La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours nationaux de DES de Radiothérapie oncologique Nancy – 2 au 4 février 2012 Dr Isabelle Gabelle-Flandin CHU-Grenoble Titre du cours.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours nationaux de DES de Radiothérapie oncologique Nancy – 2 au 4 février 2012 Dr Isabelle Gabelle-Flandin CHU-Grenoble Titre du cours."— Transcription de la présentation:

1 Cours nationaux de DES de Radiothérapie oncologique Nancy – 2 au 4 février 2012 Dr Isabelle Gabelle-Flandin CHU-Grenoble Titre du cours

2 Radiothérapie pelvienne plus délétère que la chirurgie sur la sexualité Désintérêt pour la sexualité Dyspareunie Sécheresse vaginale Elasticité vaginale diminuée Saignements vaginaux provoqués Atrophie vaginale qui persiste, voire saccroît après 2 ans Les effets secondaires chirurgicaux sans RTE saméliorent à un an (Shover et al 1989, NEDJ 1999; Jensen et al 2003; Frumovitz et al 2005; Bergmark et al, Greimel ER et al. 2009)

3 Physiopathologie Irradiation vaginale Irradiation épithélium vaginal Irritation puis apparition tissu fibreux: perte élasticité, retrecissement Altération vascularisation vaginale altération de la transsudation vaginale et de la lubrification Sensibilité accrue aux infections et micro-traumatismes Effet plateau 3 mois post RTE, persistance dans le temps Bruner Int J Rad Oncol 1993 Irradiation pelvienne Baisse fonction ovarienne Carence oestrogénique Problèmes trophiques

4 Radiothérapie pelvienne plus délétère que la chirurgie sur la sexualité Stades Ia1 à Ib2 col utérin 37ptes chirurgie/ 37ptes RTE/ 40ptes témoins sur âge Recul >5 ans Questionnaires validés de QdV Résultats: Analyse univariée : RTE scores plus pauvres :QdV physique, mentale, détresse psy, fonctionnement sexuel F.S.F.I (Femal Sexual Fonction Index) Chirurgie seule: pas de différence \ groupe contrôle Analyse multivariée RTE scores plus pauvres :fonctionnement sexuel F.S.F.I Frumovitz M, JCO 2005; 23:

5 Radiothérapie pelvienne plus délétère que la chirurgie sur la sexualité Complications vaginales: 97 ptes épidermoïdes du col stades I et II Évaluation risque de sténose vaginale RT exclusive = 80% Chir + curiett = 57 % Chir seule = 17 % Abitbol et Davenport Obstet Gynecol

6 Endomètre: Sorbe et Smeds [1990 IJROBP 18(2)] Curie de fond de vagin HDD stade I endomètre: 404 ptes évaluation colpométrique diamètre et taille à 5 ans Complications liées à la dose et la hauteur ttt 6 x 4,5 Gy: 31 % de complications vaginales 4 x 9 Gy : 79% de complications vaginale Curiethérapie: Morbidité sévère vaginale. Préjudice sexualité (mais fonction de la dose donc du stade initial de la maladie)

7 Traitements des patientes Reprise vie sexuelle afin déviter fibrose vaginale Rééducation pelvienne : dilatateurs vaginaux rééducation sphinctérienne Hydratation vaginale: gels lubrifiants pb de loestrogénothérapie éfficace mais ! CI

8 Conclusion Peu dinformations scientifiques concernant la radiothérapie (pb de dosimètrie) La situation la mieux évaluée est le traitement du cancer de la prostate Le retentissement sur la sexualité de la femme doit être mieux étudié et traité …quelques espoirs avec de nouvelles techniques de curiethérapie Encourager sans interdit…

9 Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé E. Huyghe a, J.-M. Bachaud a, J.-l. Achard b, A. Bossi c, S. Droupy d et les membres du comité dandrologie de lAFU a Service durologie CHU de Toulouse, Hôpital de Rangueil, 1, avenue du Professeur Jean Poulhès, TSA 50032, Toulouse cedex 9, France b Service de radiothérapie, Centre Jean Perrin, 58, rue Montalembert, BP 392, Clermont Ferrand, France c Service de radiothérapie, Institut Gustave-Roussy, 39 bis, rue Camille Desmoulins, Villejuif, France d Service dUrologie-Andrologie, CHU de Nîmes, Place du Professeur Robert Debré, Nîmes, Université Montpellier 1, France Progrès en urologie (2009) 19 Suppl. 4, S173-S176

10 Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé Revue de la littérature: Que nous apportent les études concernant la sexualité? Comparaison de la curiethérapie et la radiothérapie externe traitements du cancer de la prostate localisé La sexualité étant déterminante dans la qualité de vie Son maintien pouvant entrer en jeu dans le choix du traitement. Mise au point concernant les effets sexuels de la radiothérapie externe et de la curiethérapie de la prostate. Progrès en urologie (2009) 19 Suppl. 4, S173-S176

11 Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé Méthode: Recherche sur PubMed avec mots-clés : Prostate, cancer, erectile dysfunction, radiotherapy, brachytherapy, ejaculation et orgasm « Bien que les fonctions sexuelles ne se limitent pas à la seule fonction érectile, cette synthèse présentera essentiellement sur cette fonction, en raison de la grande pauvreté de la littérature concernant les autres domaines de la sexualité, et en particulier léjaculation et lorgasme » Pour la fonction érectile, nont été retenues que les études prospectives postérieures à 1990 utilisant un questionnaire validé et reconnaissant la définition de la dysfonction érectile : « impossibilité dobtenir et de maintenir une érection suffisante pour permettre une relation sexuelle satisfaisante » moins de 10 études répondaient à ces critères Progrès en urologie (2009) 19 Suppl. 4, S173-S176

12 Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé Mécanismes physiopathologiques: Irradiation des corps érectiles atteinte vasculaire et bandelettes neurovasculaires Facteurs favorisants troubles érectiles: âge supérieur à 65 ans dysfonction érectile préexistante curiethérapie: prostate de petit volume, un diabète radiothérapie externe: dose au bulbe spongieux hormonothérapie néo-adjuvante Curiethérapie & Fonction érectile: Id: 60 % à 1 an- 40 % à 2 ans [10-13] médiane apparition du trouble16 mois après implantation [14]. 36 mois: 73 % baisse du score fonction érectile IIEF Progrès en urologie (2009) 19 Suppl. 4, S173-S176

13 Dysfonctions sexuelles après curiethérapie et radiothérapie externe de la prostate pour cancer de la prostate localisé Ejaculation: 75 % des sexuellement actifs conservent une éjaculation Diminution du volume de léjaculat (hypospermie) Détérioration de la qualité de lorgasme Ejaculations douloureuses 30% régressives dans les 3 mois qui suivent la curiethérapie Les dysfonctions érectiles post-radiques = conséquences fibrose et daltérations vasculaires Les structures les plus exposées le bulbe spongieux, les pédicules vasculo-nerveux Cependant : pas de corrélation entre la dose reçue et les dysfonctions érectiles

14 Curiethérapie de prostate Informer les patients que RTE comme curiethérapie 50% de dysfonctions érectiles, orgasme, éjaculation Troubles apparaissent de manière différée Evaluer le risque individuel de dysfonction érectile âge, activité sexuelle antérieure Traitements(hormono), Co-morbidités, motivations individuelles Contexte du couple Privilégier le contrôle de la maladie Prendre en compte cet aspect de la qualité de vie


Télécharger ppt "Cours nationaux de DES de Radiothérapie oncologique Nancy – 2 au 4 février 2012 Dr Isabelle Gabelle-Flandin CHU-Grenoble Titre du cours."

Présentations similaires


Annonces Google