intéressés par la mise en place dune offre Couperin, afin de déblayer un peu loffre envisagée et de se faire une idée rapide du type doffre Mise à jour annuelle et de Avoir des arguments pour démystifier les e-books et convaincre ses responsables : Quelques idées reçues sur les e-books Document à destination des responsables documentation électronique et des directeurs détablissement. Il vise à faire tomber les idées reçues sur les e-books et à éclairer leur choix sils disposent dun budget spécifique pour développer ces collections (avantages des e-books en terme de support, contenu, usages, aspects de politique documentaire). Mise à jour annuelle. 2 - Comment négocier des e-books ?

24 Négociations e-books : loffre idéale La CeB Les 10 commandements de léditeur de-book : pour une offre idéale (document élaboré par la CeB et disponible en ligne)en ligne 1. Faciliter laccès au contenu 2. Intégrer les usages pédagogiques 3. Assurer larchivage pérenne et laccès perpétuel 4. Offrir un contenu accessible au budget des bibliothèques 5. Développer des services centrés sur lusager 6. Offrir laccès le plus large aux contenus 7. Publier des éditions récentes 8. Fournir des statistiques dusage 9. Libérer les usages 10. Innover, expérimenter en partenariat

25 3 - Premier bilan des pratiques et usages des e-books en bibliothèque : en France et ouverture à linternational La CeB Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche

26 Usages et pratiques : introduction La CeB Les difficultés liées à létude des usages et pratiques La définition du terme « e-book » « tout ouvrage publié dans un format électronique […] Il est dématérialisé par opposition au livre sur support papier et exige une machine active pour le rendre lisible » EDUCNET. Livre électronique: quels enjeux ? Quelles avancées ? 2 réalités : Le livre dématérialisé, son contenu frontière entre un livre électronique et dautres ressources électroniques (bases de données, encyclopédies, revues) ? [La machine] lappareil de lecture ou le système de lecture, tablette de lecture ou « reader ». La « jeunesse » des usages et pratiques en BU Lapparition des e-books en BU est un phénomène récent en France : établissements pour la plupart en phase de test, expérimentation ou réflexion. 2 axes danalyse des usages : BACKOFFICE : Pratiques et usages de e-books en BU, du côté des bibliothécaires FRONTOFFICE : Pratiques et usages de e-books en BU, du côté du public

27 27 3- Usages et pratiques : du côté des bibliothécaires La CeB Situation générale en France et à létranger : Le e-book « contenu » plus implanté que le reader en BU, une situation inverse en bibliothèque municipale Les bibliothèques numériques Loffre e-books en BU Offre croissante et plus marquée dans les disciplines scientifiques et juridiques et dans les établissements pluridisciplinaires. Modalités dacquisition diversifiées (reflet de loffre éditeurs). Expérience très intéressante de la bibliothèque de l'Université du Texas à Dallas : volonté de permettre aux usagers de participer aux acquisitions de e-books. Offre orientée premiers cycles et en français : pour rééquilibrer la balance avec la recherche, grâce à des financements L et M, avec une visée TICE de plus en plus appuyée Editeurs les plus présents : Elsevier, Springer, Wiley et lEncyclopédia Universalis Agrégateurs les plus présents : Numilog de façon massive, Cyberlibris et OCLC, Netlibrary Plusieurs types de bibliothèques électroniques peuvent cohabiter : en terme de public visé (1ers cycles, chercheurs), de contenu (gratuit, payant, numérisé) et de plateformes (agrégateur, GED)

28 Usages et pratiques : du côté des bibliothécaires La CeB Lintégration des e-books au sein des collections : quelles pratiques ? Les acquisitions se font en complément des livres papier mais de façon parallèle, peu de prise en compte dans les politiques dacquisition et documentaire Pour les titres gratuits : pas de réelle politique dintégration et une faible représentation au sein des collections (moins de 10 %) en France, à linverse de Hong-Kong où sélection très stricte. Une bonne signalisation au sein des collections, via différents outils : Les catalogues (Opac, Sudoc, …) : impact immédiat sur les statistiques dusage Les plateformes daccès propres à linstitution (portail documentaire, ENT de luniversité) Les outils électroniques de communication (listes sur le site web, liste A to Z, blog) Les interfaces déditeurs. Des efforts de communication pour promouvoir ces titres électroniques : courriel, actualités, blogs, marques pages, formations… Mais problème de la définition même de ces ressources, de leur nature et de leur nombre (université d Urbana-Champaign). Les bibliothèques numériques (suite)

29 Usages et pratiques : du côté du public La CeB Situation générale : des résultats forcément limités Très peu denquêtes de satisfaction menées en France (Paris Tech, HEC, INIST, Lille 2…). Des statistiques dusage pas toujours satisfaisantes et significatives, des comparaisons parfois impossibles du fait du manque de recul.. Exception britannique :Le National E-book Observatory project (NEBO) lancé par le JISC en janvier 2007, source dinformations importantes sur lusage des e-books. Une confusion des supports chez les usagers. Qui les utilise ? En terme de niveau détude : public orienté par loffre (plus orientée 1er cycle que les autres ressources) en France. Une utilisation aussi selon les usages (loisirs versus travail). En terme de discipline : usage plus massif dans les sciences dures (chimie, physique et biologie), léconomie- gestion. Comment sont-ils utilisés ? Comme outils de référence : recherche dune information précise, lecture par tranches. Lecture rapide et efficace des usagers : 20 % balaient les pages, 80 % lisent des extraits > 1mn En utilisant fortement les fonctionnalités proposées : zoomer, chercher dans le texte, annoter, mémoriser la page où sest arrêté notre lecture, etc.

30 Usages et pratiques : du côté du public La CeB Ce qui change par rapport aux périodiques Le public : L et M versus D et enseignants chercheurs en France. Les pratiques de lecture : consultation/recherche ponctuelle et ciblée versus lecture intégrale Le contenu : moins spécialisés, offre francophone à usage pédagogique (manuels) Une plus grande dissémination des usages (enquête CNRS 2009). Tendance à leffacement de la notion de type de document (revue, e-books) au profit dune plateforme unique qui proposerait indifféremment tous ces documents ou via des outils transversaux comme les métamoteurs de recherche. Ce qui change par rapport au papier Nouvelles pratiques des jeunes usagers des bibliothèques virtuelles pour la recherche et la lecture en ligne : les « digital natives », nés après Mode multitâches Visuels, connectés, non linéaires, fonctionnent en réseau et par associations didées. Lire = scanner, photographier le titre, le résumé et les informations visuellement mises en relief. La lecture du document nest plus linéaire mais parcellaire. Les usagers 1ers cycles ont plus confiance dans les livres imprimés > différence qui tend à samenuiser. La circulation des livres imprimés décroît alors que lusage des e-books croît. Les reproches sont surtout liés au à aux barrières et à linconfort de lecture.

31 Usages et pratiques : du côté du public La CeB Enquête de Cherifa Bouckacem auprès des mathématiciens dune université STM de province. « Les e-books dans les bibliothèques académiques françaises : entre offres et usages alternatifs en mathématiques » in Linformation scientifique et technique dans lenvironnement numérique (dir.Cherifa Bouckacem). Adbs éditions. Septembre 2010.p Ex. des Lectures Notes in Mathematics (Springer). 92% des titres jamais consultés. Lente augmentation des usages. Des confirmations : inadéquation de loffre; confusion entre e-books et e-revues. Un fort attachement au papier. Des bibliothèques d UFR ou personnelles importantes témoignant dune culture scientifique importante. Une utilisation assidue des archives. Des usages alternatifs importants : importance des fonds numérisés…voire du piratage? p.265 : « lebook, en tant que contenu dématérialisé et téléchargeable, constitue un potentiel pour les mathématiciens, y compris dans ses fonctionnalités. Mais seulement à condition que lon tienne compte des besoins documentaires dune communauté qui sest auto-organisée pour y répondre, du moins partiellement ».

32 32 ACTIONELECTRONIQUEIMPRIME IMPACT DU E-BOOK SUR lUSAGER Acheter Coût élevé de la tablette mais économie globale sur lachat des manuels imprimés Coût modéré à lunité Amélioration du budget étudiant Rechercher dans le contenu Recherche étendue et approfondie Recherche limitée Gain de temps et dexhaustivité dans la recherche Choisir Émergence de loffre (offre en français quasi inexistante) Offre pléthoriqueNon-usage des e-books Accéder 24h/24h, 7j/7j, partoutAccès partiel et fluctuant Souplesse dutilisation adaptée à son mode de vie et de travail Valider MéfianceLégitimitéUsage ou non usage, réutilisation ou non Lire Écran, lenteurs de fonctionnement, DRM AisanceLimitation de la lecture, mode de lecture fragmentaire plutôt que continu Annoter Rare ou impossiblePossible mais pas recommandé Processus dappropriation du contenu modifiés Être à jour Mise à jour instantanée liée à un mode dacquisition (abonnement) En fonction des calendriers éditoriaux Amélioration de sa capacité à rester à la pointe Réutiliser Facilité de réutilisation (copier- coller), de partage FastidieuxImpact sur les productions des usagers Conserver Suspicion sur larchivage pérenne Conservation maîtrisée Accès aux documents anciens en question

33 Usages et pratiques : du côté du public La CeB Les tablettes de lecture en France Présence plus marginale que les e-books, phase expérimentale. Matériel proposé : Reader de Sony, Cybook de Booken et Iliad dIrex performances à améliorer. Retour sur 2 expériences de prêt de tablettes : A Angers : 54 prêts de 20 jours en moyenne en 6 mois, dont 14 prolongations, taux de rotation de 50 % Bilan sur loutil : fragilité matérielle, pas assez ergonomique, pas tactile, pas annotable, pas en couleur, pas connecté (gsm, wifi, bluetooth), formats et contenus insuffisants, coût. A Toulon : prêt de livrel - PRS-505 (Sony) - de longue durée (6 semaines) auprès de lecteurs volontaires, qui devaient laisser leur avis. Les plus : bonne luminosité, marqueurs, lecture prolongée possible, options de zoom appréciables, manipulation des menus facile, objet ergonomique et discret Les moins : lecture non linéaire de gros ouvrages difficile à cause d'une navigation page par page. Problèmes de formats.

34 Usages et pratiques : du côté du public La CeB Une conclusion : « L 'e-book est un outil qui complète le travail effectué sur lordinateur (..) Contrairement a support papier, on peut très rapidement enrichir ou nettoyer la base de consultation de documents ». Avis dun professeur agrégé en arts plastiques En mathématiques : la tablette semble un format peu pertinent pour le moment aux mathématiciens. (cf C.Bouckacem). Questions à se poser (valables pour le support comme pour le contenu): Quelle place pour le bibliothécaire dans le workflow ? Quel rôle pour les bibliothèques dans la constitution des contenus ? Quelle position de l'institution bibliothèque dans les nouveaux modèles économiques? Les tablettes de lecture en France (suite)

35 Usages et pratiques : quelles perspectives ? La CeB Etape encore expérimentale : le marché se cherche, les usages sont mouvants Rien nest figé, les BU peuvent œuvrer avec les éditeurs et les agrégateurs pour affiner et cibler loffre, en travaillant tout particulièrement sur les points suivants : Partir des besoins réels des étudiants pour bâtir une offre cohérente : Livre électronique = ensemble de services Nécessité dévoluer vers une convergence des supports pour interconnecter les outils (iPods, clés USB, portables, etc.) et de généraliser les moyens daccès à distance aux ressources Enrichissement des contenus : répondre aux besoins des 1ers cycles, avec des titres en français « Notre offre de livres électroniques dépend largement du marché éditorial académique francophone, encore très restreint. Il s'agit pour nous prioritairement d'abonder l'acquisition de manuels en exemplaires multiples pour le niveau L. Or, l'offre de manuels dans les disciplines d'enseignement est encore très faible ». (Univ. Reims Champagne-Ardennes) Mieux répondre aux besoins des utilisateurs

36 Usages et pratiques : quelles perspectives ? La CeB Améliorer le fonctionnement des plateformes de consultation et de prêt de-books : Actuellement, parcours complexe et verrouillé, DRM omniprésentes But : viser une offre homogène en terme de nombre et de type daccès. Faciliter laccessibilité aux ressources Améliorer lergonomie des plateformes de consultation et de prêt de-books pour dépasser lactuel aspect « fouillis » et labsence dhomogénéité dune plateforme à lautre. Prise en main facilité = libération des usages. Améliorer le fonctionnement des tablettes de lecture : évolutions technologiques attendues pour améliorer la qualité de lecture sur écran. Un « reader étudiant » doit être « un outil nomade, autonome, peu encombrant, permettant daccéder à tout moment aux ressources et den enrichir le contenu, de partager des commentaires et des annotations avec dautres utilisateurs » (témoignage détudiants de Paris 5)

37 Usages et pratiques : Conclusion La CeB Les tendances fortes qui ressortent Bibliothèques numériques bien plus représentées que les readers, encore marginaux Publics cibles = étudiants de 1ers cycles contenus visés = ouvrages et manuels en français adaptés aux L et M + piste des TICE et de lenseignement à distance à suivre Offre de contenu en BU : croît régulièrement depuis 5 ans mais e-books encore peu intégrés dans les politiques dacquisition et documentaires, en marge des collections traditionnelles Utilisation des e-books : comme outil de référence, consultation rapide (cinq à dix minutes de connexion en moyenne), par tranche, recherche dinformation plutôt que lecture approfondie La ligne directrice à suivre Se départir du modèle traditionnel de la bibliothèque pour exploiter au maximum les avantages dun format numérique : le livre électronique doit se concevoir comme un ensemble de services Dépasser le clivage par type de documents, aller vers des plateformes transversales, raisonnant en terme dinformation et de contenu intellectuel plutôt que de support

38 38 La CeB Les négociations e-books achoppent… La pérennité de laccès est peu garantie voire pas prise en compte Le-book est encore commercialisé comme une copie du papier (restriction des accès, tarification) La politique de diffusion des éditeurs est confuse et complexifie létablissement des politiques dacquisitions numériques Les titres les plus attendus sont en général absents …mais le format e-book constitue une formidable opportunité E-book = une offre de services et des possibilités de partage des contenus Des contenus plus accessibles aux lecteurs malvoyants Une offre gratuite en ligne qui dynamise le marché Des éditeurs qui sont réceptifs et souvent prêts à construire une offre cohérente pour le consortium…

39 Usages et pratiques : quelles perspectives ? La CeB Communiquer autour des e-books Faire connaître aux usagers l'existence de la ressource = condition sine qua non dun usage généralisé : visibilité des titres dans l OPAC, sur le site web de linstitution et son ENT ; campagne de promotion et dinformation ; création d'événementiel Créer les conditions dun service performant Améliorer les modèles économiques : les rendre compatibles avec les modes de financements dont bénéficient les bibliothèques (projets dinvestissement, plan Licence) et proposer des tarifs réalistes Travailler main dans la main avec les acteurs du marché : Documents CeB à destination des négociateurs et des éditeurs, en particulier loffre idéale : pour construire loffre e-books de demain.loffre idéale Au sein des bibliothèques : impliquer le personnel, intégrer les problématiques e-books dans la chaîne « traditionnelle » de la bibliothèque, repenser les interactions entre l'établissement et son public, repenser les modes de coopération (inter)nationale pour le partage de la valeur ajoutée Adopter une logique de niches : sélection/agrégation de titres payants et/ou gratuits dans un domaine précis, mise en place de bornes ergonomiques de téléchargement, expérimentation pédagogique avec les enseignants, numérisation de documents locaux...

40 Usages et pratiques : bibliographie française La CeB Enquêtes et rapports Sophie Brezel : Rapport danalyse de lenquête sur les e-books dans les bibliothèques denseignement supérieur – mars – avril 2009 Dossier Master SIBE 1ère année, ENSSIB : Quelle place pour loffre de livres électroniques en bibliothèques ? BILLAUD Marjolaine, DOLHEM Perrine, MARTINEZ Chloé – Janvier 2009 Primary Research Group, rapport intitulé Library use of e-books, Bruno Patino : Rapport sur le livre numérique, remis à Mma C. Albanel, Ministre de la Culture, le 30 juin 2008 Cherifa Bouckacem : « Les e-books dans les bibliothèques académiques françaises : entre offres et usages alternatifs en mathématiques » in Linformation scientifique et technique dans lenvironnement numérique (dir.Cherifa Bouckacem). Adbs éditions. Septembre 2010.p Retours dexpériences SCD Bretagne : Laurent Jonchère « Des livres électroniques pour les étudiants », BBF, 2007, n° 6, p BU dAngers : Présentation dOlivier Tacheau pour la journée sur le livre électronique à la bibliothèque de lUniversité Libre de Bruxelles, 24 avril 2009) : Synthèses JONCHERE, Laurent. Livres électroniques et bibliothèques universitaires. Documentaliste – Sciences de linformation [En ligne : 2005, volume 42, n°1, p http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information page-26.htm Cécile Touitou, Les nouveaux usages des générations internet BBF, 2008, n° 4, p Henri Isaac (Paris-Dauphine), Le livre électronique, une lente révolution in 4e Journée Couperin à Bordeaux, 30 mars 2008

41 41 Merci pour votre attention Des questions ? La CeB Informations, contacts La CeB : informations et documentation sur le site de Couperin Florence Barré : Claire Nguyen :


Télécharger ppt "Le livre électronique dans lenseignement supérieur et la recherche 1 - Les offres e-books négociées par Couperin : typologie 2 - Les grandes lignes des."

Présentations similaires


Annonces Google