La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Observations spectroscopiques des objets transneptuniens à partir de la Terre: apports et limites C. de Bergh, A. Barucci, A. Doressoundiram, F. Merlin,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Observations spectroscopiques des objets transneptuniens à partir de la Terre: apports et limites C. de Bergh, A. Barucci, A. Doressoundiram, F. Merlin,"— Transcription de la présentation:

1 Observations spectroscopiques des objets transneptuniens à partir de la Terre: apports et limites C. de Bergh, A. Barucci, A. Doressoundiram, F. Merlin, A. Delsanti LESIA, Observatoire de Paris, France

2 Plus de 1000 Objets Transneptuniens (OTNs) ont été découverts à ce jour (beaucoup dentre eux ont été néanmoins perdus). Ces objets ont, en général, des magnitudes très faibles car ils sont situés loin du Soleil, sont petits (diamètres des objets connus entre environ 50 et 3000 km) et ont une surface sombre. Ils sont donc très difficiles à étudier. On étudie en parallèle les Centaures (comme Pholus et Chiron) qui ont des orbites situées entre celles des planètes géantes, et qui sont probablement des objets qui se sont échappés de la Ceinture de Kuiper. Etant plus proches de nous, ils sont plus faciles à étudier. Les OTNs sont très intéressants car très primitifs (ce sont ceux qui ont subi le moins daltération depuis la formation du Système Solaire). Introduction

3 Composition de surface de ces objets ? A partir de mesures dalbédo: disponibles pour seulement environ 15 objets (OTNs et Centaures), et surtout grâce au satellite Spitzer. Albédos généralement faibles (sauf pour les plus gros objets). A partir de mesures de photométrie à différentes longueurs donde (spectrophotométrie). Disponibles pour environ 130 objets. Les couleurs des objets sont très variées, du très rouge au légèrement bleu. Certains OTNs sont les objets les plus rouges du système solaire. Cette diversité est très surprenante. A partir de la spectroscopie. Disponible pour environ 30 objets dans le visible, 20 en infrarouge proche et quelques-uns dans linfrarouge thermique (Spitzer). Donc échantillon restreint.

4 Apports de la spectroscopie - I Les spectres dans le visible (la plupart ont été obtenus au VLT par notre équipe, en collaboration avec des collègues européens) ne présentent en général aucune absorption. Certains des spectres dans linfrarouge proche (obtenus par notre équipe au VLT ou au TNG ou par dautres équipes aux télescopes TNG, Keck, Gemini ou Subaru) ne présentent aucune absorption non plus. Dans certains cas, cest peut-être à cause dun rapport S/B des spectres insuffisant. Dautres présentent des absorptions bien visibles.

5 Apports de la spectroscopie - II Les espèces détectées (essentiellement à partir de spectres dans lIR proche): La glace deau sur beaucoup dobjets. Le méthane solide (présent sur Pluton) sur trois gros OTNs Le méthanol solide (ou un composé similaire) sur un Centaure et un OTN. De lazote solide (présent sur Pluton) sur Sedna et Eris ? De léthane solide sur un OTN ? (peut-être détectée sur Pluton) Un mélange ammoniac/hydrate dammoniac sur lOTN Quaoar ? (une absorption comparable non encore complètement identifiée est détectée dans les spectres de Charon). De lolivine (ou un autre silicate) à la surface des Centaures Pholus et Asbolus (spectre IR thermique) ? Des silicates hydratés sur trois OTNs ? (à partir de spectres dans le visible).

6 Autres composés à inclure dans les modèles Il est nécessaire dinclure dautres composés dans les modèles de surface pour rendre compte en particulier: 1- de la pente très raide de certains spectres dans le visible (objets très rouges) 2- de lalbédo faible de certains objets Meilleurs candidats: des matériaux carbonés réfractaires (ex: tholins, kérogènes, carbone amorphe). Mais on dispose de très peu de contraintes sur la nature exacte de ces composés. Et manque de données de laboratoire.

7 Spectres combinés visible-proche IR du VLT avec modèles * * Orcus Sedna Ixion Huya Chiron Bienor Okyrhoe Thereus Chariklo Asbolus Les modèles de Bienor, Okyrhoe, Orcus incluent des kérogènes, ceux de 83982, 55576, 63252, Asbolus, Chariklo, Thereus, 26181, Sedna,… incluent des tholins (cf revue de Barucci and Peixinho, 2006)

8 La glace deau La glace deau a été détectée à la surface de beaucoup dOTNs et de Centaures. Lorsque les spectres sont de bonne qualité, on détecte labsorption à 1.65 microns qui indique quelle est présente essentiellement à létat cristallin. Cest aussi le cas pour Charon. La présence de glace deau cristalline indique des températures supérieures à 100/110 K alors que les températures attendues à la surface des OTNs sont certainement plus froides (20-60 K ?). Et de toutes façons, à ces températures, la glace deau initiallement cristalline est facilement convertie en glace amorphe par irradiation. Pourquoi de leau cristalline ? Explications possibles: cryovolcanisme, impacts par des micrometeorites.

9 Présence de glace deau cristalline sur les OTNs Quaoar and 2003 EL 61 Quaoar Télescope SUBARU (Jewitt and Luu, 2005) 2003 EL 61 Télescopes Keck et Gemini (Trujillo et al. 2006) Des spectres VLT- SINFONI de 2003 EL 61 obtenus par notre équipe indiquent la présence possible dun peu de glace deau amorphe (Merlin et al., travail en cours)

10 Le méthane solide Le méthane solide, présent sur Pluton, a été détecté récemment à la surface de deux OTNs: 2005 FY 9 (voir ci-dessous) et Eris (voir diapo suivante) qui sont très gros (et exceptionnellement brillants) et est peut-être également présent à la surface de Sedna (le plus distant des OTNs connus). Les bandes du méthane sont plus fortes que pour Pluton. Le méthane est présent essentiellement à létat pur (non dilué dans lazote). Lobjet est plus rouge que Pluton. Le méthane solide sur 2005 FY 9 (Licandro et al. 2006) à partir de spectres TNG.

11 Le méthane solide sur Eris (2003 UB 313 ) Spectre du Keck (Brown et al. 2005) Spectre du VLT avec SINFONI (Dumas et al. 2006) Sur Pluton le méthane est soit pur soit dilué dans lazote. Sur Eris, la position des bandes du méthane dans lIR et lexistence de la faible bande à 1.69 microns indiquent que le méthane est présent à létat pur. Le modèle comprend également de lazote.

12 Caractéristiques des trois plus gros OTNs connus et comparaison avec Pluton et Charon. Pluto Eris (2003 UB 313 ) : Albédo de lordre de 0.6 ou Diamètre de km. Surface couverte de méthane pur (+ azote ?). Période orbitale: 560 ans ( i: 44°) FY 9 : Albédo denviron 0.6. Diamètre de lordre de 1800 km. Surface couverte de méthane pur. Période orbitale: 307 ans (i: 29°) EL 61 : Albédo supérieur à 0.6. Diamètre de lordre de 2000 km. Surface couverte de glace deau cristalline. Forme allongée. Période orbitale: 285 ans (i: 28.2 °). Rotation: 4 heures. Pluton: Albédo: de lordre de 0.6. Diamètre: ~2350 km. Surface couverte de méthane (pur et dilué dans lazote), azote et CO solides. Charon: Albédo de lordre de 0.4. Diamètre: ~1208 km. Surface couverte de glace deau cristalline. Neptune Pluto nest pas unique ! Pourquoi deux des gros OTNs sont-ils couverts de méthane alors que le troisième est couvert de glace deau ? Quelle est lorigine du méthane ?

13 In red, a model with 24% Triton tholin + 7% amorphous carbon + 10% N % CH 3 OH + 33% CH 4 (contaminated by small inclusions of Titan tholin) Sedna is an extended scattered disk object. Perihelion: 76 AU, aphelion: 902 UA ! Currently at 89 AU (very far away). It is very important for solar nebula models to confirm the presence of N 2 on Sedna. Nitrogen and methane ice on Sedna ? VLT spectrum (Barucci et al. 2005) Comparison with Triton spectra in which nitrogen and methane ice are clearly present (Barucci et al. 2005). Need for better spectra of Sedna (but the object is quite faint…) Triton Sedna

14 Du méthanol (?) sur le Centaure Pholus et lOTN Spectre UKIRT de Pholus (Cruikshank et al. 1998). Spectre VLT de (Barucci et al. 2006). Spectre VLT de lOTN et modèles de surface (Barucci et al. 2006) La bande à 2.27 micron dans le spectre de Pholus a été attribuée au méthanol solide ou à un produit de photolyse du méthanol avec un faible poids moléculaire. La présence de méthanol indique la nature primitive dune surface riche en hydrocarbures (Cruikshank et al. 1998).

15 Ammonia and/or ammonia hydrate on Charon and Quaoar ? An absorption feature present at 2.2 micron in spectra of Charon has been tentatively assigned (Brown and Calvin 2000) to a combination of ammonia and ammonia hydrate (see below). This is surprising, as ammonia hydrate ices are destroyed by radiation. (Also detected in spectra of Miranda, satellite of Uranus). A comparable feature is found in spectra of TNO Quaoar (Jewitt and Luu, 2004, Subaru telescope). But the spectra are quite noisy (see below). There is a need for more laboratory data on ammonia hydrates and a need for better spectra of Quaoar ! Charon Quaoar

16 Tous les gros OTNs ont des glaces à leur surface. Deux gros OTNs ressemblent à Pluton, alors quun troisième ressemble à Charon. Sedna semble avoir des points communs avec Triton La glace deau est détectée aussi bien sur les objets bleus que sur les objets rouges. Sa détection ne dépend pas de la classe dynamique à laquelle ils appartiennent ou de leur distance au Soleil au périhélie. Les couleurs et les spectres sont très variés. Des composés organiques complexes doivent être présents. Présence possible dammoniac/hydrate dammoniac. Certains objets sont hétérogènes. Résumé de quelques résultats sur la composition

17 A partir de la Terre: Qualité insuffisante des spectres dans beaucoup de cas. Surtout dans la région microns qui est particulièrement intéressante pour létude des OTNs. Certaines observations doivent être répétées pour confirmation et/ou étudier lhétérogénéité des surfaces. Il faut observer beaucoup plus dobjets par spectroscopie. Avec New Horizons: Plus de flux Pas dabsorptions de latmosphère terreste (très favorable pour H 2 O) Domaine couvert pour la spectroscopie, de 1.25 à 2.5 microns, particulièrement favorable pour létude des OTNs. Laccès à la résolution spatiale sera très important, mais il faut bien choisir les cibles (si on a le choix…) car certains objets peuvent avoir une surface très homogène. Autre problème possible: labsence de signatures spectrales. Les limites, les besoins et New Horizons


Télécharger ppt "Observations spectroscopiques des objets transneptuniens à partir de la Terre: apports et limites C. de Bergh, A. Barucci, A. Doressoundiram, F. Merlin,"

Présentations similaires


Annonces Google