La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS – CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE 64100 BAYONNE Compétence 4 = mettre en place des mesures à visées diagnostic.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS – CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE 64100 BAYONNE Compétence 4 = mettre en place des mesures à visées diagnostic."— Transcription de la présentation:

1

2 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS – CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE BAYONNE Compétence 4 = mettre en place des mesures à visées diagnostic et thérapeutique EU2.5.S3 = Processus inflammatoires et infectieux RAPPELS sur les mesures disolement Compilation présentée / jMM novembre 2011 Promotion 2010/2013

3 Objectifs Connaître les buts des isolements Définir isolement Septique Protecteur Savoir mettre en œuvre les précautions nécessaires suivant le type disolement Être en mesure de restituer les différents types disolements septiques

4 introduction COMME TOUJOURS en matière dhygiène et de soins infirmiers, il convient de faire évoluer ses pratiques et de remettre à jour ses connaissances en lien avec les derniers référentiels existants… CE COURS constitue donc un Rappel des enseignements de lUE 2.10.S1 (selon luniversité de tutelle ) et doit vous faire prendre conscience que les connaissances doivent être en permanence remobilisées pour agir en situation pratique et professionnelle… Ici AUSSI il faut apprendre à « désapprendre » car les pratiques de terrain ont parfois tendance à présenter des écarts avec la théorie idéale et le devoir de tout soignant étant de se former et de sinformer AFIN de composer avec les moyens et les ressources disponibles… JMM 20113

5 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues

6 5

7

8 LES BUTS DE LISOLEMENT

9

10 Isolement Septique FAIRE BARRIERE A LA DIFFUSION DE LAGENT INFECTIEUX, A PARTIR DU PATIENT ET/OU DE SON ENVIRONNEMENT

11 Eviter la transmission dun agent infectieux, infectieux, connu, ou présumé, àpartir dun dun patient patient infecté infecté ou porteur identifié, à des des individus non non infectés et non porteur, mais réceptifs ( autres patients, membres du personnel, famille ou visiteur)

12

13 Isolement Protecteur FAIRE BARRIERE A LENTREE DE LAGENT INFECTIEUX, DANS L ENVIRONNEMENT IMMEDIAT DU PATIENT

14 Eviter la transmission de tout agent potentiellement infectieux à des patients fragilisés ou immunodéprimés

15 ISOLEMENT SEPTIQUE ISOLEMENT SEPTIQUE ISOLEMENT PROTECTEUR ISOLEMENT PROTECTEUR Afin de réaliser ces isolements des mesures essentielles seront mises en oeuvres

16 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues PREVENTION DE LA TRANSMISSION CROISEE Niveau 2 : PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES Cours préparé par : J. NUNES - Service dhygiène du CHU de Bordeaux C. GAUTIER – ARLIN, Bordeaux

17 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues La place des précautions complémentaires Quel que soit la situation ou le statut infectieux du patient Toujours appliquer les Précautions Standard Si risque particulier Ajouter des précautions complémentaires selon la voie de transmission du microorganisme précautions « Contact » précautions « Gouttelettes » précautions « Air »

18 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Evolution du concept disolement Circulaire DGS/DH n° 98/249 du 20 avril 1998 Ministère de la santé CTIN CTIN/SFHH (Comité technique national des infections nosocomiales et Société française dhygiène hospitalière) Précautions standard Double objectif : Protéger le patient en diminuant le risque de transmission de micro-organismes Protéger le personnel 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des Infections nosocomiales (IN) Maîtrise de la diffusion des BMR Isolement septique

19 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Recommandations françaises Isolement septique (Guide « isolement » - CTIN & SFHH, 1998 Maîtrise de la diffusion des BMR – CTIN, 1999) isolement géographique (chambre seule, cohorting) isolement technique = mesures « barrières » gants protection de la tenue masque lunettes déclinaison en fiches opérationnelles

20 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Recommandations françaises Consensus formalisé dexperts Guide – Prévention de la transmission croisée : précautions complémentaires contact – SFHH – Avril 2009 Les précautions complémentaires gouttelettes et air sont en cours de réactualisation

21 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Pour tout contact avec : Le patient (y compris la peau saine) Et son environnement (objets et surfaces) Les précautions « contact » Pour quels contacts ? Quand ? A chaque fois qu'un patient est Atteint d'une maladie contagieuse transmissible par contact, Porteur d'un agent infectieux susceptible de disséminer lors de gestes de soins par contact, Porteur d'une BMR transmissible par contact.

22 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Pittet et al. Lancet Infect Dis 2006 Présence de microorganismes sur la peau du patient ou son environnement proche Transmission des microorganismes du patient sur les mains du soignant Survie des microorganismes sur les mains du soignant D après Pittet et coll. Lancet Infect Dis Oct;6(10):641-52

23 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Pittet et al. Lancet Infect Dis 2006 Hygiène des mains incorrecte Transmission croisée entre patients D après Pittet et coll. Lancet Infect Dis Oct;6(10):641-52

24 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Indications les plus fréquentes Colonisations ou infections par des BMR Infection urinaire, Plaies et escarres… Infections entériques Clostridium difficile, Shigelles, Salmonelles… Rotavirus Affections cutanées Infections cutanées, herpès… Parasitoses : pédiculose, gale… Certaines maladies infectieuses infantiles VRS bronchiolite (+ gouttelettes), Varicelle (+ air)…

25 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Bactéries MultiRésistantes aux atb Il est recommandé de considérer les bactéries suivantes comme nécessitant des PC (R84) SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méticilline) Acinetobacter baumanii résistant à limipénème EBLSE Entérobactérie productrice de bêtalactamase à spectre étendu Entérobactérie hyperproductrice de céphalosporinase en néonat Pseudomonas aeruginosa résistant à limipenème associé à dautres résistances

26 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Bactéries MultiRésistantes aux atb Il nest pas recommandé de considérer les bactéries suivantes comme nécessitant des PC (R84) Staphylocoque à coagulase négative (Staphylocoque blanc) résistant à la méticilline A. baumanii « sauvage » Pseudomonas aeruginosa « sauvage » ou résistant à limipenème isolé…

27 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Bactéries MultiRésistantes aux atb Il est fortement recommandé que le CLIN dans le cadre dune politique générale détablissement (R3) définisse les micro-organismes justifiant de précautions complémentaires de type contact, définisse la politique de dépistage de ces micro-organismes, dont les BMR en accord avec les recommandations nationales Il est fortement recommandé de mettre en place une surveillance épidémiologique des agents infectieux à haut potentiel de transmission croisée, dont les BMR

28 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Bactéries MultiRésistantes aux atb Il est fortement recommandé davoir une stratégie de dépistage adaptée à chaque secteur de soins (R41) La situation épidémiologique dun service ou dun secteur peut justifier une stratégie spécifique de dépistage En situation épidémique, il est fortement recommandé que le micro-organisme en cause puisse faire lobjet dune stratégie de dépistage, quelque soit son phénotype de résistance (R41) : MISE EN ŒUVRE DES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT (application modulable dun service à lautre et dun établissement à lautre !)

29 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Information patient, famille, correspondants médicaux et para médicaux

30 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues

31 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Hygiène des mains Réalisation FHA : (R92, R93) Comme pour les précautions standard ! –dans toutes les indications dhygiène des mains –immédiatement avant et après tout contact avec un patient –immédiatement avant tout soin propre ou tout acte invasif –après tout contact avec lenvironnement du patient Et systématiquement avant de sortir de la chambre

32 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Ports des Gants Suivre les précautions standard Pas de port systématique des gants de soins non stériles (R94) en entrant dans la chambre si contact avec peau saine avant de toucher lenvironnement proche du patient Attention : Recommandations spécifiques pour le Clostridium difficile et les entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG)

33 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Protection de la tenue Pas de port systématique dune protection spécifique en entrant dans la chambre Port dun tablier à UU seulement si soins directs (R95,R96) Ces soins directs sont à lorigine de la contamination des tenues –en effet, les tenues des infirmières sont contaminées dans 65% des cas après les soins du matin dun patient porteur de SARM (Boyce, 1994)

34 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Port dun masque Par le Soignant pas de masque chirurgical systématique –en entrant dans la chambre –si patient na pas de symptômes infectieux respiratoires (R97) port du masque –dans le cadre des précautions standard –si patient présentant une infection respiratoire à SARM »à proximité du patient à lintérieur de la chambre (périmètre 1,50 m) »lors des soins directs Par le patient présentant une infection respiratoire Lorsquil sort de sa chambre dhôpital (R98)

35 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Aspects géographiques Confinement du patient /visites Personnel dédié Soins sectorisés Chambre individuelle (porte non systématiquement fermée) Regroupement géographique Soins sectorisés pour les équipes para médicales en période épidémique Uniquement en cas dépidémie non contrôlée Confinement non systématique Accès aux plateaux techniques Accès aux douches collectives sous réserve dun bionettoyage Visiteurs : désinfection des mains PS Habillage des visiteurs non nécessaire Organisation des soins

36 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Comme pour tous les patients (cadre des précautions standard), il est fortement recommandé de réaliser un geste dhygiène des mains (friction hydro alcoolique) pour les visiteurs dun patient auquel sappliquent les précautions complémentaires de type contact Au-delà de ce geste dhygiène des mains, il est recommandé de ne pas demander aux visiteurs d'appliquer les autres précautions demandées aux soignants (R 115) Organisation des visites

37 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Comment ? Dispositifs médicaux Information Organisation Linge/vaisselle/déchets Individualiser le matériel Limiter le matériel stocké dans la chambre Ne pas jeter les consommables non utilisés au départ du patient Entretien habituel des DM Traitement habituel Organiser linformation de tous les acteurs (signalétique, dossier de soins, …), notamment plateaux techniques, brancardiers, ambulanciers, bénévoles… Pas de nécessité de plage horaire spécifique pour interventions ou examens Prise en compte du risque de transmission croisée pour organiser les soins

38 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Les précautions « contact » Jusquà quand ? Au cours du séjour Exemple : Efficacité de la décontamination SARM Maintenir les précautions contact tout au long du séjour en MCO A réinstaurer en cas de réadmission Au moins 2 prélèvements négatifs Plusieurs prélèvements négatifs en SSR/SLD Pour les patients porteurs dune BMR Pendant toute la période de contagiosité dans les autres indications

39 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires La suite … Toujours basées sur le socle des « précautions standard » Prévention de la transmission croisée aéroportée précautions « gouttelettes » précautions « air »

40 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Objectif : Eviter la transmission interhumaine de micro- organismes véhiculés par les gouttelettes Précautions complémentaires « gouttelettes » « G » Gouttelettes : grosses particules (particules 5 : Pflügge) dans un rayon de 1,5 m autour du malade

41 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires « gouttelettes » « G » Indications Coqueluche, Oreillons, Rubéole, Scarlatine Grippe Chez l enfant : Viroses respiratoires(adenovirus, coronavirus...), épiglottite Méningite à méningocoque, haemophilus Infection respiratoire à BMR Diphtérie pharyngée Parvovirus B19, Peste pulmonaire, Pneumocystose...

42 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires « air » « A » Objectif : Eviter la transmission interhumaine de micro- organismes véhiculés par lair Air : fines particules (particules 5 Droplet nuclei) restant en suspension dans lair

43 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires « air » « A » Indications Lépre Rougeole Tuberculose pulmonaire ou laryngée contagieuse (confirmée ou suspectée) Varicelle Zona chez l immunodéprimé Variole SRAS

44 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Une mesure essentielle de prévention : le port dun masque Des mesures communes aux précautions complémentaires Chambre individuelle ou regroupement de patients atteints de la même pathologie Information du patient et de sa famille Limitation au strict nécessaire des déplacements du patient (masque ++) Précautions « Air » et « Gouttelettes »

45 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Le port dun masque chirurgical à usage unique pour le soignant et les visiteurs Dans un rayon de 1,5 mètre autour du patient Les précautions « Gouttelettes » Le port dun masque chirurgical à usage unique pour le patient dès quil quitte sa chambre

46 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Le port dun appareil de protection respiratoire (FFP) à usage unique pour le soignant et les visiteurs Mis avant de rentrer dans la chambre Enlevé après être sorti de la chambre Les précautions « Air » Le port dun masque chirurgical à usage unique pour le patient dès quil quitte sa chambre

47 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires « air » « A » Avis du conseil supérieur dhygiène Publique de France Section maladies transmissibles : Relatif au choix du masque de protection contre la tuberculose en milieu de soins (séance du 14 mars 2003) : pour le patient contagieux lors des contacts avec son entourage masque de type « chirurgical » pour les personnels soignants et visiteurs au contact du patient contagieux : masque de protection respiratoire FFP1 au minimum si situation à risque : intubation, expectoration induite ou tuberculose multirésistante : type FFP2

48 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Différence entre « Masque » et « APR » Marquage présent sur lappareil avec - le numéro et lannée de la norme EN149 : le marquage CE et lorganisme notifié - la classe defficacité (FFP1, FFP2, FFP3) Daprès I. Balty - INRS Les appareils de protection respiratoire : APR

49 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Appareils de protection respiratoire Performances requises Différence entre « Masque » et « APR » NF EN 149 Désignation de lappareil FFP 1 FFP 2 Pénétration du filtre < 20% < 8% Fuite totale de lappareil < 22% < 8% FFP 3< 0,05%< 2% N 95

50 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues La chambre individuelle Installation du patient en chambre individuelle OU Regroupement dans une même chambre des patients atteints par le même micro-organisme La chambre individuelle Installation du patient en chambre individuelle OU Regroupement dans une même chambre des patients atteints par le même micro-organisme Précautions « Air » et « Gouttelettes » Pour les précautions « AIR » La porte de la chambre doit être fermée Aération régulière de la chambre (ouverture de la fenêtre) Si possible : chambre maintenue en pression négative, avec un renouvellement dair de 6 volumes/heure

51 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues

52 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues De la pathologie Du micro-organisme en cause et de ses caractéristiques Des mesures qui doivent être prises Précautions « Air » et « Gouttelettes » Le m é decin et l infirmier informent le patient et sa famille Ils sollicitent leur adhésion et implication pour appliquer ces mesures Une fiche dinformation validée par le CLIN peut être remise en complément des explications orales

53 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues

54 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Mesures spéciales Durée disolement variable selon le Micro Organisme Liste des maladies à déclaration obligatoire Absence de transmission inter-humaine Kératoconjonctivite et conjonctivite virale : attention au matériel ophtalmo MCJ : attention autopsie et DM invasifs

55 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Mesures spéciales Gale, pédiculose Traitement literie et textile Clostridium difficile Traitement de lenvironnement avec de leau de javel ERV Vaccination préventive pour le personnel Risque si contact avec immunodéprimé++ Origine alimentaire ou hydrique…

56 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires Difficultés (1) Formation, Information, Communication nécessité de compétences médicales et soignantes information nécessaire pour observance (familles, brancardiers, autres services, autre établissement…voire au sein d une équipe) Aspect psychologique (enfants, personnes âgées..) transparence et explication, dédramatisation sans banalisation Freins économiques ressources matérielles : lavage des mains, surblouse, gants * Etude hôpital propre : 1000 francs/patient/ mois (AP- HP,1995) * Programme BMR : CCLIN Paris-nord 30 à 60 francs/jour réaménagements architecturaux (ex:chambre individuelle ou traitement dair en dépression)

57 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Précautions complémentaires Difficultés (2) Respect des recommandations, Gestion de interruptions de soins = influence sur l organisation des soins, sur la charge de travail, respect et urgence? Evaluation de lobservance Evaluation de lefficacité Aspects éthiques et problèmes médico-légaux isolement et atteinte au secret professionnel, isolement et consentement, isolement et non assistance à personne en danger)

58 IFSI -UE Infectiologie-Hygiene Pr AM Rogues Conclusion Connaître les voies de transmissions des agents infectieux Adapter les précautions complémentaires en prenant en compte les nouvelles recommandations Définir une politique détablissement Elaboration dinstructions Informer/former les équipes médicales et paramédicales Exemple de recommandations « KIT BMR EN EHPAD »KIT BMR EN EHPAD

59 Isolement Du point de vue du médecin Dr E. DENES

60 Isolement59 Pourquoi, Qui, Comment, Quand ? Pourquoi isoler le patient ? Qui doit-on isoler ? Quel type disolement doit-on proposer ? Quand doit-on lisoler ?

61 Isolement60 Pourquoi ? Protéger le patient Protéger le soignant Protéger la « communauté »

62 Isolement61 Patient contagieux Patient immunodéprimé

63 Isolement62 Qui isoler, pour « nous » protéger ? Le patient contagieux : –Par voie aérienne –Par voie fécale –... Le patient porteur dune infection à des germes résistants

64 Isolement63 Le patient contagieux Voie aérienne / Gouttelettes –Tuberculose –Grippe / SARS –Méningocoque –… –Pas la légionellose –Pas laspergillose

65 Isolement64 Le patient contagieux Voie fécale –Clostridium difficile –Salmonellose –« Diarrhée fébrile » –Hépatite A –... Voie urinaire –Infection à germes multi-résistants

66 Isolement65 Le patient contagieux Infections « classiques » –Varicelle –Impetigo –... Infection à germe multi-résistant –Cutanée –Urines –Pulmonaire –...

67 Isolement66 Qui isoler, pour « le » protéger ? Patient immunodéprimé : –Immunité humorale déficiente Aplasie post chimiothérapie Agranulocytose Greffe … … –Immunité cellulaire déficiente : Non

68 Isolement67 Comment isoler ? Précautions standards Isolement respiratoire Isolement sécrétion excrétion Isolement strict

69 Isolement68 Indiquer lisolement Entrée interdite sans lautorisation de linfirmière

70 Isolement69 Précaution standard Port de gant, voire surblouse –Soin de lésions cutanées infectées +/-

71 Isolement70 Isolement respiratoire Protection –Du patient : simple –Du soignant : simple, « renforcée », « extrême » FFP1 FFP2 / FFP3

72 Isolement71 Isolement secreta excreta Eviter la contamination manu-portée

73 Isolement72 Isolement « Strict » Ex : SRAS...

74 Isolement73 Pression positive Chambre à pression positive pour éviter la contamination du patient par lenvironnement extérieur

75 Isolement74 Pression négative Chambre à pression négative pour éviter la contamination de lenvironnement par le patient

76 Isolement75 Quand isoler Préventif –Diarrhée fébrile –Réalisation de tubages gastriques pour BK –… Pathologie contagieuse reconnue Patient immunodéprimé

77 Isolement76 Conclusion Savoir isoler en préventif Adapter lisolement à la pathologie –Sans en faire trop –En évitant den faire trop peu Restons « simple »


Télécharger ppt "INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS – CENTRE HOSPITALIER DE LA CÔTE BASQUE 64100 BAYONNE Compétence 4 = mettre en place des mesures à visées diagnostic."

Présentations similaires


Annonces Google