La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le poids et lalimentation des jeunes Québécois : Salarmer ou se conformer? Lyne Mongeau, Dt.P., Ph.D. Ministère de la Santé et des Services sociaux Avec.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le poids et lalimentation des jeunes Québécois : Salarmer ou se conformer? Lyne Mongeau, Dt.P., Ph.D. Ministère de la Santé et des Services sociaux Avec."— Transcription de la présentation:

1 Le poids et lalimentation des jeunes Québécois : Salarmer ou se conformer? Lyne Mongeau, Dt.P., Ph.D. Ministère de la Santé et des Services sociaux Avec la collaboration de Hélène Gagnon, M.Sc. Ministère de la Santé et des Services sociaux

2 Plan de la présentation Introduction Notions de base Données sur le poids Données sur la consommation alimentaire Données sur la sédentarité Données sur les habiletés culinaires Principaux constats Pistes daction Conclusion

3 Introduction La prévalence de lembonpoint et de lobésité chez les jeunes a augmenté au cours des dernières années, notamment dans les pays économiquement développés. Cette hausse est en grande partie attribuable aux environnements dits « obésogènes ».

4 Introduction Le fardeau pour le système de santé que représente lobésité chez les jeunes est difficile à quantifier, puisque les problèmes de santé physiques associés napparaissent habituellement que plus tard dans la vie. Lexcès de poids peut également représenter un fardeau sur les plans psychologique et social. Lobésité infantile accroît le risque dobésité à lâge adulte et contribue à lapparition précoce dun certain nombre de maladies.

5 Notions de base Définition de lexcès de poids : Des seuils internationaux dIMC pour définir lembonpoint et lobésité chez les jeunes âgés entre 2 et 17 ans ont été établis. Ceux-ci sont plus bas que pour les adultes et tiennent compte du sexe et de lâge. Les valeurs sont établies par des centiles et correspondent aux valeurs de 25 kg/m 2 pour lembonpoint et de 30 kg/m 2 pour lobésité appliquées dans la population adulte. Basée sur lindice de masse corporelle (IMC) : kg/m 2

6 Notions de base Définition de la préoccupation excessive à légard du poids : Personne qui, ayant ou non un surplus de poids, est à ce point préoccupée par son poids que cela porte atteinte à sa santé physique et mentale. Paradoxe… Accroissement du désir de maigrir parallèlement à laugmentation du phénomène de lexcès de poids

7 Notions de base Limite des données chez les jeunes : La composition corporelle et les indicateurs anthropométriques varient avec la croissance et la maturation hormonale. Données auto-déclarées : Biais de désirabilité sociale attribuable à la médiatisation de la hausse de lexcès de poids chez les jeunes Taux de non réponse attribuable à la méconnaissance quont les jeunes et leurs parents de leur poids et de leur taille Les mesures directes sont davantage indiquées pour suivre lévolution du phénomène de lexcès de poids chez les jeunes.

8 Données sur le poids (mesurées) Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004 National Health and Nutrition Examination Survey,

9 Données sur le poids (mesurées) *: Valeur significativement différente de lestimation pour les catégories « Diplôme secondaire et moins » et « Diplôme postsecondaire non universitaire » au Québec a: Valeur significativement différente de lestimation pour les catégories « Diplôme universitaire » au Canada. Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004 * a

10 Données sur le poids (mesurées) * : Valeur significativement différente de lestimation pour le revenu faible au Québec. a : Valeur significativement différente de lestimation pour le revenu élevé au Canada. Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004 * a

11 Données sur le poids (mesurées) Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004

12 Données sur la préoccupation excessive à légard du poids Source: Health Behavior of School-Aged Children Study, Enquête sociale et de santé auprès des enfants et des adolescents québécois, 1999

13 Données sur la préoccupation excessive à légard du poids Source: Health Behavior of School-Aged Children Study,

14 Données sur la consommation alimentaire Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004

15 Données sur la consommation alimentaire *Valeur significativement différente de lestimation pour le groupe de consommation « 5 fois et plus par jour » Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004 **

16 Données sur la consommation alimentaire Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004 Continuing Survey of Food Intakes by Individuals, Supplemental Childrens Survey, 1998

17 Données sur la consommation alimentaire Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2004

18 Données sur la sédentarité Source: Enquête canadienne sur les mesures de la santé, National Health and Nutrition Examination Survey,

19 Données sur la sédentarité Source: Enquête canadienne sur les mesures de la santé, National Health and Nutrition Examination Survey,

20 Données sur la sédentarité *Valeur significativement différente de lestimation pour le groupe « Moins de 10 hrs par semaine » Source: Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes * *

21 Données sur les habiletés culinaires a a a a b b b b c, e c, d e d, e Les pourcentages dotés du même exposant sont significativement différents. Source: Enquête sociale et de santé auprès des enfants et des adolescents québécois, 1999

22 Données sur les habiletés culinaires Source: Projet Tout le monde à table,

23 Données sur les habiletés culinaires 56 % des enfants disent ne pas cuisiner régulièrement avec leurs parents. 79 % des enfants disent quils aimeraient le faire plus souvent. Les filles sont significativement plus nombreuses que les garçons à dire quelles aimeraient cuisiner davantage (84 % vs 74 %). Les filles cuisinent significativement plus que les garçons (49 % vs 39 %). Lintérêt à cuisiner davantage se perd chez les enfants plus vieux (6-7 ans vs 8 ans). Source: Projet Tout le monde à table,

24 Données sur les habiletés culinaires Source: Projet Tout le monde à table,

25 Principaux constats Les données présentées suggèrent que … Le taux dexcès de poids est plus faible au Québec et est plus élevé aux É-U. Au Canada et au Québec, le taux dexcès de poids varie en fonction de certaines variables socioéconomiques. Le taux dinsatisfaction à légard du poids est plus faible au Québec et est plus élevé aux É-U. La taux dinsatisfaction à légard du poids est plus élevé en présence dexcès de poids.

26 Principaux constats Les données présentées suggèrent que … La consommation de fruits et de légumes est plus élevée au Québec quau Canada. La consommation de boissons gazeuses est plus élevée aux É-U quau Canada. La consommation daliments provenant de la restauration rapide est plus faible au Québec quau Canada.

27 Principaux constats Les données présentées suggèrent que … Le nombre dheures dactivités sédentaires est plus élevé au Canada quaux É-U. Aucune différence nexiste entre le nombre dheures dactivités sédentaires et le statut pondéral. Une grande proportion de jeunes Québécois ne cuisinent pas régulièrement avec leurs parents. Les habiletés culinaires des jeunes Québécois semblent préoccuper leurs parents. Les jeunes Québécois se démarquent favorablement comparativement aux jeunes Canadiens et Américains.

28 Pistes daction Actions visant léducation et la promotion de saines habitudes de vie Augmentation de la consommation de fruits et légumes Diminution de la consommation de boissons sucrées Amélioration des choix effectués dans les restaurants à service rapide Diminution du temps passé à des activités sédentaires Amélioration des habiletés culinaires

29 Pistes daction Actions visant la modification des environnements Environnement physique : Sassurer que les aliments soient accessibles (épiceries, marchés publics, dans tous les quartiers) Environnement économique : Sassurer que les aliments sains soient accessibles pour la masse et non centrer la commercialisation sur des produits de niches

30 Pistes daction Actions visant la modification des environnements Environnement politique : Implanter des politiques alimentaires dans les milieux institutionnels (écoles, services de garde) Environnement social : Changer les normes sociales (ex.: boire des boissons gazeuses à tous les jours? norme délétère).

31 Conclusion Salarmer ou se conformer? Puisque plusieurs facteurs associés à lembonpoint et à lobésité sont modifiables, il importe de mettre en place ou de poursuivre les actions entreprises en vue de modifier les environnements. Léducation et la promotion en matière de saines habitudes de vie vont de pair avec les actions environnementales. Tous ensemble, il faut unir nos efforts pour la santé future des jeunes!


Télécharger ppt "Le poids et lalimentation des jeunes Québécois : Salarmer ou se conformer? Lyne Mongeau, Dt.P., Ph.D. Ministère de la Santé et des Services sociaux Avec."

Présentations similaires


Annonces Google