La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mise en place de la Plateforme Carbone à Madagascar Armel Gentien Junior consultant FAO-FIDA Septembre 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mise en place de la Plateforme Carbone à Madagascar Armel Gentien Junior consultant FAO-FIDA Septembre 2010."— Transcription de la présentation:

1 Mise en place de la Plateforme Carbone à Madagascar Armel Gentien Junior consultant FAO-FIDA Septembre 2010

2 Présentation Quelques notions Introduction changement climatique Présentation de loutil EX-ACT Loutil EX-ACT appliqué aux politiques: la filière riz à Madagascar Loutil EX-ACT appliqué aux projets: le projet PPRR Les feux de brousses: des émissions non négligeables Conclusion et perspectives

3 Comment lutter contre le changement climatiques? Mitigation: atténuation du changement climatique en réduisant les sources de GES ou en augmentant les puits de GES Adaptation: adaptation au changement climatique en apportant des modifications dans lexploitation des terres et des systèmes de ressources naturelles afin de réduire la vulnérabilité au changement climatique Quelques notions: Decrease sources Increase sinks

4 Bref aperçu de la problématique du changement climatique D après le GIEC la concentration prévue en CO2 pour 2100 entre +50% et +160% (selon les scénarios) par rapport au niveau 2000 La température moyenne du globe pourrait augmenter de 1,4 °C à 5,8°C entre 1990 et 2100 La vitesse du phénomène observé et prévu est cent fois plus élevée que les variations naturelles. Les secteurs de lagriculture et la déforestation contribuent à environ 1/3 de ces émissions et présentent un fort potentiel de mitigation efficiente à travers la mise en application de certaines pratiques et technologies agricoles. 74% de ce potentiel se trouve dans les pays en voie de développement

5 CO 2 CH 4 N2ON2O Augmentation des concentrations de gaz à effet de serre (GES) CO 2 CH 4 N2ON2O Pouvoir de réchauffement

6 Quelles activités contribuent au changement climatique? = ~31% Source IPCC 2006

7 Quelles activités contribuent au changement climatique?

8

9 Loutil EX-ACT EX-ACT (Ex Ante Carbon-balance Tool) est un outil conjointement développé par trois divisions FAO. Il apporte des estimations ex-ante (avant le projet) de limpact des projets de développement agricole et forestier sur les émissions et/ou séquestration des GES. L'outil calcule le bilan carbone d'une situation avec et sans projet. La différence entre les deux représente les bénéfices ou pertes apportés par le projet et indique la quantité nette de carbone séquestrée (puits de carbone) ou émise (source de carbone) résultant de la mise en œuvre du projet. Il reflète la capacité du projet à pourvoir des services environnementaux sous la forme de séquestration de carbone, contribuant ainsi à la mitigation du changement climatique.

10 Pourquoi avoir développé loutil EX-ACT? Manque doutils daide à la décision pour les concepteurs de projet en vue dintégrer la question du changement climatique dans les projets de développement agricole et forestier. Outil applicable pour : - lanalyse carbone des projets - lanalyse carbone des filières - lanalyse carbone des politiques Simple Pratique Efficient Mis à jour régulièrement Information pour : - scientifiques (quantification/utilisation), - formulateur de projets ou agriculteurs (compréhension/utilisation) Changement déchelle (Possibilité dextrapoler à la région, au bassin versant…)

11 Un ensemble de feuille excel Basé sur loccupation du sol et les pratiques agricoles Utilisant les coefficients par défaut du GIEC (Niveau 1) ou des coefficients adaptés si disponible (niveau 2 moins dincertitude) Mesure le bilan Carbone avec /sans projet Structure de loutil

12 Approche par module: Composantes du projet Description du projet Bilan Carbone Climat Continent Sol Durée Déforestation Afforestation and Reforestation Changement dutilisation des terres Cultures annuelles Cultures pérennes Riz Prairies Elevage Intrants Autres investissement Matrice (Synthèse) initial / futur sans projet / futur avec projet Structure de loutil

13 Outil EX-ACT et politiques agricoles Analyse carbone du potentiel de mitigation de la filière riz à Madagascar à lhorizon 2020 (période ) Données basées sur un scénario approfondi de la filière riz réalisée par lUPDR, BM, 2002 Comparaison de deux scénarios: -Scénario « business as usual » tendance naturelle faible croissance de la production 0,4%/ an -Scénario de croissance de la filière riz augmentation de la production de 2,8%/ an

14 Empreinte carbone approximative de la filière riz en 2009 Mesure de limpact des activités humaines sur le réchauffement climatique en quantités de GES à un instant t émissions actuelles de GES estimées à 12,9 millions de t éq CO2. = 4,8 kg de CO2 éq / kg de paddy = 7,2 kg de CO2 éq / kg de riz Prise en compte dans ces chiffres de: -Déforestation : tavy (29% du total) -Production de méthane du riz aquatique (67%) -Intrants -Autres changements dutilisation des terres

15 Comparaison scénario BAU et amélioré Scénario BAU: aucun changement sur la gestion du riz aquatique. -système inondé en permanence, -présaison inondée > 30 j, -politique de « laisser aller » augmentation de la culture sur brulis de 3,1% par an, jusquà ha en 2020, Scénario Amélioré: - Arrêt augmentation culture sur brûlis (« tavy »), -Passage de ha de rizière inondée en permanence à inondée par intermittence, -Présaison non inondée plus longue, -Amélioration de la fertilisation,

16 Résultats Scénario Amélioré permettrait déviter 5,6 millions de t éq CO2 par an par rapport au scénario BAU. Réduction des émissions totales de 83 millions éq CO2 dici 2020 avec le scénario amélioré 45% en raison de la réduction du méthane 54% en raison de la réduction de la déforestation Pourrait représenter une valeur publique générée denviron 415 millions US$ (5US$ la t) Nécessite un suivi approprié de lévolution des zones de déforestation, tavy, zones inondées de riz aquatique pourrait servir de base à la mise en œuvre dun système carbone MRV (Monitoring Reporting Verification) pour la filière riz.

17 Logiciel EX-ACT pour lanalyse bilan carbone des projets dinvestissements Analyse du potentiel de mitigation du projet PPRR Armel Gentien junior consultant FAO-FIDA - Ecole Supérieur dAgriculture dAngers - Juin 2010 Direction: Benoit Thierry chargé de programme FIDA Louis Bockel expert FAO, analyste des politiques agricoles

18 Le projet PPRR Projet débuté en 2005 pour une période de 8 ans Dans les régions Analanjirofo et Atsinanana dans lest de Madagascar disposant dun climat tropical pluvieux Objectifs: réduction de la pauvreté rurale par l'accroissement des revenus ruraux et l'amélioration de la capacité des communautés de base à prendre en charge leurs projets de développement 4 composantes: Appui au développement des pôles et aux partenariats commerciaux Appui à la structuration du monde rural et à lamélioration de la base productive Appui aux services financiers ruraux Appui aux institutions politiques et gestion du programme Pour lanalyse bilan carbone, nous nous intéresserons principalement à la deuxième composante

19 Des systèmes moins émetteurs Réduire la déforestation (indirectement par amélioration du niveau de vie) Mise en place des sites agroécologiques Améliorer la production agricole ( culture vivrière, culture maraichère) par des intrants et des nouvelles techniques Réduction de la pratique du défriche brulis Développer des systèmes rizicoles moins émetteur de méthane type SRI /SRA Projet de développement agricole et non de lutte contre le changement climatique cependant les activités du projet peuvent agir directement sur la réduction des Gaz à Effet de Serre

20 Origine des données et périmètre de létude Les coefficients dEX-ACT proviennent des coefficients par défaut de niveau 1 du GIEC. Ces coefficients sont spécifiques à un climat de type tropical pluvieux et un sol LAC. Les données utilisées pour lanalyse EX-ACT sont issues du RPE et du RMP, de discussions avec les agronomes et les agriculteurs du projet, dobservations sur le terrain ainsi que dhypothèses personnelles. Le périmètre de létude comprend 15 pôles répartis dans les deux régions Analanjirofo et Atsinanana.

21 Scénario le plus probable Nouvelles techniques agricoles: taux dadoption de 100% Variétés plus productives, greffage pour le manioc… Utilisation dengrais biologique Compost Conseils agricoles… Mise en place des site agroécologiques (détaillée plus loin) Aménagement des périmètres hydroagricoles: Passage de 2500 ha de système traditionnel aux systèmes SRA et SRI Utilisation de compost sur la moitié des rizières améliorées. Augmentation du cheptel Augmentation de 10% du cheptel bovin via une meilleure prophylaxie Intrants Prise en compte de la quantité préconisée par les agronomes du projet

22 Résultats Stockage/émissions évitées de 1,6 millions t éq CO2 sur 20 ans par rapport à une situation sans projet Sites agroécologiques Stockent jusquà t éq CO2 Passage à un système rizicole moins émetteur de méthane: 1,2 millions t éq CO2!

23 Focus sur le riz: Caractéristiques des différents systèmes Kg CH4 / ha/ jour ST3,92 ST avec mauvais drainage 7,45 SRI paille incorporé >30j av culture 1,28 SRI avec compost 0,84 Source: GIEC,2006 Système traditionnel (ST) Variété de 150 j de culture Inondé en permanence Présaison non inondé <180j Pour certaines parcelles: mauvais drainage, donc impossibilité dassècher la parcelle avant la mise en culture présaison inondé>30j Paille incorporé <30j avant la culture Système amélioré: le SRI Cycle plus court: 100 j de culture Inondé par intermittence (au moins 1 période dassèchement de 3j) Présaison non inondée <180j Paille incorporée >30 j avant la culture Sur certaines parcelles ajout de compost.

24 Focus sur le riz Le fait de laisser la parcelle immergée toute lannée émet une quantité très importante de méthane de lordre de 7,45 kg de CH4/ ha/ jour. Grâce à une bonne maitrise de leau et une utilisation de compost, la quantité de méthane émis peut être quasiment divisée par 10! (0,84 kg de CH4 /ha /jour)

25 Focus sur les sites agroécologiques Sur les zones de pentes < 15% Sur les zones de pentes < 15% Bandes de flemingia selon les courbes de niveau plante antiérosive et fertilisante pour le sol (légumineuse) Bandes de flemingia selon les courbes de niveau plante antiérosive et fertilisante pour le sol (légumineuse) Reboisement sur les crêtes Reboisement sur les crêtes Palmier, bananier, canne à sucre en bas de pente Palmier, bananier, canne à sucre en bas de pente Entre les lignes de flemingia: cultures maraichère, maïs, manioc Entre les lignes de flemingia: cultures maraichère, maïs, manioc mais aussi oranger, giroflier mais aussi oranger, giroflier Tous les résidus de culture reste sur le sol Tous les résidus de culture reste sur le sol Taille annuelle des flemingia pour apporter de la matière organique au sol Taille annuelle des flemingia pour apporter de la matière organique au sol

26 Sites agroécologiques Données Pour EX-ACT: 15% de la superficie en boisement 42,5% en culture annuelle 42,5% en culture pérenne Implantation sur danciennes zones de culture, sur des jachères en t CO2 éq reboisement sur les crêtes Changement d'utilisation des terres cultures annuelles cultures pérennes Stockage total sur 20 ans

27 Co-bénéfices des sites agroécologiques Reboisement/ non déforestation des bassins versants Limitation de la culture sur tavy meilleure qualité de leau, moins dérosion, moins denvasement des rizières… Agriculture de conservation: Amélioration de la teneur en MO du sol meilleure structure, amélioration de la capacité de rétention du sol… Production diversifiée: Revenus diversifiés, lutte contre linsécurité alimentaire, maladie, sécheresse. Réduction des risques climatique

28 Analyse économique simplifiée Pour le riz, avec une hypothèse dadoption du SRI sur 2500 ha, avec la t de CO 2 à 5$: le montant total pourrait sélever à 6,3 millions de $ en 20 ans! Soit environ $/an Cependant à ce jour, absence de projet pour les émissions de méthane évitées de la riziculture. Pour les sites agro écologiques, si les 1500 ha sont bien implantés, ils pourraient stocker léquivalent de t éq CO 2 et obtenir un financement sur 20 ans denviron 2,5 millions de $ (avec la t CO2 à 5$)

29 Pour conclure Manque de coefficient détaillé pour traiter les émissions rizicoles La riziculture est une des activités économiques et agricoles principales à Madagascar nécessité de développer les coefficients de niveaux 2 et 3 spécifiques à Madagascar. Développer une méthodologie à soumettre à LUNFCCC pour lobtention de crédit carbone pour les émissions de méthane évitées du riz

30 Les feux de brousse: des émissions à ne pas négliger: le cas du projet AD2M Parmi les objectifs du projet : la réduction des feux de brousse Hypothèse: diminution des feux -passage dun feu tous les 2 ans à un feu tous les 5 ans grâce aux actions du projet. -diminution de la dégradation de la savane de 5 à 4% (passage de « modérément dégradée » à « fortement dégradée » catégorie de loutil EX-ACT ) Facteurs démissions de niveau 1 daprès le GIEC: Facteurs démissions lors du brûlis dun ha de savane dune zone tropical sèche

31 Les feux de brousse: des émissions à ne pas négliger: le cas du projet AD2M surface de savane : ha ( obtenue à partir de LIEFN 2000) L action du projet permettrait déviter lémission de t éq CO 2 sur 20 ans par rapport au scénario de référence!

32 Conclusion Plateforme Carbone Primordiale pour: Renforcer les capacités des partenaires (formation outil carbone…) Permettre dévaluer le potentiel de mitigation des projets en cours et à venir et du secteur agricole Réfléchir sur les activités des projets valorisables à travers des mécanismes de financement carbone (marché carbone, volontaires…) Faciliter les demandes et lobtention de crédit carbone Développer et rassembler des facteurs démissions précis spécifiques à Madagascar Développer des partenariats et mobiliser les différents acteurs pour travailler ensemble (ministères, centres de recherche, organisations internationales…) …

33 Conclusion A terme, Madagascar pourrait devenir un pays pionnier dans le secteur du carbone et dune agriculture à faible émission de carbone -adoption de pratique moins émettrice de méthane pour le riz -Limitation des feux de brousses -Réhabilitation des bassins versants: techniques dagroforesterie… -Augmenter le pool de carbone du sol: Agriculture de conservation -…-… Ces activités pourraient se développer grâce aux crédits carbone, et permettraient de participer à la fois à la lutte et ladaptation contre le CC, et linsécurité alimentaire

34 Retour

35 Retour

36 Retour

37 Retour


Télécharger ppt "Mise en place de la Plateforme Carbone à Madagascar Armel Gentien Junior consultant FAO-FIDA Septembre 2010."

Présentations similaires


Annonces Google