La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 SMEGREG RECHERCHE DE RESSOURCES NOUVELLES POUR LAEP Dans les alluvions de la Dordogne entre St Sulpice et Cameyrac et Grézillac – 33 Phase 4 : Synthèse.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 SMEGREG RECHERCHE DE RESSOURCES NOUVELLES POUR LAEP Dans les alluvions de la Dordogne entre St Sulpice et Cameyrac et Grézillac – 33 Phase 4 : Synthèse."— Transcription de la présentation:

1 1 SMEGREG RECHERCHE DE RESSOURCES NOUVELLES POUR LAEP Dans les alluvions de la Dordogne entre St Sulpice et Cameyrac et Grézillac – 33 Phase 4 : Synthèse de létude – projet technique de raccordement SIAEP dArveyres et SIAEP de Bonnetan

2 2 Origine du projet : Demande de remplacement du forage de Moulon (Eocène) Avis de la CLE du 27 Septembre 2010 Avis de la CLE du 1 er juillet 2010

3 3 Localisation des forages AEP captant la nappe de lEocène 08034X0031/F sur Saint Sulpice et Cameyrac du syndicat de Bonnetan ; 08041X0051/F4 sur Izon du syndicat dArveyres ; 08045X0036/F3 sur Cadarsac du syndicat dArveyres ; 08046X0024/F sur Genissac du syndicat dArveyres ; 08046X0001/F sur Moulon du syndicat dArveyres.

4 4 Objectifs de létude Identifier les possibilités d'exploiter la nappe alluviale de la Dordogne (entre Saint Sulpice et Cameyrac et Grézillac) pour la production d'eau potable à proximité des forages à lEocène actuellement exploités, afin de substituer partiellement leau de lEocène par de leau de nappe alluviale, le mélange de ces eaux devant permettre déviter les traitements qui seraient nécessaires pour leau de la nappe alluviale généralement très dure. Pour cela, il est nécessaire de : vérifier lexistence dune ressource en eau souterraine exploitable pour lalimentation en eau potable dans les alluvions de la Dordogne entre Saint Sulpice et Cameyrac et Grézillac en se concentrant sur les périmètres proches des ouvrages AEP existants ; préciser la pérennité quantitative et qualitative de cette ressource ; définir les modalités dexploitation de cette ressource (implantation, nombre et caractéristiques des ouvrages de captage) ; préciser la vulnérabilité de cette ressource et les contraintes liées à sa protection ; élaborer un avant-projet suffisamment détaillé pour la mise en production indiquant les coûts estimés, tant en investissement quen fonctionnement.

5 5 Létude a comporté 4 phases : Phase 1 : Synthèse des connaissances hydrogéologiques et analyse de l'environnement pour les cinq sites. Toute la zone sera étudiée, les cinq sites faisant lobjet dune analyse plus poussée. A noter que le forage de Moulon nest pas située sur une zone alluviale intéressante, ce qui ramène le nombre réel de site à quatre ; Phase 2 : Prospection géophysique sur trois sites sélectionnés ; Phase 3 : Réalisation de forages de reconnaissance et de tests hydrauliques Phase 4 : Elaboration d'un projet technique pour le captage, la protection, le raccordement aux réseaux des ressources identifiées et évaluation financière. La phase 4 est lobjet de cette présentation. Le territoire couvert par létude a été divisé en trois unités hydrogéologiques : Le méandre de Moulon Génissac ; Le méandre dArveyres: Le méandre dIzon.

6 6 Rappel des résultats de phase 1 : connaissances hydrogéologiques existantes trois zones favorables à la poursuite des investigations : Secteur 1 : à proximité du forage de Grand Barail entre les bourgs de Génissac et dArveyre, sur la commune de Cadarsac ; Secteur 2 : à proximité du forage Les Boins au nord du bourg de Saint Pardon ; Secteur 3 : à proximité du forage Drouillard, à la limite entre les communes dIzon et de Saint Loubès. La prise en compte de risques sur la qualité des eaux des alluvions nous a conduits à ne pas poursuivre les investigations à proximité des 2 forages suivants : Pour le forage Canaudonne à cause de la présence de lagunes non étanches dune STEP située 350 m à lamont hydraulique ; Pour le forage Les Boins (secteur 2) à cause dun projet de station dépuration en amont qui a vu le jour dans le même temps.

7 7 Phase 1 : proposition de site à prospecter

8 8 Rappel des résultats de phase 2 : géophysique sondages et panneaux électriques sur les secteur 1 (Cadarsac) et 3 (Izon) Implantation de 2 forages de reconnaissance sur les secteurs de plus forte Résistance électrique transversale de la couche aquifère (produit de lépaisseur par la résistivité électrique) Forage Proposé Izon Cadarsac

9 9 Phase 3 : Forages de reconnaissance

10 10 Rappel des résultats de phase 3 : sondages de reconnaissance Sondage S1 (0803-4X-0389) dune profondeur de 15 m sur la commune dIzon, Sondage S2 (0804-5X-0082) dune profondeur de 15 sur la commune de Cadarsac. Existence dune formation aquifère de graves sableuses à galets dune épaisseur de 3 m environ avec présence dune nappe captive Présence dun recouvrement peu perméable denviron 5 m dargile tourbeuse ou limoneuse et 4 m de sable et graviers limoneux Perméabilité très moyenne sur le forage S1 (Izon) avec faible productivité de louvrage Bonne perméabilité sur le forage S2 (Cadarsac) qui permet un bonne productivité de louvrage même avec son équipement non optimisé du forage de reconnaissance. Un pompage de longue durée avec analyse complète de type Rp devra permettre de valider la faisabilité quantitative et qualitative ainsi que lincidence de la gravière proche notamment pour les mesures de protection de la ressource.

11 11 Phase 4 : projet technique – les conditions de mélange Pour avoir une dureté de mélange maximale de 25 °F, les proportions de mélange sont 24 % deau des alluvions (dureté 44,3 °F) avec 76 % deau du forage de Grand Barail (dureté 19 °F). Les objectifs de production instantanés par forage sont un débit de production moyen de 26.4 m 3 /h et un maximum de 43 m 3 /h (pointe journalière) pour permettre de respecter les proportions de mélange en fonction des fluctuations de production avec un total annuel de m 3 (objectif 2020 selon létude diagnostic de SOGREAH).

12 12 Phase 4 : forage de production aux alluvions réalisation dun forage de production définitif 18,5 m de profondeur environ, avec un tube plein acier de diamètre 323 mm, cimenté au terrain de 0 à 9,5 m, et une colonne de production en tube plein (inox ou PVC) et crépine inox à fil enroulé en diamètre 8"5/8. Un tube de décantation assez long (6 m environ) pour descente pompe immergée Tête de puits étanche en inox, dalle ciment Mise en place dun système de pompage immergé avec jupe adapté au pompage sur des aquifères de faible épaisseur. 43 m3/h en pointe, 26 m3/h en moyenne

13 13 Phase 4 : projet technique – protection du captage Tracé des isochrones de parcours de leau souterraine (débit continu de 26,4 m3/h avec 10 % de porosité lisochrone 50 jours touche le lac de loisir

14 14 Phase 4 : projet technique – contraintes spécifiques liées aux périmètres de protection en domaine alluvial La ressource est naturellement protégée des pollutions de surface par une couverture dargile et dargile limoneuse compacte de 5 m dépaisseur environ, recouvrant des sables argileux sur une épaisseur de 4 m environ. Le site se trouve en bordure de la zone inondée lors de crues centennales du fleuve et le forage devra présenter une tête de puits étanche. Lenvironnement du site est constitué de vignobles principalement. Les contraintes à prendre en compte sont notamment la proximité du plan deau de loisir et la présence des routes départementales au voisinage ainsi que de lautoroute A89. En cas de pollution accidentelle du plan deau de loisir, la pollution pourrait être susceptible datteindre la nappe puis le captage. Il est vraisemblable quun plan dalerte soit demandé par lAdministration.

15 15 Phase 4 : projet technique – extrait de létude diagnostic de SOGREAH de 2010 Leau du forage de Grand Barail est en refoulement direct dans le réseau de distribution Le forage de Grand Barail est autorisé pour un débit de 150 m3/h (soit 3000 m3/j sur 20 h) et constitue la principale ressource du SIAEPA dArveyres

16 16 Phase 4 : projet technique – débits et volumes à produire en fonction du coefficient de mélange Pour une dureté objectif de 25 °F, la proportion de mélange est de 24 % deau dalluvion pour 76 % deau du forage profond En production totale deau à lhorizon 2020, le volume annuel objectif est de m 3 qui se répartiront entre : 76 % sur lEocène soit m 3 ; 24 % sur les alluvions soit m 3. Le prélèvement instantané maximum potentiel sur le forage dexploitation aux alluvions pourra aller jusquà 43 m 3 /h.

17 17 Phase 4 : projet technique – dimensionnement des équipements Débit maximums instantanés Le forage de Grand Barail est en refoulement direct dans le réseau après passage en déferrisation. Cette configuration ne permet pas dassurer un raccordement direct, assurant un temps de contact suffisant entre les deux ressources. Elle présente par ailleurs linconvénient de maintenir les ballons de déferrisation avec une pression de près de 9 bars, ce qui nest pas très favorable en terme de fatigue. Dans ces conditions, il sera nécessaire de compléter les équipements existants avec : Une bâche de mélange dont le volume permettra un temps de contact suffisant ; Une station de reprise en refoulement direct dans le réseau ; Une nouvelle pompe pour le forage de Grand Barail (ou la mise en place dune variation de fréquence si le moteur le permet) afin dadapter la nouvelle courbe réseau au fonctionnement de la pompe.

18 18 Phase 4 : projet technique – description des travaux à réaliser Les travaux comprennent Réalisation dun forage dexploitation aux alluvions à proximité du sondage S2 ; Equipement du forage S2 avec groupe immergé de 40 m 3 /heure; Réalisation dun bassin de stockage en béton armée de 150 m 3 ; Réalisation dune conduite de transfert DN 140 sur 1500 ml ; Réalisation dun local technique avec une station de reprise de 180 m 3 /heure à 65 mce ; Mise en fonctionnement variation de fréquence du forage de Grand Barail pour ladapter à la nouvelle configuration ; Système de régulation et de télégestion.

19 19 Phase 4 : projet technique – montant des investissements Total général : environ HT

20 20 Phase 4 : projet technique – impact sur le prix de leau Incidence denviron 0,01933 /m3 présentation du 21/05/2013 Ce projet étant un pur projet de substitution, car la collectivité na pas de problème qualitatif. En application des préconisations du Sage nappe profonde, les partenaires financiers seraient sollicités sur un programme considéré comme prioritaire sur les bases suivantes : Agence de l eau Adour Garonne : 50% ; Conseil Général de la Gironde : 30%.

21 21 Phase 4 : projet technique – conclusion Létude des potentialités de la nappe des alluvions de la Dordogne a conduit à envisager la réalisation dun forage dans le secteur de du forage AEP de Grand Barail (Cadarsac). La productivité de la nappe des alluvions à cet endroit est très bonne du fait dune perméabilité assez élevée et la qualité de leau de la nappe des alluvions est compatible avec un usage « eau potable ». La dureté élevée de leau des alluvions (44,3 °F) représente une limitation à lemploi de cette eau sans mesures particulières. Un pompage de longue durée avec analyse complète de type Rp devra permettre de valider la faisabilité quantitative et qualitative ainsi que lincidence de la gravière proche notamment pour les mesures de protection de la ressource. En conséquence, le projet sest orientée vers lutilisation de leau de la nappe alluviale en mélange avec leau de la nappe de lEocène pour atteindre une dureté objectif de 25°F après mélange. Un forage dexploitation aux alluvions permettrait de produire les volumes annuels de lobjectif 2020 ( m 3 sur un total de m 3 ) avec des pointes à 43 m 3 /h en satisfaisant aux proportions de mélange. Lestimation sommaire des équipements et investissements nécessaires est évaluée à HT environ et lincidence sur le prix de leau serait de 0,01933 HT / m 3.


Télécharger ppt "1 SMEGREG RECHERCHE DE RESSOURCES NOUVELLES POUR LAEP Dans les alluvions de la Dordogne entre St Sulpice et Cameyrac et Grézillac – 33 Phase 4 : Synthèse."

Présentations similaires


Annonces Google