La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Exécutions et démocratie

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Exécutions et démocratie"— Transcription de la présentation:

1

2 Exécutions et démocratie
Une série de 20 linogravures par Sam Kerson, imprimées par Katah Nous travaillons sur ce projet depuis 2006, lorsque nous avons commencé à chercher sur Google des informations à propos des « exécutions d’innocents ». Nous avons lu le livre de George Jackson, Les frères de Soledad, et celui de David Von Drehles, Among the Lowest of the Dead. De nombreux cas y étaient cités, et nous avons recherché ceux pour lesquels l’exécution semblait particulièrement injuste ou erronée, les affaires où il y avait un doute possible. Notre idée était que si nous montrions que vingt cas étaient problématiques, par exemple des cas d’exécutions à tort, ou d’exécutions politiques comme avec Joe Hill, notre série pourrait alors remettre en question le système dans son ensemble. Nous avons recherché des cas compliqués par des questions de racisme, sexisme, nationalisme, des cas impliquant des enfants et des cas dans lesquels les accusés se sont ensuite avérés être innocents, comme Lena Baker. Nous avons lu les énormes listes, nom par nom, et nous avons lu les détails de nombreuses affaires. Pour vous donner une idée de l’ampleur de notre histoire nationale en termes d’exécutions, le dossier Espy recense exécutions aux États-Unis et dans les colonies entre 1608 et Depuis 1976, lorsque la peine de mort a été rétablie, il y a eu 1099 exécutions aux États-Unis.

3

4 Mankato, au Minnesota, décembre 1862
Mankato, au Minnesota, décembre Nous incluons cette image de la pendaison en masse de Sioux Santee afin de nous souvenir des précédents historiques. Abe Lincoln a condamné ces 37 hommes. Les habitants de la région voulaient pendre plus de 300 Sioux Santee, mais le Président Lincoln a demandé à voir les registres du tribunal et a décidé que seuls 37 hommes méritaient d’être exécutés. Certains historiens suggèrent que le destin de ces 37 hommes a été plus aisé et plus digne que celui de ceux dont la sentence a été commuée : les Sioux Santee ont été réduits à des fugitifs sans terre, fuyant l’ire des envahisseurs.

5

6 Joe Hill était un immigré suédois, membre des Travailleurs du Monde (Workers of the World), un syndicat des industries du bois et des mines, dans le Nord-Ouest. Personnage connu, Joe chantait et composait ; voici une de ses chansons : « Tu mangeras, le moment venu Sur la glorieuse terre au-delà du ciel Travaille et prie, dors sur la paille Tu seras rassasié au ciel quand tu mourras. » Joe a été arrêté et accusé de vol et de meurtre à Salt Lake City. À l’intérieur d’un laps de temps extraordinairement court, et malgré des protestations aux États-Unis et en Europe, il a été accusé, condamné, et exécuté par peloton.

7

8 Lena Barker était séquestrée par un ivrogne raciste local ; il la tenait enfermée dans son moulin, où il la maltraitait selon son bon plaisir. Un jour elle a réussi à lui prendre son arme et en s’échappant elle a tiré sur son bourreau et l’a tué. Son procès était présenté comme une femme noire tuant un homme blanc, et bien qu’elle ait déclaré « je n’avais pas d’autre choix que de le tuer, et je l’ai tué en état de légitime défense », on l’a électrocutée. La famille de Lena a persisté à réclamer un juste procès pour elle, et 60 ans après son exécution, l’État de Géorgie l’a graciée. Nous nous demandons si Lena a pardonné à l’État de Géorgie ?

9

10 L’histoire des Rosenberg est bien connue
L’histoire des Rosenberg est bien connue. Apparemment, il n’y avait aucun doute sur l’innocence d’Ethel, mais l’accusation espérait qu’en menaçant de l’exécuter, ils feraient avouer Julius. Ce stratagème a échoué, on les a électrocutés tous les deux, en commençant par Julius. Ils ont tous deux continué à clamer leur innocence jusqu’à leur dernier souffle.

11

12 Les épreuves traversées par Barbara Graham ont été teintées d’arnaques et de dissimulations de la part de la police à tel point que cette affaire est citée comme la base de la règle Miranda, selon laquelle les policiers sont dans l’obligation de lire ses droits à toute personne arrêtée. Après son exécution, dans une chambre à gaz, le médecin légiste qui a pratiqué l’autopsie a annoncé que Barbara était gauchère, et que le crime dont on l’accusait avait été commis par un droitier.

13

14 L’affaire Wilbert Coffin doit être révisée cette année, en 2008
L’affaire Wilbert Coffin doit être révisée cette année, en Wilbert a été la dernière personne exécutée au Canada. Il a toujours semblé qu’il ait été victime d’un complot, et certains écrivains suggèrent que Duplessis, le Premier Ministre de l’époque, subissait les pressions de John Foster Dulles pour faire payer le coupable de sa vie. Le fait que personne n’ait su qui était l’assassin n’était qu’un détail. Wilbert a servi de bouc-émissaire. Nous incluons cette affaire pour montrer que la peine de mort aux États-Unis a des conséquences mortelles dans d’autres pays.

15

16 Il semble que l’armée américaine soit en train de manœuvrer pour rétablir son droit à mener des exécutions, avec à l’esprit les détenus de Guantanamo. Par cette image, représentant l’exécution du soldat John Arthur Bennett, nous examinons l’histoire de l’armée américaine et la trouvons extrêmement raciste. Bennett, pendu en 1961, a été le dernier homme exécuté par l’armée, pour avoir violé une fillette de 10 ans en Autriche. L’enfant et ses parents ont écrit en vain à John F. Kennedy pour demander que la vie de Bennett soit épargnée.

17

18 George Jackson a été emprisonné à l’âge de 17 ans pour avoir volé 75 dollars dans une station service. Douze ans plus tard, il était toujours en prison ! George a grandi dans le système carcéral californien et cette expérience l’a radicalisé. George était l’auteur des Frères de Soledad. Il a utilisé sa plume pour raconter sa propre histoire. Le conflit entre George Jackson et le système carcéral californien est devenu violent et mortel, et l’histoire a pris fin lorsque des gardiens de prison l’ont tué.

19

20 Sam Melville était un prisonnier politique accusé et condamné pour une série d’attentats à la bombe à New York. Son avocat, William Kunstler, dit que Sam a été exécuté le 13 septembre 1971 par les policiers d’État, dans la confusion des émeutes carcérales d’Attica. Incidemment, il n’a pas été condamné pour un crime capital et, comme George Jackson, il est mort en prison à une époque où la peine de mort avait été suspendue. Entre 1972 et 1976, aucune exécution n’a été ordonnée par les tribunaux aux États-Unis.

21

22 John Arthur Spenkelink a été le premier à être exécuté en Floride après le rétablissement de la peine de mort en Il a résisté son exécution et s’est battu jusqu’à la fin. Ses derniers mots ont été : « La peine capitale ; ce sont ceux qui n’ont pas le capital qui subissent la peine. » Un excellent livre décrit en profondeur la politique de Floride et l’exécution de Spenkelink, Among the Lowest of the Dead, de David Von Drehle.

23

24 Les frères Herrera sont un exemple douloureux des failles des témoignages visuels. Un des deux policiers tués cette nuit-là, David Rucker et Enrique Corrisalez, alors qu’il agonisait, a acquiescé lorsque ses collègues lui ont montré une seule photo en lui demandant s’il s’agissait de son assassin. À partir de cette « identification », Leonel Torres Herrera a été accusé, jugé coupable et condamné à mort. Cependant, avant l’exécution, le frère de Leonel, Raul, a été tué lors d’une fusillade liée à la drogue, et a laissé une confession affirmant qu’il avait tué les deux policiers.

25

26 Ireneo Tristan Montoya avait le droit à une protection consulaire
Ireneo Tristan Montoya avait le droit à une protection consulaire. Il était un citoyen mexicain et le consulat mexicain a été prévenu de son incarcération seulement après sa condamnation. Il n’a en gros bénéficié d’aucune aide légale, les choses étant ce qu’elles sont au Texas. Il avait dix-huit ans au moment de son arrestation, et ne parlait pas un mot d’anglais. De plus, il a prétendu que la confession qu’il a signée lui avait été présentée comme un ordre de déportation.

27

28 Gary Graham avait 17 ans lorsqu’il a été accusé, c’est-à-dire qu’il était légalement un enfant. Il a toujours affirmé ne pas avoir tué Bobby Lambert, qu’il était innocent. Il a vécu dans le couloir de la mort pendant 19 ans. Durant cette période il a changé son nom pour devenir Shaka Sankofa. Shaka n’a jamais accepté l’idée de devoir coopérer avec les autorités carcérales dans la mise en action de son exécution. La plupart des gens finissent par se soumettre et vont à leur mort sans résister.

29

30 Nous avons d’abord pensé que l’affaire de Francis Newton était tout à fait improbable. La motivation et le crime semblaient inappropriés et incroyables. Mais nous l’avons également incluse dans cette série pour démontrer que la procédure médicale des trois injections, qui ont été privilégiées dans tout le pays au cours de ces dernières années, est fallacieuse. Elle se présente comme une procédure médicale, mais aucun médecin n’accepte de mener à bien l’exécution, car cela va à l’encontre du serment de sauver des vies. Ce sont donc des employés de prison, non formés et ineptes pour ce processus, qui administrent les trois injections. Les parents de Francis Newton ont assisté à son exécution.

31

32 Filiberto Ojeda Rios était un nationaliste portoricain, et un révolutionnaire autoproclamé et largement connu. Il a été jugé à San Juan pour son rôle dans un vol à Hartford, au Connecticut, et le jury l’a absout unanimement. Il avait 72 ans en 2005 et fuyait le FBI. On peut dire qu’il avait pris sa retraite dans une petite maison dans les collines de Porto Rico, dans un endroit appelé Las Hormigueros. Le jour de la fête annuelle, lorsque Porto Rico célèbre le Grito de Lares, fêtant son indépendance face à l’Espagne en 1868, Filiberto livrait toujours un discours, qui était enregistré et diffusé aux célébrants, puisqu’il se cachait. En 2005, tandis que les Portoricains étaient en train de célébrer leur indépendance de l’Espagne, Filiberto a été exécuté à la manière paramilitaire, lors d’une opération antiterroriste du FBI.

33

34 Nous avons trouvé Stanley « Tookie » Williams étrangement semblable à Arnold Schwarzenegger. En tout cas, ils faisaient tous les deux de la musculation. Arnold avait été Terminator, et Tookie était accusé de meurtre. Arnold était devenu gouverneur et Tookie avait effectué une renaissance et une transformation spirituelles. Tookie a dû demander à Arnold d’épargner sa vie, et Arnold a dit non. Tookie a été exécuté par injection, et la ville natale d’Arnold, Gratz, a enlevé son nom du stade local. L’Autriche est opposée à la peine de mort.

35

36 Michael Dewayne Johnson s’est suicidé
Michael Dewayne Johnson s’est suicidé. Il s’est tué avant que les gardes ne viennent le chercher, le jour de son exécution. Il a écrit, avec son propre sang, « je suis innocent ».

37

38 La pendaison de Saddam Hussein avait une qualité particulièrement texane, la loi texane appliquée comme politique étrangère. Si on sait déjà qu’il va être pendu, le procès peut-il être juste ? N’y avait-il pas davantage à apprendre de Saddam ? La pendaison est-elle une solution politique ? La situation en Iraq s’est-elle améliorée ? Ça ressemblait beaucoup à une pendaison publique, un procès pour la forme, suivi par une pendaison pour la frime. Saddam avait vraiment l’air courageux et digne, sur les vidéos ; on ne peut pas en dire autant de ses bourreaux.

39

40 Donald Fell vient du Vermont
Donald Fell vient du Vermont. Le Vermont n’applique pas la peine de mort. Cependant, suite à une intervention fédérale, le juge Sessions a été obligé de condamner Fell à mort. Le Vermont ne possède pas les équipements nécessaires à son exécution.

41

42 Mumia Abu Jamal est toujours en vie, et sa “culpabilité” est clairement mise en doute. Condamné pour le meurtre d’un policier en 1981, l’ancien militant des «Black Panthers» a toujours clamé son innocence. Une cour d’appel fédérale américaine a annulé la condamnation à mort de Mumia le 27 mars 2008 mais il reste emprisonné.

43

44 Cette série d’images représente une production du Dragon Dance Theatre
Cette série d’images représente une production du Dragon Dance Theatre. Dragon Dance a été fondé en 1976 dans le Vermont. Depuis 2000 nous sommes en tournée, nous produisant au Mexique, en France et en Finlande, et développant des projets d’arts graphiques et visuels en Slovaquie et au Québec. Ces images sont des linogravures de 22,5 cm par 30 cm, imprimées sur du papier Stonehenge de 33 cm par 48 cm. Elles ont été conçues et découpées par Sam Kerson et imprimées par Katah à l’Atelier Presse Papier à Trois-Rivières, au Québec. La Maverick Foundation, la Puffin Foundation et le Richard Project Rubin ont soutenu ce projet.

45 Déclaration de l’artiste
Il y a tellement de questions de vie et de mort dans notre monde moderne. Nous avons choisi celle-ci pour sa perversité : exécuter des hommes après les avoir gardés dans des cages durant de longues périodes nous semble cruel, lâche, honteux, propre à créer l’amertume et néfaste. Il s’agit d’une pratique qui encourage la violence et les comportements aberrants. Il est honteux pour une société démocratique de pratiquer une telle violence raciste et totalitaire. Puisque nous sommes une démocratie, nous devons admettre que nous choisissons tous cette peine de mort, c’est la méthode que nous avons choisie pour gérer certains membres de notre société, les pauvres et/ou non blancs. C’est de toute évidence une pratique archaïque héritée de la culture de l’esclavage. C’est évident car la plupart des victimes sont toujours noires et pauvres. Évident car la plupart des exécutions ont lieu dans le Sud. Évident car les méthodes diffèrent peu du lynchage. Évident par la violence de gang pratiquée par ces agences d’État en menant des hommes et des femmes à leur mort. Nous avons sélectionné une série de cas illustrant les inconsistances, les injustices, le racisme, le sexisme et la soif de sang qui définissent notre système d’injustice. Nous présentons ces vingt images comme notre argument contre la peine de mort, et avec ces images nous appelons à la fin de la peine de mort ! Sam et Katah, avril 2008


Télécharger ppt "Exécutions et démocratie"

Présentations similaires


Annonces Google