La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Particularités pédiatriques dans la prise en charge du brûlé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Particularités pédiatriques dans la prise en charge du brûlé"— Transcription de la présentation:

1 Particularités pédiatriques dans la prise en charge du brûlé
Dr P. MARSOL Secteur des Brûlés Hôpital d’enfants Armand Trousseau Paris

2 Répartition des malades
Epidémiologie Répartition des malades Etendue (%)

3 Les localisations

4 Les causes

5 Le refroidissement Loi d’action de masse
Rapport Surface cutanée / Poids (enfant > adulte) Jamais 2 procédés successifs (eau + gel) Limité en temps et en étendue Inutile si mis en oeuvre après min. Dangereux si entraîne un retard au reste de la prise en charge

6 Particularité physiologique de l'enfant
La répartition des secteurs hydriques  Nécessité impérative de débuter précocement la compensation des pertes chez le tout-petit

7 L'abord veineux LE PLUS PRECOCE POSSIBLE Périphérique en zone saine
Central en zone saine Périphérique en zone brûlée Central en zone brûlée Fixation solide Intérêt de la voie fémorale Place de la perfusion intra-osseuse

8 La compensation initiale des pertes liquidiennes
Avant calcul, pendant la première heure : 10 ml/kg/h (< 30%) à 30 ml/kg/h (> 60%) de soluté électrolytique riche en sodium (Ringer lactate, serum φ, …) La main de la victime représente environ 1% de sa surface corporelle

9 Evaluation des surfaces brûlées (1)

10 Evaluation des surfaces brûlées (2) « Wallace, go home ! »
x 2 x 2 x 2 x 4 x 4 x 4 x 1 x 2 x 4 x 4 x 4 = 100%

11 Au fait, la brûlure cutanée est-elle exprimée en :
pourcentage de la masse corporelle ? pourcentage de la surface cutanée ?

12 Les besoins hydro-électrolytiques (1) choix d’un protocole de compensation des pertes : compensation selon le pourcentage et le poids (type Evans) versus compensation selon les surfaces corporelles (type Carvajal) Rappel de physique : 1) La sphère : V = 4/3 p R 3 ; S = 4 p R 2 2) La variabilité des dimensions : - Δ de poids : enfant = 5 à 50 Kg ; adulte = 40 à 120 Kg (1 / 10) (1 / 3) - Δ de surface : 0,28 à 1,48 m vs ,28 à 2,32 m2 (1 / 5) (1 / 2)

13 Les besoins hydro-électrolytiques (2) : La règle "minimum" de CARVAJAL
Besoins de base par m2 de SC totale / 24 h 2.000 ml / m2 1.500 ml / m2 2.200 ml / m2 pour la brûlure par m2 de SC brûlée / 24 h 5.000 ml / m2 4.000 ml / m2 2.800 ml / m2 La 1/2 de cet apport devrait être administrée dans les 8 premières heures après la brûlure (P en Kg) (S en m2)

14 Les besoins hydro-électrolytiques (3) les interférences
La profondeur Les pansements ou l'exposition à l'air Les topiques locaux et la surveillance Le pouls, la pression artérielle, l'oxymétrie pulsatile, le temps de recoloration capillaire, la fréquence respiratoire, … La conscience, l'agitation Le poids La diurèse : Utiliser la fonction tubulaire comme appareil de mesure : en l'absence de toute glycosurie, la densité urinaire doit être entre 1015 et 1025

15 Localisation de la brûlure
Etendue et profondeur de la brûlure Rétention urinaire des morphiniques

16 Évaluation de la douleur : les difficultés, les pièges
Contexte de l’accident et de la séparation du cadre familial Mode d’expression de la douleur chez le jeune enfant Interaction angoisse / douleur Variations inter-individuelles de la douleur et de la sensibilité aux antalgiques Contexte socio-éducatif Danger des épreuves de sensibilité pour diagnostic de profondeur

17 Évaluation de l’intensité
Moyens thérapeutiques

18

19 « L’infection du brûlé n’est pas inéluctable »
1) Absence de toute antibiothérapie systématique, sauf Traitement en cours pour infection ORL, urinaire, … Traitement préventif au cours des drépanocytoses, … Retard de réanimation Inhalation de fumées 2) Les protocoles de lutte contre l’infection locale sont multiples et variés : Balnéothérapie ? Quel topique local ? Exposition à l’air ou pansement ? Fréquence des soins ? Analyse des objectifs et des moyens Cohérence de la démarche de soins

20 Choix des topiques locaux
Lutte anti-infectieuse Antiseptique Spectre et durée d’activité Toxicité Propriétés de diffusion transcutanée Présentation galénique Les faux amis : la Biafine Choix d’un pansement Pansement provisoire Pourquoi ? Fréquence ? Interface plaie-pansement ? Pluri-modularité ? Prise en charge antalgique Pansement semi-permanent Pourquoi ? Pari Propriétés intrinsèques et conformabilité

21 Mais le pansement est-il indispensable ?

22 J 4 J 2

23 Interdépendance de l’état local
La cicatrisation Interdépendance de l’état local et de l’état général Qualité de la prise en charge « générale » Préservation du capital de cicatrisation Qualité de la prévention de l’infection locale Préservation des conditions locales (pH, vascularisation, inflammation, capital de cicatrisation) Préservation de l’état général Capacité de cicatrisation de l’enfant

24 Les greffes Les greffes ont lieu vers le 10ème jour, à la fin du délai de cicatrisation spontanée

25 Intubation ?

26

27 Bronchoscope rigide de 3 ► Sonde d’aspiration Ch 8
(Ø int. = 1,9 mm) ► Sonde rigide - Dimensions - Anesthésie - Instrumentation

28 3

29 Les circonstances de l'accident
Savoir détecter les situations dangereuses, tout en distinguant : La maltraitance L'enfant mis en danger Transmettre ces informations avec discrétion Implications médico-légales +++

30 Les critères d'admission en Centre de Traitement des Brûlés
Brûlure ≥ 5 % chez enfant < 1 an Brûlure ≥ 10 % chez enfant > 1 an Brûlure avec présomption d'inhalation de fumées Brûlure avec retard de réanimation et/ou complication Brûlure du visage, du périnée, des mains, des pieds Suspicion de maltraitance ... Mais …

31 Conclusion (1) : L’hospitalisation dans le service pédiatrique de Brûlés

32 Conclusion (2) : Le suivi et la prévention des séquelles par le spécialiste


Télécharger ppt "Particularités pédiatriques dans la prise en charge du brûlé"

Présentations similaires


Annonces Google