La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le conséquentialisme et l’incertitude Photos: Cristophe Bourguedieu, Eden.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le conséquentialisme et l’incertitude Photos: Cristophe Bourguedieu, Eden."— Transcription de la présentation:

1 Le conséquentialisme et l’incertitude Photos: Cristophe Bourguedieu, Eden

2 Plan de la séance  Le cas Pinto (1971)  Les trois théories morales  L’utilitarisme classique et ses objections  Le conséquentialisme aujourd’hui

3 Présentation du cas  En 1968, Ford veut lancer une voiture semi- compact à moins de 2000$  On apporte beaucoup d’importance au style qui dicte en partie l’ingénierie et notamment l’emplacement du réservoir d’essence: il est placé à l’arrière à seulement 10 pouces du pare choc (lui-même assez cheap).  Les crash test sur les prototypes révèlent que le réservoir de la Pinto ne résistait pas sans fuite à un choc à 30 mile/h contre une barrière de sécurité – ce qu’un standard fédéral demanderait à partir de  Ford testa aussi des prototypes à réservoirs renforcés ou des réservoirs placés ailleurs.

4 (suite)  Le président Lee Iacocca veut aller vite pour présenter la voiture dès1971: soit après 25 mois au lieu des 43 mois habituels.  Lui a-t-on parlé des problèmes du réservoir? « Sûr que non, répond un ingénieur en chef de Ford. Cette personne aurait été virée. La sécurité n’était pas très populaire chez Ford à l’époque. À chaque fois qu’un problème était soulevé qui signifiait un délais pour la Pinto, Lee tirait sur son cigare, regardait par la fenêtre et répondait: relisez les objectifs du produit et remettez- vous au travail »  Parallèlement, Ford s’engage dans du lobbying pour que les standards de sécurité du ministère des transports ne soient pas revus à la hausse.

5 Les objectifs du produit selon le directeur Olsen 1.TRUE SUBCOMPACT Size Weight 2. LOW COST OF OWNERSHIP Initial price Fuel consumption Reliability Serviceability 3. CLEAR PRODUCT SUPERIORITY Appearance Comfort Features Ride and Handling Performance

6 Le calcul coût/bénéfice (par année) unitéCout à l’unitétotal Décés180$ $ Blessés grâves180$67.000$ Dommages véhicules 2100$700$ TOTAL$ unitéCout à l’unitétotal voiture11 millions$11$ camions1,5 millions$11$ TOTAL$

7 Le prix de la vie humaine (en 1971)? Perte de productivité directe$ Perte de productivité indirecte$ Frais d’hopital$700 Autres frais médicaux$425 Dommage à la propriété$1.500 assurance$4.700 Frais de justice$3.000 Pertes pour l’employeur$1.000 Souffrance de la victime$ Funérailles$900 Capital (perte de consommation)$5.000 Coût divers de l’accident$200 TOTAL pour un décès$

8 Questions  Le calcul coût/bénéfice de Ford était-il correct?  Quels normes ou valeurs morales sont pertinentes dans cette situation?  À quel type de dilemme moral les ingénieurs de Ford ont-ils été confrontés?

9 (suite et fin)  La Pinto se vend très bien.  Plusieurs accidents mortels ont lieu.  Un document découvert par le magazine Mother Jones indique que les voitures auraient pu être sécurisées non pas pour 11$ mais pour 5.08$ (avec une gaine en caoutchouc).  En 1978, un tribunal californien réclame $128 millions de dommage et intérêt à Ford, soit trois fois plus que les estimations du calcul coût bénéfice.  En 1978, le ministère des transports, après plusieurs mois de test annonce que le réservoir de la Pinto a un problème de sécurité et demande que Ford rappelle 1.5 millions de Pinto.  La réputation de Ford est largement entachée : la production cesse en 1980.

10 Plan de la séance  Le cas Pinto (1971)  Les trois théories morales  L’utilitarisme classique et ses objections  Le conséquentialisme aujourd’hui

11 Rappel: Les 3 parties de l’éthique Métaéthique Définition des concepts de base (valeur, norme, bien…) Psychologie morale Les principes moraux sont-ils universelles ou relatifs? Éthique normative Quelles principes doivent guider nos actions? Quelle théorie morale faut-il suivre? Le respect de la vie humaine vaut-il plus que l’absence de souffrance? Éthique appliquée Comment agir dans telle situation donnée? (Étude de cas) Domaines spécifiques (bioéthique, éthique des affaires, environnementale, professionnelle) + en + abstrait

12 Trois dilemmes •Le tramway •Le médecin •Le pompier

13 Des intuitions divergentes •Il faut essayer d’obtenir les meilleurs conséquences •Une bonne fin peut justifier de mauvais moyens •Tuer = laisser mourir •Certains actes sont inadmissibles, peu importe les conséquences •Une bonne fin ne justifie pas un moyen inadmissible •Tuer ≠laisser mourir •Pas de principes généraux •Il n’existe pas une bonne chose à faire •Que ferait une bonne personne dans cette situation? Conséquentialisme Déontologisme Éthique de la vertu

14 Qu’est-ce qu’une théorie morale? Une théorie normative devrait :  Correspondre à certaines de nos intuitions  Être suffisamment générale pour englober plusieurs situations  Fournir des justifications rationnelles à nos actions. « C’est une construction abstraite qui vise à systématiser nos intuitions morales. » Christine Tappolet et Ruwen Ogien « C’est une construction abstraite qui vise à systématiser nos intuitions morales. » Christine Tappolet et Ruwen Ogien

15 L’éthique de la vertu en bref  Il n’y a pas de devoirs ou d’obligations morales rigides et absolues.  Il faut essayer d’agir comme le ferait une personne vertueuse (bienveillante, courageuse, juste…)  Il faut éviter d’agir comme un agent vicieux (injuste, cruel…)  La question morale pertinente est: « Quel genre de personne dois-je être? »

16 Les théories déontologiques en bref  Il faut respecter certains principes moraux, quelles que soient les conséquences  Certains actes sont interdits (tuer un innocent, mentir, violer les droits d’une personne…)  Faire son devoir consiste à respecter ces contraintes.  En dehors de cela, l’agent peut faire ce qu’il veut.

17 Les théories conséquentialistes en bref  La meilleure action possible est celle qui entraîne les meilleures conséquences.  Ce qu’il faut faire, c’est donc promouvoir le bien.  Lorsque les conséquences de l’action sont diverses, on essaye de mesurer les coûts et les bénéfices, afin de maximiser l’utilité de l’action.

18 Normes, valeurs, vertus Normes moralesValeurs morales Obligations, interdictions, permissions But, idéal à atteindre À respecterÀ promouvoir Contrainte précise, exigence négative Exigence plus flou, mais positive, attrayante Tout ou rien (car les actions n’admettent pas de degré) Plus ou moins (car il y a des degrés dans la réalisation d’une valeur) Trait de caractère Vertus morales À incarner Modèle de comportement Plus ou moins (on peut être +/- vertueux) DéontologismeConséquentialisme Éthique de la vertu

19 Plan de la séance  Le cas Pinto (1971)  Les trois théories morales  L’utilitarisme classique et ses objections  Le conséquentialisme aujourd’hui

20 L’utilitarisme hédoniste de Bentham  Quel bien/valeur doit-on promouvoir?  « Le plus grand bonheur du plus grand nombre »  Or, les individus mesurent leur bonheur en termes de plaisir et de peine.  Utilité d’une action = sa tendance à maximiser les plaisirs et à minimiser les peines (=hédonisme)  Nous devrions toujours agir de manière à promouvoir le bien-être collectif « Chacun compte pour un et personne pour plus d’un » J. Bentham ( )

21 Comment délibère un utilitariste?  Envisager les actions possibles et surtout leurs conséquences.  Faire la somme des plaisirs et des peines qu’elles engendrent  Accomplir l’action la plus utile. Le calcul des plaisirs et des peines doit tenir compte de ces facteurs: • durée et intensité • certitude et proximité • étendue et fécondité • pureté Le calcul des plaisirs et des peines doit tenir compte de ces facteurs: • durée et intensité • certitude et proximité • étendue et fécondité • pureté ?? BA action total

22 Exercice 1 Justine est infirmière dans une urgence. Elle ne dispose que d’une seule dose d’anti-douleur pour soulager 4 patients.  A est un garçon de 8 ans qui a une rage de dents  B est un homme de 40 ans dont une jambe est arrachée  C est une femme de 22 ans qui s’est foulé la cheville  D est un homme de 75 ans qui a la main écrasée Que devrait faire Justine selon l’utilitarisme hédoniste? Justine est infirmière dans une urgence. Elle ne dispose que d’une seule dose d’anti-douleur pour soulager 4 patients.  A est un garçon de 8 ans qui a une rage de dents  B est un homme de 40 ans dont une jambe est arrachée  C est une femme de 22 ans qui s’est foulé la cheville  D est un homme de 75 ans qui a la main écrasée Que devrait faire Justine selon l’utilitarisme hédoniste?

23 Que faut-il réformer dans la société selon l’utilitarisme? L’égale considération des intérêts entraîne des politiques progressistes pour:  (Les prisonniers)  Les esclaves  Les femmes  Les homosexuels  Les pauvres (cf. le principe de l’utilité marginale décroissante)  Les étrangers  Les animaux

24 1 er objection: Pourquoi le plaisir serait-il la valeur suprême?  Mill remarque d’abord que tous les plaisirs ne se valent pas (intellectuelles > physiques).  Mais l’utilitarisme est compatible avec d’autre valeur (la connaissance, la liberté…)  = utilitarisme idéal (≠hédoniste) Tous préjugés mis à part, le jeu de la poussette est de valeur égale aux arts et aux sciences de la musique et de la poésie. J. Bentham Il vaut mieux être un être un homme insatisfait qu’un porc satisfait; il vaut mieux être Socrate insatisfait qu’un imbécile satisfait. J.S. Mill

25 2 e objection: Dans l’urgence, on n’a pas le temps de faire le calcul!  Mais on peut utiliser l’expérience morale des générations antérieur  = règles de conduites, de sagesse, principe moraux (en général, tuer un homme ne maximise pas le bonheur)  = utilitarisme de la règle (ou indirect)  ≠utilitarisme de l’acte (ou direct, au cas par cas)  Pour la moralité ordinaire, l’utilitarisme de la règle est suffisant.

26 3 e objection: Personne n’est capable d’autant de bienveillance! •Est-il réaliste de penser qu’un individu puisse être motivé par le bien-être de la société ou du genre humain? •Pourtant c’est peut-être ce qui devrait le motiver •De toute façon, ce qui motive une action n’a pas d’importance pour l’utilitariste. •Car la moralité réside dans le résultat de l’action. •Exemple de la noyade

27 Plan de la séance  Le cas Pinto (1971)  Les trois théories morales  L’utilitarisme classique et ses objections  Le conséquentialisme aujourd’hui

28 Le problème de la vie humaine  Est-ce correct pour l’utilitarisme classique?  Pour nous? X est un sans abris qui n’a ni famille, ni amis. Sa vie est loin d’être agréable. Il est possible de le tuer sans douleur (et sans effrayer personne). Peut-on le faire?

29 Le problème de l’utilité globale  Faut-il encourager les naissances pour maximiser l’utilité?  Dix enfants, mêmes malheureux produisent plus d’utilité qu’un enfant heureux.  Utilité moyenne = utilité totale/individus  Malthusianisme = doctrine prônant la restriction démographique

30 Une solution: l’utilitarisme des préférences èIl faut maximiser la satisfaction des préférences (ou des intérêts) pour chaque individu  X ne souffrira pas si on le tue, mais ses préférences ne seront pas satisfaites.  C’est la satisfaction moyenne et non totale qui importe.  Ces préférences sont exprimables  pas besoin de regarder les états mentaux des sujets (ex. du masochiste).  On doit quand même s’assurer qu’elles sont conscientes, rationnelles, conforme à l’intérêt objectif. Peter Singer

31 Pour la prochaine séance…  Lire: Qu’est-ce qui fait que les actes corrects sont corrects?


Télécharger ppt "Le conséquentialisme et l’incertitude Photos: Cristophe Bourguedieu, Eden."

Présentations similaires


Annonces Google