La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LES ECOULEMENTS ET TRANSFERTS DE CHALEUR DIPHASIQUES DANS LES REACTEURS ECOULEMENTS DIPHASIQUES DANS LES REPs D. Bestion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LES ECOULEMENTS ET TRANSFERTS DE CHALEUR DIPHASIQUES DANS LES REACTEURS ECOULEMENTS DIPHASIQUES DANS LES REPs D. Bestion."— Transcription de la présentation:

1 1 LES ECOULEMENTS ET TRANSFERTS DE CHALEUR DIPHASIQUES DANS LES REACTEURS ECOULEMENTS DIPHASIQUES DANS LES REPs D. Bestion

2 2 CONTENU L’APRP Grosse Brèche: Scenario Phénoménologie Les petites brèches Scenario Phénoménologie Quelques phénomènes de base Transferts de chaleur Débits critiques Engorgement Circulation naturelle

3 3 Le REP 900 MWe

4 4 Les Accidents de Perte de Refroidissement des REPs = situations où écoulements et transferts thermiques sont perturbés et capacités de refroidissement du cœur modifiées ou dégradées:  APRP-GB  Brèches de taille plus petite situées en : branche froide, branche chaude, branche intermédiaire, fond de cuve, pressuriseur,...  Ruptures de tubes de générateurs de vapeur: RTGV  Rupture d’une ligne vapeur: RTV  Rupture d’une tuyauterie d’alimentation  Perte d’eau alimentaire aux GVs  Perte totale d’alimentation électrique  Perte du réseau de refroidissement à l’arrêt Ces accidents peuvent être étudiés en y associant des défaillances secondaires de certains systèmes.

5 5 Le REP et ses IS Les brèches envisagées

6 6 l’APRP Grosse Brèche = plus grosse brèche retenue pour le circuit primaire = base du dimensionnement d’organes de sûreté des REPs notamment des injections de secours Warning: rupture guillotine à débattement partiel plus graves qu’un débattement complet = rupture totale (guillotine) d‘une branche froide doublement débattue

7 7 Le REP et la Grosse Breche Rupture Guillotine

8 8 Hypothèses de l’APRP-GB GB_2mn40.mpg GB_2mn40.mpg  Pini = 102% PN  Facteur de point chaud > à 2,3  Pcoeur chute dès l'apparition de vapeur (ANS + 20% ou SERMA +10%)  Perte des alimentations électriques externes  Arrêt des pompes primaires rotors libres  Alimentation des GVs stoppée et lignes vapeur isolées  Signaux d‘AU et IS retardés de 131 à 129 et de 119 bars à 117 bars  Démarrage des IS avec retard de 30 secondes  Principe de défaillance unique: une seule file IS  Accumulateur de la branche rompue totalement perdu  Aspersion enceinte en service 27 secondes après le début de l’accident ; les deux files fonctionnent normalement : minimise la pression enceinte.

9 9 Hypothèses de l’APRP-GB pour l’enceinte de confinement Les hypothèses visent à maximiser la pression enceinte maximale :  La température de l’eau primaire majorée de 2,2°C et volume = 103% du volume du circuit primaire à froid  Tous les accumulateurs et les deux files d’Injection de Secours fonctionnent  Les pression et température initiale de l’enceinte sont- les valeurs maximales autorisées  Principe de défaillance unique: une seule file d’aspersion de l’enceinte fonctionne

10 10 Critères d’acceptabilité · Critères définis en 1973 par l’US-NRC, pas modifiés depuis: Tgaine(max) < 1204°C soit 2000°F (éviter emballement réaction exothermique entre l’eau et le zirconium) Taux d’oxydation des gaines en tout point < 17% de l’épaisseur ( éviter fragilisation des crayons combustibles au remouillage) Taux d’oxydation moyen des gaines < à 1% (pour limiter quantité d’H2 produite) Le cœur doit garder une géométrie qui permet son refroidissement Refroidissement à long terme : la température du cœur doit être maintenue à une valeur acceptable basse et la puissance résiduelle doit être évacuée pendant tout le temps nécessaire

11 11 Scénario de l’APRP-GB

12 12 La Décompression  les débits critiques aux brèches cotés cuve et pompe  les transferts de chaleur dans le cœur :  La thermomécanique des crayons combustibles Phénomènes physiques importants qui ont nécessité des études expérimentales et théoriques :  les pertes de charge à la traversée de la pompe crise d'ébullition convection puis ébullition ébullition en film  La vidange du fond de cuve Point de stagnation ds Cœur puis GV

13 13 Transfert de chaleur en convection forcée Convection = Conduction dans un milieu en déformation - convection naturelle si mouvement créé par  - convection forcée si mouvement imposé par  P Analyse dimensionnelle Recalage empirique (Ex: tube chauffant) V(r) pp T(r) Tp Ex: P = 150 bars; TL = 300°C; F = 140 W/cm2; V = 4,5 m/s Nu = 717h = W/m2/KTp - TL = 42°C

14 14 Transfert de chaleur en ébullition nucléée Si Tp > Tsat(P)  le fluide au contact de la paroi se vaporise  des bulles se détachent de la paroi  si le liquide est en moyenne sous saturé, les bulles se recondensent au sein de l’écoulement. pp T(r) Tl Tsat Tsat  = h (Tp -Tsat) Processus encore plus efficace que la convection:  la chaleur latente de vaporisation absorbe une grande quantité d’énergie,  les bulles ont une grande surface d’échange et elles accroissent la turbulence dans le liquide. Flux de chaleur Chaleur latente flux vapeur Problème: Lorsqu’il y a trop de production de bulles, elles coalescent et forme une couche de vapeur qui isole la paroi du liquide.  chute brutale des échanges paroi-fluide. CaléfactionCrise d’ébullitionFlux critique

15 15 Courbe d’ébullition g[1].avi g[1].avi A Tp-Tsat (°C) Tsat B q’’ (W/m²) C D E (Tmax) F Convection Ébullition en film Ébullition nucléée transition

16 16 Etat initial du crayon 900/1800 UO 2 H2OH2O H2OH2O T(°C) PN moy/max Arrêt chaud / / /600 Tf=2800 P l moy = 186 W/cm (420 W/cm max)  Arrêt de la réaction neutronique  Chute des échanges avec le fluide  Aplatissement du profil de T°  Montée Tgaine

17 17 Le comportement du crayon combustible Gonflement gaine: déformation élastique puis fluage On peut atteindre la rupture Entre 825°C et 975°C, la gaine subit un changement de phase,  (hexagonale compacte) à  (cubique centrée) Oxydation de la gaine pour les hautes T° Aplatissement du profil de T° qui provoque une élévation de Tgaine fonction de l’énergie stockée initialement L’énergie stockée dépend de: * conductivité de la pastille  porosité  dégagement des gaz de fission. * coefficient d’échange dans le gap

18 18 Le remplissage et le Bypass de l’eau des Accumulateurs

19 19 Les phénomènes importants pendant le remplissage  Décharge des accumulateurs très violente  Fortes instabilités dues à la condensation.  Oscillations Bouchons d’eau en BF possibles La présence d’azote limite la violence de la condensation.  l’eau arrive dans l’espace annulaire  Fort débit ascendant de vapeur  bypass: contournement du cœur vers la brèche  Dépressuriastion  la brèche aspire  Remplissage à contre-courant du fond de cuve  L’eau descend dans la partie opposée à la BF rompue Echauffement quasi-adiabatique du cœur Et pendant ce temps…

20 20 Le remplissage et le Bypass de l’eau des Accumulateurs

21 21 Le Renoyage

22 22 Effets système en Renoyage Le DP frottement de la vapeur = Écart niveaux tassés cœur-downcomer Entrainement de gouttes aux GV = Frottement accru sans refroidissement 1 ère phase :renoyage oscillant L’eau entre dans le cœur  remouillage parties froides  Forte vaporisation  Surpression locale  Chasse d’une partie d’eau dans le Plenum Supérieur et l’autre partie réexpulsée dans le downcomer.

23 23 Le Renoyage  Zone renoyée (amont du FT) en ébullition nucléé et écoulements à bulles ou churn ou. annulaire.  Zone du front de trempe (FT) et du proche aval FT:fort déstockage d'énergie nombreuses gouttes entraînées impactant les crayons ( chocs secs) et contribuant au pré-refroidissement.  Zone sèche (aval du FT) Tgaine élevée Xth <0 au FT: écoulement annulaire inversé ou à poches inversé avec ébullition en film Xth >0 au FT : écoulement à gouttes Très fort impact des grilles sur la taille des gouttes et sur les échanges

24 24 Scenario d’une petite brèche  Pression primaire Arrêt d'urgence o Chute des barres de contrôle o Arrêt de l'alimentation des pompes primaires o Isolement des GVs : fermeture de l ’ admission turbine et de l ’ alimentation, l ’ ASG d é marrera 60s plus tard  Pression 1 aire Signal IS o Les pompes ISHP d é marrent (puis ISBP). Un retard de 30s est à prendre en compte si il y a eu aussi perte des alimentations é lectriques (d é marrage de diesels de secours)  Pression 1 aire D é charge accumulateurs Le sc é nario peut varier en fonction de la taille de la br è che et de sa localisation. Des actions op é rateurs sont possibles suivant les situations mais nous allons consid é rer un cas o ù le r é acteur é volue sous la seule action des automatismes.

25 25 Les phénomènes et paramètres importants  L’AU survient très tôt : pas de pb de refroidissement du cœur dans le court terme ni avant l’AU, l’inertie des pompes assure un débit suffisant  Deux paramètres sont particulièrement importants pour le déroulement de l’accident: l’inventaire en masse IM du circuit primaire la pression 1 aire Pprim (agit sur l’activation des ISBP, ISHP, Accu)  L’ IM dépend de la compétition entre fuite et IS: L’IS peut compenser les plus petites fuites ou brèches. Brèches plus importantes: l’IM décroît et est f° de Pprim.

26 26 La pression primaire Bilan d’énergie du circuit primaire  Hyp 1: liquide et vapeur sont à la saturation  Hyp 2: Effets des IS et des échanges avec les parois externes négligées

27 27 Effet d’une brèche sur Pprim Une brèche met un fluide fortement pressurisée à la pression basse de l’enceinte. Le débit est fort mais limité par le « blocage sonique » et on parle de « débit critique ». Effet de la localisation de la brèche: Une brèche en liquide perd un fort débit masse et un faible débit volume Une brèche en vapeur perd un fort débit volume et un faible débit masse Les brèches dans les parties hautes ou chaudes du circuit sont moins graves que les brèches en parties basses ou froides.

28 28 Les débits critiques Débit critique ou bloqué en écoult 1-phase

29 29 Les débits critiques diphasiques c d'autant plus grande que l’inertie du fluide petite et que la raideur à la compressibilité est forte. mélange diphasique = alternance de liquide (forte inertie) et de gaz (raideur faible) + compressibilité apparente supplémentaire: flashing Vcol = c Ex:à 20°C, 1 atm air: c = 330 m/s Eau c = 1500 m/s eau-air (  = 0.5) c  25 m/s

30 30 Les débits critiques diphasiques  dépressurisation violente  forte vaporisation  Xvap(col) >>0.  conditions amont 1-phase liquide sous-refroidi, débit modéré par faible Cson diphasique  conditions amont 1-phase vapeur, débit modéré par faible densité Essais SUPER MOBY DICK de débit critique en tuyère longue

31 31 Essais SUPER MOBY DICK

32 32 Les phénomènes et paramètres importants  Après l’arrêt des pompes la circulation du fluide dans le circuit primaire est régie par les phénomènes gravitaires.  A mesure que IM décroit trois régimes d’évacuation de la puissance résiduelle Wr:  Circulation naturelle (thermo-siphon) 1-phase (0.95 < IM < 1)  Circulation naturelle diphasique (0.5 < Im < 0,95)  Caloduc (reflux condenser)  Un découvrement du cœur peut survenir. Sa durée doit être rester limitée. 2 phénomènes peuvent l’influencer :  L’engorgement (ou CCFL) qui retient de l’eau hors du cœur  Le bouchage et débouchage des branches intermédiaires

33 33 La Circulation naturelle Est générée par les différences de densité entre les parties chaudes montantes et les parties froides descendantes

34 34 Le régime Caloduc La vapeur générée dans le cœur se condense dans les GV fin de la CN  tassement de l’eau dans la cuve et les BI  2 bouchons isolent BC et BF  chute de P plus rapide dans BF (condensation aux IS et/ou brèche en BF)

35 35 Le plateau de pression primaire  Stabilisation temporaire de Pprim un peu au-dessus de Psec tant que la brèche évacue moins de volume que n’en crée le cœur.  Le surplus doit alors s’évacuer aux GVs ce qui nécessite que T°prim > T°sec donc Pprim > Psec  Psec après isolement des GV est en général quasi-constante et bornée par la pression de tarage des soupapes.  Puis Ccoeur diminue et Cbreche augmente jusqu’à : Cco < Cbr  Pprim quitte alors le plateau et rechute les échanges inverse aux GV n’apportent que très peu d’énergie au circuit primaire.  Parfois les opérateurs dépressurisent le circuit secondaire pour dépressuriser et refroidir le primaire, ce qui n’est utile -et possible- que lorsque Cco>Cbr.

36 36 BOUCHAGE ET DEBOUCHAGE DES BRANCHES INTERMEDIAIRES L’eau du cœur et partie montante des BI se met en équilibre thermique avec le secondaire L’eau du downcomer et partie montante des BI voit sa P diminuer sous l'effet d'une brèche et/ou des IS Niveau downcomer  Niveau Cœur 

37 37 Le phénomène d’engorgement et/ou de limitation des écoulements a contre-courant (ou flooding et CCFL Counter Current Flow Limitation)  Qv faible, Qld = Qinj  A partir d'un Qg limite, instabilités d'interface Qld < Qlinj  A mesure que Qg augmente, Qld diminue jusqu'au Point d'engorgement total Qlinj Qv Qld Qlinj Qbyp Qv Qlinj Qbyp Qld Qlinj Qv

38 38 L’engorgement dans les REPs L'engorgement se rencontre dans les REPs en 3 endroits:  la plaque supérieure de cœur  le coude de la branche chaude ou l'entrée des boites à eau chaudes des GV  l'entrée des tubes GV

39 39 EXEMPLE D’UNE BRECHE 10 POUCES EN BRANCHE FROIDE Boucle Système LSTF JAERI Japon

40 40 Scenario – Phenomenes essentiels Hypothèses: Défaillance ISHP Accumulateurs OK A t= 120s surchauffe importante du cœur oblige à couper Wcoeur Les phénomènes essentiels sont : De 0 à 20 s : chute brutale de Pprim jusqu’à plateau à 8 Mpa De 20s à 60 s : circulation naturelle et plateau de pression De 60s à 80 s : bouchage et débouchage des branches intermédiaires découvrement total du cœur 80 s : vidange des BI : le niveau remonte dans le cœur ; découvrement partiel; la brèche passe en vapeur; redémarrage de la chute de pression 120 s : le cœur (électrique) a du être éteint 180 s : déclenchement des accumulateurs

41 41

42 42

43 43


Télécharger ppt "1 LES ECOULEMENTS ET TRANSFERTS DE CHALEUR DIPHASIQUES DANS LES REACTEURS ECOULEMENTS DIPHASIQUES DANS LES REPs D. Bestion."

Présentations similaires


Annonces Google