La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL: RUPTURES ET CONTINUITÉ ou back to the future ! –Jean Panet-Raymond –Jean Panet-Raymond, professeur émérite École de service social,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL: RUPTURES ET CONTINUITÉ ou back to the future ! –Jean Panet-Raymond –Jean Panet-Raymond, professeur émérite École de service social,"— Transcription de la présentation:

1 LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL: RUPTURES ET CONTINUITÉ ou back to the future ! –Jean Panet-Raymond –Jean Panet-Raymond, professeur émérite École de service social, Université de Montréal –Rencontre de formation du Forum des intervenants municipaux en développement social, 31 mars 2008

2 De quoi parle-t-on au juste ? Plusieurs termes sont cousins germains : une même souche mais des oncles et tantes très différents !

3 La mise en place et le renforcement au sein des communautés, dans les régions et à léchelle de la collectivité, [Québec] des conditions requises pour permettre, dune part, à chaque individu de développer ses potentiels, de pouvoir participer activement à la vie sociale et de pouvoir tirer sa juste part de lenrichissement collectif, et dautre part, à la collectivité de progresser socialement, culturellement et économiquement, [et politiquement] dans un contexte où le développement économique soriente vers un développement durable, soucieux de justice sociale. (CSBE,1996)

4 Ça implique On présume des potentiels de la population On y voit la participation citoyenne On ne parle pas de pauvreté On parle de développement durable (1987) On y sous-tend les valeurs de justice sociale On commence à y voir lintersectorialité….

5 Un petit retour en arrière… LA ROUE DE LA MÉDECINE AUTOCHTONE avait déjà compris cela !

6 1950 On voit apparaître le développement par lONU en Afrique et en Amérique latine Le développement humain dans les pays en voie de développement : niveau national et local ; un top down pour« faire avec» ! La croissance du PIB doit avoir effet de cascade («trickle down») Apparition des mouvements émancipatoires (décolonisation)

7 1960 au Québec Influence du développement onusien, de ces mouvements émancipatoires et du mouvement des droits civiques aux USA: les comités de citoyens Deux courants qui se retrouvent encore à ce jour: –La défense collective des droits –Le développement de ressources autonomes (autogérées)

8 1970 au Québec Les comités de citoyens deviennent des groupes populaires: associations de locataires, chômeurs, consommateurs, personnes assistées sociales, femmes, etc. Création de ressources : coop de logement, coop de production,cliniques de santé, clinique juridiques, centre déducation populaire Politisation > création du RCM et du RP à Québec On parle de comités de quartier : décentralisation et pouvoir citoyen…

9 1980 à Montréal Les groupes populaires deviennent des organismes communautaires : multiplication des populations (clientèles) et problématiques On crée des liens avec les secteurs bénévoles, sports et loisirs, et avec les ressources Création de ressources : léconomie sociale renaît La notion de territoire local apparaît centrale RCM au pouvoir : On parle encore de comités de quartier : décentralisation et pouvoir citoyen…(moins aux citoyens) : les CCA naissent!

10 1980 dans le monde Le néolibéralisme annonce le retrait de lÉtat providence et la mondialisation La communauté devient de plus en plus une référence pour le développement La Charte dOttawa (1986) met le développement et les déterminants sociaux au cœur de la santé et le bien-être de la population (OMS) : naissance du mouvement VVS Le rapport Brundtland (1987) contribue au développement durable

11 1990 au Québec Encore la crise économique : on veut agir sur la pauvreté…par linsertion en emploi 1995 : Marche pour du pain et des roses : de léconomie et du social 1996 Le sommet sur lemploi décide lutter sur la pauvreté par léconomique LÉtat providence devient lÉtat accompagnateur ou partenaire La concertation et le partenariat sont à la mode : les organismes communautaires embarquent… avec réticence

12 1990 au Québec (suite) 1997 : Loi sur le soutien au développement local et régional : Les forums sur le développement social ont lieu partout et culminent par le Forum national sur le développement social: lien entre le social et léconomique CSBE (1998)

13 1990 à Montréal 1990 Montréal devient «ville en santé» :les quartiers en santé suivent : les tables multisectorielles et multiréseaux naissent sous la vision de VVS. La Ville commence à embaucher les agents de développement. RCM quitte le pouvoir en 1994: On ne parle plus de comités de quartier : moins de place aux citoyens 1995 : La Ville, la DSP et Centraide se concertent pour soutenir la vison VVS de développement local et $outenir les tables de quartier. Le CRD (CRÉ) priorise la lutte à la pauvreté au Forum de développement social (1997)

14 2000 au Québec 2001 Politique de reconnaissance et de soutien à laction communautaire 2002 Loi pour lutter contre la pauvreté et lexclusion sociale Rapport de INSPQ : le «développement des communautés» (2002) 2003 Loi sur les fusions municipales : obligation davoir un plan de développement social

15 2000 à Montréal Les tables de quartier se développent 2002 Les quartiers de RUI apparaissent Chagnon commence «Québec en forme» à Montréal Lécole en communautaire et les écoles en santé apparaissent(CSDM et MELS) Les quartiers de ATI apparaissent (MESS)

16 Et le dernier né ! Le développement des communautés est un processus de coopération volontaire dentraide et de construction de liens sociaux entre les résidents et les institutions dun milieu local, visant lamélioration des conditions de vie sur le plan physique, social, économique [culturel et politique]. - INSPQ, 2002, PNSP 2007

17 Ce quil faut retenir Cest un processus de coopération exigeant la participation de résidents, dorganismes et dinstitutions et leur empowerment. Cest la rencontre de savoirs dexperts (professionnels et académiques) et de savoirs citoyens (expériences) Cest un objectif qui est lamélioration des conditions de vie et la réduction des inégalités sur plusieurs dimensions socio-sanitaires, économiques, culturelles, politiques et environnementales

18 Ce quil faut retenir (suite) Ça se fait en milieu local : une communauté qui est un territoire «vécu» (un quartier urbain, un village, une MRC) où se partagent des valeurs, des intérêts et des identités, voire un sentiment dappartenance, Ça doit se compléter par lharmonisation des politiques publiques qui doivent soutenir et favoriser ce développement Le développement des communautés est inscrit dans une longue tradition qui dépasse les champs de la santé et des services sociaux

19 Enfin, quelle place réserve-t-on aux citoyens dans le développement social? Une place centrale : développement endogène («bottom up») : les Forums citoyens, Grands rendez-vous de VSMS, etc. Le respect des savoirs différents (savoirs dexpertise extérieure et savoirs expérientiels locaux) > rencontre du «bottom up» et du «top down» : développement négogène

20 Des conditions pour cette place aux citoyens dans le développement social? Le respect des acquis et la reconnaissance des acteurs Un patient travail déducation populaire Des espaces de délibération : la place des différences…sans complaisance Le soutien à lémergence de nouveaux leaderships

21 Et lintersectorialité !

22 Laction intersectorielle…de quoi parle-t-on ? Une vision : des problèmes de plus en plus complexes et des contextes (déterminants) microsociaux et macrosociaux Une stratégie organisationnelle : des approches dintervention ou daction globale en «collaboration /concertation / partenariat / harmonisation» entre acteurs de divers secteurs

23 Les secteurs Missions gouvernementales (ministères) Niveaux de gouverne : municipal, règional, national, fédéral, international Types de ressources : publiques, privées (entreprises et fondations), communautaires Professions et disciplines : médecine, travail social, psychologie, urbanisme, sociologie, droit, urbanisme, etc.

24 Les secteurs (suite) Clientèle ou problématiques : enfants, jeunes, femmes, familles, personnes âgées…pauvreté, faim (insécurité alimentaire), toxicomanie, santé mentale…

25 Et les fondation privées ! Des vieux et nouveaux joueurs(Centraide, McConnell, Bronfman, Coutu, Chagnon, Grand Montréal,…) : de plus en plus incontournables Des rapports comparables aux secteurs publics : vision à court et moyen terme, priorités et critères, processus de demande, reddition de compte, etc. Complémentarité et/ou autonomie : entre elles, avec secteur public et avec les acteurs communautaires ? Quelle place à la philanthropie : déficit démocratique ?

26 Et la sous-traitance ? Existe depuis longtemps en sport et loisir : quel bilan en fait-on ? Qui porte la vision plus large (intégrée) et la légitimité du bien commun inclusif ? Quelles conditions pour une concertation et un partenariat réel (interdépendance et développement «négogène») ?

27 Paradoxes, enjeux et défis Le discours du «bottom up» cache une réalité de «top down» Le financement de laction communautaire autonome favorisant une approche globale est de + en + sectorialisée (programmes) La communauté est «hot» : les arrondissements ont des pouvoirs Mais laccès au pouvoir décisionnel nest pas facile : cynisme face à la chose politique Les rapports de pouvoir entre les niveaux de gouverne sont tendus Les rapports de pouvoir entre les technocrates, les élus et les citoyens sont ténus

28 Paradoxes, enjeux et défis (suite) La marge de manœuvre et la place de la créativité des instances locales et communautaires est à développer Larbitrage national, inter-régional et municipal et la redistribution des ressources doit demeurer, tout en favorisant lautonomie des quartiers La place pour lémergence de nouveaux leaderships est au cœur du développement La tolérance aux tensions et conflits est nécessaire


Télécharger ppt "LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL: RUPTURES ET CONTINUITÉ ou back to the future ! –Jean Panet-Raymond –Jean Panet-Raymond, professeur émérite École de service social,"

Présentations similaires


Annonces Google