La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L'enseignement de l'histoire au cycle 3 8 Octobre 2008 15 Octobre 2008.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L'enseignement de l'histoire au cycle 3 8 Octobre 2008 15 Octobre 2008."— Transcription de la présentation:

1 L'enseignement de l'histoire au cycle 3 8 Octobre Octobre 2008

2 PLAN DE L'ANIMATION 1.Quelques préalables 2.Les spécificités de la discipline 3.Les programmes Létat des lieux de lenseignement de lhistoire : les problèmes posés 5.La question des programmations 6.Quels savoirs enseigner ? la question de la problématisation 7. Connaissance par traces et méthode critique 8.Lorganisation dune séance denseignement de lhistoire 9.Analyse dune séance 10.Perspectives de travail 11.Bibliographie

3 1. Quelques préalables L'Histoire en France a une position privilégiée Deux niveaux d'enseignement : deux conceptions différentes

4 2.Les spécificités de la discipline Une discipline qui apparaît au XIXème siècle Une évolution des objets d'étude et des méthodes Caractéristiques de la discipline actuelle: traces, construction du temps historique, sens de l'événement, histoire quantitative et sérielle, micro histoire, le récit en histoire Conséquences pédagogiques

5 3. Analyse des programmes 2008 CF analyse des programmes : annexes 3

6 4.L'état des lieux de l'enseignement de l'histoire Compte rendu des questionnaires /analyse Les conclusions du rapport de l'Inspection générale :

7 Les conclusions du rapport de l'Inspection générale Points positifs - travaux de groupes - existence de programmations - prise en compte de la transversalité - oral très présent - des exploitations de documents Points négatifs - un temps effectif d'enseignement très inférieur aux horaires officiels - peu de manuels - net écart entre les programmations et les sujets traités - pas de caractérisation des périodes en Histoire - le XIXème et le XXème peu voire pas traités - peu de séances de synthèse - peu de traces écrites - peu de travail sur le lexique

8 Conséquences : les axes de réflexion Programmations Définition des problématiques : les contenus de savoir Chronologie et repères à construire Le travail sur document et la place du récit Les traces écrites et la mémorisation La construction d'une séance, d'une séquence(exemples)

9 5. Quelles programmations ? Des programmations segmentées Des programmations mixtes Des programmations spiralaires

10 Horaires Programmes 2008 Cycle 3 Champs disciplinairesDurée annuelleDurée hebdomadaire Français288h8h Mathématiques180h5h EPS108h11h Horaire annuel décliné en fonction du projet pédagogique de lenseignant Langues vivantes54h Sciences expérimentales et technologie 78h Culture humaniste Pratique artistique et histoire des Arts HG – Education civique et morale 78h Total864h24h

11 HISTOIRE DES ARTS Lenseignement dhistoire des arts sarticule sur les six périodes historiques du programme dhistoire ; il prend en compte les six grands domaines artistiques suivants: - les arts de lespace : architecture, jardins, urbanisme ; - les arts du langage : littérature, poésie ; - les arts du quotidien : objets dart, mobilier, bijoux ; - les arts du son : musique, chanson ; - les arts du spectacle vivant : théâtre, chorégraphie, cirque ; - les arts visuels : arts plastiques, cinéma, photographie, design, arts numériques. Par ailleurs, une liste dœuvres de référence sera publiée dans laquelle chacun puisera à sa convenance.

12 Quelques définitions: progression/ programmation Dans tous les cas, une progression, cest une logique pédagogique qui est mise en avant dans le but dordonner les apprentissages le long dun itinéraire. Il y a idée de progrès.. Le cheminement doit respecter une logique qui permette aux élèves de progresser graduellement dans la construction dune notion et dacquérir des compétences méthodologiques. Dans cette acception du terme, la progression peut être conçue aussi comme une hiérarchisation des compétences à atteindre de palier en palier sur la durée dun cycle.

13 Définition dune programmation Faire une programmation (parfois nommée répartition), cest avoir une logique temporelle qui prend en compte le calendrier scolaire. Il sagit, avant tout, de couvrir le programme, qui est le même pour tous, en faisant des choix de sujets détude pour construire des notions pour une matière donnée et les répartir dans le temps. Programmer, cest donc rechercher de la cohérence, par exemple, entre les projets à conduire dans les différents cycles et dans le découpage entre les années du cycle mais aussi tendre vers un équilibre entre les différents domaines du programme et une complémentarité, Une programmation dépend aussi du volume horaire denseignement de la discipline spécifié par les instructions officielles et le cycle considéré. Aussi, les programmes 2008 rappellent-ils lhoraire hebdomadaire :

14 Quels intérêts ? Des intérêts multiples Etablir des prévisions, planifier son travail. Pour les maîtres, construire des programmations revient à savoir où lon sengage pour lannée. Il sagit dune planification avec des balises placées le long du chemin à emprunter avec les élèves. Un pilotage à long terme est ainsi permis pour organiser les apprentissages suivant chaque période de lannée scolaire. Susciter davantage déchanges entre les maîtres et les classes des différents niveaux.

15 Des programmations segmentées * Programmation « segmentée » Partager le programme dune matière dun cycle en trois ans est une technique. Même si ce nest pas la solution unique elle a lavantage : de mieux contrôler la prise en compte des contenus officiels déclinés en différents domaines notionnels, déviter des répétitions pour les élèves dune année à une autre ou au contraire de voir des lacunes dans des champs disciplinaires, de limiter le nombre de sujets détude par année et de mieux investir chacun deux, de mieux gérer le temps pédagogique au profit de lesprit de la rénovation (travail sur le concret, démarche dinvestigation, enseignement expérimental, participation active des élèves).

16 Des programmations mixtes? * Programmation mixte Dans certains cas, les choix effectués par les équipes pédagogiques tiennent plutôt dune programmation mixte avec un partage pour certains domaines du programme et une approche spiralaire progressive pour dautres

17 Programmation spiralaire L'ensemble des périodes et les notions qui leur sont attachées sont traitées à chaque niveau du cycle, à un degré de complexité différent, selon l'âge des élèves. Elle engage donc tous les enseignants du cycle dans la continuité des apprentissages et dans le choix d'une démarche pédagogique commune. Elle privilégie une démarche fondée sur le questionnement, en prenant appui sur les points forts et notions clés du programme. Ces éléments sont déclinés en un certain nombre de séances qui s'organisent autour de repères chronologiques et de personnages "significatifs". Le vocabulaire de base, des sources documentaires utilisables, y compris localement, ainsi que le lien avec d'autres disciplines sont également mentionnés

18 Des principes pour élaborer une programmation Différents paramètres à prendre en compte Bien repérer les principaux domaines du programme. Programmation annuelle dans une discipline « Avoir une idée précise des connaissances à construire pour chacun des sujets. Viser à la maîtrise des compétences spécifiques à une discipline.

19 6.Quelles problématiques dégager ? 1.La transposition didactique : - le niveau des savoirs savants - le niveau des savoirs à enseigner - le niveau des savoirs enseignés -les savoirs acquis 2.Définir une problématique : une problématique est un ensemble d'alternatives qui ne s'excluent pas les unes des autres et qui peuvent être formulées sous la forme d'une question ou d'une contradiction

20 Texte extrait du manuel Hachette, 1996, page 78. Napoléon, le continuateur de la Révolution Napoléon Bonaparte, officier de la Révolution, était très populaire. Il avait remporté plusieurs victoires en Italie contre lAutriche, puis en Egypte contre lAngleterre. Napoléon avait beaucoup dappuis parmi ceux qui souhaitaient en finir avec les désordres politiques. La Révolution était terminée, mais la France navait pas de gouvernement stable. En 1799, Bonaparte sempara du pouvoir par un coup dEtat. En 1804, il se fit nommer empereur des Français et se couronna lui-même, en présence du pape. Napoléon gouvernait seul. Les fonctionnaires lui devaient obéissance totale. La Liberté de la presse fut supprimée. Dans chaque département, il nomma un préfet qui représentait lEtat. Il fit rédiger le Code civil. Il créa le cadastre qui fixait la limite des propriétés. Il créa enfin la banque de France et une monnaie solide, le Franc.

21 réponse à la problématique : Magnard page 113 livre du maître « Couronné empereur, règnant en monarque entouré dune Cour et créant une nouvelle noblesse, Napoléon 1er enterre-t-il la Révolution ? Rien nest moins sûr. Sil tourne le dos à la république et à la démocratie, il mène une politique correspondant aux intérêts de ceux qui lont fait venir au pouvoir. Il bénéficie de lalliance tacite des grands bénéficiaires de la Révolution qui ne veulent ni retour en arrière, ni révolte des « ventres creux » menaçant leurs acquis. Libérée du joug féodal, la paysannerie aisée, ayant acquis des biens du clergé, la bourgeoisie thermidorienne qui a levé lobstacle de la noblesse et supprimé les entraves à ses activités, sont ses fidèles soutiens. Leur sort est lié à la Révolution. Le Code civil de Napoléon entérine les principales conquêtes comme labolition des privilèges. Dans les pays conquis, son application détruira les structures féodales. La réorganisation administrative de la France crée des institutions qui ne seront guère modifiées par la suite quel que soit le régime politique. Napoléon stabilise la Révolution et garantit la prépondérance de la nouvelle bourgeoisie. Il met un terme aux querelles religieuses, signe un concordat avec lEglise catholique et garantit la liberté de culte aux juifs et aux protestants. Sa politique de réconciliation nationale pacifie le pays après une décennie de guerre civile, mais au prix dun régime autoritaire. »

22 A retenir Pas d'histoire sans question : la question transforme une trace en source Nécessité de définir une problématique - à partir du titre du document - en opposant deux textes ou traces contradictoires - en mettant en relation deux événements... relever la problématique sur les cahiers

23 7. La méthode critique La notion de traces : une acception très large Les historiens distinguent la critique externe la critique interne : »- la compatibilité »- la sincérité »- l'exactitude La critique d'interprétation L'histoire est une science du raisonnement

24 Pour schématiser la démarche Analyse d'un texte : présenter le texte décrire /analyser expliquer interpréter Pour un document iconographique Présenter décrire expliquer interpréter

25 Les limites de la démarche Cf le texte sur un triage à Ecuelle Des documents trop nombreux, trop complexes L'histoire ne peut être enseignée uniquement par l'étude de documents Construction d'îlots de connaissance et pas de réelle caractérisation des différentes périodes La démarche de l'élève ne peut être celle de l'historien

26 Les cinq moments d'une séance d'histoire Demander aux élèves de dire les connaissances et les représentations qu'ils ont du sujet / mettre en place la problématique Le maître établit le lien avec la séance précédente, présente les idées fortes, raconte tel épisode, met en valeur par le récit l'action de tel personnage emblématique : occasion de mettre en place le vocabulaire à retenir Deux ou trois documents simples à distribuer : analyser et en tirer une signification Le maître interroge les élèves, rectifie les erreurs, dégage l'important de l'accessoire Il les aide à mettre en forme la trace écrite à conserver et à retenir ( y compris le lexique)


Télécharger ppt "L'enseignement de l'histoire au cycle 3 8 Octobre 2008 15 Octobre 2008."

Présentations similaires


Annonces Google