La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Daniel BERRIAUX Octobre 2009 LE PLAN PERSONNALISE DE SCOLARISATION EXPERTISE ET ACCOMPAGNEMENT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Daniel BERRIAUX Octobre 2009 LE PLAN PERSONNALISE DE SCOLARISATION EXPERTISE ET ACCOMPAGNEMENT."— Transcription de la présentation:

1 Daniel BERRIAUX Octobre 2009 LE PLAN PERSONNALISE DE SCOLARISATION EXPERTISE ET ACCOMPAGNEMENT

2 Daniel BERRIAUX OBJECTIFS DE LA FORMATION : -DONNER DES POINTS DE REPERES QUANT A LA LOI ET A L’INSTITUTION -DEFINIR NOTRE MISSION D’ENSEIGNANT QUANT AUX PPS -RECONNAITRE ET CONSTRUIRE UNE DEMARCHE D’ANALYSE A PARTIR DE CAS CONCRETS -DONNER QUELQUES POINTS DE REPERE SUR LES DYS, LES AUTISTES ET LES TDAH

3 Daniel BERRIAUX LE CADRE INSTITUTIONNEL LOI n° du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Loi n° du 23 avril 2005 d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école

4 La loi du 11 février 2005 Un bouleversement radical dans la manière de considérer le handicap.

5 CIRCONSCRIPTION NICE ASH Une nouvelle définition du handicap Cette loi introduit une définition du handicap. Ainsi, constitue un handicap : « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’un ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

6 Daniel BERRIAUX 2005 La loi Handicap : une évolution éthique majeure • Droit de toute personne à vivre en milieu ordinaire, prohibition de toute forme de discrimination • Nouvelle définition du handicap, résultante d ’une interaction individu- environnement

7 Décrire et considérer le handicap Que pourriez vous dire de cette photo ?

8 Les 2 variantes du modèle individuel ou médical : 1 – la personne est paralysée : approche médicale (cf. déficience) 2 – la personne ne peut pas marcher : approche fonctionnelle (cf. incapacité / limitation d’activité) Les 2 variantes du modèle social : 1 – l’immeuble est inaccessible : approche environnementale (cf. aménagement de l’environnement) 2 – la société est discriminative et ségrégative : approche politique / inégalité des droits de l’homme et du citoyen (cf. non-discrimination) Décrire et considérer le handicap

9 Daniel BERRIAUX La CIH Un modèle qui a perduré Fonctions & structures corporelles (Déficiences) Activités (Limitations) Facteurspersonnels

10 De la CIH à la CIF : Interactions des Concepts De la CIH à la CIF : Interactions des Concepts Problèmes de santé (troubles/maladies) Fonctions & structures corporelles (Déficiences) Activités (Limitations) Participation (Restrictions) FacteurspersonnelsFacteursenvironnementaux

11 Des droits nouveaux avec la loi handicap -Un projet de vie que la société se doit de respecter et de mettre en œuvre CIRCONSCRIPTION NICE ASH Un plan de compensation : - des aides humaines - des aides matérielles - des aides financières 11

12 PPS Daniel BERRIAUX Projet de vie PPC Compensation PPS PAI PIA

13 La MDPH guichet unique CIRCONSCRIPTION NICE ASH saisie •Par la personne handicapée •L’instruction du dossier et du projet de vie évaluation •Par une équipe pluridisciplinaire notification •Par la commission des droits à l’autonomie (CDA PH) Compensati on •Allocation, carte invalidité •Auxiliaire de vie •Matériel adapté …

14 CIRCONSCRIPTION NICE ASH Déclinaisons scolaires de la loi handicap -LA DISTINCTION GRANDE DIFFICULTE SCOLAIRE ET CHAMP DU HANDICAP -LE PPS : projet personnalisé de scolarisation - L’ACCOMPAGNEMENT SCOLAIRE :  Par l’AVS  Par le matériel adapté  Par l’adaptation du parcours de formation  Par le suivi d’une personne référente : l’ERH  Mesure d’aménagement d’examen et de préparation aux examens

15 Nos devoirs ECOLE ACCUEILLIREVALUER ADAPTER ACCOMPAGNER RENDRE AUTONOME Instruire éduquer

16 Notre mission -Observation -Repérage -Aide au diagnostic -Accompagnement

17 Daniel BERRIAUX LE PPS Qu’en connaissez vous ? A VOUS DE JOUER …

18 Qui fait le PPS ? L’ERHLE DIRECTEUR LA MDPHLA FAMILLE

19 On commence le PPS … EN ESS (suivi de la scol.)En EPE éval. Pluridisc. En équipe éducativeEn conseil de cycle

20 Le PPS est reconduit TACITEMENT TOUS LES ANSEN EQUIPE DE SUIVI SCOL SUR DEMANDE FAMILIALESUR DEMANDE MDPH

21 Un PPS peut comporter proposition Des mesures médicalesD’un aménagement des prog Des mesures financièresDe matériel adapté

22 Qui réunit l’équipe de suivi de la scolarisation ? L’ERHLE DIRECTEUR LA MDPHLA FAMILLE

23 Qui peut être absent à l’ESS ? L’ERHLE DIRECTEUR LA MDPHLA FAMILLE

24 Le PPS peut-il être demandé par l’IEN en inspection ? OUINON

25 Daniel BERRIAUX LE CONTENU DU PPS • Identification des représentants légaux ou de l ’élève majeur • Repérage des besoins • Objectifs et stratégies (pédagogique, thérapeutique,éducative) • Organisation du parcours de formation • Aménagement de l’emploi du temps • La nature des aides (AVS Aide éducative accompagnement thérapeutique aménagement locaux matériel) • Evaluation des capacités et incapacités de l’élève (pédagogique, psychologique, médicale) • Synthèse des propositions émises par l’ess • Synthèse des propositions émise par l’équipe pluridisciplinaire • Décision de la commission des droits à l’autonomie (CDA) • Date de révision prévisionnelle • Signature des parties

26 Daniel BERRIAUX Observer / Repérer / Aider au diagnostic Le PPS est instruit à partir : -Du bilan pédagogique - Des résultats scolaires - Du bilan psychologique -De l’examen médical -De l’avis des parents

27 Daniel BERRIAUX NE PAS SURDIAGNOSTIQUER REPLACER LES SIGNES CLINIQUES DANS UN CURSUS PREMIERE DES QUESTIONS : CONVIENT-IL DE FAIRE UN PPS ? N’Y A-T-IL PAS DE DISPOSITIF D’ACCOMPAGNEMENT PLUS ADAPTE ? « Est ce de la grande difficulté scolaire ou du handicap ? »

28 Les Besoins Educatifs Particuliers et la place du pps Difficulté ponctuelle dans les apprentissages P.P.R.E pédagogie différenciée aide individualisée Difficulté pérenne pas de trouble invalidant PPRE / différenciation Prise en charge RASED Orientation SEGPA possible Difficulté Pérenne trouble invalidant Saisie MDPH PPS compensation Intégration(+avs+ matériel) ou Etab spé ou CLIS / UPI 1 2 3

29 Daniel BERRIAUX REPERER DES SIGNES CLINIQUES PEDAGOGIQUES DISTINGUER : Les aménagements de parcours Le matériel adapté Les aménagements d’emploi du temps Les modes d’accompagnement

30 Daniel BERRIAUX CAS D’ECOLE Jérémy 7 ans 6 mois Double son CP Jérémy ne rentre mal dans la lecture. Il lit très lentement. Il reconnait les lettres en connait la valeur phonique, sait dénombrer les syllabes. Eprouve des difficultés en géométrie en écriture. A beaucoup de mal à se repérer dans l’espace. Semble ne pas avoir construit son schéma corporel convenablement (latéralité mal assurée, mouvements parasites) Il a une bonne mémoire et s’exprime convenablement à l’oral. Son attention est bonne à l’oral mais dissipée à l’écrit. Il est maladroit, éprouve des difficultés à nouer ses chaussures ou à se vêtir rapidement. Il a acquis la marche à 2 ans. Le bilan psychologique note une dysharmonie cognitive avec déséquilibre entre QI verbal et QI de performance. La pensée logicomathématique est bonne.

31 Daniel BERRIAUX Aurélien 4 ans 3 mois PS Scolarisé depuis un an Aurélien s’exprime par écholalie. Son vocabulaire semble très pauvre. Son développement corporel est correct. Il a une aptitude motrice tout à fait normale. Il voit bien, entend bien mais ne semble pas sensible aux sollicitations sonores, et n’a pas d’anomalie de l’appareil phonatoire. Il semble avoir une bonne mémoire. Son geste graphique est relativement précis mais irrégulier dans la production. Il n’échange pas avec l’adulte. Pourtant il ne semble pas craintif. Son intonation est particulière quand il parle. Il est prématuré de quelques semaines. Il ne se repère pas dans le temps.

32 Daniel BERRIAUX Johan 9 ans IMC de naissance CE2 Johan n’a pas l’usage de ses membres inférieurs. Il éprouve des problèmes de tonicité au niveau de son tronc. Il a été un bébé prématuré (naissance à 7mois et demi). Il se déplace en chaise roulante non électrique. Il est pris en charge tous les jours en kinésithérapie et deux fois par semaine par l’ergothérapeute. Il parle correctement, présente de bons résultats scolaires. Il est fatigable. Son humeur est très changeante. Il a du mal à entretenir une relation avec ses camarades. Il vient d’arriver dans l’école. Il a besoin d’être en position verticale au moins une heure par jour pour continuer à solliciter son système nerveux.

33 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES DU LANGAGE Les critères d’inquiétude en cycle 2 (C.P. et C.E.1) sont : - les difficultés notables à entrer dans les apprentissages dès le 1er trimestre scolaire, - mauvaise tenue du crayon, ratures, - lenteur, fatigabilité, - pas d’entrée dans la combinatoire (CP : février), - problèmes de conscience phonologique, - trouble de l’acquisition du nombre, - persistance de troubles dans le langage oral, - difficultés à la copie, - sauts de ligne en lecture, - difficultés à mémoriser l’orthographe des mots nouveaux, - maladresse globale, difficultés d’orientation spatiale et temporelle Le protocole AGIR

34 SUGGESTIONS D'AIDE − oraliser les consignes écrites; − éviter de faire lire l'élève à haute voix devant la classe; − s'assurer que les consignes sont bien comprises; − éviter les documents trop chargés; − lui laisser le temps dont il a besoin; − éviter au maximum de le faire copier; − ne pas le pénaliser à cause de l'orthographe défectueuse; − l'autoriser à utiliser des fiches mémoire; − donner une correction écrite des principaux exercices; − favoriser l'accès à l'informatique; − adapter l'évaluation ( privilégier le contrôle continu). − privilégier les consignes simples; − favoriser les formes affirmatives plutôt que négatives : « ce que c'est » plutôt que « ce que ce n'est pas »; − partir du concret avant d'arriver à l'abstrait, retourner vers les points acquis et vérifier que le lien avec les nouvelles notions est établi; − favoriser les exercices à trous pour éviter de trop faire écrire; − pour des exercices d'entraînement, préférer la photocopie à la copie. Praticien de santé associé : ORTHOPHONISTE, PSYCHOMOT, PEDOPSYc

35 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES DYSPHASIQUES LES DIFFICULTES OBSERVEES Elles portent sur des aspects complexes : Soit de la réception et de la compréhension du langage Soit de la programmation des sons de la langue puis de leur production Soit sur la disponibilité des mots ou encore leur agencement syntaxique au sein de la langue Ces domaines du langage peuvent être déficitaires ou préservés indépendamment les uns des autres. C’est pourquoi ils doivent faire l’objet d’un diagnostic précis en orthophonie permettant de poser les indications thérapeutiques.

36 AIDER LA SCOLARITE DE L’ENFANT DYSPHASIQUE Reconnaître le handicap d’un enfant dysphasique c’est reconnaître : Qu’il lui faut du temps Comment l’aider au sein du groupe classe : Avoir un débit de parole un peu ralenti Marquer les aspects articulatoires sans toutefois les déformer Soutenir l’activité de compréhension par des éléments para-verbaux et des supports visuels (gestes, mimiques, supports visuels imagés… Le recours à l’exemple aide à contextualiser un propos et peut servir de support à la fonction de rappel Garder à l’esprit que même le vocabulaire simple peut être source de confusions Etre attentif au rythme des échanges.Il a besoin de temps pour traiter les énoncés. Donner un temps de réflexion pour intégrer mais aussi pour encoder une réponse. Accompagner et soutenir la prise de parole Savoir se contenter d’un mot phrase comme réponse et valoriser cette réponse par une reprise de celle-ci.

37 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES DYSPRAXIQUES Les dyspraxies peuvent être repérées à partir de 3-4 ans : on commence à percevoir les maladresses de l’enfant. Puis les difficultés peuvent se confirmer avec l’apprentissage de l’écriture et des activités scolaires à partir du CP Un test psychométrique comparant les capacités de l’enfant en situation de manipulation ou d’écriture et en situation de dialogue à l’oral permet de mettre en évidence ses troubles dyspraxiques. Quelques signes : A chaque fois qu’il va essayer de s’habiller, il va être confronté aux mêmes difficultés Dans la très grande majorité des cas, un enfant dyspraxique présente des troubles de l’écriture, qui est un geste très complexe. Lorsqu’il essaie d’écrire, il ne peut pas écouter ou se concentrer sur autre chose

38 - On ne guérit pas d’une dyspraxie mais on peut faire en sorte de mieux vivre avec. L’utilisation du langage avec lequel l’enfant dyspraxique est à l’aise sera privilégiée. - Il est impossible pour lui d’acquérir un automatisme par entraînement, donc il ne sert à rien par exemple de le faire écrire pendant des heures - L’écriture au clavier est très souvent favorisée. - Utiliser des outils adaptés à une bonne prise en main. - Encourager systématiquement. - Veiller à la fatigabilité manuelle. Praticien de santé associé : ERGOTHERAPEUTE, PSYCHOMOT, PEDO PSY

39 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES AUTISTIQUES Les critères d’inquiétude sont : une incapacité à développer des relations interpersonnelles, un manque de réactivités aux autres ou d'intérêts pour eux Le langage et la communication non verbale sont très perturbés L'enfant ne communique pas non plus facilement à l'aide des gestes et de la mimique La compréhension des modes de communication non verbale (mimiques, sourires) et verbales d'autrui est aussi limitée Les objets sont utilisés de façon détournée ou stéréotypée L'indifférence au monde sonore L'enfant manifeste peu d'émotions ou les exprime de manière inadéquate Des phobies d'objets ou de situations inhabituelles sont courantes L'activité motrice spontanée peut être réduite (l'enfant n'a pas ou peu d'initiatives motrice, est inerte, bouge peu) ou augmentée (l'enfant est sans cesse en mouvement

40 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES DE L’ATTENTION (AVEC OU SANS HYPERACTIVITE) Les critères d’inquiétude sont : Ne parvient pas à prêter attention aux détails, fautes d'étourderie A du mal à maintenir son attention au travail ou dans les jeux Semble ne pas écouter quand on lui parle Ne se conforme pas aux consignes, ne parvient pas à mener à terme ses devoirs, une activité A du mal à organiser ses activités Evite ou fait à contre-coeur les tâches nécessitant une activité mentale soutenue Perd souvent les objets nécessaires à son travail Se laisse facilement distraire par des éléments externes (bruits, personnes, etc.) A des oublis fréquents dans la vie quotidienne

41 Daniel BERRIAUX Les outils du repérage à la disposition de l’enseignant LA SUSPICION DE TROUBLES DE L’ATTENTION (AVEC HYPERACTIVITE) - Remue souvent les mains et les pieds, ou se tortille sur sa chaise - Se lève souvent en classe ou dans d'autres situations où il est supposé rester assis - Court ou grimpe partout dans des situations inappropriées - A du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou les loisirs - Agît comme s'il "était monté sur ressorts" - Laisse souvent échapper la réponse à une question qui n'est pas entièrement posée, a du mal à attendre son tour - Interrompt souvent les autres ou impose sa présence

42 Daniel BERRIAUX FIN

43 Daniel BERRIAUX

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69


Télécharger ppt "Daniel BERRIAUX Octobre 2009 LE PLAN PERSONNALISE DE SCOLARISATION EXPERTISE ET ACCOMPAGNEMENT."

Présentations similaires


Annonces Google