La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vaccination pour la grippe H1N1 : ALERTE Que peut-on en penser aujourdhui ? Francis GLEMET Pharmacien industriel Président de la Coordination Nationale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vaccination pour la grippe H1N1 : ALERTE Que peut-on en penser aujourdhui ? Francis GLEMET Pharmacien industriel Président de la Coordination Nationale."— Transcription de la présentation:

1 Vaccination pour la grippe H1N1 : ALERTE Que peut-on en penser aujourdhui ? Francis GLEMET Pharmacien industriel Président de la Coordination Nationale Médicale Santé Environnement A laube dune vaccination massive (94 millions de doses de vaccins commandées en France), cette conférence a pour objectif douvrir un débat pour que chacun puisse prendre sa décision à se faire vacciner ou non en toute connaissance de cause, et prendre de la hauteur face au battage médiatique et aux discours alarmistes. Au sein de la communauté médicale, ce virus a été décrit comme très contagieux mais peu virulent. De nombreuses questions restent donc en suspens : - Quelles sont les preuves scientifiques démontrant que les bénéfices de cette vaccination soient supérieurs aux effets secondaires en sachant quil a été fabriqué dans lurgence et quil existe peu de recul pour son évaluation ? - Quels en sont les composants et ne risquent-ils pas de provoquer des maladies neurologiques (syndrome cognitif) et des neuro-myopathies (syndrome de Guillain Barré) ou des maladies autoimmunes ?

2 Programme du débat 1 ère Partie : le virus H1N1 et son environnement 2 ème Partie : Les dangers du vaccin H1N1 : -les adjuvants (les adjuvants sont des substances ajoutées au vaccin pour le rendre plus efficace, ce qui permet d'économiser l'ingrédient actif (antigène) ». source OMS - les conservateurs -les antibiotiques - Risques liés aux lignées cellulaires continues, aux contaminations connues ou inconnues - Risques liés aux groupes ciblés par la population -Evaluation des effets secondaires à long terme

3 A partir de quand parle-t-on de pandémie ? Une pandémie est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la population et présente sur une large zone géographique. LOMS déclarera le niveau 7 dalerte,niveau 5 en France depuis juinépidémie -22 décés à ce jour Dans lhémisphère Nord en revanche, la circulation du virus H1N1 est modérée mais la tendance est à laugmentation dans certains pays, notamment aux Etats-Unis, au Japon et au Mexique. En fin de semaine 38 (du 14 au 20 septembre), le total mondial cumulé de décès depuis le début de la pandémie est de (InVs). Il est aujourdhui de dans 191 pays et territoiresMexique

4 H1N1 la compil : La curieuse composition du virus de la grippe mexicaine Baptisée trop rapidement « grippe porcine », cette nouvelle maladie devrait plutôt être appelée « grippe nord-américaine », ou « mexicaine », en raison de son origine. Ce qui éviterait toute confusion hâtive avec un problème purement animal. Les principaux syndicats agricoles (notamment Christiane Lambert, pour la FNSEA, et René Louail, pour la Confédération paysanne) ont rappelé avec raison que le problème est « plus humain quanimal ». Ce qui le rend dailleurs plus sévère. Contrairement au virus de la grippe aviaire H5N1, celui du Mexique peut parfaitement être à lorigine dune grave épidémie humaine, puisquil se transmet dhomme à homme. Leur nombre est bien inférieur à ceux causés par la grippe classique, note le Dr Jean- Louis Thillier, consultant scientifique et expert européen en évaluation des risques sanitaires. « En France, pendant les quelques mois dhiver, la grippe que tout le monde connaît tue près de personnes, et de à aux Etats-Unis en une seule année », explique lexpert, qui précise que nayant encore pas muté, le virus mexicain, issu dun réassortiment génétique, est aujourdhui faiblement pathogène et dans le monde. Cest moins que le nombre denfant mourrant de malnutrition :1,5 millions

5 Or, la composition de ce virus, dévoilée le lundi 27 avril 2009, révèle des souches de provenances différentes. « Ce qui fait de ce virus un cas totalement inédit », indique le Dr Thillier. Dautant plus que la séquence totale du virus montre des origines géographiques très éloignée La génétique de ce virus de la grippe mexicaine (à huit chromosomes et à dix gènes) me rend perplexe. Cest une souche H1N1 qui combine un triple assortiment de gènes de virus de la grippe humaine, porcine et de la grippe aviaire, tous identifiés séparément dès 1998 Sy ajoutent deux nouveaux gènes du virus H3N2 de la grippe du porc dEurasie, eux- mêmes dorigine humaine. Ce réassortiment génétique complexe est pratiquement impossible à obtenir dans un élevage de porc mexicain, même industriel. Fuite dun laboratoire ? Acte terroriste ? », sinterroge le spécialiste

6 Le Dr Thillier poursuit : « Ce nest pas un virus mutant progressivement comme le H5N1 – qui est en réalité peu dangereux pour lhomme –, mais un virus dont la génétique complexe est si inhabituelle que les êtres humains ont peu de chances davoir un minimum dimmunité en mémoire à celui-ci. Lactuel vaccin contre la grippe, qui vise une autre souche H1N1, nest pas non plus susceptible doffrir une protection. A lopposé du H5N1, le virus mexicain a donc évidemment un potentiel pandémique, bien quil ny ait pas, pour linstant, de début de pandémie. En outre, il est peu probable quon puisse assister à une pandémie capable de décimer des millions dindividus, comme en 1918 avec la grippe espagnole ». a En revanche, « on assiste peut-être là à une épidémie classique de grippe qui peut prendre toutes les dimensions, sévères ou non », indique le Pr François Bricaire, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales à la Pitié-Salpêtrière (Paris )

7 En France, le plan de lutte contre une pandémie grippale est prêt. Elaboré par différents ministères, sous lautorité du Premier ministre François Fillon, ce plan, dont la dernière version date du 20 février 2009, comprend six niveaux, du plus bénin au plus dramatique. Ceci est officialisé par la circulaire du 21 août signé par Me Bachelot et Mr Hortefeux. a On crée donc 1080 de vaccinations avec 360 vaccinations par groupe mobile de 4 personnes et sur 4 H ( médecin 66 de lheure -infirmière- 28 de lheure -secrétaire et chauffeur) qui doit vacciner personnes de novembre à fin janvier soit 16 millions de personnes en 2 doses soit 8 Millions de personnes vaccinées.94 millions de doses sont prévues ( 47 millions de vaccinés pour un coût de1,2 milliards d ) que fait –on du surplus ? LIVRAISONS ATTENDUES DES VACCINS GSK 50 millions de doses Novartis 16 millions de doses Sanofi Pasteur 28 millions de doses

8 Le Réseau Environnement Santé sinterroge donc sur le fondement scientifique de la campagne de vaccination annoncée par les autorités sanitaires contre le virus de la grippe A (H1N1) et demande que les preuves scientifiques soient fournies démontrant que le bénéfice de cette vaccination est supérieur aux effets secondaires attendus. LAFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) par la voix de sa chef du département de pharmacovigilance vient en effet de rappeler que les vaccins contre Le virus de la grippe A (H1N1) présentent un risque individuel non négligeable (entre autre le syndrome de Guillain-Barré, maladie auto-immune pouvant être mortelle et entraînant des séquelles graves pouvant aller jusqu'à une paralysie des membres). En 1976, une campagne de vaccination massive portant sur 45 millions de personnes contre un précédent virus H1N1 a été arrêtée aux Etats-Unis en raison de la survenue de cas de syndrome de Guillain-Barré. En tout, 4000 personnes ont porté plainte ultérieurement. 30 décès et 500 Guillain Barré

9 Actuellement cest la souche la plus rencontrées, mais dautres types peuvent également être rencontrés tels que : H1N2, H3N1, H3N2 Structure of the H1N1 virus H Hemagglutinin - N Neuraminidase doù le nom H1N1

10 LHémagglutinine liée aux cellules détermine la spécificité et la virulence du virus. La liaison à l'alpha 2-6 du site, indique qu'elle se lie aux cellules de l'homme tandis que la liaison alpha 2-3 indique une préférence pour les cellules de virus des voies respiratoires des animaux.

11 Le haut conseil de la santé publique (HCSP), donne les recommandations et les niveaux de priorité concernant la vaccination grippale : 1 - toutes les personnes désireuses de se faire vacciner, devront pouvoir l'être, eu égard de certaines priorités : Priorité 1 : femmes enceintes, les nourrissons de 6 mois à 23 mois (avec facteurs de risque) et leur proche entourage. Priorité 2 : les sujets âgés de 2 ans à 64 ans « avec facteurs de risque » Priorité 3 : les nourrissons de 6 à 23 mois « sans facteurs de risque » et les personnes agées de plus de 65 ans "avec facteurs de risque".

12 Priorité 4 : les personnes 2 ans à 18 ans « sans facteurs de risque » Priorité 5 : les 19 ans et plus « sans facteurs de risque ». 2 - Le schéma vaccinal arrêté, le Haut Conseil confirme qu'il sera de deux doses espacées de 21 jours. Concernant le schéma vaccinal, le Haut Conseil confirme quil sera « de deux doses espacées de 21 jours ». 3 - L'utilisation des vaccins avec adjuvant, nest pas conseillée pour les enfants de 6 mois à 23 mois, les femmes enceintes et les sujets immunodéprimés.

13

14 Les patients souffrant de la grippe porcine ont exactement les mêmes symptômes que la grippe habituelle (saisonnière). On constate, après une incubation (période comprise entre la contamination par la grippe A H1N1 et l'apparition des premiers symptômes) de 24 à 48 heures : Une élévation importante de la température pouvant aller jusqu'à 41° centigrades. Des douleurs surtout de type musculaire dans l'ensemble du corps et, comme pour la grippe habituelle, dans le dos essentiellement. Des douleurs au niveau de la gorge associées à des maux de tête (céphalées). Une prostration (avec affaiblissement extrême) quelquefois avec fatigue intense mais variable selon les individus. Des difficultés à respirer, quelquefois très importantes. Une toux plutôt sèche qui a d'autre part la caractéristique d'être profonde et qui apparaît sous la forme de quintes (d'accès, d'épisodes). Un jetage (c'est-à-dire un écoulement par le nez) très important. Des diarrhées (assez rarement). Des vomissements (assez rarement). Une perte d'appétit survenant brutalement

15 L'évolution de la grippe A H1N1 est variable selon les individus. Avec le nouveau virus, il est impossible de prévoir l'évolution avec certitude. Habituellement, la grippe A H1N1 évolue favorablement vers la guérison en une semaine (parfois plus). Prise de Paracétamol ou dAspirine pour les douleurs et la fièvre,500 mg de vitamine C,le plus possible dorigine naturelle,reconnue plus efficace

16 Prévention de la pandémie La CNMSE approuve la poursuite des efforts en ce qui concerne la prévention pour limiter la contamination interindividuelle. Celle-ci passe par un bon lavage des mains notamment dans les écoles, mais pourquoi ny a-t-il, selon l'AFSSA, en moyenne que 1 robinet pour 150 enfants et dans 20 % des cas ni savon ni moyen propre/jetable de sessuyer les mains ? Utiliser aussi des solutions hydroalcooliques ( milieux professionnels et scolaires) La prévention passe aussi par un message nutritionnel adapté. Les liens entre alimentation et immunité sont clairement démontrés. Toute malnutrition augmente la vulnérabilité aux infections. La dénutrition (30 millions de personnes en Europe) augmente le risque infectieux et la suralimention (excès de consommation de certains lipides et de produits avec sucres ajoutés) est un facteur identifié de dépression immunitaire. Éviter de cracher et de postillonner autour de soi comme beaucoup dadolescents ou jeunes adultes le font trop fréquemment,préférer le mouchoir en papier à jeter dans une poubelle fermée plutôt quune corbeille à papiers.Cela suppose la mise à disposition de sacs biologiques.

17 Le virus est détruit par une température de 70 °Cc.Il est important de choisir un programme de lavage le plus long possible et à la t° la plus haute possible. Pour le linge délicat le laisser le plus longtemps possible dans un endroit fermé et le laver aussi avec des programmes plus fort que dhabitude En cas de grippe déclarée à la maison,placer le malade dans une chambre isolée plusieurs jours ( 3 à 4 jours) et porter le masque le plus adapté à la situation : Le masque anti-projections dit "masque chirurgical". Il est destiné à éviter la projection, par le porteur de sécrétions des voies aériennes supérieures ou de salive. Bref, il inutile de porter ce genre de masque si l'on n'est pas malade et si l'on veut se protéger. Il est particulièrement utile sur une personne présentant les symptômes de la grippe, car il limitera la projection. Le masque de protection respiratoire (FFP2) C'est un maque filtrant, qui est lui destiné à protéger le porteur contre les risques dinhalation dagents infectieux, transmissibles par voie aérienne. L'État a décider de réserver ces masques de type FFP2 à usage unique, pour les personnels de soins et pour les personnes à risque dexposition. aggravée Transmission des virus grippaux : les mesures physiques sont aussi efficaces que la vaccination ( Journal International of medecine -59 études le prouvent au niveau international 29 /09/09

18 Propagation du virus en France et Europe 4/10/2009 Bulletin Le nombre de cas de grippe reste stable Selon les données du Réseau des GROG, la semaine dernière, sur les cas dinfections respiratoires aiguës (IRA), la grippe A(H1N1)2009 a représenté seulement cas soit environ 3% des consultations médicales pour IRA, en médecine générale, 1 patient sur 8 a consulté pour IRA (soit 3 IRA/jour/médecin), en pédiatrie, 1 patient sur 6 a consulté pour IRA (soit 4 IRA/jour/médecin). Dans les prélèvements GROG, les virus respiratoires saisonniers responsables des IRA non grippales sont surtout le rhinovirus, incriminé dans environ 36% des cas et les entérovirus. Le nombre des infections respiratoires aiguës sest stabilisé. La part de la grippe dans ces IRA reste faible mais constante, confirmant que le virus A(H1N1)2009 est présent dans toutes les régions métropolitaines, prêt à provoquer une vague épidémique

19

20

21 On ne peut pas parler de suractivité médicale

22 2 ème Partie : Les dangers du vaccin H1N1 : -les adjuvants (les adjuvants sont des substances ajoutées au vaccin pour le rendre plus efficace, ce qui permet d'économiser l'ingrédient actif (antigène) ». source OMS - les conservateurs sont chargés de faire stabiliser tous les composants entre eux a -les antibiotiques doivent empêcher le développement bactérien au sein dune préparation riche en milieux biologiques ( cultures cellulaires et cultures sur œufs - Risques liés aux lignées cellulaires continues, aux contaminations connues ou inconnues - Risques liés aux groupes ciblés par la population -Évaluation des effets secondaires à long terme

23 H1N1 : morts selon l'OMS La grippe saisonnière tue environ personnes Au total, la région "Amérique" a enregistré trois quarts des décès constatés dans le monde, avec victimes, relève ainsi l'OMS. En Europe où la grippe H1N1 a fait au moins 176 morts et plus de malades, les pays les plus affectés restent la France, l'Irlande et le nord du Royaume-Uni où le seuil épidémique est dépassé depuis plusieurs semaines. Parmi les pays tempérés de l'hémisphère nord où la maladie évolue actuellement, les Etats-Unis sont particulièrement touchés. "La transmission est géographiquement étendue et continue d'augmenter", explique l'OMS. Le Mexique, d'où le virus est parti au printemps, est également confronté à une deuxième vague d'infection. "Un nombre élevé de maladies respiratoires a été rapporté ces deux dernières semaines", ajoute l'organisation.

24 Les dangers du vaccin H1N1 : A ce jour 3 vaccins ont obtenus les AMM Européenne a Autres composants : Les autres composants sont : thiomersal Focetria de Novartis : Substance active : Antigènes de surface du virus de la grippe (hémagglutinine et neuraminidase)* de la souche : A/California/7/2009 (H1N1)v souche analogue utilisée (X-179A) 7,5 microgrammes** par dose de 0,5 ml Adjuvant MF59C.1 contenant: Squalène 9,75 milligrammes polysorbate 80 1,175 milligrammes trioléate de sorbitan 1,175 milligrammes Contre-indications Antécédents de réactions anaphylactiques (c.-à-d. mettant en jeu le pronostic vital) à lun des composants ou aux traces de résidus (aux protéines des oeufs et de poulet, à lovalbumine, à la kanamycine et au sulfate de néomycine, au formaldéhyde et au bromure de cétyltriméthylammonium (CTAB)) présents dans ce vaccin. Si une vaccination est considérée nécessaire, un équipement médical de réanimation doit être immédiatement disponible en cas de besoin.

25 Pandemrix de GSK : Virus de la grippe fragmenté inactivé, contenant lantigène* analogue à : A/California/7/2009 (H1N1)v-souche analogue (X-179A) 3,75 microgrammes** * cultivé sur oeufs ** hémagglutinine Ladjuvant AS03 est composé de squalène (10,69 milligrammes), de DL-α- tocophérol (11,86 milligrammes) et de polysorbate 80 (4,86 milligrammes) Excipients : le vaccin contient 5 microgrammes de thiomersal C I : enfants de 6 mois à 3 ans Si la vaccination est jugée nécessaire, la posologie envisagée peut être identique à celle recommandée chez les enfants âgés de 3 à 9 ans. Mêmes Contre-indications Grossesse et allaitement Il ny a actuellement aucune donnée disponible concernant lutilisation de Pandemrix durant la grossesse. Les données chez les femmes enceintes vaccinées avec différents vaccins grippaux inactivés saisonniers sans adjuvant ne suggèrent pas de malformations ou de toxicicté fétale ou néonatale.

26 Le Celvapan de Baxter vient également d'être autorisé,il est sans adjuvant Substance active: Vaccin grippal à virion entier, inactivé, contenant lantigène de souche pandémique* : A/California/07/2009 (H1N1) 7,5 microgrammes** par dose de 0,5 ml * cultivée sur cellules Vero (lignée cellulaire continue dorigine mammifère- Singe vert dAfrique du Sud très sensible au VIH) ** hémagglutinine Grossesse et allaitement Il ny a actuellement aucune donnée disponible concernant lutilisation de Celvapan pendant la grossesse. Les données chez les femmes enceintes vaccinées avec différents vaccins grippaux saisonniers inactivés sans adjuvant ne suggèrent pas de malformations, ou de toxicité foetale ou néonatale. polysorbate 80 Effets Indésirables Très rare: vascularite (inflammation des vaisseaux sanguins pouvant entraîner des éruptions cutanées, des douleurs articulaires et des problèmes au niveau du rein) troubles neurologiques telles quencéphalomyélite (inflammation du système nerveux central), névrite (inflammation des nerfs) et un type de paralysie connue sous le nom de Syndrome de Guillain-Barré affecte moins de 1 patient sur 10000) Autres composants: Les autres composants sont: trométamol, chlorure de sodium, eau pour préparations injectables, polysorbate 80

27 Effets indésirables Rares: Névralgie, paresthésie, convulsions, thrombocytopénie transitoire. Des réactions allergiques conduisant, dans de rares cas, à un choc anaphylactique ont été rapportées. Très rare: Vascularite avec atteinte rénale transitoire. Troubles neurologiques, tels quencéphalomyélite, névrite et syndrome de Guillain- Barré

28 Les adjuvants le Squalène est la base des stimulateurs de limmunité utilisé.Il est contenu naturellement dans lhuile de foie de requin et il ne produit aucune allergie particulière par ingestion Par voie intramusculaire il mobilise le système immunitaire Métaboliquement, le Squalène stimule une réaction immune excessive et non spécifique. Plus de deux douzaines darticles scientifiques, passés en revue par les paires, dans dix laboratoires différents à travers les États-Unis, lEurope, lAsie, et lAustralie ont été publiés, documentant le développement de maladies auto-immunes chez les animaux soumis aux adjuvants basés sur le Squalène. Une proposition convaincante sur le pourquoi de ces réactions inclut le concept « de limitation moléculaire » dans laquelle un anticorps est créé contre le Squalène dans le MF59 ( Novartis et lASO3 de Glaxo) peut interagir avec le Squalène du corps à la surface des cellules humaines. La destruction du Squalène propre au corps peut mener à des maladies auto- immunes débilitantes et liées au système nerveux central. »et en particulier le Guillain Barré

29 Le GBS est une neuropathie autoimmunine inflammatoire du système nerveux périphérique débutant par une parésie des membres inférieurs évoluant vers une paralysie bulbaire des centres de la déglutition et des voies respiratoires Schonberger,L.B. & al. Guillain-Barre syndrome following vaccination in the national influenza immunization program, United States, American Journal of Epidemiology, t.110 (2), p ; 1979système nerveux périphérique

30 Les conservateurs :garder stable la solution dans le temps 2 conservateurs sont retenus dans les vaccins Le Thiomersal et lhydroxyde daluminium le Thiomersal ou Ethyl mercure Eli Lilly Material Data Safety Sheet. Exposure to mercury in utero and in children may cause mild to severe mental retardation and mild to severe motor coordination impairment Autism and VaccinationThe Current Evidence Lisa Miller, MD, MSPH and Joni Reynolds, RN, MSN CONCLUSIONS. Rigorous scientific studies have not identified links between autism and either thimerosal-containing vaccine or the (rougeole;oreillons et rougeole étude épidémiologique) Dans les amalgames dentaires au mercure beaucoup de publications font le lien avec la dégénérescence neurologique,maladie dAlzeimer

31 Les pathologies éventuellement liées au Hg sont très variées : psychologiques (dépression, troubles de lhumeur…), neurologiques (maladie dAlzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, épilepsie, handicaps de naissance, …), dermatologiques (eczéma, …), immunitaires (infections à répétitions, allergies, maladies autoimmunes : maladie de Crohn, maladie de Gougerot-Sjögren etc.), digestives (colite …), cardio-vasculaires (tachycardie, artériosclérose, cardiopathie cardiaque dilatative…) rénales, rhumatismales, et même cancers (tumeurs cérébrales : glioblastomes, plus fréquents chez les dentistes). Les pathologies éventuellement liées aux autres métaux sont probablement très variées mais moins bien connues.(Marie Grosman et André Picot Juin 2007 Agrégée de lUniversité en sciences de la vie et de la Terre 2 Toxicochimiste, Directeur de recherche honoraire au CNRS Deux études chez les animaux indiquent cependant que, durant la grossesse, une exposition au mercure n'ayant aucun effet chez la mère peut provoquer des changement subtils du comportement chez ses petits. Le problème des métaux lourds est la bioaccumulation avec les vaccinations répétées pouvant aller jusquà 20 vaccinations ( la dernière est celle de lhépatite B)

32 A partir de l'adolescence, des pathologies peuvent se développer comme : un état dépressif, de la violence, des comportements à risque (vol, mensonge, anorexie, boulimie, drogue etc.), de la schizophrénie. Les publications de chercheurs tels que Pr K, Reichelt (hôpital universitaire d'Oslo), Pr Boyd Haley (université du Kentucky USA), Pr Massimo Montinari (hôpital de Bari, Italie), Pr Andrea Pelliccia (hôpital La Sapienza de Rome, Italie), Pr Andre Picot (CNRS, France), Pr Sami Sandhaus (Directeur du Forum Odontologicum à Lausanne-Suisse, et enseigne à l'université Marie Curie, Paris VI), peuvent être consultées à tout moment sur le site ou commandées

33 Toxicité de laluminium établie par différentes études dont : Gherardi RK. Lessons from macrophagic myofasciitis: towards definition of a vaccine adjuvant-related syndrome. Rev Neurol (Paris) Feb;159(2):162-4 Jean Pilette. Aluminium et vaccins (+ de 1770 réf. Bibliographiques Là aussi ce sont des troubles neurologiques qui sont avancés Toxicité du formaldéhyde ( ou formol )établie : Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer, dépendant de lOMS) a classé le formaldéhyde comme cancérigène de grade 1 (communiqué de presse n°153, 15 juin 2004) Yaqin Pan et William J. Rea, Formaldehyde Sensitivity, Clinical Ecology VI(3): Tous les vaccins de la grippe contiennent du Formaldéhyde

34 Toxicité possibles dautres composants des vaccins contre la grippe A (sur la base des notices des différents vaccins contre la grippe saisonnière) : 1 - La bêta-propiolactone La Commission de la Santé et de la Sécurité du Travail du Québec indique dans son Répertoire toxicologique au sujet de cette substance les propriétés pathologiques suivantes : effet irritant et corrosif, différents effets aigus mais également effet cancérogène possible chez lhomme et certain chez lanimal, et possible effet mutagène chez lhomme. Cet organisme se base notamment sur les rapports du CIRC, dépendant de lOMS

35 2--Le polysorbate 80 « Nest pas destiné à être injecté » peut-on lire sur ce rapport de sécurité dun fabricant de cette substance : Coors EA, Seybold H, Merk HF, Mahler V. Polysorbate 80 in medical products and nonimmunologic anaphylactoid reactions. Ann Allergy Asthma Immunol Dec;95(6): Coors EASeybold HMerk HFMahler V 3--Léther de polyéthylèneglycol et doctylphénol (« octoxynol 9 », aussi connu sous le nom de « Triton X-100 ») utilisé dans les vaccins contre la grippe saisonnière Fluzone et Vaxigrip de Sanofi Pasteur MSD

36 Dans la section Informations toxicologiques du site Science Lab.com, on peut lire à propos de cette substance : - « Peut causer des effets secondaires sur la reproduction (venant de la mère) selon des données sur lanimal. - Peut affecter le matériel génétique (effet mutagène) - Produit pouvant contenir des traces doxyde déthylène lequel peut causer le cancer et des maladies congénitales ou dautres effets nocifs sur la reproduction ». Cet effet mutagène semble en tout cas compatible avec les résultats dune récente étude sur la génétique des plantes

37 4--Dautres substances pouvant présenter un risque dallergie grave peuvent se retrouver dans ces vaccins : - ovalbumine (pour les vaccins produits à base dœufs, la règle pour les vaccins contre la grippe saisonnière) - antibiotiques présents à létat de traces (gentamycine, néomycine, polymyxine B, etc.) Risques lies à lADN hétérogène contaminant (pouvant venir soit des cultures cellulaires soit des techniques dADN recombinant/génie génétique ;

38 Rapport dun groupe détude de lOMS, Série de Rapports techniques, 747. Acceptabilité des substrats cellulaires pour la production de substances biologiques. OMS On ne peut pas plus affirmer labsence TOTALE dADN et du risque qui lui est lié dans les produits obtenus en lignées cellulaires continues, que dans les produits issus de cultures primaires de cellules et de cultures de cellules diploïdes ». Extrait : « Un des grands problèmes soulevés est le risque de malignité que pourrait présenter à long terme un ADN contaminant hétérogène, en particulier sil savère quil contient des séquences codantes ou régulatrices potentiellement oncogènes. Ce point est réellement préoccupant, car de nombreuses personnes en bonne santé, notamment des nourrissons, seront peut-être vaccinés avec des produits issus de lignées cellulaires continues ou les recevront de toute autre manière. […)

39 5 --Risques liés aux groupes ciblés par la population. Femmes enceintes Elles sont toujours exclus des protocoles détude Les différentes notices de vaccins contre la grippe saisonnière font toutes état de données limitées relatives à ce groupe-là. La toxicité de plusieurs composants possibles des futurs vaccins (thimérosal, polysorbate 80 etc) pour la mère et lenfant est établie. Enfants Pas defficacité chez les enfants de moins de 5 ans. Arch Pediatr Adolesc Med Oct;162(10): The Cochrane Database of Systematic Reviews. Vaccines for preventing influenza in healthy children. 1-(2006). Malades chroniques Sujets agés risque daugmenter les pneumonies. Professionnels de santé Rien nest démontré que cette population est protégée

40 6 Population ciblée pour la vaccination par lOMS Dans le journal Le Soir du 18/08/09, le Pr Van Laethem, qui préside le comité scientifique qui fera les recommandations déclare qu « il y a peu de chances que nous nous écartions des recommandations de lOMS ». Cette dernière énumère comme groupes à vacciner les catégories suivantes : professionnels de la santé, femmes enceintes, patients de plus de 6 mois atteints dune maladie chronique sévère (dont asthme et obésité morbide), enfants en bonne santé, adultes entre 15 et 49 ans en bonne santé, les ans en bonne santé ainsi que les plus de 65 ans en bonne santé.

41 7 Evaluation de lefficacité à long terme Celle-ci nexiste pas : dune part en raison de la chute rapide (en quelques mois) du taux danticorps artificiellement produits par la vaccination et, dautre part, du fait de la mutation incessante du virus grippal. Rien ne dit donc que les gens vaccinés avec ce vaccin pandémique ne se verront pas proposer un autre vaccin pandémique à chaque nouvelle mutation…

42 8 Evaluation des effets secondaires à long terme Vu les risques possibles, inhérents à lusage de différents composants vaccinaux qui incluent notamment des risques de cancérogénèse, de tératogénèse, de mutagénèse et daffections auto-immunes, il est impossible de pouvoir évaluer leur fréquence sur la base dévaluations cliniques pré-commercialisation dune durée limitée à 2 mois. Le rapport bénéfices/risques qui sera donc présenté aux gens qui recevront ces premières doses sera donc forcément biaisé.

43 Selon un rapport du Forum Européen de Vaccinovigilance (EFVV) datant de 2004 et portant sur 1000 cas deffets secondaires de vaccins, tous âges et tous types de vaccins confondus : « Les trois quarts des réactions post-vaccinales observées se sont produits dès les premières heures après linjection jusquà environ 60 jours après linjection. Les autres réactions ont eu lieu au-delà des deux mois qui ont suivi linjection. Enfin, pour certaines personnes, leffet indésirable marquant sest déclaré plusieurs années après linjection ».

44 De plus, avec le développement constant de nouveaux vaccins, les gens sont de plus en plus vaccinés or leffet toxique cumulatif dinjections vaccinales répétées au cours du temps ne peut être exclu : White CS 3rd, Adler WH, McGann VG. Repeated immunization: possible adverse effects. Reevaluation of human subjects at 25 years. Ann Intern Med Nov;81(5): White CS 3rdAdler WHMcGann VG 9.La présence danticorps vaccinaux nest pas forcément synonyme de protection The findings of efficacy studies have not demonstrated a direct correlation between antibody response and protection against pertussis disease. MMWR, March 28, 1997/Vol.46/N).RR-7,p.4. Les résultats d'études d'efficacité n'ont pas démontré de corrélation directe entre la réponse d'anticorps et la protection contre la maladie de coqueluche"

45 La vaccination contre la grippe saisonnière est dune efficacité contestable : Jefferson T. Influenza vaccination : policy versus evidence. BMJ 2006;333; Différentes déclarations de spécialistes renommés et dexperts compétents dont : - Dr. Anthony Morris (Anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis). « Il ny a pas de raison de croire que le vaccin de linfluenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent quil ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même

46 -Dr Marc Girard, médecin, statisticien, expert en pharmacovigilance et en pharmacoépidémiologie, Il y a véritablement extrêmement peu de preuves dune efficacité du vaccin contre la grippe lefficacité est loin dêtre démontrée et dont la toxicité reste une problématique quon devrait considérer à part entière et on ne le fait pas ! » a - Pr Antoine Flahaut, épidémiologiste, directeur de lécole des hautes études en Santé publique (EHESP). « Le vaccin nest pas très efficace, le virus mute sans arrêt, et des réservoirs animaux multiples ne permettent pas despérer un jour une éradication. Nous ne disposons pas dune seule étude probante - à ma connaissance - sur lefficacité du vaccin utilisé comme barrière épidémique. Nous ne disposons pas détudes sur la sécurité dutilisation du vaccin - ni du vaccin pandémique ce qui est normal, ni des vaccins saisonniers - en cas dutilisation dans de larges segments de la population jeune

47 . Dr Thomas Jefferson, épidémiologiste qui après avoir compilé quarante ans de recherches, conclut que les vaccins antigrippaux sont d'une efficacité très limitée. « Protéger la population mondiale contre une chose aussi inoffensive qu'un rhume? C'est de la folie! » -- Dr Margaret Chan, actuelle directrice de lOMS dans le guide de lOMS à lintention des journalistes (en 2005). « Aucune intervention humaine na jamais permis jusquici de stopper une pandémie une fois quelle sest déclenchée ». Mme Chan a annoncé en date du 11 juin 2009 : « La pandémie de grippe A(H1N1) a maintenant commencé ».

48 Projection en France de la pandémie grippale ; source du NEJM à propos dune étude australienne et néo zélandaise sur 722 hospitalisations de 30 cas pour 1 Million dha - - les femmes enceintes (9,1 % des patients contre 1 % dans la population générale), - les sujets obèses (28,6 % avaient un IMC supérieur à 35 contre 5,3 % dans la population générale), - les sujets ayant des antécédents broncho-pulmonaires (32,7 %). 5 % des lits de réanimation occupés par des patients atteints de grippe Plus de 15 % de décès prévisibles parmi les patients admis en réanimation on peut donc sattendre à environ hospitalisations supplémentaires en réanimation durant cet hiver (ce qui est inférieur à ce que laissait prévoir une estimation antérieure basée sur les données beaucoup plus limitées provenant de Nouvelle Calédonie).

49 Les chiffres attendus - Femmes enceintes 182 décès 28 - Obèses 572 morts 86 - Antécédents broncho-respiratoires : 654 décès 98 Grippe A : 47 millions de vaccins 300 morts combien deffets indésirables ;qui prend en charge ces patients le pays injecteur ou lEurope grippe B :15 millionss de vaccins 3000 à 5000 morts

50 Par F. William Engdahl,Journaliste américain spécialisé dans léconomie et dans la politique dit Le 14 septembre 2009 Des nanoparticules ont été trouvées dans les vaccins homologués par les autorités gouvernementales responsables de la vaccination contre le présumé virus H1N1 de la grippe porcine. Depuis plusieurs années, les fabricants de vaccins expérimentent l'utilisation de nanoparticules comme moyen de « doper la charge » vaccinale. Il savère à présent que des vaccins, dont lusage est homologué en Allemagne et dans d'autres pays européens, contiennent des nanoparticules sous une forme qui attaquerait les cellules saines et pourrait être mortelle.

51 En 2007, des chercheurs de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne ont annoncé dans un article de la revue Nature Biotechnology la mise au point dune « nanoparticule pouvant fournir des vaccins plus efficaces, avec moins d'effets secondaires et à une fraction du coût des technologies vaccinales actuelles. » Il n'y a qu'un seul petit problème avec les vaccins contenant des nanoparticules, ils peuvent être mortels ou du moins provoquer de graves problème de santé irrémédiables.. L'article se poursuit en décrivant les effets de leur percée : « Faisant à peine 25 nanomètres, ces particules sont si minuscules que, une fois injectées, elles circulent à travers la matrice de la membrane extracellulaire, directement vers les ganglions lymphatiques. En quelques minutes, elles atteignent une concentration des milliers de fois plus grande que dans la membrane. La réponse immunitaire peut alors être extrêmement forte et efficace. Il n'y a qu'un seul petit problème avec les vaccins contenant des nanoparticules, ils peuvent être mortels ou du moins provoquer de graves problème de santé irrémédiables..

52 Conclusions : engagement de la CNMSE On a ainsi favorisé le passage de la barrière humaine qui nétait franchie pour la grippe aviaire F.Glémet Pharmacien Industriel --Lancement détudes defficacité et de tolérance à grande échelle car cette pandémie est une grippette mais avec la composante aviaire dur virus A il est fort probable dune pandémie post-vaccinale à H5N1 par mutation du virus A et là nous ne serons pas prêts à faire face à la pandémie aviaire qui sera meurtrière -- prise en charge des effets indésirables par le pays injecteur et par lEurope --réserver la vaccination aux seules personnes à risques certainement pas à lenfant de 6 mois à 2 ans ni la femme enceinte


Télécharger ppt "Vaccination pour la grippe H1N1 : ALERTE Que peut-on en penser aujourdhui ? Francis GLEMET Pharmacien industriel Président de la Coordination Nationale."

Présentations similaires


Annonces Google