La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 DETRESSE RESPIRATOIRE Dr L. AGUILLON SAU LIBOURNE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 DETRESSE RESPIRATOIRE Dr L. AGUILLON SAU LIBOURNE."— Transcription de la présentation:

1 1 DETRESSE RESPIRATOIRE Dr L. AGUILLON SAU LIBOURNE

2 2 I/ RAPPELS I-1 DEFINITIONS Respiration : - phénomènes amenant l’O 2 dans l’organisme et le débarrassant du CO 2. - ventilation pulmonaire + transport sanguin + échanges métaboliques cellulaires. - buts : l’oxygénation (métabolisme + création ATP en aérobie) et le maintien de l’équilibre acido-basique. Détresse Respiratoire = Insuffisance Respiratoire Aigue un grand nombre de cellules manque brutalement ou rapidement d’ O 2 par manque d’apport ou par anomalie de son utilisation intra-cellulaire.

3 3 I-2 ANATOMIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE

4 4 I-3 PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE - Contenu en O 2 dans sang artériel : CaO 2 = (K x Hb x SaO 2 ) + K’ x PO 2 - Transport en O 2 dans sang artériel : TaO 2 = CaO 2 x DC - Extraction en O 2 : EO 2 = DC x (CaO 2 - CvO 2 ) Insuffisance Respiratoire Aigue = altération des variables de TaO 2 ⇒ Atteinte Hb (intoxication CO, méthémoglobine) ⇒ Atteinte SaO 2 (hypoventilation alvéolaire, effet shunt ou shunt vrai) ⇒ Atteinte DC (insuffisance cardiaque, atteinte du retour veineux) (SaO2 : Rapport de la contenance en O2 du sang à sa capacité maximale susceptible en O2 PO2 : Pression partielle en O2 = oxygène dissout dans le plasma)

5 5 Mécanismes adaptatifs à l’IRA ( TaO 2 = CaO 2 x DC ) - ↘ CaO 2 est compensée par ↗ DC - stimulation des centres nerveux sensibles à O 2 et CO 2 entraîne : - ↗ FR - ↗ amplitude et force de contraction des muscles respiratoires - vasoconstriction pulmonaire hypoxique optimisant le rapport ventilation / perfusion.

6 6 II/ DIAGNOSTIC II-1 INTERROGATOIRE - Antécédents personnels (asthme, insuffisance respiratoire chronique, tabac, accident thrombo-embolique, pneumothorax, cancer, insuffisances cardiaque et coronaires, troubles du rythme …) - Traitement (en prise chronique et ponctuellement pour ce problème) - Histoire de la maladie (mode d’installation, facteurs déclenchants, signes fonctionnels et généraux associés, médicaments, examens complémentaires réalisés en externe)

7 7 II-2 SIGNES GENERAUX - Fréquence respiratoire (>25/min), - SaO 2 (<90%) - DEP (si orientation asthme) (<100/min) - Tension artérielle (TAS<90 mm Hg) - Fréquence cardiaque (>120/min - Température, frissons

8 8 II-3 SIGNES FONCTIONNELS - DYSPNEE (inspiratoire, expiratoire, aux 2 temps) - Fréquence respiratoire - Position du patient - Capacité à parler - Sueurs - Douleurs thoraciques, abdominales - Palpitations - Toux - Expectoration (purulente, hémoptysique, moussante)

9 9 II-4 SIGNES PHYSIQUES II-4 SIGNES PHYSIQUES (symétriques ou non) Inspection - forme et mobilité thoracique - cyanose, pâleur - sueurs Palpation - épanchement hydrique ou aérique - condensation Percussion - tympanisme, matité Auscultation - crépitants, ronchii, sibilants - silence auscultatoire Crachats - purulents, hémoptysiques, mousseux

10 10 Ne pas oublier l’examen du reste du corps, en particuliers - examen neurologique (état de conscience, asterixis) - examen cardiologique (signe d’insuffisance cardiaque, d’embolie pulmonaire)

11 11 II-5 SIGNES DE GRAVITE II-5 SIGNES DE GRAVITE : Elements d’ALERTE Respiratoires : - tachypnée (>25 cycles/min) - DEP < 100/min - tirage des muscles accessoires (sus-sternaux, sus-claviculaires, battements ailes du nez) - respiration paradoxale avec balancement thoraco-abdominale - cyanose - absence de réponse SaO 2 à l’oxygénothérapie Hémodynamiques : - hypotension artérielle jusqu’au choc - bradycardie (attention annonce l’arrêt cardiorespiratoire) Neurologique : - encéphalopathie respiratoire hypercapnique (asterixis, agitation) - jusqu’au coma Signes d’EPUISEMENT : bradypnée, gaps, pauses respiratoires

12 12 III/ ETIOLOGIES Plusieurs classifications possibles: - en suivant les différentes étapes de la respiration sur le plan anatomo- physiologique (cf. les premiers schémas de ce cours) - selon si l’hypoxémie est associée ou non à une hypercapnie

13 13 III-1 SELON L’ANATOMO-PHYSIOLOGIE - Insuffisance d’apport d’O2 dans l’air inspiré:. Raréfaction due à l’altitude, ambiance enfumée, espace mal ventilé - Débit d’air inspiré insuffisant:. Obstruction des Voies Aériennes Supérieures. Corps Etrangers. Tumeurs. infections : laryngite épiglotte. allergique : œdème de Quincke. Asthme

14 14 - Perturbation des échanges gazeux alvéolaires:. OAP (cardiogénique ou lésionnel(noyade, inhalation produits…)). Embolie Pulmonaire. Infection pulmonaire - Atteinte des fonctions centrales:. AVC, crise comitiale, tumeurs cérébrales (selon localisation). Collapsus (bas débit cérébral). Intoxication (médicamenteuse type BZD, neuroleptiques, morphinique, intoxication CO…) - Perturbation des échanges gazeux cellulaires:. Intoxication au CO, au Cyanure

15 15 III-1 SELON LA PRESENCE D’HYPERCAPNIE * Sans Hypercapnie: - Atteinte parenchyme pulmonaire:. OAP (cardiogénique ou lésionnel). Pneumopathie (infectieuses, toxiques). Contusions pulmonaires traumatiques. Atélectasie (obstruction bronchique) - Atteinte bronchique:. Asthme aigu - Atteinte pulmonaire vasculaire:. Embolie Pulmonaire (cruorique, graisseuse, gazeuse) - Atteinte pariétale:. Pneumothorax. Hémothorax. Pleurésie (infectieuse, tumorale). Fractures ou volets costaux

16 16 * Avec Hypercapnie : - Atteintes des muscles respiratoires:. Pathologies neuro-musculaires (myopathie, myasthénie). Obstacles des VAS. Décompensation d’une IRC. Asthme sévère - Dépression des centres respiratoires:. Médicamenteuse (BZD, neuroleptique, morphiniques…). Certaines lésions cérébrales - Atteintes médullaires:. Traumatismes cervicaux au dessus de C4). Pathologies médullaires ou phréniques (SLA, Syndrome de Guillain-Barré…)

17 17 IV/ EXAMENS COMPLEMENTAIRES IV-1 SYSTEMATIQUES - Biologie:. GDS (si possible sans O2, selon la gravité) en priorité pour pouvoir mettre et adapter l’oxygénothérapie rapidement (gravité: PaO2 45 mmHg; alarmant: PaO2 70). NFS plaquettes, Na K Cl glycémie urée créatinine protidémie, TP (INR) TCA - Imagerie:. RP face (debout si possible) +/- profil selon orientation (foyer), inspiration/expiration (pneumothorax) - ECG (minimum 12 dérivations, 18 si orientation sur SCA)

18 18 IV-2 ORIENTES - Biologie:. Ddimères (EP), CPK CKMB Troponine TGO TGP (SCA), CRP, BNP (OAP), groupe Rhésus RAI (fibrinolyse pour SCA, EP, traumatisme thoracique), toxiques (HbCO sur le GDS, BZD …) - Imagerie:. Grill costal (traumatisme thoracique). Radiographie des parties molles du cou (CE des VAS). Rachis cervical +/- TDM cervical si traumatisme cervical. Echographie doppler veineux des membres inférieurs (EP). TDM thoracique (EP, image suspecte à la RP sans orientation, certains pneumothorax notamment postérieurs, contusion pulmonaire). TDM crânien si orientation centrale - Fibroscopie bronchique si suspicion CE dans VAS

19 19 V-1 TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE Oxygénothérapie On meurt de manque d’O2 mais pas d’hypercapnie (dans un premier temps). Moyens de délivrer l’O2 (lunettes, masque, masque à haute concentration, Ventilation Non Invasive dite VNI, Ventilation invasive sur Intubation). Débit O2 réglé en fonction de la SaO2 selon les besoins du patient, différents selon le terrain: - chez un IRC: SaO2 autour de 90% pour limiter l’hypercapnie et donc l’acidose - autre que IRC: SaO2 >95%

20 20 V-2 TRAITEMENT ETIOLOGIQUE - Asthme et décompensation de BPCO:. Broncho-dilatateurs en aérosol. Corticoïdes. Parfois antibiothérapie - Pneumopathie:. Antibiothérapie - OAP cardiogénique:. Diurétiques. Dérivés nitrés. Amines vasopressives (dobutamine, dobutrex)

21 21 - Pneumothorax:. Ponction à l’aiguille parfois suivi d’un drainage. Ponction d’un épanchement pleural liquidien mal toléré - Intoxication:. Antidote pour BZD (utilisation précautionneuse du flumazényl), morphine (naloxone), CO (O2, parfois caisson hyperbare) -Corps étranger dans les VAS:.Manœuvre de Heimlich que si signe de gravité dont ACR sinon la manœuvre peut majorer l’obstruction (si le CE ne s’évacue pas)

22 22 V-3 SURVEILLANCE en phase aigue Permet de juger l’effet de la thérapeutique (favorable ou non) et donc d’envisager sa modification voir de demander un avis (transfert) en réanimation Points à surveiller: - Les constantes:. FR, SaO2, DEP (si asthme), TA, FC, température, diurèse (si diurétiques, collapsus) - Les signes cliniques:. Dyspnée, sueurs, parole, cyanose, les muscles respiratoires accessoires - Les examens complémentaires:. GDS. RP (contusion pulmonaire)

23 23 VI/ CONDUITE A TENIR GENERALE (patient aux urgences) 1- PRISE en CHARGE IOA:. Repérer Motif d’Entrée (courrier médecin, plainte principale du patient). Histoire de la Maladie, Antécédents, Traitement. Recherche SIGNE de GRAVITE: Evalue GRAVITE donc ORIENTATON - constantes - signes cliniques => pas d’examen clinique (ce que l’on voit) => ORIENTATON et appel plus ou moins urgent d’un médecin 2- CONDITONNEMENT IDE du PATIENT: (si gravité examen médical en parallèle). Chariot d’urgence à portée et Aspiration fonctionnelle. Déshabillage et Position du patient (comme il se sent le mieux: le plus souvent assis). Monitorage scope et Reprise des constantes. Bilan biologique. Pose VVP soluté préférentiel NaCl 0,9%. ECG, RP (au lit si patient grave) 3- TRAITEMENT:. Symptomatique: OXYGENOTHERAPIE. Etiologique 4- SURVEILLANCE IDE/ MEDECIN de l’EVOLUTION:pour suite traitement/orientation. Constantes. Clinique

24 24 CAS CLINIQUE 1 Homme 40a se présent aux urgences car depuis ce matin il a de gros frissons et tousse et douleur à la poitrine à droite et gène à respirer. Fumeur 15(PA), pas de traitement Constantes: TA=9/6, FC=135, SaO2=88%, FR=24, 40° Clinique: marbrures genoux, sueurs, parle sans trop de problème, toux, foyer base droite, conscient cohérent, cardio rien hormis tachycardie.

25 25 CAS CLINIQUE 2 Garçon 22a présente difficultés à respirer et une douleur à la poitrine à gauche. Survenue brutale en marchant rapidement dans une cote. Pas d’ATCD, pas de traitement. Constantes: TA=12/8, FC=100, SaO2=90, FR=22, 37°2 Clinique: légère cyanose, pas de sueurs, toux sèche, une augmentation de volume de la moitié du thorax gauche avec diminution des bruits respiratoire et un tympanisme à la percussion (augmentation des sonorités du côté atteint)

26 26 CAS CLINIQUE 3 Femme 70a, gène respiratoire et somnolente. Famille dit qu’elle tousse depuis 3 j, et difficultés à respirer progressivement depuis 2 j; suivi par un pneumologue (était grosse fumeuse) depuis longtemps et amène traitement en spray à mettre dans la bouche. Constantes: TA=16/6, FC=110, SaO2=75%, FR=35, 38° Clinique: somnolente réveillable, asterixis, du mal à parler, sueurs, cyanose, dyspnée expiratoire, mise en jeu muscles respiratoires accessoires, encombrement toux grasse peu productive, ronchii et sibilants diffus

27 27 CAS CLINIQUE 4 Femme 40ans, a du mal respirer et mal à la poitrine à droite. Début brutalement cet après-midi. ATCD: nul, hormis fracture cheville droite récente plâtrée depuis 10j et était en vacances les 3 derniers jours et avait oublié ces injection de à faire dans le ventre. Constantes: TA=11/6, FC=128, SaO2=90, 37°5 Clinique: douleur jambe droite, œdème des 2 jambes (D>G), tachycarde et le reste de l’examen normal.

28 28 CAS CLINIQUE 5 Homme de 68a amené par les pompiers à 3 heures du matin aux urgences car a beaucoup de mal à respirer. HDM: début hier en fin de journée par palpitations et début gène respiratoire nettement majorée en pleine nuit. ATCD: IDM, HTA, ACFA normalement régularisée Constantes: TA=18/11, FC=130, SaO2=75%, FR 30 Clinique: conscient, parole hachée, assis au bord du brancard jambes pendantes, sueurs +++, cyanose, siffle un peu expiration, crépitation et sibilants diffus, signes cardiaques droits (OMI, TJ, RHJ), BDC rapides irréguliers.


Télécharger ppt "1 DETRESSE RESPIRATOIRE Dr L. AGUILLON SAU LIBOURNE."

Présentations similaires


Annonces Google