La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le vieillissement de la population : une charge ou une chance ? 4 e rencontres de géronto-psychiatrie et de psycho-gériatrie Henry Noguès Angers, jeudi.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le vieillissement de la population : une charge ou une chance ? 4 e rencontres de géronto-psychiatrie et de psycho-gériatrie Henry Noguès Angers, jeudi."— Transcription de la présentation:

1 Le vieillissement de la population : une charge ou une chance ? 4 e rencontres de géronto-psychiatrie et de psycho-gériatrie Henry Noguès Angers, jeudi 11 octobre 2007

2 Plan de la conférence Le vieillissement de la population La facture « vieillesse » : une lourde charge Mais aussi une chance pour les individus Si nous savons la saisir…

3

4 4 Le vieillissement de la population selon Alfred SAUVY Il sagit de laugmentation de la part de la population âgée de plus dun certain âge (65, 60, 70) dans lensemble de la population dun pays.

5 5 Un phénomène séculaire et international Growing Old, Cummings et Henry, 1961 en France

6 La France en 1740 une vraie pyramide 6 Source : H. Leridon INED, 2004

7 La France en 2000 : Une poupée russe ? 7

8 La population française en 2000 : effet de la mortalité décroissante 8 Source : H. Leridon Ined, 2004

9 9 Le recul de la mortalité, dabord, au premier âge génère plus de jeunes que de vieux

10 La population française en 2000 : effet de la seule fécondité décroissante 10 Source : H. Leridon Ined, 2004

11 Source : Chris Wilson, Gilles Pison, Pop. Et Soc. N°405, Oct La moitié de la population du Monde vit désormais dans un pays où la population ne se remplace plus totalement…

12 Après la rupture de laprès-guerre la baisse de la mortalité concerne les anciens 12

13 13 Aujourdhui, on observe donc un vieillissement par le haut

14 14 Lavenir : la nouvelle société des retraités

15 L e ratio des plus de 75 ans sur les moins de 25 ans varie déjà beaucoup dans la France de Moins de 25% dans le bassin parisien mais plus de 52% dans le Massif central, dans la Creuse ou lAriège… 15 Une intensité variable selon les départements

16 16 Mais un phénomène international à un rythme variable selon les pays

17 OUI

18 Revenu des personnes âgées et théorie du cycle vital Consommation Revenu Naissance 1 er âge Désépargne 3 ème âge Désépargne 2 ème âge Epargne Mort Consommation Entrée Vie active Retraite Revenu ?

19 Créent un système complexe déchanges entre les générations Capital Dette Naissance 1 er âge Désépargne 3 ème âge Désépargne 2 ème âge Epargne Mort 0 Héritage Entrée Vie active Retraite

20 La véritable nature du "risque vieillesse : la vie longue… Capital Dette Naissance 1 er âge Désépargne 3 ème âge Désépargne 2 ème âge Epargne Mort 0 Assistance Entrée Vie active Retraite

21 La réponse pertinente : une rente viagère ou "lassurance vieillesse " Consommation Revenu Naissance 1 er âge Désépargne 3 ème âge Désépargne 2 ème âge Epargne Mort Consommation Entrée Vie active Retraite Revenu Rente viagère

22 ÂGE Production Consommation Daprès A. SAUVY - Cycle de vie - TRANSFERTS Déficit Production Lhomme consomme avant de produire. Consommation SURPLUS Ensuite, il produit plus quil ne consomme. Enfin, il consomme plus quil ne produit. A chaque période et selon différents moyens, le surplus réel des actifs est redistribué aux inactifs. Allocations familiales, prévoyance, prêt étudiant, retraite, etc… des transferts

23 23 Le rapport Charpin prévoit un coût des retraites de 16% à 17% du PIB en Est-il possible de fi- nancer 5-6 pts en supplément en 40 ans comme nous lavons fait de 7 pts depuis 30 ans ? Le coût des retraites va donc exercer une forte pression

24 Les plus âgés, plus souvent hospitalisés Source : Enquête décennale Santé , Insee

25 Source : SERMET C., CREDES, 2002 En raison dune morbidité croissante en fin de vie

26 Les plus âgés consomment trois à quatre fois plus de soins que les jeunes… Les personnes âgées dépensent-elles trop en matière de soins ? Source : La Vie n°2563, 13 octobre 1994

27 La dépendance : un risque tardif minoritaire et plus féminin Source : Enquête HID DREES,2000 Pourcentage de personnes dépendantes

28 0-20 ans20-40 ans40-60 ans60-70 ans70 ans + HommesRR01113 FemmesRR01116 EnsembleRR01114 Incidence 1999 par classe d'âge ans ans20-29 ans30-39 ans40-49 ans50-59 ans60-69 ans70-79 ans80-89 ans 90 et Taux pour Source : O. Busson, Urcam PdL, 2000 La montée des troubles mentaux avec lâge

29 81,4 77,7 65,3 62,8 40,4 17,9 13,5 17,2 26,3 27,7 47, ans75-79 ans80 ans et + H couple F couple H seul F seule Source : Insee, RGP-1999 Aux conséquences aggravées par lisolement

30 Incertitudes sur le nombre de personnes en situation dincapacité + 90% + 20% + 47%

31 Facture Vieillesse Coût des retraites (13% du PIB) + Coût des soins (10% : 2 = 5% du PIB) + « Prix de la dépendance » (1% du PIB) Soit 40% des prélèvements obligatoires

32 Une image très négative de la vieillesse «Politiquement et psychologiquement, le vieillissement se traduit par le conserva- tisme, lattachement aux habitudes, le défaut de mobilité et linadaptation à lévolution du monde actuel.» Rapport Laroque, 1961

33 OUI

34 En un siècle, 65% de vie en plus ! + 34 ans + 30 ans

35 Recul du travail des hommes et transformation du travail des femmes

36 La déformation du temps de la vie : Travail : - 8ans Loisir : +17 ans

37 37 Pourquoi ce qui est une chance est-il vu comme une catastrophe ? Pourquoi ce qui est une chance est-il vu comme une catastrophe ? Heures x 1000 Source : Commission Européenne 41% = Temps de vie incompressible h h h Temps de travail h h h Durée de la vie 11% 6% 34% Pour les européens, Pour les européens, heures de plus à vivre en un siècle et demi. Pendant la même Pendant la même période, heures de travail en moins !

38 Limpact du vieillissement sur les dépenses de soins est une fonction des arguments suivants : EV = Espérance de vie EVSI = Espérance de vie sans incapacité EVSP = Espérance de vie sans pathologie chronique. La relation vieillissement-dépenses de santé est complexe

39 Si laugmentation de lespérance de vie (EV) est égale à laugmentation de lespérance de vie sans incapacité (EVSI) et à celle de lespérance de vie sans pathologie chronique (EVSP) Alors, leffet du vieillissement sur la dépense de santé serait nul. Un cas décole pourrait exister sans effet du vieillissement

40 Ne pas noircir excessivement le tableau !

41 Lespérance de vie totale saccroît… lespérance de vie sans inca- pacité aussi… À peine plus plus lentement

42 Source : SERMET C., CREDES, 2002 Car lincapacité recule surtout aux âges les plus élevés

43 Par rapport au risque moyen, chaque année il est majoré de plus de 10% avec un revenu mensuel inférieur à 1300 et réduit de plus de 10% quand le revenu est supérieur à 3120 … Des inégalités encore face à la mort

44 générant certaines inégalités despérance de vie et donc de retraite… Générant des inégalités despérance de vie

45 Avec le recul de la pauvreté, La vieillesse nest plus indigente Avec le recul de la pauvreté, La vieillesse nest plus indigente % 10% 20% 30% 40% âge Proportion de ménages pauvres Source : Enquête Revenus fiscaux, CERC "En 1970, 28% des retraités se trouvaient en dessous du seuil de pauvreté. En 1997, ils sont moins de 5% en pareille situation." Source : J-M. Hourriez, N. Legendre et R. Le Verre, Insee-Première, n°761, mars Selon lINSEE, en 1995, le niveau de vie moyen des retraités était de F par u.c. contre F pour les actifs ; soit un écart de 1% seulement... Cependant, les revenus du patrimoine représentent le quart du revenu des premiers et seulement le dixième pour les seconds. Source : A. PARANT Population et sociétés n° 356, av Pr. H. NOGUESLEN-CEBS - Université de Nantes

46 La surprise des années 90… , Moins de 26 ans 26 à 30 ans 31 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 60 ans 61 à 65 ans 66 à 70 ans 71 ans et plus Revenu disponible par u.c base 100 ensemble des ménages Source : CERC Titre de la revue Challenges, novembre 1994

47 Aussi

48 Les réformes sont-elles possibles ?

49 Sans un appauvrissement insupportable ? Source : Le FIGARO, mars 2006

50 Ou une rupture de léquité… Dessin de SEILER

51 51 Les simulations du Conseil dOrientation des Retraites (COR)

52 52 La charge sur les seuls futurs retraités (E=>E) Cotisations actifs + 0 point Baisse du ratio de 0 point Départ retardé de 9 ans

53 53 La charge sur les seuls actifs (E=>B) Cotisations actifs + 15 points Baisse du ratio de 0 point Départ retardé de 0 ans

54 54 La charge sur les seuls retraités (E=>C) Baisse du ratio de 36 points Cotisations actifs + 0 points Départ retardé de 0 ans

55 55 La charge sur les retraités et retard du départ en retraite (E=>D) Baisse du ratio de 14 points Départ retardé de 6 ans Cotisations actifs + 0 points

56 56 Partage de la charge entre retraités et actifs (E=>A) Baisse du ratio de 14 points Départ retardé de 0 ans Cotisations actifs +9,5 points

57 57 Partage de la charge entre futurs retraités, retraités et actifs (E=>F) Baisse du ratio de 14 points Départ retardé de 2 ans Cotisations actifs + 6 points F

58 58 MESURES 1- Allonger la durée de cotisation. 2- Réduire le montant des retraites. par la désindexation. par la désindexation. par les règles de calcul. par les règles de calcul. 3- Augmenter les taux de cotisation. A chaque solution, un groupe # supporte le coût GROUPE SUPPORTANT LA CHARGE 1- Les futurs retraités. 2- Les retraités. Tous les retraités Tous les retraités Les futurs retraités Les futurs retraités 3- Les actifs actuels et futurs.

59 5,1 5,4 6,7 6,2 5,4 4,7 4, Dépenses nettes daide sociale pour personnes âgées à domicile en milliards de francs constants Source : ODAS, DREES, mai % Leffet P.S.D. Le contre-sens de la P.S.D.

60 Source : Rapport de la Cour des Comptes, Tarif horaire 50% prestataire 50% gré à gré = 12, GIR1=105h GIR2= 88h GIR3= 69,5 GIR4= 44h Avec lAPA, le « reste à charge » est encore souvent trop lourd Reste à charge selon le GIR en euros par an

61 61 Source : Enquête HID 1998 et 1999 Insee, études et résultats n°22 Comme le risque dêtre en Gir 1 à 3 est variable selon la CSP Pourcentage de plus de 60 ans* * corrigé de la structure par âge et par sexe Proportion de personnes en GIR 1 à 3 en % des 60 ans et +

62 62 "Reste à charge" en % du revenu Source : Rapport de la Cour des Comptes, 2005 Ceux qui ont le plus besoin de sassurer ne pourront pas toujours le financer Tandis que ceux qui pour- ront toujours sassurer pourraient sen passer… GIR 1 GIR 2 GIR 3 GIR 4 Revenu annuel en euros Une réponse assurantielle peu adaptée…

63 Source : Dutheil N., Etudes et Résultats n°142, nov Enquête HID 99 à domicile 7% 53% 51% 63% 40% 25% 24% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% GIR 1-3GIR 4GIR 5-6 Aide informelle Aide mixte Aide professionnelle 7% La complémentarité des formes daides… 30%

64 64 Les risques dépuisement des proches ne sont pas négligeables… « La famille aurait besoin de davantage daide quelle nen apporte elle-même.» Selon Alan WALKER, [1982], A caring community in The Future of the Welfare State, H. Glennester (ed.), Heinemann, London. « Si cette charge ré- sulte de linsuffisance des autres solutions, alors il est possible de lanalyser comme une taxe sur certaines fa- milles au bénéfice des autres.» GLENNERSTER H., [1985], Paying for Welfare, Basic Blackwell, Oxford, p Un autre regard sur la solidarité familiale est nécessaire

65 « La nature a pourvu les hommes de remarquables verres grossissants,(…) à travers lesquels toutes les petites con- tributions semblent de grands préjudices ; mais il leur manque les lunettes dappro- che (...) qui leur permettraient de voir les misères (...) qui ne sauraient être évitées sans de telles contributions.» Thomas HOBBES Le Léviathan, 1651 Les philosophes nous invitent à la réflexion « Travailler le bien penser. telle est la source de toute morale » Blaise Pascal

66


Télécharger ppt "Le vieillissement de la population : une charge ou une chance ? 4 e rencontres de géronto-psychiatrie et de psycho-gériatrie Henry Noguès Angers, jeudi."

Présentations similaires


Annonces Google