La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Primitives.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Primitives."— Transcription de la présentation:

1 Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Primitives

2 Introduction Dans cette présentation, nous verrons : que l’aire sous une courbe peut représenter une grandeur physique; que la dérivée de la fonction décrivant l’aire sous une courbe est la fonction décrivant cette courbe; comment déterminer la fonction dont la dérivée est connue.

3 S Le réservoir illustré ci-contre contient 500 L de liquide. L’opérateur ouvre la valve de la conduite principale pour augmenter le volume de liquide. L’indicateur de débit donne une lecture de 15 L/min et l’opérateur referme la valve après 1 h 40 min. Débit et volume a)Représenter graphiquement la fonction débit et calculer le volume de liquide ajouté dans le réservoir 60 minutes après l’ouverture de la valve. Le débit est constant, sa représentation graphique est une droite horizontale. Le volume de liquide ajouté après 60 minutes est le produit du débit par l’intervalle de temps écoulé. Cet intervalle est : Débit (L/min) Temps (min) ∆V ∆t ∆t ∆t = 60 – 0 = 60 min et V(60) = 15 L/min  60 min = 900 L

4 S Débit et volume b)Construire un modèle décrivant le volume de liquide dans le réservoir en fonction du temps et représenter graphiquement ce modèle. Le volume de liquide au temps t est le volume initial plus le volume de liquide ajouté. On a donc : V = V 0 + ∆V = 15∆t Débit (L/min) Temps (min) ∆V ∆t ∆t V(t) = 500 L + 15 L/min  t min = 15 t L Dans la situation présente, l’intervalle de temps est : ∆t = t – 0 = t min On a donc : Volume (kL) Temps (min) t V(t)V(t) 2,0 1,5 1,0 0, Le modèle obtenu décrit l’aire sous la courbe du débit en fonction du temps t.

5 S S La vitesse étant constante, la représentation graphique de la vitesse en fonction du temps est une droite horizontale. La vitesse étant constante, la variation de la position est le produit de la vitesse par le temps, soit : ∆t = 4 – 0 = 4 s et ∆s = 0,4 m/s  4 s = 1,6 m La vitesse étant constante, la représentation graphique de la vitesse en fonction du temps est une droite horizontale. La vitesse étant constante, la variation de la position est le produit de la vitesse par le temps, soit : ∆t = 4 – 0 = 4 s et ∆s = 0,4 m/s  4 s = 1,6 m Vitesse (m/s) t v(t)v(t) 0,8 0, Un mobile part d’un point fixe O et s’éloigne vers la droite à une vitesse constante de 0,4 m/s pendant 5 secondes. Vitesse et distance a)Représenter graphiquement la fonction vitesse et évaluer ∆s, la variation de la position de ce mobile durant les quatre premières secondes. ∆s ∆t Temps (s) O ∆s b)Décrire la position du mobile par rapport au point O en fonction du temps t et représenter graphiquement cette fonction. La position du mobile est donnée par : s = s 0 + v ∆t où v = 0,4 m/s et s 0 = 0 puisque, à l’instant t = 0, le mobile est au point O. De plus, ∆t = t – 0 = t. La position est alors : s(t) = 0,4t m Graphiquement, cette fonction est un segment de droite de pente 0,4 m/s passant à l’origine et dont le domaine de validité est l’intervalle [0; 5]. Position (m) Temps (s) t s(t)s(t) 2,0 1,6 1,2 0,8 0,

6 Les deux exemples qui précèdent nous ont permis de voir que l’aire sous une courbe peut représenter, dans certaines situations, une grandeur physique. Aire sous une courbe De plus, l’aire sous la courbe dans un intervalle [0; t] pouvait, dans les situations présentées, se décrire à l’aide d’une fonction de t. Nous allons tenter d’établir le lien entre la fonction décrivant la courbe d’une fonction f et la fonction décrivant l’aire sous la courbe de f. Évidemment, les cas les plus intéressants sont ceux pour lesquels la courbe n’est pas une droite horizontale. C’est-à-dire : comment procède-t-on lorsque le débit n’est pas constant ? comment procède-t-on lorsque la vitesse n’est pas constante ? comment procède-t-on lorsque l’accélération n’est pas constante ? Établissons une première relation entre la fonction décrivant l’aire sous la courbe et celle décrivant la courbe.

7 Soit f une fonction continue et non négative sur un intervalle [a; x] dont la frontière droite est variable. Aire sous une courbe L’aire sous la courbe de la fonction f sur cet intervalle dépend de la valeur de x. Notons-la A(x). Nous allons tenter d’établir le lien entre la fonction A et la fonction f. Considérons un accroissement h de la valeur d’abscisse. ∆A = A(x+h) – A(x) L’aire s’accroît alors d’une valeur : A(x)A(x) f(x)f(x) xax x+h Cette différence d’aire peut être approchée par l’aire du rectangle de largeur h et de hauteur f(c), où c est le point milieu de l’intervalle [x; x+h]. Soit : On a donc : ∆A h = A(x+h) – A(x) h ∆A = A(x+h) – A(x) ≈ f(c)  h ≈ f (c)  h h lim h  0 ∆A h = A(x+h) – A(x) h lim h  0 c x x+h En considérant la limite lorsque h tend vers 0, on a : ∆A = A(x+h) – A(x) = f (c)  h h lim h  0 = f (c) lim h  0 Or, par définition de la dérivée : lim h  0 ∆A h A'(x) = De plus, f (c) lim h  0 = f (x) On obtient donc : A'(x) = f (x) REMARQUE : La dérivée de la fonction décrivant l’aire sous la courbe est la fonction décrivant la courbe. SS

8 Exemple Déterminer l’aire sous la courbe de la fonction définie par f(x) = x 2 sur l’intervalle [0; 2]. Puisque :A'(x) = f (x) 2 f (x) x (2; f(2)) on doit déterminer la fonction dont la dérivée est f(x) = x 2. On obtient facilement : A(x) = 1313 x3x3 Cependant, ce n’est pas la seule solution. On constate que les fonctions : A(x) = 1313 x3x x A(x) = 1313 x et satisfont également à la condition :A'(x) = f (x) Cependant, dans la situation présente, on doit avoir A(0) = 0 et on retient : A(x) = 1313 x3x3 On trouve alors : A(2) = = 8383 Conclusion : L’aire sous la courbe de la fonction définie par f(x) = x 2 sur l’intervalle [0; 2] est égale à 8/3 d’unités d’aire. SSS

9 Primitive DÉFINITION Fonction primitive Soit f, une fonction. On appelle primitive de f toute fonction F telle que : Dans l’exemple précédent, nous avons constaté qu’une fonction a plusieurs primitives. Ainsi : sont toutes des primitives de f(x) = x 2. d dx = f(x) F(x)F(x) A(x) = 1313 x3x x3x x A(x) = 1313 x et, On constate que ces primitives ne diffèrent que par une constante. Existe-t-il des primitives d’une fonction f qui diffèrent autrement que par une constante ? Si on ne considère que des valeurs de f contenues dans un intervalle I, la réponse est non.

10 Intégration et notations Théorème Fonction primitive Soit F(x) une primitive de f(x). Alors, pour tout valeur de k, la fonction F(x) + k est également une primitive de la fonction f(x). De plus, sur un intervalle donné, toute primitive de f(x) s’exprime comme la somme de F(x) et d’une constante k. Le procédé consistant à trouver une primitive s’appelle l’intégration. Pour indiquer que l’on recherche les primitives d’une fonction on utilise la notation suivante : f(x) dx = F(x) + k Dans cette notation : f(x) est l’intégrande, est le symbole d’intégration, k est la constante d’intégration. qui se lit : l’intégrale indéfinie de la fonction f(x) est égale à F(x) + k. F(x) est une primitive, S

11 Exercice Effectuer l’intégration suivante : cos x dx. La fonction F(x) = sin x est une primitive de f(x) = cos x pour tout x sur l’intervalle ]–∞; ∞[. On a donc : cos x dx = sin x + k Effectuer l’intégration suivante : e x dx. La fonction F(x) = e x est une primitive de f(x) = e x pour tout x sur l’intervalle ]–∞; ∞[. On a donc : e x dx = e x + k S SS

12 Fonction, dérivée et primitive Il faut bien distinguer fonction, fonction dérivée et fonction primitive. x 2 dx = S S Considérons, par exemple, la fonction définie par f(x) = x 2. Sa dérivée est obtenue en appliquant l’opérateur de dérivation : = 2x d dx x2x2 Sa famille de primitives est obtenue en appliquant l’opérateur d’intégration : 1313 x 3 + k f (x) x f ' (x) x F (x) x

13 Intégrale de fonctions usuelles On constate que toute formule de dérivation est équivalente à une formule d’intégration. On obtient ainsi les intégrales de base : dx = x + ke x dx = e x + k d dx = 1 x d dx = e x exex x r dx = + k x r +1 r +1 cos x dx = sin x + k d dx = cos x sin x sin x dx = –cos x + k d dx = sin x–cos x sec 2 x dx = tan x + k d dx = sec 2 x tan x sec x tan x dx = sec x + k d dx = sec x tan x sec x..., où r ≠ –1 x r +1 r +1 d dx = x n L’étudiant doit compléter et mémoriser.

14 Un cas délicat Dans le cours de calcul différentiel, on a vu comment dériver la fonction définie par f(x) = ln x et on a généralisé aux fonctions composées. On a alors obtenu : 1x1x d dx = ln x et Il est bon de rappeler que le domaine de la fonction f(x) = ln x est ]0; ∞[. La fonction est définie seulement pour x > 0 (ou u > 0). Considérons 1x1x = d dx ln |x| Si x > 0, on a |x| = x et Si x < 0, on a |x| = –x et la dérivation en chaîne donne : d dx ln |x| d dx ln |x|ln (–x) d dx = 1x1x = 1 –x = d dx –x–x On rencontre alors deux cas : On a donc la formule d’intégration suivante : dx = ln |x| + k 1x1x 1u1u du dx d dx =ln u

15 Relations dérivée intégrale d dx f(x) dx = f(x) On peut décrire la relation entre la dérivée et l’intégrale de la façon suivante : Cette expression est utile en particulier pour vérifier le résultat obtenu en intégrant une fonction. En dérivant la primitive obtenue en intégrant, on doit obtenir l’intégrande. Remarque

16 Propriétés Théorème Propriétés de l’intégrale indéfinie Soit f et g, deux fonctions intégrables, c’est-à-dire : a)a) b)b) c f(x) dx = c f(x) dx [ f(x) + g(x)] dx = f(x) dx + g(x) dx f(x) dx = F(x) + k 1 g(x) dx = G(x) + k 2 et et c, une constante. Alors : L’intégrale du produit d’une fonction par une constante est égale au produit de la constante par l’intégrale de la fonction. L’intégrale d’une somme de fonctions est la somme des intégrales de ces fonctions.

17 Exercice Effectuer l’intégration suivante : [3 sin x + 2 cos x] dx Par les propriétés de l’intégrale, on a : S [3 sin x + 2 cos x] dx = 3 sin x dx + 2 cos x dx, par la propriété de la somme; = 3 sin x dx + 2 cos x dx,par la propriété du produit par une constante; = – 3 cos x + 2 sin x + k,par définition de l’intégrale indéfinie.

18 Conclusion L’aire sous la courbe d’une grandeur physique peut également représenter une grandeur physique. La dérivée de la fonction décrivant l’aire sous une courbe est la fonction décrivant cette courbe. On appelle primitive d’une fonction f(x) toute fonction dont la dérivée est f(x). Dans cette présentation, nous n’avons pas défini de façon stricte ce que l’on entend par aire, nous avons eu recours à une compréhension intuitive. Nous devrons éventuellement donner une telle définition en ayant recours à la notion de limite.


Télécharger ppt "Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Primitives."

Présentations similaires


Annonces Google