La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LHYPNOSE Rachel ISIDORE Psychologue Unité de Soins Palliatifs C.H.R. Metz-Thionville.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LHYPNOSE Rachel ISIDORE Psychologue Unité de Soins Palliatifs C.H.R. Metz-Thionville."— Transcription de la présentation:

1 1 LHYPNOSE Rachel ISIDORE Psychologue Unité de Soins Palliatifs C.H.R. Metz-Thionville

2 Lhypnose : manipulation ? Base de lhypnose : La suggestion : technique psychique qui repose sur la croyance que le thérapeute peut influencer, par la parole, un état affectif ou un comportement chez le patient Manipulation Le patient recherche cette influence «»

3 Hypnose « Manipulation » Le patient compte sur le « pseudo pouvoir » du thérapeute Manipulation mentale : Pratique visant à agir sur la volonté ou le libre arbitre du patient Le patient se refuse à commettre des actes qui vont à lencontre de ses convictions morales Lhypnose : manipulation mentale ?

4 Lhypnose Danger pour le patient Le thérapeute

5 Lhypnose : charlatanisme ? But de lhypnose : moduler le fonctionnement du système nerveux par un travail mental Lexpérience nous montre que lhypnose soigne physiquement et psychiquement et débarrasse des addictions Mais que ce passe-t-il réellement, que nous dit la science ?

6 La douleur La composante sensori-discriminative : expression de lexpérience sensorielle (localisation, durée, type stimulation…) La composante cognitivo-comportementale-affective : - affective : tonalité désagréable (non renouvellement et émotions) - cognitive : processus mentaux influençant la perception des phénomènes douloureux (contexte important, ex : sport, maladie) - comportementale : ensemble des comportements (mimiques, postures, plaintes…)

7

8 Bloque la circulation des neurotransmetteurs (douleur dans le corps) Diminution des hormones (kinines) Impact positif sur les émotions négatives Hypnose = outil thérapeutique qui cherche à moduler le fonctionnement du système nerveux central par un travail mental

9 P. Rainville & D.D. Price (authors) / The Neurophenomenology of Hypnosis and Hypnotic Analgesia / Simaginer avoir moins mal, cest avoir moins mal ! Etude de Pierre Rainville : hypnose et analgésie Augmentation douleur Attention importance (focalisation douleur chronique

10 Quest-ce que létat hypnotique ? Létat hypnotique (transe) ne peut être assimilé à un sommeil véritable, même si on retrouve certaines similarités au niveau du fonctionnement mental Lhypnose est un état spécifique, un état de conscience modifié Etat naturel que vous produisez plusieurs fois par jour (lecture, rêverie…) Le seul guide est le patient, le thérapeute ne fait que laccompagner (relation daide) Hypnose : outil thérapeutique et en tant que tel, mode de communication particulier

11 Comment ça marche ? On communique sur les deux modes : digital et analogique Digital Hémisphère G Codes communs appris et fixés Logique du conscient Analogique Hémisphère D Communication non-verbale Logique de linconscient Si information identique : congruence Si information opposée : incongruence

12 Déroulement dune séance Linduction : Entrée dans létat dhypnose (réorientation de lattention de lextérieur vers lintérieur) L'approfondissement de la transe par la dissociation : Modification cognitive de la conscience du sujet (séparation entre le conscient et linconscient). Le patient devient acteur et spectateur La profondeur de la transe est fonction des phénomènes hypnotiques observés (pas de proportionnalités) Le réveil, la réassociation : Sortie de la transe hypnotique (important) Les vérifications : Observation des comportements et questionnement afin de vérifier quaucun processus hypnotique ne persiste Donne des renseignements sur le travail qui reste à faire

13 Types de suggestions Les suggestions directes danalgésie : diminution de la douleur, engourdissement de la zone Les suggestions indirectes : anesthésie dune zone non douloureuse (doigt, main) puis transmission de cette anesthésie vers la zone douloureuse Le déplacement de la douleur : transfert de la douleur sur une partie du corps libre de douleur et moins chargée symboliquement (cancer du rein)

14 La dissociation : observation de la douleur comme extérieur. Description de la douleur mais sans composante émotive. Séparation du corps et de lesprit (paysage ) La distorsion du temps : modification de l perception du temps (principalement quand douleur épisodique) La distorsion perceptuelle et création dun « monde de fantaisie » : modification de la perception générale (douleur au court dun match de tennis) La substitution de la douleur par une autre : suggestion de douleur plus agréable, plus confortable, plus banale qui va se substituer à la sensation de douleur existante (froid, picotement, chaleur)

15 La concentration sur la douleur avec une nouvelle perspective : principe du « diviser pour mieux régner ». Le patient acquière une certaine forme de contrôle de la doleur en disséquant ses composantes Le changement de signification de la douleur : par exemple la douleur peut devenir supportable dans le sens ou elle peut être considérée comme une alarme. Comme vécue comme utile, elle sera plus supportable Surtout intéressante dans les douleurs psychogènes car le sujet peut trouver un sens ou une signification à sa douleur ce qui le conduira à chercher une autre solution moins pathogène Le changement de la signification de lapparition de la douleur : quand douleur épisodique, accent mis sur la réapparition dune nouvelle période de calme

16 La régression en âge : retour à un âge antérieur où la douleur et la maladie nexistait pas et où on lui fait accomplir des gestes devenus impossibles aujourdhui Limagerie neuropsychologique : visualisation des processus neuropsychologiques qui permettent le contrôle de la douleur (un filtre qui ne laisse pas passer la douleur) MERCI

17 Mme P. est née le 10/07/1922 Douleurs post-zostériennes, de type neurogène, dans le territoire D2 après un zona survenu en mai 2005 Traitement : Lyrica (75/0/75 mg/j) et Monocrixo (100/0/200 mg/j) 3 enfants dont 1 fille est DCD jeune, laissant 2 enfants en bas âge que Mme P. a élevé (A toujours culpabilisé de « prendre » la place de sa fille dans son rôle de mère.) Vit très mal le conflit actuel entre Olivier (« fils ») et son gendre (lien familial brisé). Culpabilise également de ne pas trouver de solutions

18 Douleur92 Anxiété90 Fatigue88 (différente) T. Psy.90 T. Phys.90 Humeur -00


Télécharger ppt "1 LHYPNOSE Rachel ISIDORE Psychologue Unité de Soins Palliatifs C.H.R. Metz-Thionville."

Présentations similaires


Annonces Google