La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les trois Omégas de l’Univers plus ou moins le Quatrième ? Philippe Magne 2004.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les trois Omégas de l’Univers plus ou moins le Quatrième ? Philippe Magne 2004."— Transcription de la présentation:

1 1 Les trois Omégas de l’Univers plus ou moins le Quatrième ? Philippe Magne 2004

2 2

3 3 Introduction Trois sortes d’énergies occupent l’espace. Elles gouvernent l’expansion par le truchement de l’interaction gravitationnelle du fait de l’équivalence masse /énergie selon la célèbre formule E=mc² Ce sont les sources du champ de gravitation comme classiquement les masses. Le fluide cosmique possède une pression exprimable comme une densité d’énergie qui s’ajoute algébriquement aux autres.

4 4 RAPPELS

5 5 Principe cosmologique Homogénéité et Isotropie Les propriétés géométriques et physiques de l’Univers sont, à un temps cosmique donné, les mêmes en tout point et dans toutes les directions autour de chaque point. 1)Vraisemblance confortée par le projet 2dFGRS, galaxies observées. 2)Isotropie constatée parfaite du FDC par le satellite COBE de la NASA (1989)

6 6 H : constante de Hubble Elle l’emporte sur l’agitation locale des galaxies à partir d’une distance de 100 millions d’AL où la vitesse de récession est de l’ordre de 2000 km / s Ainsi, la limite inférieure de l’univers relativiste est elle à 100 millions d’AL ou environ 30 Mpc Loi vitesse / distance vitesse récession = H x D

7 7 Géométrie de l’espace Sa courbure dépend de son contenu énergétique Il s’exprime localement par la somme: Energie cinétique + Energies potentielles =-K K Géométrie Positif Riemann Nul Euclide NégatifLobatchevsky Bolyai

8 8 Dynamique de l’Expansion Facteur d’échelle en fonction du temps

9 9 Géométrie de l’espace Equivalents du plan

10 10 ENERGIES

11 11 Facteur d’ échelle et Mécanique classique En calculant la chute radiale libre d’une particule d’épreuve dans un champ de gravitation homogène on obtient l’équation du Facteur d’échelle en fonction du temps. Ce calcul mène aux énergies qui gouvernent l’expansion Cela revient à prendre en compte un petit échantillon d’univers,ce qui donne l’équation différentielle concernant tout l’Univers

12 12 Support de calcul Le champ dû aux couches extérieures au trait gras est nul, la force d’attraction agissant sur la particule d’épreuve est due à la masse contenue dans les couches intérieures

13 13 Conventions La petite particule d’épreuve de masse m, par exemple 1kg, est sur le cercle en trait gras, la mécanique classique permet de calculer son mouvement par rapport au centre de la figure. Par convention nous adoptons le même symbole pour désigner la distance de la particule au centre de la figure et pour désigner le facteur d’échelle R( t ) m x accélération = Force attractive

14 14 Calcul de R ( t ) et de a ( t )

15 15

16 16

17 17

18 18

19 19

20 20

21 21 Pression du fluide cosmique Précisons que le mot fluide est un générique qui convient assez bien pour évoquer les métamorphoses du cosmos lorsque température et pression ont énormément évolué de concert avec l’expansion de l’espace RAPPEL Classiquement, la pression est une conséquence de l’impact des molécules sur les les parois d’un récipient. Pour chiffrer cet effet la pression est définie comme la force appliquée par unité de surface

22 22 Cette force n’existe que si la pression est plus grande d’un côté que de l’autre de la paroi Dans l’Univers uniforme tous les endroits sont pareils et la pression est partout la même, il n’y a pas de gradient de pression, aucune force comme celle évoquée ne peut se manifester Alors, on peut se poser la question: Comment la pression peut-elle affecter l’expansion? La réponse est que la pression est une forme de l’énergie, et que toute forme d’énergie est une source de gravitation à cause de l’équivalence masse énergie exprimée par la formule E = mc²

23 23 Traduite dans le langage de la Relativité Générale, la pression contribue à courber l’espace-temps comme le fait la matière. Elle a aussi un effet exactement opposé à celui auquel on pourrait s’attendre, la pression si elle est positive ralentit l’expansion en accroissant la gravitation. Lorsqu’elle est négative elle accélère l’expansion. Un moyen assez simple de mettre en évidence le caractère énergétique de la pression est de prendre en compte l’analyse dimensionnelle suivante:

24 24 Au temps présent nous avons signalé que la vitesse de récession relativiste l’emporte largement sur les vitesses d’agitation aléatoires des galaxies lorsque la distance dépasse 100 millions d’AL. Cela veut dire que d’un point de vue cosmologique, où les distances se chiffrent par dizaines de milliards d’AL, on peut considérer que la pression est quasi nulle Quand la pression intervient-elle dans la gouvernance de l’expansion ?

25 25 Il en allait tout autrement dans un passé lointain où l’Univers était très chaud et peuplé de particules ultra-relativistes et de photons comme nous le verrons. En ce qui concerne le futur, la découverte de l’accélération de l’expansion attribuée à l’énergie répulsive du vide donne à penser que la pression du fluide est de ce fait obligatoirement négative ce qui sera démontré

26 26 Les 3 énergies qui gouvernent l’expansion Ce sont les 3 ingrédients du fluide cosmique : le rayonnement électromagnétique, la matière sous toutes ses formes,baryonique chaude et froide, noire, l’énergie répulsive du vide. Leurs vestiges actuels et les lois de la physiques permettent de reconstituer leurs influences respectives, leurs dominances. On les exprime par les ”3 omégas”rapports de leurs équivalents massiques à la densité critique. Un quatrième oméga est la différence entre 1 et la somme des 3 autres omégas

27 27 Les résultats d’observations les plus récents et les plus précis ont été publiés par la mission Wilkinson Microwave Anisotropy Probe WMAP parmi ceux-ci deux omégas et la température du bruit cosmique ( Cosmic Microwave Background ) Cette mission est très audacieuse, le satellite d’observation a été placé au point L2 de Lagrange du système Terre Soleil

28 28 Rappel succinct des 3 époques où chaque énergie fut dominante Première époque ( tout de suite après le Big Bang ) Le milieu est assimilable à un nuage de photons et de particules ultra – relativistes en équilibre thermique. On l’appelle Corps Noir Cosmologique Il est à très haute température, sa pression est extrêmement élevée sans commune mesure avec les pressions auxquelles nous sommes habitués Il est opaque car le libre parcours des photons est très petit, en fait, c’est un plasma ultra – dense. Ce corps noir se refroidit tandis que l’espace se dilate comme le facteur d’échelle

29 29 Deuxième époque Il s’agit du temps présent où l’Univers est devenu transparent. Elle commence lorsque les électrons sont capturés par les protons pour former l’hydrogène primitif, la température ayant suffisamment baissée pour que la désionisation se produise. Il s’ensuit la fragmentation du milieu pour aboutir aux grandes structures et amas de galaxies que nous observons aujourd’hui

30 30 Troisième époque Elle concerne le futur l’Univers. La découverte de l’accélération de l’expansion par les groupements : Supernova Cosmology Project et High z Supernova Team conduit à penser que l’expansion pourrait être gouvernée par une énergie répulsive du vide ( quantique?) dont la pression serait négative. Il pourrait s’ensuivre une croissance exponentielle de l’espace dont une conséquence surprenante est la création concomitante d’énergie. Rappelons que densité d’énergie et pression sont des paramètres qui entrent dans une équation d’état thermodynamique faisant intervenir température et volume

31 31 Le rayonnement électromagnétique Une de ses caractéristique, outre son énorme température ( peu après le Big Bang ),c’est sa pression qui est égale au tiers de sa densité, alors que pour les gaz, dans notre environnement terrestre, elle est plutôt de l’ordre de 10 –12 Cela résulte de l’isotropie du milieu cosmique et des propriétés du photon. La figure de la page suivante montre, à partir d’un volume virtuel unitaire et cubique comment il se peut que la pression soit le tiers de densité d’énergie, on se souviendra aussi que la quantité de mouvement transportée par le photon est égale à son énergie divisée par la vitesse de la lumière

32 32

33 33 Nous allons maintenant calculer la densité et la pression avec, comme donnée de départ, la température T du CMB au temps présent mesurée par WMAP 2.725K

34 34

35 35

36 36 Quelques chiffres concernant le rayonnement A ne pas confondre avec la contribution au potentiel gravitationnel Red Shift za Densité J / m 3 Pression J / m 3 Epoque Température ° K x x Présent x x x ans R=M 3.05x ans x x x x seconde 1.3x10 10

37 37 Pression du rayonnement en fonction de a

38 38 A MEMORISER En gros la température du corps noir cosmologique décro ît comme l’inverse du facteur d’échelle Ou comme l’inverse de la racine carré du temps cosmique exprimé en secondes

39 39 La matière

40 40

41 41

42 42

43 43

44 44

45 45

46 46 L’énergie répulsive du vide La nature de cette énergie est encore inconnue, c’est un grand chantier pour la physique On peut néanmoins modéliser sa contribution au potentiel gravitationnel par la constante cosmologique Einstein l’avait introduit dans l’intention d’annuler la gravitation par une force répulsive qui devait être proportionnelle à la distance pour établir un équilibre

47 47 Cet équilibre est instable ! En ajustant on peut obtenir exactement l’effet répulsif qui accélère l’expansion en conformité avec les observations. Constatons que si cette force est proportionnelle à la distance, elle l’est aussi au facteur d’échelle Le potentiel dont elle dérive est en Par une méthode de concordance WMAP a trouvé l’oméga de cette énergie : 0.73 La contribution au potentiel gravitationnel est donc :

48 48

49 49

50 50

51 51

52 52

53 53 Transition de la dominance Matière Energie répulsive du vide

54 54 Somme

55 55 Synthèse des trois omégas C’est la somme S des trois contributions au potentiel gravitationnel. Elles sont exprimées par un oméga ( nombre pur ) et par le facteur d’échelle normalisé à l’unité

56 56 Cette somme S est minimum lorsque sa dérivée par rapport à est nulle Il est possible de situer ce minimum dans le temps cosmique, la façon de mener le calcul sera montrée un peu plus loin. Cela s’est produit il y a x 10 9 ans, c’est à dire à peu près à la moitié de l’âge de l’Univers

57 57 Il est également possible de connaitre le red shift de la lumiére qui fut émise à cette époque sachant que : L’égalité Rayonnement = Matière s’obtient en résolvant l’équation : Cela s’est produit ans après le Big Bang

58 58 L’égalité Matière = Energie répulsive du vide s’obtient en résolvant l’équation : Cela s’est produit il ya 4 x 10 9 années Voir, page suivante l’évolution des trois contributions au potentiel gravitationnel et leur somme S. Dominance dans l’ordre, après le Big Bang,le rayonnement, la matière, l’énergie répulsive du vide

59 59

60 60 Temps cosmique et Facteur d’échelle Pour obtenir le temps cosmique compte tenu des trois omégas, il suffit de compléter l’équation ( 6 )

61 61

62 62

63 63

64 64 L’ordinateur calcule facilement l’intégrale ( 30 )

65 65

66 66 Le quatrième Oméga Rappel WMAP donne pour Donc le quatrième Oméga est négatif

67 67 Quelle en est la conséquence ? Si ce résultat est confirmé, il se pourrait alors que la géométrie de l’univers soit courbe et fermée, bien que l’expansion soit prévisiblement éternelle ! La courbure est cependant très faible comme nous allons le montrer

68 68 Au temps présent la courbure est donnée par l’expression : Pour et on trouve: soit un rayon de courbure de l’ordre de :

69 69 FUTUR DE L’UNIVERS ? va devenir > 1, vraisemblablement très supérieur à 1 CONSEQUENCE POUR LA CONSTANTE DE HUBBLE est donnée par l’équation ( 29 )

70 70 SI alors Rappelons que, dans le passé, cette constante dans tout l’espace décroissait en fonction du temps. C’est ce qui permit à la lumière de gagner sa course avec l’expansion et de nous atteindre bien que les astres qui l’avaient émise aient pu avoir une vitesse de récession supérieure à celle de la lumière. Dans le futur, elle pourrait devenir à la fois constante dans l’espace et dans le temps, cela en concordance avec l’expansion exponentielle ( voir 26 ). La conséquence en est assez surprenante.

71 71 CONSEQUENCE POUR LA SPHERE DE HUBBLE La sphère de Hubble détermine deux régions de l’espace, à l’intérieure la vitesse de récession est inférieure à la vitesse de la lumière, à l’extérieure elle est supérieure. Au centre de cette sphère se trouve l’observateur comobile. Son rayon est tel que sur cette sphère la vitesse de récession est exactement égale à c. Il s’ensuit que d’où sa limite:

72 72 RAYON DE LA SPHERE DE HUBBLE EN FONCTION DE

73 73 TEMPS MIS PAR LA LUMIERE POUR ATTEINDRE L’OBSERVATEUR SITUE AU CENTRE DE LA SPHERE DE HUBBLE DANS LA CONDITION OU LA CONSTANTE DE HUBBLE EST EFFECTIVEMENT CONSTANTE DANS L’ESPACE ET DANS LE TEMPS Il s’agit d’un futur très lointain! Soit la distance métrique séparant une source de lumière de l’observateur. La loi de Hubble implique que la vitesse de récession est proportionnelle à La vitesse de la lumière par rapport à l’observateur est

74 74 On obtient l’équation différentielle du mouvement du front de l’onde lumineuse en exprimant le temps mis pour parcourir la distance Soit :

75 75 Pour une distance le temps de propagation est donné par l’intégrale :

76 76 RESULTATS DE L’INTEGRALE X en GigaAL t en Gigaans Xt

77 77 COMMENTAIRES L’expansion accélérée et éternelle débouche sur de bien curieuses constatations qui rappellent l’inflation d’Allan Guth ( MIT 1979 ). Le calcul montre que dans le futur la lumière ne pourra pas se propager au delà de 16 milliards d’AL ( ou 4.9 Gigaparsecs ou 1.5x10 26 mètres ), le temps de propagation devenant infini à cause de l’expansion de l’espace! Cette distance est à considérer comme un horizon des interactions, une frontière de la causalité. L’ Univers deviendrait ainsi parcellisé, rempli peut être de nouveaux univers en gestation, point de vue partagé par A.Albrecht, A. Linde, P.Steinhart.

78 78 CONCLUSION Nous empruntons à A.Guth quelques idées qu’il a déduites du comportement que pourrait avoir un biologiste après la découverte d’une bactérie encore inconnue. Celui-ci la classerait dans une espèce baptisée d’un nouveau nom, ne douterait pas qu’elle est la progéniture d’une bactérie parente descendante d’une lignée, il ne pourrait admettre qu’elle soit le résultat d’une improbable occurrence au sein de la matière non vivante. De là A.Guth propose d’admettre que le Big Bang n’est pas un événement singulier, mais résulte d’un processus qui ressemble à la division cellulaire. L’Univers serait ainsi autoreproducteur.


Télécharger ppt "1 Les trois Omégas de l’Univers plus ou moins le Quatrième ? Philippe Magne 2004."

Présentations similaires


Annonces Google