La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prosper Toé Psychologie vieillissement

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prosper Toé Psychologie vieillissement"— Transcription de la présentation:

1 Prosper Toé Psychologie vieillissement

2 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

3 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

4 Prosper Toé Objectif •Éclairage sur les implications des modèles attentionnels du vieillissement cognitif •Opérationnalisation des concepts, évaluation de fonctions cognitives

5 Prosper Toé Distinction entre vieillissement normal et vieillissement pathologique •Le MMSE (Mini Mental State Examination de Folstein & Folstein)  •Risque  d’une erreur d’évaluation (surestimation de la prévalence de démence chez les sujet ayant un faible niveau d’éducation scolaire (< 8 ans) et sous-estimation des risques de démences chez les chez les sujets ayant un niveau d’éducation élevé) •SPMSQ (Short Portable Mental Status Questionnaire)

6 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

7 Prosper Toé Indicateurs du vieillissement cognitif •A•Analyse globale : déclin des performances •a•aux tests de QI (Doppelt et Wallace, ), •a•aux tâches de mémoire de travail (Van der Linden et coll.), de mémoire explicite ( ), de mémoire prospective •d•d’attention sélective (Comalli et al.,), divisée ( ), •d•de flexibilité mentale •d•d’autoévaluation de capacités cognitives

8 Evolution du QI (Doppelt et Wallace)

9 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

10 Prosper Toé Classification générale des théories de l’intelligence Constat: corrélation importante entre les performances d’un même individu à différentes épreuves d’intelligence  Facteur général ou facteur g (Charles Spearman)  toutes les épreuves font appel d'intelligences utilisées font appel à une seule habileté commune, universelle. Chaque personne possède une quantité variable de ce facteur.  6 «aptitudes mentales primaires » distinctes (Thurstone,1938): habileté numériques, spatiales, mnémoniques et perceptives, la fluidité verbale et le raisonnement. Pb: r entre les aptitudes  acceptation du «g »  Modèle tridimensionnel: contenu, opération, produit) de Guilford (1967)  Cattell & Horn: Cattell : l’intelligence fluide ou Gf dépendant de facteurs biologiques et l’intelligence cristallisée (Gc) liées à l’expérience (éducation, apprentissage, pratique)

11 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

12 Prosper Toé L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites Evaluation: imagerie cérébrale, rapport d’autopsie •Processus de perte neuronale depuis la naissance: 1000 à neurones/jour •Faibles niveaux d’activation cérébrale lors de la réalisation de tâches cognitives (TEP, IRM, Kramer et coll. (2004) Limites de cette hypothèse: Plasticité cérébrale importante chez l’adulte âgé «Par rapport au sujet de 50 ans, le cerveau du sujet âgé contient moins de neurones mais cette diminution est compensée par l’épanouissement et l’extension de l’arbre neuronal : les connexions dendritiques se développent dans les trois dimensions et deviennent supérieures à celles du sujet plus jeune » (Mihout, 1989, p. 1), voir aussi travaux de Jacob & al., 1993 basés sur des rapports d'autopsie.

13 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

14 Prosper Toé Constat 2: Evolution différentielle de l'âge sur deux grands types de processus

15 1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit Postulat de base: l’HD est spécialisé dans la distribution bilatérale de l’attention (Mesulam, 1981; Verfaellie et Heilman, 1990) Evaluation: tâches visuo-spatiales mesurant des aptitudes visuo-spatiales vs tâches verbales évaluant des capacités verbales (habiletés de compréhension, lexicales, raisonnement verbal). •Les processus sous-jacents aux habiletés verbales et qui sont sollicités régulièrement dans la vie quotidienne conservent un haut niveau de fonctionnement, au cours de l’avancée en âge-  Rôle de l’exercice sur le vieillissement des fonctions cérébrales.

16 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

17 Prosper Toé Modèle des ressources: présentation générale Postulats de base •la réalisation d'une activité nécessite plus ou moins de ressources attentionnelles, disponibles en quantité limitée. •La plupart du temps, ces ressources limitées doivent être partagées entre différentes tâches ou différents traitements Evaluation (diapo suivante)

18 Prosper Toé 3. Evaluation des ressources attentionnelles •Tâches évaluant l’administrateur central (cf. TD, tâche de mise à jour d’informations en mémoire de travail) •Double tâches (partage des ressources attentionnelles disponibles entre des tâches exigeantes en ressources conséquentes) •Tâches nécessitant un traitement sémantique des items (sémantique vs phonétique) •Tâches nécessitant la mise en œuvre de processus volontaire, auto-initiés de récupération (exemple, rappel libre vs reconnaissance, mémoire explicite vs mémoire implicite

19 Prosper Toé 3. La diminution de la quantité de ressources disponibles (Craik et Byrd, 1982)  des différences de performances liées à l’âge dans les tâches : •de mémoire de travail impliquant l’administrateur central (Van der Linden, 1994), •d’attention divisée entre deux activités de traitement simultanées (Craik, 1977; Kramer & Larish, 1996) •Rappel libre vs reconnaissance (cf. fig. diapo suivante)

20 Prosper Toé Evolution des performances de rappel et de reconnaissance (Delbecq-Derouesné & Beauvois, 1989)

21 Prosper Toé La dépendance des adultes âgés au contexte environnemental •les différences de performance liées à l’âge plus importantes dans le cas du rappel libre que dans le cas d’un rappel indicé (mémoire implicite) •Rôle bénéfique des supports contextuels (tâches de des d’attention sélective, d’organisation perceptive, Humphrey et Kramer, 1999)

22 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

23 Prosper Toé 2. Le ralentissement de la vitesse de traitement (Salthouse, 1991, 1996) NB: opérationnalisation du facteur g de Spearman, en terme de vitesse de traitement de l’information par Jensen (Université de Californie): les personnes « intellectuellement douées » ont la particularité de pouvoir réaliser un plus grand nombre d’opérations mentales élémentaires pendant un même laps de temps. Evaluation: tout type de tâches qui mesurent la vitesse de traitement et la rapidité d’exécution d’une activité (tâche de sélection, de mémoire, etc.)

24 Prosper Toé Eléments de preuve d’un ralentissement de la vitesse de traitement •Ralentissement de la vitesse d’exécution des tâches chez les adultes âgés (échelles de performances, tâches de temps de réaction) •Les adultes âgés vs adultes jeunes ont besoin de plus de temps pour lire et comprendre des phrases caractérisées par une haute densité propositionnelle (Stine & Hindman, 1994) •Désavantage important des personnes âgées lorsque l’on augmente la cadence de présentation des items (VD: rappel de texte, Cohen, 1979) •Lien entre la vitesse de traitement et les ressources de traitement. Ressources   vitesse de traitement 

25 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

26 Prosper Toé 2.4. Le déficit du contrôle exécutif •Verhaeghen et al. (1997), « deux facteurs fondamentalement distincts interviennent dans le vieillissement cognitif ; la première concerne la vitesse de traitement des composantes de base et la seconde, la coordination des processus fondamentaux de la mémoire travail » (p. 560). •vieillissement cognitif  attribuable à un déficit dans la coordination des informations

27 Prosper Toé 4. Le contrôle exécutif: présentation générale •Sous-ensemble des fonctions cognitives qui permettent à l'individu d’adapter son conduite à un environnement en évolution •Ces fonctions comprennent, par exemple, la planification, l’inhibition, la flexibilité… •Pb de conceptualisation (Salthouse, sous press)

28 Prosper Toé 4. Evaluation du contrôle exécutif: planification, coordination, flexibilité mentale •Epreuves de planification: exemple, la tour de Hanoï, la tour de Londres, figure complexe de Rey •Epreuves d'évaluation de la flexibilité mentale : le Trail-Making Test, le test de Wisconsin •Tâche de coordination motrice •Voir mémoire prospective

29 Prosper Toé Essai 1: relier avec un crayon, le plus rapidement possible, des chiffres de 1 à 25 disposés sur une feuille

30 Prosper Toé

31 Essai 2: relier alternativement et le plus rapidement possible, des chiffres et des lettres en suivant l'ordre numérique et alphabétique.

32 Prosper Toé Essai 2: relier alternativement et le plus rapidement possible, des chiffres et des lettres en suivant l'ordre numérique et alphabétique.

33 Prosper Toé 4. Le déficit du contrôle exécutif (Kramer et al., 1995 ; Rogers et Monsell, 1995 ; Tsang et Shaner, 1998) •  des performances dans des tâche de planification, de mémoire de travail et dans les tâche évaluant la flexibilité mentale

34 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

35 Prosper Toé Inhibition: analyse conceptuelle L’émission de conduites pertinentes nécessitent de la part du sujet •capacité à bloquer certaines réponses activées automatiquement, certains désirs (inhibition comportementale) •capacité à ignorer des éléments non pertinents du milieu environnant (bruits, son extérieurs, stimuli visuels)  inhibition perceptive et •capacité à inhiber l’activation en mémoire de travail des éléments non pertinents en qui sont en compétition avec le traitement des éléments pertinents (pensées, événements passés)-  inhibition « cognitive » •Dempster (1992): la capacité à résister à l’interférence des distracteurs est un facteur déterminant du développement cognitif et du vieillissement (Harnishfeger, 1995)

36 Prosper Toé Evaluation des différentes formes d’inhibition

37 Prosper Toé 2.5. Evaluation de l’inhibition comportementale Inhibition comportementale :tâche des réponses contrariées, Luria, 1973 Condition de base: •L’examinateur tappe 1x  sujet doit tapper 1x •L’examinateur tappe 2x  sujet doit tapper 2x Condition test: •L’examinateur tappe 1x  sujet doit tapper 2x •L’examinateur tappe 2x  sujet doit tapper 1x •VD: erreurs de persévération

38 Prosper Toé 2.5. Evaluation de l’inhibition cognitive chez le sujet âgé Evaluation de la capacité à inhiber un processus automatisé (exemple, test Stroop  VD: effets d’interférence) •Procédure: •dénomination des carrés de couleurs •dénomination de la couleur de l’encre des mots de couleurs (VERT) •VD: vitesse, exactitude (interférence) Evaluation de l’Inhibition d’une réponse surapprise et fortement activée (test de Hayling de Burgess & Shallice, 1996) Evaluation de la capacité à inhiber un processus automatisé (exemple, test Stroop  VD: effets d’interférence) •Procédure: •dénomination des carrés de couleurs •dénomination de la couleur de l’encre des mots de couleurs (VERT) •VD: vitesse, exactitude (interférence) Evaluation de l’Inhibition d’une réponse surapprise et fortement activée (test de Hayling de Burgess & Shallice, 1996)

39 Prosper Toé Condition contrôle, condition test Identité (I) et condition test "E"

40 Prosper Toé Evaluation directe de l’inhibition •  2 conditions: une condition non reliée et une condition reliée •condition non reliée: •condition reliée

41 Prosper Toé Paradigme d’amorçage négatifs (thèse) A  Condition non reliée -contrôle  C Essai Amorce A  Condition reliée - test TR en condition non reliéeTR en condition reliée Ecart Fig. 4 : Exemple de conditions contrôle et test utilisées dans l’expérience 2 La lettre en gras, A, correspond à la lettre cible et  à la lettre distractrice.

42 Prosper Toé Procédure de l’expérience 3 (thèse) Exemple : •Fleuve – Lac - Parfum •Papier – Stylo - Crayon •Moineau – Veste - Blouson •Château – Baleine - Dauphin •Cuillère – Laine - Mouton •Montre – Camion - Pendule •Facteur - Abeille – Ruche •Gobelet – Bière - Limonade

43 Prosper Toé 2.5. Résultats en faveur de la baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •Inhibition comportementale •Inhibition perceptive: •La vitesse de lecture de textes chez les adultes âgés est davantage affectée négativement par la présence d’éléments non pertinents, inattendus (Hasher & Zacks, 1991; Earles & al., 1997). •Inhibition cognitive: Déclin cognitif au cours du vieillissement est lié à une difficulté des adultes âgés à focaliser leur attention sur les informations pertinentes présentées dans une tâche donnée (tâche de mémoire de travail, Hasher & Zacks, 1988, 1999; Tâche de lecture et de compréhension de textes, Connelly & al. 1991)

44 Prosper Toé Evolution des capacités d’attention sélectives (Comalli et coll., 1962; Dulaney & Rogers, 1994; Earles & al., 1997; Hartley, 1993) Ages Ecarts de TR (em ms)

45 Prosper Toé Ecarts moyens de TR en fonction de l'âge et de la dimension du stimulus distracteur

46 Prosper Toé l'avancée en âge •-  diminution des mécanismes impliqués dans l’inhibition de la réponse associée à l’emplacement distracteur activé, •-  préservation des mécanismes impliqués dans l’inhibition de la réponse associée à l’identité des items non pertinents.

47 Prosper Toé Résultats et analyses (expérience 3) - Pas d’effet de l’âge sur le % d’items rappelés - Effet de l’âge sur le % d’items non pertinents F(1,32)= 46,65, p<0,0001)

48 Prosper Toé Résumé concernant l’inhibition Difficulté à inhiber des représentations non pertinentes activées de manière automatique: •  plus grande distractibilité des adultes âgés •  une adhérence perceptive des adultes âgés (tâches visuo-spatiales) •  une plus grande sensibilité des adultes âgés aux effets d'intrusion des distracteurs (rappel d’un nombre élevé d’items non pertinents lors de la récupération des items cibles en mémoire), ce qui peut être interprété comme le signe de la persistance, chez les adultes âgés, de l'activation des éléments non pertinents en mémoire de travail.

49 Prosper Toé Représentation, stéréotype négatif associé au fonctionnement cognitif au cours du vieillissement Postulat de base: attentes des individus d’un déclin inévitable de leurs capacités cognitives, voire de déchéances au cours de l’avancée en âge (Lineweaver & Hertzog, 1998, Loewen, Shaw, & Craik, 1990; Smith, Petersen, Ivnik, Malec, & Tangalos, 1996 •  Faible sentiment de contrôle, Anxiété •Préoccupation importante des adultes au sujet de leurs capacités cognitives et plus particulièrement de mémoire

50 Prosper Toé Métacognition: définition et conceptualisation Définition: perception, croyance, confiance que nous avons en notre propre fonctionnement cognitif, notamment de mémoire Postulat de base: la peur induite par les stéréotypes à propos de l’évolution de la mémoire au cours du vieillissement et l’anxiété d’évaluation = un facteur d’accroissement des différences de performance (Cavanaugh, 2000, Hertzog & Hultsch, 2000) 4 dimensions possibles de la métacognition •Perception du vieillissement cognitif •Opinion sur nos aptitudes personnelles •Connaissance des stratégies internes (répétition mentale, visualisation, association mentale) ou externe (utilisation d'aide mémoire pour les rendez-vous, les courses, planification des activités) •Utilisation de stratégies

51 Prosper Toé Métacognition: opérationnalisation Autoévaluation •des aptitudes personnelles, •des attentes de changement •de la fréquence d'oubli (noms de personnes) •l'évolution de la mémoire avec l'âge •utilisation de stratégie Outils:  le questionnaire d’autoévaluation de la mémoire de Cavanaugh (1996),  SPMSQ (Short Portable Mental Status Questionnaire)  Voir Fort (2004 pour une revue)  l’Echelle subjective de la mémoire (ESM) de Dérouesné & al. (1989)  L’autoefficacité de Bandura

52 Prosper Toé L’autoefficacite de Bandura (1986) Définition: •Confiance, jugements sur nos capacités personnelles à réaliser une tâche de manière efficiente. Mesure de l'autoefficacité •Cf photocopie •VD: •niveaux de performance attendus (magnitude de l'autoefficacité) pour une tâche particulière et •degré de certitude d'atteindre ce niveau (force de l'autoefficacité).

53 Prosper Toé Exemple d’échelle d’évaluation de l’autoefficacité

54 Prosper Toé Résultats (métacognition) •Levy (1996) montre que l'activation de stéréotypes négatifs à l'aide d'une amorce stéréotypique comme "sénile" conduit à un affaiblissement de la performance de rappel immédiat chez les adultes âgés mais pas chez les adultes jeunes (il s'agit d'une comparaison intragroupe). A l'inverse, un amorçage positif à l'aide de traits positifs comme "sagesse" conduit à une amélioration de la performance (voir aussi Hess, Hinson et al., 2004).

55 Prosper Toé Résultat (métacognition) Résultats (Rahhal et al., 2001) •Pas de différence entre les deux groupes en situation de mémoire implicite •Différence entre la performance de mémoire des adultes âgés et celle des adultes jeunes avec une consigne explicite d’évaluation de la mémoire Interprétation •La présentation d’une consigne explicite d’évaluation de la « mémoire » ou en terme de « rappel » activent en mémoire les stéréotypes relatives aux deux 1ères dimensions de la métacognition (croyances liés à la mémoire et à son évolution au cours du vieillissement)

56 Prosper Toé Hypothèses explicatives •Sens  élevé de l'autoefficacité -  mobilisation importante des ressources mentales sur les demandes de la tâche. •A l'inverse, une perception négative de ses capacité de mémoire constitue une entrave à l'engagement cognitif (division des ressources disponibles  faible investissement attentionnel et choix inadéquat de la stratégie appropriée)  cf. Cavanaugh (2000), Marquié et al. (2002) • La perception négative des adultes âgés quant à leurs capacités cognitives est un facteur de différenciation lié à l’âge.

57 Prosper Toé En résumé La baisse d’efficience cognitive avec l’âge est attribuable à la fois à : •une diminution de l’engagement cognitif •une anxiété des situations d’évaluation •une plus grande sensibilité des adultes âgés à l’effet des stéréotypes négatifs de déclin cognitif voire de sénilité associé au vieillissement •D’où l’importance des interventions éducatives.

58 Prosper Toé 8. Quelques hypothèses au sujet de l'effet positif des stimulations cognitives sur les performances au cours du vieillissement. •L’accroissement des différences interindividuelles dans les performances cognitives au cours du vieillissement (sources à préciser): le déclin cognitif n’est pas une fatalité, ni un phénomène inéluctable ou homogène •l'hypothèse de compensation •l'hypothèse de la préservation des connexions neuronales (Jacob & al., 1993; Fillit & al., 2002, Lindsay & al., 2002)

59 Prosper Toé Perspectives d’intervention en gérontologie (Cavallini et al., 2003 Perspectives d’intervention en gérontologie (Cavallini et al., 2003, Valentijn, Van Hooren, et al., 2004) •EA travailler •Effet positifs de l’entraînement cognitif sur le maintien de la vitalité cognitive •Réfléchir à la mise en place de tâches écologiques (évaluation des capacités déficitaires et élaboration d’exercices d’entraînement cognitif) •Restauration de la confiance en soi (cf facteur métacognitifs) •Formation des intervenants auprès de la personne âgée

60 Prosper Toé 3. Effet de l'exercice et de l'entraînement cognitif •V•Voir travaux de C CC Cavallini et al., 2003, Valentijn, Van Hooren, et al., 2004, Rahhal, Hasher et Colcombe, 2001, Kramer et al., 2004, Marquié, 1997) •A•Amélioration des performances ( capacités de raisonnement inductif, d'orientation spatiale, de relations figurales, d'attention divisée, de mémoire épisodique verbale à l’aide de programmes d'entraînement (Ball & al., 2002, Schaie & Willis dans une étude longitudinale sur 14 ans,1986, Willis & Schaie, 1994, Yesavage, 1989 )

61 7. Les effets de l'exercice physique •contrôle exécutif

62 Prosper Toé Les groupes d’échanges: la question de la mémoire •Echanges entre des personnes qui partagent des préoccupations semblables au sujet de la mémoire; cet échange porte sur des thèmes choisis •Exemples tirés des travaux de Valentijn, Van Hooren, et al. (2004, p. 2) •Associé à des programmes d’entraînement cognitif, ils permettent une amélioration optimale de la performance +  du niveau d’anxiété par rapport à sa propre aptitude de mémoire et stabilisation de la perception de ses capacités de mémoire au cours du temps

63 Prosper Toé 2. Facteurs environnementaux de l'intervention éducative •2•2.1. Impact potentiel du niveau d'éducation (de scolarisation) sur les modifications cognitives (études longitudinales) •2•2.2. Les effets du style de vie: les stimulations cognitives issues des centres d'intérêts personnels et autres loisirs: •2•2.3. Effet d'une spécialisation dans un domaine d'activité professionnelle :

64 Prosper Toé 2.1. Impact potentiel du niveau d'éducation (de scolarisation) sur les modifications cognitives •Le niveau d'éducation scolaire est associé à un meilleur score au MMSE  (Anstey & Christensen, 2000; Lyketsos & al., 1999; Winnock & al., 2002) •effet protecteur du niveau d'éducation scolaire aux épreuves évaluant des aptitudes verbales ou cristallisées •Accroissement du nombre de connexions dendritiques des neurones de l'aire de Wernicke (rapports d'autopsie réalisé par Jacob & al., 1993) •faibles niveaux d'éducation scolaire sont associés à un plus grand risque de la maladie d'Alzheimer (Lindsay & al, 2002 auprès d’un échantillon de 4000 personnes)

65 Prosper Toé 2.2. Les effets du style de vie: les stimulations cognitives issues des centres d'intérêts personnels et autres loisirs •Mémoire de travail et des capacités de raisonnement supérieures chez les joueurs de bridges (Clarkson-Smith & Hartley, 1990) •L'effet positif davantage marqué chez les individus de faibles niveau de scolarité (Christensen et coll.,1997)

66 Prosper Toé 2.3. Effet d'une spécialisation dans un domaine d'activité professionnelle •Effet positif sur maintien un niveau de performance aux épreuves de raisonnement •Faible déclin (rappel mémoire)  (Chodosh & al., 2002; Cullum, 2000)

67 Prosper Toé 6. Facteurs à contrôler dans les études sur le vieillissement •M•Moment de la journée: matinalité des adultes âgés  effet du moment de la journée (Hasher & al., 1999, 2004; May, 1999) •V•Validité écologique des tâches: •N•Niveau de scolarisation des sujets

68 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

69 Prosper Toé 8. Quelques hypothèses au sujet de l'effet positif des stimulations cognitives sur les performances au cours du vieillissement. •L’accroissement des différences interindividuelles dans les performances cognitives au cours du vieillissement (sources à préciser): le déclin cognitif n’est pas une fatalité, ni un phénomène inéluctable ou homogène •l'hypothèse de compensation •l'hypothèse de la préservation des connexions neuronales (Jacob & al., 1993; Fillit & al., 2002, Lindsay & al., 2002)

70 Prosper Toé Hypothèse de la compensation Au niveau cognitif: Pertes, déclins des processus fondamentaux de traitement de l'information (vitesse de traitement, (vitesse de traitement, mémoire de travail, ressources de traitement, sensibilité aux interférences de distracteurs ) sont contrebalancées par l’utilisation de stratégies acquises grâce à l'expérience antérieure et aux connaissances accumulées. -  Effet positif du mécanisme de compensation pour les tâches cristallisées (capacités verbales et de raisonnement) mais pas pour les tâches mesurant des capacités fluides (vitesse d’exécution, mémoire de travail) Au niveau neuropsychologique: Perte neuronale compensée par un épanouissement des connexions neuronales chez l’adulte âgée (Mihout, 1989; Kramer, 2004)

71 Prosper Toé Hypothèse de la préservation sélective: protection sélective de capacités cognitives Définition: les stimulations environnementales et les expériences empêchent, retardent le déclin des processus attentionnels fondamentaux Effets au niveau neuropsychologique : Préservation du réseau de neurones du cerveau chez les adultes âgés ayant un niveau d’éducation scolaire (Lindsay & al, 2002 sur plus de 4000 personnes âgées 65 ans et plus; Koga et coll., 2002; Jacob et coll. 1993)

72 Prosper Toé Hypothèse de la préservation sélective: protection sélective de capacités cognitives Exemple au plan cognitif: •maintien des performances à l'épreuve de raisonnement verbal chez les professeurs âgés (Christensen & Henderson, 1991); faible déclin aux épreuves de rappel libre (Chodosh & al., 2002; Cullum, 2000) •Mémoire de travail et capacités de raisonnement des joueurs de bridges supérieures à celles de sujets contrôles, de même âge et de même niveau d'activité (Clarkson-Smith & Hartley, 1990) •Faible déclin des composantes du système cognitif qui bénéficient d'une pratique consistante et régulière au cours de la vie (Fontaine, 1999 ; voir Marquié, 1997).

73 Prosper Toé Evaluation et stimulations cognitives •1•1. Evaluation des fonctions cognitives chez l'adulte: •2•2. Exercice de stimulation •2•2.1. Stimulation de l'attention sélective visuo- spatiale •2•2.2. Stimulation de la visualisation spatiale et de l'orientation visuo-spatiale •2•2.3. Stimulation de la coordination visuo-graphique •2•2.4. Stimulation de la logique •2•2.5. Stimulation de la mémoire •2•2.5. Tâches de connaissance générale

74 Prosper Toé 1. Conception d’outils d’évaluation des fonctions cognitives chez l'adulte •1.1. Quelques outils d'évaluation et de stimulation •1.2. Tâches expérimentales (principe de conception) •Remarque : la question de la validité écologique des outils d’évaluation (cf article de Cavallini, 2003)

75 Prosper Toé 2. Conception d’exercices d’entraînement et de stimulation (matin) •2.1. Stimulation de l'attention sélective visuo- spatiale •2.2. Stimulation de la visualisation spatiale et de l'orientation visuo-spatiale •2.3. Stimulation de la coordination visuo- graphique •2.4. Stimulation de la logique •2.5. Stimulation de la mémoire •2.5. Tâches de connaissance générale

76 Prosper Toé L’intervention éducative sur les facteurs métacognitifs •Rôle bénéfique des groupes d’échange (dans l’après-midi)

77 Prosper Toé Modèles attentionnels du vieillissement cognitif 1. Généralités: Objectif pédagogique, distinction entre vieillissement normal et pathologique •Indicateurs du vieillissement cognitif 2. Les différentes modèles : classification générale •L’hypothèse de l’atrophie cérébrale et ses limites •2.1. Le vieillissement précoce de l’hémisphère droit •2. 2. La diminution de la quantité de ressources attentionnelles disponibles •2.3. Le ralentissement de la vitesse de traitement •2.4. Le déficit du contrôle exécutif •2.5. La baisse de l’efficience inhibitrice du sujet âgé •2.6. Le rôle des facteurs métacognitifs 3. Quelques hypothèses: compensation, préservation sélective 4. Facteurs à contrôler : effet du moment de la journée, niveau de scolarisation, validité écologique des tâches

78 Prosper Toé Considérations méthodologiques Problème méthodo: •Biais de sélection (diversité des parcours) •Effets de cohorte •Contenu très scolaire des tâches Solution •Contrôle du niveau d’étude des sujets, du niveau d’activité •Réfléchir à l’élaboration de tâches écologiques (exemples)

79 Prosper Toé Application des modèles présentés à l’explication du mode de fonctionnement cognitif de l’enfant •Sur la base des modèles attentionnels présentés, •Comment expliquer l’échec des enfants opératoires aux épreuves de conservation (au-delà de cet aspect descriptif)? Voir aussi : •Modèle de Pascual-Leone (néo-piagétien)

80 Prosper Toé FIN


Télécharger ppt "Prosper Toé Psychologie vieillissement"

Présentations similaires


Annonces Google