La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Progression du nuage d'uranine : Le Bandiat à Marthon, le 30 septembre à 9h30 (20 heures après l’injection)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Progression du nuage d'uranine : Le Bandiat à Marthon, le 30 septembre à 9h30 (20 heures après l’injection)"— Transcription de la présentation:

1 1 Progression du nuage d'uranine : Le Bandiat à Marthon, le 30 septembre à 9h30 (20 heures après l’injection)

2 2 Injection de naphtionate sur le Bandiat au pont de la Bécasse, le 29 septembre 2008 à 17 h 45

3 3 Injection de jaune duasyn sur la Tardoire à Monbron (base de canoë, à l’amont des zones de pertes), le 30 septembre 2008 à 10 h 00

4 4 Injection de sulphorhodamine sur La Tardoire au gouffre de « Chez Lascoux » (sous la future rocade RN141 de contournement de La Rochefoucauld), le 30 septembre 2008 à 15 h 00

5 5 La vitesse moyenne de transit sur 17,9 km a donc été de 276 m/h. Le nuage de traceur est passé assez rapidement : - 80 % du traceur est passé en moins de 16 h (0,75 jour), - 90 % du traceur est passé en moins de 26 h (1,1 jours), - 99 % du traceur est passé en moins de 50 h (2,1 jours). Au total, seul 224 g de jaune duasyn sont arrivés à la Rochefoucauld Propagation du jaune duasyn dans la Tardoire

6 6 Restitution du jaune duasyn Injecté sur la Tardoire à Monbron Masse restituée1 800 gVitesse d'apparition apparente70 m/h Taux de restitution21,6 %Vitesse modale apparente60 m/h Temps modal10,9 jVitesse minimale apparente39 m/h

7 7 Echantillon n° S4-10 Echantillon n° S4-23 Echantillon n° S6-10

8 8 Jaune duasyn 8,325 kg injectés sur la Tardoire à Montbron

9 IV) La technique de traçage 3) Application pour le calcul de la porosité efficace en milieu poreux homogène 9 a)Choix des traceurs Éviter les traceurs à forte tendance à l’adsorption ou cathioniques Réaliser un blanc préalablement pour vérifier l’absence d’un bruit de fond génant

10 Un traçage est réalisé afin de calculer la porosité efficace d’un aquifère homogène (sable). L’injection du traceur (250 g d’uranine diluée dans 5 litre d’eau) est réalisée dans le forage de reconnaissance (F1) distant du forage principal de 35 m, au début du test de pompage. Le pompage est réalisé un débit de 90 m 3 /h. Des prélèvements d’eau d’exhaure sont réalisés avec un préleveur automatique sur le forage principal (F2) pour surveiller la restitution du traceur, pendant 10 jours. Les analyses réalisées en spectrofluorimétrie fournissent les résultats suivant : Données géologiques : De 0 à 55 m : calcaire et marnes De 55 à 70 m : argile De 70 à 100 m : sable De 100 à 125 m : argile 10

11 11

12 V) Réglementation générale sur les prélèvements d’eau souterraine 1) Dossier loi sur l’eau de prélèvement d’eau souterraine Seuil de déclaration ou autorisation 12

13 13

14 2) Commentaire de l’arrêté interministériel du 11 septembre 2003 Article 4 relatif à la localisation du projet mètres de toute décharge - 35 mètres de tout ouvrage d'assainissement - 35 mètres de tout stockage d'hydrocarbures - 35 mètres de tout bâtiment d'élevage - 50 mètres de toute parcelle potentiellement concernée par l'épandage mètres de toute parcelle concernée par les épandages de boues issues des stations de traitement des eaux usées urbaines. 14

15 Article 8 relatif à l’aménagement de la tête d’ouvrage Réalisation d’une margelle bétonnée : - Conçue de manière à éloigner les eaux de la tête du forage, - D’une surface minimale de 3 m 2, - D’une Hauteur de 0,30 m au-dessus du niveau du terrain naturel Tête du forage : - La tête du forage située à l’extérieur ou dans une chambre de comptage s’élève au moins à 0,50 m au-dessus du terrain naturel ou du fond de la chambre de comptage dans lequel elle débouche, - La tête du forage située dans un local s’élève au moins à 0,20 m au- dessus du fond du local dans lequel elle débouche, - La tête est cimentée sur 1 m de profondeur à partir du sol (niveau du terrain naturel) - En zone inondable la tête est rendue étanche ou située dans un local lui-même étanche çue de manière à éloigner les eaux de la tête du forage 15

16 16

17 TD : Tests de pompage 17

18 Il existe deux grands types d’essais 1) Un essai par paliers enchaînés de débits croissants Pour courbe caractéristique du forage : Débit d’exploitation, pertes de charges 2) Test par pompage continu (essai de nappe) Détermination de T et S 18

19 19

20 Interprétation des résultats Courbe caractéristique : s=bQ+cQ 2 où : s = rabattement dans le forage b = coefficient de perte de charge linéaire dû à la nappe c = coefficient de perte de charge quadratique dû au forage Q = débit de pompage 20

21 21

22 22

23 23


Télécharger ppt "1 Progression du nuage d'uranine : Le Bandiat à Marthon, le 30 septembre à 9h30 (20 heures après l’injection)"

Présentations similaires


Annonces Google