La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Asthme Asthme Arnaud Bourdin (Montpellier) La Lettre du Pneumologue.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Asthme Asthme Arnaud Bourdin (Montpellier) La Lettre du Pneumologue."— Transcription de la présentation:

1 Asthme Asthme Arnaud Bourdin (Montpellier) La Lettre du Pneumologue

2 Asthme La thermoplastie est une procédure endoscopique utilisée dans lasthme pour réduire la masse de muscle lisse bronchique. Les patients sont bien entendu suivis sur le long terme Méthode Létude RISA a inclus 15 patients Traités par CSI µg budésonide ou équivalent + LABA ± stéroïdes oraux 30 mg max. Pré-bronchodilatateur VEMS 50 % prednisone Et qui étaient toujours très symptomatiques (symptômes quotidiens présents au moins 10 jours sur 14 ou utilisation de médicaments de secours pendant au moins 8 des 14 jours précédant le début de létude) Suivi de sécurité à 5 ans La Lettre du PneumologueDaprès Laviolette M et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract Thermoplastie : 5 ans déjà ! (1) Contexte

3 Asthme Thermoplastie : 5 ans déjà ! (2) Données de suivi à long terme * Non significatif La Lettre du Pneumologue 3 Inclusion (n = 14)1 re année (n = 14)2 e année (n = 14) 3 e année (n = 14)4 e année (n = 12)5 e année (n = 12) Daprès Laviolette M et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract 3422

4 Asthme Il ny a eu aucun cas de pneumothorax, dintubation, de ventilation mécanique, darythmie cardiaque ou de décès à la suite dun traitement par thermoplastie à 5 ans Labsence de complications cliniques et le maintien dune fonction pulmonaire stable sur une période de 5 ans après thermoplastie chez les patients atteints dasthme sévère réfractaire suggèrent une sécurité à long terme de la procédure La Lettre du Pneumologue 4 Thermoplastie : 5 ans déjà ! (3) Conclusion Il manque les données defficacité sur un plus grand nombre de patients Une étude de phénotype semble requise Une technique à suivre Daprès Laviolette M et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract 3422

5 Asthme Adolescents (12-17 ans) motivés pour Internet, intéressés et volontaires pour cette étude, ayant un asthme non contrôlé Prise en compte de la fonction respiratoire, dun carnet de bord électronique, de lACQ, et recommandations pour le traitement selon algorithme présenté Algorithme Step-down : 4 ACQ consécutifs 0,5 ET dernier step-down 28 j Step-up : 2 ACQ consécutifs compris entre 0,5 et 1 et dernier step-up > 28 j Step-up intermédiaire : ACQ compris entre 1 et 1,5 et dernier step-up > 28 j Appel téléphonique et step-up majeur ACQ > 1,5 et dernier step-up > 28 j Site Internet très complet, très moderne, détaillé et largement personnalisé Appel téléphonique le lendemain en cas de besoin (ACQ, VEMS) La Lettre du PneumologueDaprès Van Gaalen J et al. ERS Eur J Respir 2011;38(Suppl.55):abstract Suivi par Internet des adolescents asthmatiques en utilisant lACQ (smashing) [1] Contexte

6 Asthme La Lettre du PneumologueDaprès Van Gaalen J et al. ERS Eur J Respir 2011;38(Suppl.55):abstract Suivi par Internet des adolescents asthmatiques en utilisant lACQ (smashing) [2] Méthodologie de létude 90 adolescents Groupe témoin (n = 44) Groupe Internet (n = 46) Session en groupe (n = 27) 3 mois (n = 37) 3 mois (n = 39) 12 mois (n = 40) 12 mois (n = 35)

7 Asthme La Lettre du PneumologueDaprès Van Gaalen J et al. ERS Eur J Respir 2011;38(Suppl.55):abstract Suivi par Internet des adolescents asthmatiques en utilisant lACQ (smashing) [3] Résultats (1) Groupe témoin Groupe Internet Différentielp Connaissance de la maladie (0-12)8,48,70,340,39 Technique dinhalation (0-5)4,64,80,210,16 Adhésion au traitement autoadministré (jours/semaine) 5,26,10,890,12 Surveillance via lACQ (nombre de semaines/patient) 30,3 Contacts médicaux (nombre/patient) – Consultations – Contacts téléphoniques – Échanges via Internet 3,2 2,7 3,6 2,3 4,6 0,33 0,47 0,74 0,60

8 Asthme La Lettre du PneumologueDaprès Van Gaalen J et al. ERS Eur J Respir 2011;38(Suppl.55):abstract Suivi par Internet des adolescents asthmatiques en utilisant lACQ (smashing) [4] Résultats (2) Groupe InternetGroupe témoin Fonction respiratoire p < 0,01 à 3 mois Qualité de vie p = 0,02 à 3 mois

9 Asthme Le suivi des adolescents par Internet est un succès en termes dadhésion au programme (35/46, soit 76 %, continuent à renseigner leur DEP, ACQ et carnet de bord quotidiennement après 1 an) De manière un peu désespérante, lefficacité nest pas bonne Pas de différence sur la fonction respiratoire Pas de différence sur la qualité de vie Pas de compétence accrue Pas moins de contacts avec les professionnels de santé Cest surprenant, car la même étude chez ladulte est positive à 1 an 1, 2 Le suivi avec le NO nest pas meilleur 3 La meilleure connaissance quont les générations actuelles des outils multimédias ne suffit pas Ladhésion à une prise en charge nest pas nécessairement synonyme de meilleure prise du traitement ni de contrôle des facteurs favorisants ou précipitants On ne peut recommander ce type de prise en charge à lheure actuelle chez les adolescents même sils sont motivés Suivi par Internet des adolescents asthmatiques en utilisant lACQ (smashing) [5] Conclusion 1. Van der Meer V et al. Ann Int Med 2009;151(2): Van der Meer V et al. PLoS. One 2011;6(11):e Deschildre A. Eur Respir J 2012;39(2): La Lettre du PneumologueDaprès Van Gaalen J et al. ERS Eur J Respir 2011;38(Suppl.55):abstract

10 Asthme La présence dIgE spécifiques pour les entérotoxines staphylococciques (SE-IgE) dans le sérum a été associée à lasthme sévère et à la polypose nasale Toutefois, la prévalence et le lien vers lasthme dans la population générale nont jamais été analysés Les auteurs ont cherché à déterminer la prévalence dans le sérum de SE-IgE et à étudier lassociation avec lasthme dans la population générale La Lettre du PneumologueDaprès Tomassen P et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract Des IgE antistaphylococciques ? (1) Contexte

11 Asthme sujets issus de 15 centres ont participé ont fourni des informations complètes et des échantillons de sang La prévalence globale pondérée de lasthme a été de 10,6 % et la prévalence de SE-IgE > 0,10 kU/l était de 29,3 % Les SE-IgE étaient significativement associées à la présence dasthme après ajustement pour lâge, le sexe, les allergies et le tabagisme La force de lassociation était dépendante de la concentration des SE-IgE (OR = 1,01 dans le premier tertile, 1,33 dans le deuxième et 1,54 dans le troisième) Lassociation na pas été modifiée par un test cutané positif ou le tabagisme La Lettre du Pneumologue 11 Des IgE antistaphylococciques ? (2) Résultats Il ny a pas de relation avec la fonction respiratoire, la sévérité de lasthme et le nombre dexacerbations Daprès Tomassen P et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract 3223

12 Asthme La présence des SE-IgE est très répandue et associée à lasthme dans la population générale à travers lEurope Ces résultats ouvrent des perspectives pour les superantigènes bactériens dans la pathogenèse de lasthme La Lettre du Pneumologue 12 Des IgE antistaphylococciques ? (3) Conclusion Daprès Tomassen P et al. ERS Eur Respir J 2011;38(Suppl.55):abstract 3223

13 Asthme Thermoplastie Une technique à suivre de près Des applications potentielles en France dans les mois/années à venir Suivi par Internet Faisable et engendrant une bonne adhésion Des résultats décevants chez ladolescent même motivé Alors que les résultats sont positifs chez ladulte La multiplication des outils (DEP, FeNO, etc.) napporte rien IgE antistaphyloccociques Une association avec lasthme Vers les origines infectieuses de lasthme Des résultats somme toute modestes et à vérifier La Lettre du Pneumologue 13 En résumé, pour la pratique


Télécharger ppt "Asthme Asthme Arnaud Bourdin (Montpellier) La Lettre du Pneumologue."

Présentations similaires


Annonces Google