La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA SITUATION DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Conférence du Professeur Jean-Robert DOSSAINT Anthropologue, spécialiste.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA SITUATION DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Conférence du Professeur Jean-Robert DOSSAINT Anthropologue, spécialiste."— Transcription de la présentation:

1 LA SITUATION DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Conférence du Professeur Jean-Robert DOSSAINT Anthropologue, spécialiste des sciences de léducation et doctorant en sociologie

2 RESUME Haïti, comme bon nombre de pays, possède une université dEtat et des Universités ou Centres universitaires privés. Malgré lexistence de ces structures, lenseignement et la recherche sont en proie à de sérieuses contraintes dordre logistique (absence de campus, de cafétéria, de bibliothèques, de moyens de transports, etc.),

3 budgétaire (les allocations à lenseignement et à la recherche sont dérisoires) et humain (les ressources humaines qualifiées partent pour létranger; celles qui restent se dirigent vers les Organisations Non Gouvernementales (ONG) qui leur offrent des salaires plus compétitifs par rapport à lEtat).

4 A cela sajoute le fait que les différents programmes ne sont pas bien articulés, que lenseignement nest pas adapté et diversifié. Pourtant, le pays regorge de potentialités: par exemple, une population en majorité jeune et un fort engouement pour la technologie et le savoir scientifique.

5 Comment parviendra-t-on à promouvoir la recherche scientifique et, ipso facto, renouveler ou réorienter lenseignement afin quils puissent concourir au développement national. Tel est le grand défi quHaïti doit relever en matière denseignement et de recherche à laube du 21e siècle.

6 PLAN INTRODUCTION 1.ETAT DES LIEUX DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE EN HAITI 1. Lenseignement universitaire Lenseignement supérieur en Haïti Les universités légalement reconnues

7 Les écoles denseignement supérieur LUniversité dEtat dHaïti (UEH) aujourdhui Son fonctionnement Sa structure Les Institutions universitaires privées Le cors professoral

8 1.La recherche scientifique Etat de la recherche: institutions privées Etat de la recherche à lUEH Etat de la recherche : Institutions publiques externes Quelques centres et/ ou chaires de recherche

9 1. PERSPECTIVE DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Les représentations du rôle de luniversité dans la société Lapport de la recherche scientifique en Haïti Prospective pour luniversité et la recherche

10 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

11 EN GUISE DINTRODUCTION Monsieur le Vice-Recteur de lUniversité de Bologne, Monsieur le Président de lA.I.H.I.P., Mesdames, Messieurs les représentants des institutions publiques et privées, Chers amis dHaïti, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

12 Tout lhonneur est pour moi, ce soir, de me trouver parmi vous et de porter la parole au nom de lA.I.H.I.P et en mon nom propre pour vous entretenir de mon pays et, plus précisément de la situation de lenseignement universitaire et de la recherche scientifique en Haïti. Je tiens tout dabord à remercier publiquement Monsieur Antoine Zacharie de mavoir offert lopportunité de le faire.

13 Cette activité organisée autour de la manifestation dénommée Haïti Terra Magica revêt une importance capitale à lère de la globalisation où le monde est considéré comme un village, où lautre nest pas nécessairement lointain et où il est surtout possible de développer enfin à léchelle planétaire un partenariat solidaire plus efficace.

14 Cela dit, mon propos sarticule autour de deux points : dans un premier temps, je ferai un état des lieux de lenseignement universitaire et de la recherche scientifique en Haïti et, dans un second temps, je dégagerai des perspectives pour luniversité et la recherche en Haïti.

15 1. ETAT DES LIEUX DE lENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE EN HAITI 1.1 Lenseignement universitaire

16 1.1.1 Lenseignement supérieur en Haïti En 1997, le nombre détablissements au niveau de lenseignement supérieur était de 13 universités et 46 écoles/instituts répartis ainsi: une université et 6 écoles/instituts publics; 12universités et 40 écoles/instituts privés.

17 Pendant cette même période, la population étudiante de lUEH sélevait à et celle des institutions privées à aussi, mais on considère que certaines institutions privées nont pas voulu fournir leurs effectifs au bureau du projet délaboration du plan national déducation.

18 1.1.2 Les universités légalement reconnues Elles sont au nombre de quatorze (14): Collège Universitaire Caraibe. Université Chretienne du Nord dHaiti. Université Episcopale dHaiti. Université dEtat dHaiti.

19 Université Lumière. Université Caraibe Université Adventiste dHaiti. Université Jean Price Mars Université Notre Dame dHaiti.

20 Université Quisqueya. Université Roi Henri Christophe. Institut Universitaire Quisquéya-Amérique. (INUQA) Institut de Gestion et de Comptabilité (Université de P-au-P) Anacaona

21 1.1.3 Les écoles denseignement supérieur Elles sont au nombre de treize (13) : Centre dEtudes Universitaires et de Formation Continue. Centre de Techniques de Planification et dEconomie Appliquée (CTPEA) Centre Universitaire International dHaiti.

22 Ecole de Droit des Gonaives. Ecole de Droit du Cap Haitien. Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques. (IHECE) Institut des Sciences et des Techniques dHaiti. Ecole Nationale des Arts (ENARTS).

23 Ecole Nationale des Infirmières. G.O.C. Institut Polytechnique. Institut International dEtudes Universitaires. Institut Universitaire dEtudes Spécialisées. Ecole Nationale Supérieure et de Technologie (ENST).

24 1.1.4 LUniversité dEtat dHaïti (UEH) aujourdhui Manque de dynamisme. Manque de fonctionnement. La qualité de lenseignement dispensé. Sa faible capacité daccueil. Linsuffisance de moyens mis à sa disposition

25 Faible capacité daccueil Pendant longtemps, lUEH a été la seule institution supérieure publique du pays, mais depuis les années quatre vingt, elle a été incapable dabsorber la totalité des élèves en provenance du secondaire

26 Aujourdhui, avec le nombre croissant délèves sortant des classes terminales, la situation ne fait quempirer. Sur les qui réussissent annuellement aux examens officiels, seulement sont admis à lUEH.

27 La multiplication du nombre de bacheliers, à la recherche dune formation de niveau universitaire a conduit à la naissance de plus dune centaine dinstitutions supérieures dont la formation dispensée par la très grande majorité soulève certaines questions au grand desarroi des parents.

28 En ce sens, de nombreuses familles se voient contraintes de rechercher à lexterieur ce besoin de savoir et de savoir faire pour garantir lavenir de leurs progénitures.

29 Manque de dynamisme LUEH sest confinée dans quelques disciplines traditionnelles, ignorant bien dautres qui sont de nature à fournir des outils susceptibles daider à mieux répondre aux exigences de croissance de notre pays.

30 A de rares exceptions près, lUEH narrive pas à depasser le niveau denseignement de premier cycle, pour dispenser des formations de second et de troisième cycles à linstar de toutes véritables institutions universitaires. Aucun veritable programme de recherche relatif à nos potentialités et notre culture, pourtant très riche, ne sest développé pour répondre aux grands défis qui simposent à notre société et apporter notre contribution au patrimoine scientifique du monde.

31 LUEH nest pas arrivée à intégrer le véritable réseau que constituent les universités à travers le monde

32 1. Son fonctionnement Ressources humaines De ladministration De lenseignement dispensé Du Budget.

33 Ressources humaines En qualité de principal centre de savoir et de formation des cadres du pays, lUEH aurait du avoir à son actif les professionnels les plus compétents et représenter le lieu où toutes les institutions du pays devraient se rendre pour trouver les meilleurs experts susceptibles de les aider à touver les solutions aux nombreux problèmes auxquels elles sont confrontées.

34 Cependant la faiblesse de son budget (0.6% du budget national) et le bas niveau de salaire (5.000 gourdes en moyenne) offert ne lui permettent guère de faire appel à ces compétences, voire les garder à temps plein.

35 De ladministration Chaque entité de lUEH fonctionne en vase clos avec ses propres règlements qui se différencient dun etablissement à lautre. Le Rectorat, chargé de régler et de gérer ces institutions semble fonctionner comme une douzième unité sans emprise réelle sur les entités quil coiffe.

36 De lenseignement dispensé La qualité de lenseignement dispensé à lUEH incluant les entités de province varie dune institution à lautre. Le niveau nest pas toujours compatible aux diplomes décernés. Les causes:

37 Absence de leadership Niveau faible du secondaire Les choix des professeurs à temps plein ne sont pas toujours adaptés aux besoins réels des entités.

38 Dun autre coté, les moyens mis à la disposition des etudiants (Bibliotheque, Laboratoire, facilités de reproduction et de multiplication des documents, cafeteria etc.) ainsi que les conditions dapprentissage ne permettent pas vraiment aux diplomés detre vraiment opérationnels à leur sortie de lUEH.

39 Du budget Le budget généralement alloué à lUEH a toujours été insuffisant. De 150 millions en 1996/97, il est passé à près de 400 millions en 2006/2007. Pendant cette période, le budget de la République a quintuplé. Le budget de lUEH est un budget de salaire.

40 Classement des unités de lUEH selon le taux dadmission à lentrée FAMVFMPINAGHEIODONTOLOGIEFDSFDSEFLAENSIERAHETHNOLOGIEFASCH 2.6 à 8% % 8 à 10 % 10 %12.5 % 13 % 16 à 25 % 20 à 23 % 24 à 30% 30 %20 à 40% Elaboré à partir des données figurant dans le synopsis 2

41 Considérant que le nombre dadmis annuellement aux examens dentrée des facultés et Instituts de lUEH soit de 3000, le tableau ci-dessus nous indique le pourcentage daccueil de chacune de ces institutions de lUEH, dont la FASCH est le principal établissement dattraction de ces jeunes diplomés de lenseignement secondaire.

42 1.1.6 Sa structure LUniversité dEtat dHaiti comprend onze (11) entités : La Faculté de Linguistique Appliquée (FLA) LEcole Normale Supérieure (ENS) La Faculté dAgronomie et de Medecine Vétérinaire (FAMV)

43 La Faculté de Droit et des Sciences Economiques (FDSE) La Faculté dEthnologie (FDE) La Faculté de Médecine et de Pharmacie (FMP) La Faculté dOdontologie (FDO) La Faculté des Sciences (FDS)

44 La Faculté des Sciences Humaines (FASCH) LInstitut dEtudes et de recherches africaines dHaiti (IERAH) LInstitut National dAdministration, de Gestion et des Hautes Etudes Internationales (INAGHEI)

45 1.1.7 Les Institutions universitaires privées Selon une publication du rectorat de lUEH en 1995, cinquante-huit (58) institutions privées denseignement supérieur ont été identifiées.

46 Le dossier du rectorat sest donc interrogé sur la qualité de lenseignement dispensé par certains etablissements, et il a tenu compte de ceux qui présentent les caracteristiques dune université à linstar de lUEH. La structure de direction des universités privées se présente comme suit:

47 Les membres du rectorat composé dun recteur, de deux ou trois vice-recteurs (affaires académiques, affaires administratives, et/ou de la recherche et de lextension universitaire); Des doyens et/ou des coordonnateurs ayant rang de doyens; Et/ou dun secretaire général.

48 1.1.8 Le cors professoral Les professeurs jouent un role fondamental dans tout système denseignement supérieur. Ils remplissent quatre grandes fonctions: Enseignement, Recherche, Service à la collectivité et Rayonnement institutionnel.

49 Puisquon parle denseignement supérieur en Haiti, nous devons évaluer la taille du corps professoral et le statut du personnel enseignant universitaire pour le pays en général. Soit le tableau suivant

50 La taille du corps professoral dans les Institutions dEnseignement Supérieur IES et + Non- rép Total UEH 9.1% 63.6%18.2%11 I Pu Ext 25%75%4 I Pr E S 25%33.3%25%8.3% 12

51 Le tableau ci-dessus explique que: sur les 11 entités de lUEH, 9.1 % ont un corps denseignant comportant 1 à 20 membres; 9.1 % entre 21 à 49 membres; la majorité soit 63.6 % ont entre 50 et 99 professeurs et les 18 % restant ont 100 ou plus.

52 Sur les 4 institutions publiques externes, 25 %, soit une seule a un corps professoral entre 1 et 20 membres; 75 %, les 3 autres ont entre 21 et 49 professeurs.

53 Sur les 12 instutions privées, 25 % possèdent entre 1 et 20 professeurs; 33.3 % entre 21 et 49 professeurs; 25 % entre 50 et 99 professeurs; 8.3 % entre 100 et plus et pour les 8.3% restant, on na pas le nombre exact de professeurs

54 1.2 La recherche scientifique en Haiti INUQAIGCUGO C AnacaonaUNIQIHECE %Prof/Recherche10%022% Repertoire---themes- FinancementEtablissemen t Nil Cooperation externe Nil N. Groupe Etat de la recherche : institutions privées

55 1.2.2 Etat de la recherche à lUEH INAGHE I FMPFAMVODONT O ETHN O EN S FASC H FD S IERA H FDSEFLA Prof/Recherche 05%4.7%053.6%4.3 % 0030%1%5% Répertoire --Memoi r e s ---theme s ---- Financement NilExter n e s FAONSP Fok a l Extern e s NilEtudiants N. Groupe

56 1.2.3 Etat de la recherche : Institutions publiques externes CTPEAENARTSENSTENIP %Prof / Recherche 25 %50%5%1 prof Répertoire de Recherche NSP- FinancementCooperation externe, Etat NilAUPELF-UREFNil N. Groupes1---

57 En visualisant les trois tableaux ci-dessus relatifs à la recherche au sein des institutions denseignement supérieur en Haiti, on peut constater que cette pratique nexiste presque pas dans le pays.

58 1.2.4 Quelques centres et/ ou chaires de recherche Chaire de recherche en Innovation Institutionnelle et Développement ( Institut Universitaire Quisqueya - Amériue) Centre Haitien dEtudes et de Recherches sur la Gouvernance, la Décentralisation et le Développement (CHERGOD, Faculté dEthnologie, Université dEtat dHaiti)

59 Centre Population et Développement (CPOD, Faculté des Sciences Humaines, Université dEtat dHaiti) Centre de Recherche et de Formation en Sciences de Education et dIntervention Psychologique (CREFI)

60 Centre de Recherche et dEducation Continue (CEREC) Centre de Recherche en population et Développement (CREPODEV) Centre de Recherche et de Consultation en Sciences de lEducation (CERCSE)

61 1. PERSPECTIVES DE LUNIVERSITE ET DE LA RECHERCHE Ici, il convient de cerner la représentation que les acteurs se font de linstitution universitaire et de la recherche scientifique. Il importe de se faire une idée exacte des éléments de lenseignement universitaire qui pourraient être caducs et ceux quil faudrait renforcer dans le cadre dinitiatives à entreprendre, car les visions du monde, tout comme les représentations, ont un contenu à la fois rétrospectif et prospectif.

62 2.1. LES REPRESENTATIONS DU ROLE DE LUNIVERSITE DANS LA SOCIETE A lire les études sur lenseignement supérieur en Haïti, on peut constater que les acteurs de luniversité, quils appartiennent à des institutions publiques ou privées, nont pas des conceptions contrastantes quant au rôle et à la fonction de linstitution universitaire dans la société haïtienne

63 On peut toutefois noter que, dans les institutions publiques, les points de vue exprimés sont plus élaborés que ceux recueillis dans les institutions privées. Cela est dû sans doute au fait que les acteurs des institutions publiques, en tant que membres dun établissement dÉtat, sont concernés au premier chef par le problème du statut de leur institution dans le cadre des transformations qui ont cours en Haïti.

64 Par contre, il est évident que dun côté comme de lautre, quil sagisse dacteurs appartenant aux établissements publics ou de ceux œuvrant dans le secteur privé, la conception des rôles de luniversité en tant quinstitution est en rupture par rapport à celle qui a prévalu jusquen , date de la fin du régime des Duvalier. Luniversité nest plus un lieu voué à des fins de prestige, au-dessus des problèmes de la société.

65 Elle est désormais plutôt conçue comme une institution imprégnée des préoccupations de la société et auxquelles elle a le devoir – par juste retour de linvestissement consenti par la société – dapporter des réponses à la lumière des compétences intellectuelles, scientifiques et techniques qui sont de son ressort.

66 Qui plus est, tout le monde saccorde aujourdhui à reconnaître à luniversité un rôle dagent actif dans le processus dévolution sociale, fonction quelle na encore remplie dans la société haïtienne, puisque la modernité que promeut luniversité façonnée sur le modèle de la rationalité scientifique a très peu pénétré notre société.

67 Bref, à luniversité autrefois conçue comme un prolongement du pouvoir politique exerçant une fonction plutôt de prestige, et ayant peu dintérêt pour les choses haïtiennes, on préfère aujourdhui une université conçue comme une institution au service de toute la société où, à partir de la sphère intellectuelle qui lui est propre, elle joue un rôle fondamental dans lensemble des activités

68 Dès lors apparaissent les trois grandes foncions de luniversité. Celle-ci doit : premièrement, répondre aux besoins de développement du pays en fournissant les cadres nationaux de haut niveau et des techniciens compétents; deuxièmement, développer lexpertise locale – en termes de connaissance critique et approfondie des réalités du pays – en se penchant sur tous les problèmes qui préoccupent la société haïtienne afin de formuler des propositions susceptibles de contribuer à la réorientation des débats et doffrir des alternatives

69 Luniversité devenant ainsi la dépositaire des capacités intellectuelles et techniques, son intervention dans la société se fait par lenseignement, la recherche et les services à la communauté à travers lesquels elle sintègre au milieu et troisièmement, y assume le leadership intellectuel et scientifique pour sortir définitivement le pays de son enfermement et louvrir sur le monde.

70 Cette conception de luniversité enferme un certain nombre dattentes quant aux conditions à réunir pour rendre effective une telle institution.

71 Tout dabord, il y a un refus du statut de marginalité qui caractérise linstitution universitaire en Haïti. Daucuns pensent quon ne mettait pas à profit les compétences disponibles à luniversité pour développer une expertise nationale dans la recherche de solutions à certains problèmes ou dans la mise en place du cadre institutionnel.

72 Par exemple, on déplore labsence de luniversité dans les réformes concernant le Parlement, ladministration de la justice, dans les débats portant sur les limites de la production pharmaceutique locale, ou encore labsence de relations entre lenseignement supérieur et le marché du travail.

73 De même, on soulève limportance du chômage des finissants et diplômés universitaires alors que lindustrie locale est obligée dimporter des techniciens de qualité.

74 Certaines des conditions définies par les universitaires pour la réalisation de cette université apparaissent comme un appel à une redéfinition de la structure du pouvoir social, laquelle amènerait des changements dans les rapports de lÉtat avec luniversité, et où celui-ci reconnaîtrait à celle-là le droit et le devoir de développer sa sphère de compétence et dy exceller pour le bénéfice de toute la collectivité, en lui fournissant les moyens adéquats.

75 Doù litération, dans les déclarations des universitaires, des thèmes de volonté politique, de leadership de lÉtat, face à la situation de lenseignement supérieur, ou celui de rétablir la confiance et la crédibilité de luniversité. Ce dernier thème reflète aussi une sorte dautoévaluation de limpact de la crise de lUniversité dÉtat dHaïti (UEH) sur lensemble de lenseignement supérieur.

76 Certains universitaires sattendent à ce que luniversité devienne un véritable lieu dépanouissement et de développement de lintellectuel et du scientifique qui pourront alors travailler en toute liberté à la production didées et au dévoilement du monde.

77 Il y a ici une assimilation du statut de luniversité à celui de lintellectuel ou du scientifique dans la société haïtienne où la situation de ces derniers se caractérise essentiellement par une ambiguïté de statut qui dévoie leur activité. La conception de luniversité formulée ici recèle donc la revendication dun réel statut, explicitement reconnu, pour lintellectuel et le scientifique.

78 Enfin, parmi les autres points soulevés comme conditions au renouvellement de luniversité, on peut distinguer quatre grandes catégories, selon que ces catégories renvoient aux conditions académique, administrative, étudiante et institutionnelle

79 Académique, pour celles qui font référence à lenseignement, la formation, et le statut professoral : 1) la professionnalisation et la stabilité du corps des professeurs, 2) la redéfinition des objectifs de lenseignement supérieur par rapport aux besoins fondamentaux de la collectivité, 3) lélaboration de curricula appropriés, 4) lamélioration de la qualité de lenseignement et de lapprentissage, 5) la mise en place dun système de bourses pour relever la qualification des professeurs.

80 Administrative, pour les conditions qui renvoient à lorganisation et à la gestion : 1) doter lenseignement supérieur dune structure dorganisation et de ressources humaines adéquates, 2) mettre en relation les différentes facultés existantes pour que leurs fonctions soient mieux définies, 3) gérer luniversité selon les normes administratives de toute organisation, 5) rationaliser le fonctionnement de luniversité en vue de son efficacité, 6) définir et respecter la fonction des différents acteurs.

81 Condition étudiante :1) rapprocher les étudiants des professeurs, 2) prendre des mesures appropriées pour répondre aux besoins de la clientèle étudiante, car la population étudiante est livrée à elle-même comme celle du pays.

82 Institutionnelle, pour les conditions qui font référence à des formes de support de type financier ou en termes dinfrastructures : 1) trouver le financement nécessaire, 2) doter luniversité dun campus pour avoir une conception intégrée de luniversité, 3) allouer un budget adéquat à lenseignement supérieur, 4) avoir linfrastructure de soutien nécessaire : laboratoires, manuels de cours et bibliothèques, 5) créer des instituts et des centres de recherche

83 LAPPORT DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Il est très difficile de se faire une idée exacte de lactivité de recherche qui existe réellement en Haïti (cest-à-dire des études en cours ou déjà réalisées), de même que de la capacité de recherche réellement disponible au pays, en termes de nombre de gens ayant reçu une formation pour la recherche et du nombre de chercheurs actifs.

84 En labsence de programmes de deuxième ou troisième cycles, il ne reste que les relevés des mémoires de licence ou des projets de sortie pour connaître létat des réalisations en recherche. Les conditions générales pour encourager une telle pratique ne sont pas toujours réunies et le taux dachèvement des études reste très faible pour lensemble des institutions denseignement supérieur, surtout dans le cas des mémoires de licence.

85 Certes, i l y a des enseignants qui sadonnent à la recherche, mais cela se fait dans un cadre tout à fait personnel; il existe aussi des centres de recherche. Pourtant, il n y a aucun mécanisme formel qui permette de savoir les champs de recherche qui intéressent les chercheurs ni de connaître les questions qui sont lobjet dinvestigations.

86 Labsence dinstitutions vouées à la promotion de la recherche scientifique constitue une difficulté majeure au développement de cette activité. Bien que lentreprise de recherche comme telle semble jusqualors incompatible avec la logique de fonctionnement de notre société, son enjeu même néchappe pas aux acteurs concernés qui font montre dun très haut intérêt pour la recherche. Car, la plupart des universitaires ont une représentation des plus nettes de ce que devra être la contribution de la recherche à la société haïtienne

87 Lanalyse des différents points de vue exprimés au sujet de la recherche révèle que les universitaires se représentent la connaissance comme une activité propre au rôle même de luniversité dans la société. Cependant, aucune des institutions denseignement supérieur, dans leur forme actuelle, nest en mesure de faciliter tant soit peu lémergence de cette conception de la connaissance, voire lui servir de cadre de développement, ce qui constituerait une forme achevée de sa matérialisation.

88 Par ailleurs, les universitaires formulent des conditions pour que la recherche, comme mode de production de la connaissance scientifique, soit effective chez nous. On peut regrouper ces conditions en cinq catégories principales :

89 a)Des conditions qui se rapportent au statut de la recherche dans la société, comprenant : le développement de la recherche comme une priorité nationale, la mise en place dun système de reconnaissance valorisant le travail scientifique, lutilisation des connaissances produites au pays, la création dun organisme central de gestion de la recherche, la création de centres ou instituts de recherche et celle dun groupe de travail sur le problème de la recherche à luniversité.

90 b)Des conditions dordre académique : lélévation de la formation des enseignants au niveau du doctorat jusquà atteindre une certaine masse critique, la professionnalisation du corps enseignant, linstitution du statut de professeur- chercheur, la création de programmes de deuxième et troisième cycles et de bourses de formation à la recherche pour les professeurs et les étudiants.

91 c)Des conditions dordre financier : la création dun fonds distinct pour la recherche. d)Des conditions relatives aux ressources humaines : Faire venir du personnel compétent, rapatrier les cadres haïtiens.

92 e)Enfin, trois autres conditions, qui ne se rapportent à aucune des catégories précédentes, tout en étant distinctes lune de lautre : 1) Développer un partenariat pour la recherche entre luniversité, le secteur privé et les ONG, 2) la démocratie politique, 3) garantir la sécurité physique du libre penseur.

93 Il en résulte que la recherche scientifique devient un enjeu majeur pour lensemble de la société haïtienne et procède dun rapport au savoir radicalement différent de celui qui semble avoir présidé à la création et au fonctionnement de luniversité en Haïti.

94 Il ne sagit plus davoir une université qui sadonne seulement à la diffusion de savoirs établis ailleurs, comme le fait lécole secondaire. Daucuns pensent à juste titre quil faut avoir assez dhumilité pour sappliquer à connaître cette société qui est la grande inconnue et cesser de rabâcher les grandes théories

95 PROSPECTIVE POUR LUNIVERSITE ET LA RECHERCHE Lanalyse des enquêtes sur lenseignement universitaire en Haïti montre que les universitaires entendent leur mission comme étant de pourvoir la société haïtienne des compétences nécessaires pour faire face à ses problèmes afin dêtre en mesure de modifier de façon durable sa situation.

96 Doù la prédominance des préoccupations de pertinence sociale et dexpertise locale qui ressortent dans leurs discours en ce qui concerne luniversité et la recherche. Ces préoccupations ne constituent pas, à proprement parler, les objectifs à atteindre, mais, plutôt, les principes qui régiront le rapport de luniversité avec la société.

97 Cela dit, si, à travers de telles conceptions, luniversité émerge comme une institution complètement transformée, engagée dans des relations dynamiques avec lensemble de la société, lintérêt manifeste pour la recherche sinscrit dans le cadre de cette transformation où la recherche scientifique, en apparaissant comme une composante de la fonction de luniversité renouvelée, devient alors une condition nécessaire au rôle social dagent de changement de linstitution universitaire.

98 Le rôle dagent de changement qui consisterait à donner à la société haïtienne la capacité dintervenir sur elle-même et sur son environnement implique la maîtrise de la connaissance en termes de compétences à disposer des choses, à se comprendre soi-même et son monde dappartenance; ce qui tendra à éliminer, entre autres, les multiples formes damateurisme qui sévissent dans les divers domaines.

99 La transformation que les universitaires anticipent pour luniversité nécessite un type de capital culturel différent de lhumanisme classique qui prévaut dans notre système éducatif, car les habiletés ne sacquièrent quà travers les mécanismes dobjectivation propres à lactivité scientifique. Les représentations des universitaires procèdent donc de dispositions latentes pour la culture scientifique.

100 CONCLUSION On ne peut comprendre létat dindigence de lUniversité dEtat dHaiti indépendamment de sa position dans la structure de distribution du capital culturel et de son faible role dans la re production des rapports sociaux. Cest plutot lenseignement secondaire qui accomplit un role decisif dans cette reproduction et cela, à travers la prédominance de la formation classique orientée vers la culture générale

101 La faible présence de lEtat, pour ne pas dire labsence de lEtat, dans lenseignement secondaire fait que la famille demeure déterminante dans lacquisition de ce type de capital culturel. Ce dernier va de pair avec 1) lexclusion comme mode dominant de la reproduction sociale et 2) certains types de rapports au monde, comme loralité, les échanges informels et lamateurisme de lagir; autant de caractéristiques du fonctionnement de la société haitienne qui renforcent le modèle dintégration (identification) sociale fondée sur les accointances familiales, le clientélisme (ou logique de bande).

102 Dans ce contexte, limportance quacquiert lenseignement universitaire, de meme que lavènement de lintéret pour la culture scientifique – qui conduit à différencier les individus de leurs fonctions sur une base formelle où priment plutot les qualités professionnelles -, apparaissent comme une rupture radicale par rapport à la logique des rapports sociaux qui structure depuis longtemps la société haitienne, encore dominée par les aléas de toutes sortes

103 Il en résulte que la crise de lenseignement universitaire nest pas étrangère à la transition que connait actuellement la société haitienne. Le changement à instituer repose principalement sur la maitrise des connaissances, laquelle requiert le développement du potentiel intellectuel des individus indépendamment de toute appartenance à une catégorie sociale, par principe déquité; ce qui confirme le role dagent de changement qui se profile pour luniversité.

104 Dans cettte perspective, la crise de lenseignement universitaire et la transition actuelle impliquent toutes deux linstitution dune nouvelle forme dorganisation sociale où le mode dintégration et didentification des individus à la société sera plus objectif.

105 Sur ce, Mesdames et Messieurs, je vous laisse et vous remercie de votre attention.

106 LES SIGLES OU ACRONYMES UTILISES CNSTConservatoire National des Sciences et Techniques CTPEACentre Technique de Planification et dEconomie Appliquée ENARTSEcole National des Arts

107 ENIPEcole National des Infirmières de Port-au-Prince ENSEcole Normale Supérieure ENSTEcole Nationale Supérieure de Technologie FAMVFaculté dAgronomie et de Médecine Vétérinaire

108 FASHFaculté des Sciences Humaines FDEFaculté dEthnologie FDSEFaculté de Droit et des Sciences Economiques FDOFaculté dOdontologie FLAFaculté de Linguistique Appliquée

109 FMPFaculté de Médecine et de Pharmacie UGOCUniversité Groupe Olivier et Collaborateurs IERAHInstitut dEtudes et de Recherches Africaines dHaiti IGCInstitut de Gestion et de Comptabilité IHECEInstitut de Hautes Etudes Commerciales et Economiques

110 INAGHEIInstitut National de Gestion et de Hautes Etudes Internationales INUQAInstitut Universitaire Quisquéya- Amérique IPrESInstitutions Privées dEnseignement Supérieur IPuEXTInstitutions Publiques extérieures à lUEH ISTHInstitutions des Sciences et des Techniques dHaiti

111 MENJSMinistère de lEducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports UEHUniversité dEtat dHaiti UNAHUniversité Adventiste dHaiti UNDHUniversité Notre Dame dHaiti UNIQUniversité Quisqueya

112 BIBLIOGRAPHIE Enseignement Supérieur et Universitaire en Haiti. M. Jacky LUMARQUE,Recteur de lUNIQ. Université dEtat dHaiti, Réforme et Perspective. M. Jean Vernet Henry, Recteur de lUEH. MENJS (1995), Diagnostic technique du système éducatif haitien, Imprimerie Deschamps. MENJS (1997), Lenseignement supérieur en Haiti: état, enjeux et perspectives. Creutzer Mathurin, P-au-P. liste des établissements denseignement supérieur en Haiti


Télécharger ppt "LA SITUATION DE LENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN HAITI Conférence du Professeur Jean-Robert DOSSAINT Anthropologue, spécialiste."

Présentations similaires


Annonces Google