La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

François NICOLAS Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps www.entretemps.asso.fr/Wagner www.entretemps.asso.fr/Nicolas.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "François NICOLAS Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps www.entretemps.asso.fr/Wagner www.entretemps.asso.fr/Nicolas."— Transcription de la présentation:

1 François NICOLAS Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps / Cercle National Richard Wagner (dimanche 16 décembre 2007)

2 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 2 I. Ce quest / ce que nest pas Parsifal II. Comment écouter Parsifal III. Un opéra pour notre temps

3 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 3 Ce que nest pas Parsifal : six méprises Parsifal nest pas un opéra 1.proto-nazi 2.crypto-chrétien 3.para-maçonnique 4.pseudo-bouddhiste 5.obscurantiste 6.mythologique

4 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 4 1. Parsifal nest pas un opéra proto-nazi Il est absurde de rapprocher Montsalvat de Nuremberg. Largumentaire dun tel rapprochement se base essentiellement sur la « réception » de lœuvre. Du point de cette « réception », deux contre-arguments : Cet opéra embarrassait spécifiquement Hitler (cest le seul opéra de Wagner a avoir été écarté de Bayreuth pendant la guerre). Plus probant: Charlie Chaplin, dans Le Dictateur, soutient quil faut arracher Wagner à sa réception nazie et, plus spécifiquement, que la musique de Lohengrin (petit-fils de Parsifal) doit orienter lespoir contre les nazis.

5 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 5 Charlie Chaplin :Le dictateur (1939)

6 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 6

7 7

8 8 2. Parsifal nest pas un opéra crypto-chrétien, et sa cérémonie nest pas la Messe. Ce thème a été orchestré par Nietzsche. Mais : La cérémonie de Monsalvat nest pas « la Cène » La régénération se fait le Vendredi-Saint, pas le jour Pâques; or : « il ny a quun matin, celui de Pâques » (Bernanos-Poulenc). « Rédemption au rédempteur ! » : ici la rédemption fait le rédempteur, non linverse. Cet opéra ignore la prière (or la foi est prière).

9 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 9 3. Parsifal nest pas un opéra maçonnique, un opéra dinitiation Ce thème a été orchestré par Jacques Chailley. Mais : Il ny sagit pas dinitier un nouveau Tamino au gré dune série dépreuves. La régénération vient dun innocent, non dun instruit. Lenjeu du drame nest pas son instruction, ou la révélation dune nature dexception mais un éveil. À quoi?

10 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / Parsifal nest pas un opéra bouddhiste, un opéra du renoncement Cette orientation est soutenue par Jonathan Harvey. Mais : Lenjeu subjectif nest pas un renoncement au désir. Lenjeu subjectif est affirmatif. Il ne sagit pas daccéder à cette pitié qui nous rapporte aux animaux (le cygne) mais spécifiquement à la compassion.

11 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 11 Mit-leid = com-passion ! « C est le gar ç on fou, sans é rudition, sans acad é mie, ne comprenant rien que par la compassion, qu il me faut. » Richard Wagner (4 d é cembre 1877) lettre en fran ç ais à Judith Gautier Thèse : la compassion pour Amfortas nest pas la pitié pour le cygne.

12 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / Parsifal est un opéra du crépuscule mais il nest pas pour autant obscurantiste. « Crépuscule »? : « Wagner fut un beau coucher de soleil que lon a pris pour une aurore. » Claude Debussy « Pour laurore, la disgrâce, cest le jour qui va venir ; pour le crépuscule, cest la nuit qui engloutit. » René Char Le crépuscule nest pas ce qui se rend à lobscur de la nuit mais ce qui y résiste jusquau bout … en parachevant le jour.

13 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / Parsifal nest pas un opéra mythologique. Mythologiser le thème-Parsifal, cest le fait de Julien Gracq dans son Roi pêcheur. Mais pour ce faire, il centre le drame sur la polarité Amfortas/Perceval là où Wagner le centre sur Kundry/Parsifal. Au sens précis que Claude Lévi-Strauss donne à la logique du mythe (voir sa « formule canonique du mythe »), on pourrait démontrer que Parsifal ne relève pas dune mytho-logique.

14 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 14 Quest-ce donc que Parsifal ? Un opéra de la relève subjective. Son enjeu dramatique : comment un processus collectif ensablé et moribond peut-il être subjectivement réactivé ? Voyons : le processus collectif dont il sagit, la séquence densablement où lon se situe, le drame de sa réactivation.

15 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 15 Parsifal, opéra de la relève: sous quels noms propres?

16 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 16 Trois exemples de regénération dun processus ensablé

17 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 17 Comment écouter Parsifal ? Et dabord Parsifal serait-il inécoutable ? Comme toute la musique de Wagner, la musique de Parsifal serait un narcotique (voir Nietzsche, et Debussy: « Wagner, ce vieil empoisonneur! »); configurerait une mer où se laisser bercer (voir le « sentiment océanique » de Romain Rolland et Freud); serait un permanent trompe lœil (voir Adorno).

18 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 18 La musique : art de lécoute ! De quoi une écoute musicale est-elle faite ? Une préécoute Un moment-faveur Des moments-relais Un moment de la fin Une ligne découte globale

19 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 19 Spécificités de Parsifal La mélodie infinie comme tracé dune ligne découte au sein dune constellation mouvante de leitmotivs Moments du sublime Une préécoute singulière : en réverbération (où « lespace devient temps »)

20 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 20 Parsifal : une analyse complète de lécoute en 9 points 1.Un temps de la préécoute 2.Un moment-faveur 3.Trois moments-relais 4.Quatre moments-choral 5.Deux moments du sublime 6.Un moment de la fin 7.La mélodie infinie comme fil découte de part en part 8.Le réseau des leitmotivs comme réseau nuageux 9.La moment-analyse globale

21 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 21 Le réseau des leitmotivs : une constellation de nuages (théorie néphologique) Les 36 leitmotivs distingués et classés par Otto Singer (Breitkopf & Härtel)

22 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 22 Moment-analyse: une constellation de moments, faufilée par la mélodie infinie

23 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 23 Aujourdhui… 1.Le moment-faveur au cœur de la « scène de la transformation » (acte I) 2.Le second moment du sublime : « larrêt de la lance » (acte II), ou moment de la victoire 3.Un moment-relais: le prélude de lacte III 4.La mélodie infinie comme « modulation de fréquence »…

24 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / La « scène de la transformation » avec, en son cœur, le moment-faveur Boulez (1970) L5 moment-faveur

25 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 25 Le moment-faveur, basé sur L5 (ou « motif de la plainte ») Soit :

26 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 26 L5 : structure polyphonique L5 : structure harmonique

27 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / Le second moment du sublime (acte II) Larrêt de la lance ou moment de la victoire

28 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / Un moment-relais : Prélude (acte III) Boulez (1970)

29 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 29 Ce moment renouvelle le d é chirement à l œ uvre lors du moment-faveur grâce au jeu d un nouveau leitmotiv (L30), apparent é mais non d é ductible de celui qui structure le moment-faveur (L5), et intensifie une dimension r é troactive du point d é coute, attach é e à cette impression d « é trange familiarit é » qui traverse toute l œ uvre

30 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / La mélodie infinie… « La grande m é lodie, telle que je la con ç ois, qui embrasse l œ uvre dramatique tout enti è re, [ … ] doit produire dans l âme une disposition pareille à celle qu une belle forêt produit, au soleil couchant, sur le promeneur qui vient de s é chapper aux bruits de la ville. [ … ] Celui qui se prom è ne dans la forêt [ … ] distingue avec une nettet é croissante les voix d une vari é t é infinie [unendliche], qui s é veillent pour lui dans la forêt ; elles vont se diversifiant sans cesse ; il en entend qu il croit n avoir jamais entendue ; avec leur nombre s accro î t aussi d une fa ç on é trange leur intensit é ; les sons deviennent toujours plus retentissants ; à mesure qu il entend un plus grand nombre de voix distinctes, de modes divers, il reconna î t pourtant, dans ces sons qui s é claircissent, s enflent et le dominent, la grande, l unique m é lodie de la forêt. » Wagner « Musique de l avenir » (Lettre sur la musique, à Fr. Villot, 1860)

31 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 31 La mélodie infinie comme synthèse… par modulation de fréquence! texte orchestre chant porteuse modulante modulée

32 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 32 Le monologue de Gurnemanz (acte I)

33 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 33 La mélodie infinie, comme synthèse…

34 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 34 … par modulation de fréquence !

35 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 35 III. Une œuvre pour notre temps ? Notre temps est crépusculaire : la fin dun jour… Que parachever ? Que transmettre ? Quest-ce qui, des processus moribonds, mérite dêtre réactivé ?

36 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 36 De quelques questions musicales « crépusculaires »… Lopéra : figure crépusculaire de lart musical à réactiver contre lapparent destin de Wagner… dans le cinéma et la musique de film. La capacité du chant musical de moduler un texte en préservant sa puissance intelligible propre. La question du grand art, de la grande musique, contre la figure dune musique condamnée à survivre, sans ambition, à lépoque de sa « déconstruction » systématique… La puissance de la musique de se rapporter (sans rien céder sur ses exigences propres) au non-musical : –au poème –au monde extérieur (à la société…). À quelles conditions la musique peut-elle rester à hauteur des tumultes politiques du Monde ?

37 Écouter Parsifal… (Cercle National Richard Wagner, 16 décembre 2007) / 37 Ma réponse musicale : une « Tétralogie » sur 1968 … pour le 1° mai 2018 ! La musique en prise aux bruits politiques du monde (voir le Requiem pour un jeune poète de Bernd Alois Zimmermann )… Techniquement : réactiver –la problématique de la mélodie infinie comme synthétisant une ligne découte et remettant ainsi la voix chantée au cœur du drame musical ; –la problématique dun réseau « néphologique » de « motifs »…


Télécharger ppt "François NICOLAS Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps Écouter Parsifal, une œuvre pour notre temps www.entretemps.asso.fr/Wagner www.entretemps.asso.fr/Nicolas."

Présentations similaires


Annonces Google