La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence Economique Africaine Tunis, 27-29 Octobre 2010-10-20 Réduction de la dette extérieure et croissance économique dans les pays africains à faible.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence Economique Africaine Tunis, 27-29 Octobre 2010-10-20 Réduction de la dette extérieure et croissance économique dans les pays africains à faible."— Transcription de la présentation:

1 Conférence Economique Africaine Tunis, Octobre Réduction de la dette extérieure et croissance économique dans les pays africains à faible revenu. External Debt Reduction and Economic Growth in Low- Income African Countries Dr. ABDELHAFIDH Samir ISG, Université de Sousse et LIEI, Université El Manar, Tunisie. 1

2 Plan de la présentation I-Motivations. II-Méthodologie empirique. III-Résultats empiriques. IV-Discussion des résultats. V-Conclusions et Implications par rapport à lallégement de la dette. 2

3 I-Motivations I-1-Le lien théorique entre les deux variables est ambigu. - La théorie de surendettement (« debt overhang theory ») soutient quune dette élevée décourage linvestissement et la croissance. Sa réduction serait donc nécessaire pour les pays surendettés (Corden (1988), Krugman (1988), Sachs (1989)). -La pertinence dune telle stratégie a été relativisée par certains auteurs qui voient que laccumulation de la dette nest pas la cause mais la conséquence dune faible croissance (Bulow et Rogoff (1990)), ou que la réduction de la dette ne serait pas suffisante pour rétablir linvestissement et la croissance (Easterly (2002), Asiedu (2003)). -Dautres ont avancé que les problèmes des PVD sont plutôt de liquidité (liés au service de la dette) que dincitations (liés à lencours de dette) (Cohen (1993), Claessens et Diwan (1989)). 3

4 I-2-Peu de travaux empiriques se sont intéressés aux effets de la réduction de la dette sur la croissance économique, et aucun na porté exclusivement sur les PAfFR. -La plupart des travaux empiriques se sont intéressés à la nécessité de lallégement de la dette extérieure des pays en développement. Leurs résultats confirment globalement la théorie de surendettement, en démontrant un impact négatif de la dette sur la croissance. De ce point de vue, sa réduction serait nécessaire. (Deshpande (1997), Sen et alii (2007), Patillo et alii (2002), Imbs et Ranciere (2005), Clements et alii (2003), Cordella et alii (2005)). -Lefficacité de la réduction de la dette extérieure a été très souvent infirmée sur le plan empirique, en particulier lorsquelle a été mesurée par ses effets directs sur la croissance et pour les pays à faible revenu (Arslanalp et Henry (2004, 2005, 2006), Depetris et Kraay (2005), Presbitero (2009) et Johansson (2010)). 4

5 I-3-Les PAfFR ont bénéficié de la plupart des initiatives de réduction de la dette lancées par la communauté internationale. *Dans le cadre du club de Paris :les « termes de Toronto » (1988, 33.33%); les « termes de Londres » (1991, 50%); les « termes de Naples » (1994,67%); les « termes de Lyon » (1998, 80%); les « termes de Cologne (1999, 90%). **Pour la dette multilatérale : linitiative pour les PPTE (1996), linitiative renforcée pour les PPTE (1999), lInitiative dAnnulation de la Dette Multilatérale (IADM) (2005). ***Autres initiatives : -Réduction de la dette dans un cadre bilatéral. -Création en 1989 par la BM de la facilité de réduction de la dette. -Certaines organisations internationales comme lUNICEF ont financé des opérations de conversions des dettes commerciales. 5

6 I-4-Les résultats de ces initiatives ont été *des réductions qui ont augmentés dans le temps. 6

7 ** Des réductions qui étaient plus importantes en % du PIB par rapport à celles obtenues par dautres groupes de pays. Elles ne se sont pas traduites toutefois par des taux de croissance plus élevés dans les PAfFR. 7

8 II-Méthodologie empirique II-1-Les hypothèses testées et les spécifications économétriques (diapo 12):(diapo 12): Lhypothèse de surendettement et leffet de réduction de la dette sur la croissance. Lhypothèse que la réduction de la dette résout le surendettement, Lhypothèse que les effets de la réduction dépendent de linstrument de lallégement (annulations et remises (And) et réduction du stock de la dette (RSD)), Lhypothèse que les interactions entre la dette et sa réduction dépendent de linstrument dallégement, 8

9 II-2-La méthode destimation : La Méthode des Moments Généralisés en Système (GMM en système). Ce choix est justifié par plusieurs raisons: -Elle tient compte de lendogeneité de certaines variables explicatives (Blundell et Bond (1998)). -Elle tient compte des effets individuels (pays) non observés qui sont en mesure dêtre corrélés avec les variables explicatives. -Elle est mieux adaptée que celle des GMM en première différence en présence dun panel non cylindré et dun nombre de pays supérieur à celui des périodes (Johansson (2010)). II-3-L échantillon et la période : Un panel non cylindré relatif à 26 PAfFR et à 5 sous périodes de 4 ans ( ; ; ; et ). Les données sont extraites des bases de la BM «World Development Indicators» et « Global Development Finance ». 9

10 Eq (1)Eq (2)Eq (3)Eq (4) lpib (4.25)*** (4.10)*** (4.42)*** (4.09)*** pop (1.10) (1.22) (0.30) (0.34) inv0.077 (3.18)***0.084 (2.88)***0.076 (3.11)***0.084 (3.52)*** lesv (2.09)**0.023 (1.90)*0.023 (2.15)**0.024 (1.76)* dette (2.55)** (2.21)** (1.92)* (2.65)** RD (1.14) (1.50) RD*dette0.029 (0.80) RSD0.010 (0.29) (0.45) AnD (1.13) (3.30)*** RSD*dette (0.32) AnD*dette0.120 (2.70)** Constante (0.22) (0.07) (0.55) (0.27) Obs [pays]120[26] F [p-value]14.57[0]18.73[0]11.5[0]6.69 [0] Test de Hansen [p-value] AR(1) AR(2) III-Résultats empiriques : III-1-Par rapport à chacune des hypothèses testées. (diapo15)(diapo15 10

11 Eq (5)Eq (6)Eq (7)Eq (8) lpib (2.06)** (1.74)* (2.42)** (1.28) pop (0.68) (0.88)0.033 (0.10) (0.03) inv (4.46)***0.134 (4.94)***0.094 (2.60)**0.113 (3.05)*** lesv (2.63)**0.034 (2.33)**0.037 (3.03)***0.044 (2.30)** dette (2.95)*** (2.86)*** (1.71)* (2.03)* RD (1.21) (2.13)** RD*dette (1.65) RSD (0.32)0.004 (0.04) AnD (1.47) (2.86)*** RSD*dette (0.35) AnD*dette (3.07)*** apd0.030 (1.42)0.030 (1.31)0.041 (1.54)0.044 (1.28) gov (1.12) (2.02)* (1.07) (1.68) ouv (1.66) (1.64) (1.06) (2.07)** Constante (1.87)* (1.53) (2.54)** (1.99)* Obs [pays] 119[26] F [p-value] 10.31[0]12.34[0]16.84[0]6.49 [0] Test de Hansen [p-value] AR(1) AR(2) III-2-Robustesse des résultats 11

12 III- 3-Par rapport à lidentification de seuils Léquation (4) permet de calculer des seuils pour observer des effets positifs de la dette et de ses annulations sur la croissance (diapo 8). On déduit que limpact de la dette (ID) sur la croissance est donné par léquation :(diapo 8) Pour que cet impact soit positif, il faut que : AnD > 0.008/0.12 = 6.67% du PIB ( de 7.143% sur la base de léquation (8)) De même, limpact de lannulation de la dette (IAnD) sur la croissance est donné par: Pour que cet impact soit positif, il faut que : Dette > 0.49/0.12 = % du PIB ( de % sur la base de léquation (8)) 12

13 IV-Discussion des résultats -Il est important de distinguer entre les différents instruments dallégement dans la formulation de conclusions relatives à la pertinence de la réduction des dettes en termes dimpact direct sur la croissance des pays bénéficiaires. Leffet négatif ne concerne que la réduction obtenue à travers des annulations et des remises des dettes. -Lannulation des dettes nexerce un effet positif sur la croissance que lorsque le poids de la dette dépasse, selon les estimations, 387.5% à % du PIB. Ces seuils représentent 3.6 à 3.8 fois la moyenne observée dans les pays de léchantillon durant la période (de 107,26%,). Plus encore, aucun pays de léchantillon navait atteint ces seuils durant la période considérée. (diapo 17)diapo 17) -Leffet négatif de la dette peut se résoudre et se transformer en un effet positif pour des annulations qui dépasseraient des seuils variant de 6.67 à % du PIB selon les estimations. Ce sont des ratios très supérieurs à ceux obtenus par les pays de léchantillon durant la période considérée. (diapo18)(diapo18) 13

14 V-Conclusions et Implications par rapport à lallégement de la dette: -Combinés ensemble, ces résultats suggèrent que lefficacité de lannulation des dettes est une fonction positive du poids de la dette et de celui des annulations: *La recherche du premier paramètre (augmenter le poids de la dette) contredirait lun des objectifs fondamentaux de toute la stratégie des institutions multilatérales en matière dallégement. Il sagit en loccurrence de celui datteindre des niveaux dendettement jugés soutenables. **Dans le contexte actuel de crise financière et de contraintes budgétaires dans les pays développés, il serait également difficile dagir sur le deuxième paramètre pour multiplier le poids moyen des annulations dans le PIB par plus que 3 fois. 14

15 Que faire donc ? -Continuer lallégement : lallégement peut avoir des effets indirects potentiellement positifs sur la croissance à travers le renforcement des politiques qui lui sont favorables. (diapo 10) (diapo 10) -Renforcer la conditionnalité : Avec une plus forte conditionnalité, nos résultats suggèrent que lallégement peut être favorable à la croissance à travers des variables telles que linvestissement en capital physique ou celui en capital humain ou encore à travers la baisse des dépenses publiques de consommation. (diapo 10) (diapo 10) -Affecter la structure de lallégement : Couplés avec lévidence empirique constatée par des études se référant aux pays du plan Brady ou à des échantillons plus larges (exp: Arslanalp et Henry (2004, 2005, 2006), Johansson (2010)), nos résultats suggèrent que les PAfFR pourraient bénéficier en termes dinvestissement et de croissance de laugmentation des allégements obtenus par des opérations de conversions et de rachats. (diapo 20)(diapo 20) 15

16 Voies de recherches futures Lalternative proposée gagnerait en crédibilité par : *lidentification dimpacts positifs de lallégement de la dette sur des facteurs favorables à la croissance. ** la confirmation de la supériorité des conversions et rachats des dettes par rapport aux annulations dans la poursuite dun tel objectif. (diapo 21) 16

17 Comparaison entre les seuils calculés et les ratios observés de la dette en % du PIB (moyennes annuelles ( ). Diapositive 13Diapositive 13 17

18 Comparaison entre les seuils calculés et les ratios observés des annulations en % du PIB (moyennes annuelles ( ). Diapositive 13Diapositive 13 18

19 19 growlpib0poplesv0invdetteRD RD* dette RSD RSD* dette AnD And*d ette apdgovouv grow1 Lpib pop lesv00.159*0.399*0.259*1 inv0.507*0.175* *1 dette-0.292*-0.249* * RD * RD* dette * RSD0.332* *-0.232*0.811* RSD* dette * *0.758*1 AnD *0.487*0.715* And* dettte * *0.398*0.907* apd * * *0.219*0.41* *0.236*0.332*1 gov ouv *0.411*0.176*

20 Structures comparées du montant cumulé des réductions (en %, ). Diapositive 15Diapositive 15 20


Télécharger ppt "Conférence Economique Africaine Tunis, 27-29 Octobre 2010-10-20 Réduction de la dette extérieure et croissance économique dans les pays africains à faible."

Présentations similaires


Annonces Google