La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La représentation de l’espace dans les langues Variétés et universaux Lucie Gournay, Paris 12, EA Imager/LIDIL12.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La représentation de l’espace dans les langues Variétés et universaux Lucie Gournay, Paris 12, EA Imager/LIDIL12."— Transcription de la présentation:

1 La représentation de l’espace dans les langues Variétés et universaux Lucie Gournay, Paris 12, EA Imager/LIDIL12

2 Explication du titre… o2 types de catégorisations dans les langues Culturelles vs Universelles  Exemples des pronoms personnels : Je - tu/vous - il/elle - nous/on - vous - ils/elles I - you - he/she/it - we - you - they Yo - tù/usted - el/ella - nosotros/-tras - vosotros/-tras - usteded - ellos/ellas

3 1.Ce que nous disent les langues Mots-clés : inconscient, lapsus, indices, inacessible,

4 Représentations du monde réel  La représentation individuelle  La représentation culturelle  La représentation anthropologique  Elles peuvent se reconstruire par inférence : on peut les déduire d’après des indices

5 Indices et niveaux de représentation  Indices comportementaux  Indices linguistiques Ce sont les indices linguistiques qui intéressent a priori le linguiste. Il s’agit d’observations saillantes effectuées à partir de segments oraux ou écrits de communication articulée.

6 Les indices linguistiques encodent les distinctions que l’on fait pour communiquer avec succès.   Question : que nous «disent» les langues et l’usage des langues en contexte sur nos représentations du monde ?  Réponse : plein de choses qu’il est difficile de mettre en ordre, c-à-d de « formaliser ».

7 2. De quel “espace” parlons-nous? Mots-clés : espace métaphorique, abstrait, la notion de lieu

8 Qu’entendre par Espace?  Espace métaphorique = « espace » inter-locutif = « espace » dans le texte = « espace » mental etc.  Espace concret = « lieu » Il y a référence concrète à l’espace ou au lieu, lorsque l’on évoque une donnée qui peut être définie en fonction de l’interaction entre des capacités visuelles et des coordonnées topologiques (latitude/longitude).

9 3. Les marqueurs de l’espace Quels sont les éléments linguistiques qui sont liés à la représentation de l’espace dans les langues?

10 3.1. Les « mots » de l’espace  Marqueurs grammaticaux En français : adverbes déictiques, prépositions, locutions prépositionnelles… En anglais : adverbes déictiques, préposition, locutions prépositionnelles, + particules adverbiales…  The car sped off / I’m off ! / Jersey is off the coast of France.  I gave up/ Don’t die on me  Marqueurs lexicaux En français : verbes, noms, adjectifs En anglais : idem mais attention aux fausses équivalences!  GO vs COME ≠ ALLER vs VENIR

11 Question… Quel autre type d’unité sémantique aurait pu se trouver dans la diapositive précédente?    … Indices… Extérieur, expansion, excentré.. Outskirts, outsiders, outdoors…

12 3.2. Les « structures » de l’espace  Structures intra-phrastiques Exemple du français : syntagmes prépositionnels, propositions circonstancielles  Il est sur Paris vs il est sur l’étagère vs il est sur l’affaire  Structures phrastiques propices à l’expression de la localisation En français : Inversion locative, phrases nominales En anglais : idem + schémas résultatifs  * Elle a marché à travers la route / she walked across the road

13 4. Conceptualisation de l’espace Peut-on parler de conceptualisation universelle de l’espace (à partir des langues)?

14 4.1. Peu d’universaux  Toutes les langues ont des marqueurs qui permettent la représentation de l’espace  Les langues n’encodent pas toutes les données spatiales, observables par le géomètre (mais cela vaut pour d’autres domaines sémantiques)     

15   Illustrations du principe d’économie  Les déictiques en français Té où? Ici! Consigne : exprimez CHEZ MOI sans marqueur déictique (et voyez l’impact sur votre forfait)  Les prépositions en français et en anglais (…elles peuvent avoir plusieurs valeurs spatiales)    

16 L’analyse de L. Talmy (2002) Les 20 paramètres pertinents pour la configuration spatiale construite par les prépositions et déictiques  1. La géométrie figurétique de la configuration spatiale qui donne la cible et le site.  2. La géométrie figurétique de la cible.  3. La géométrie figurétique du site.  4. La symétrie ou l’asymétrie dans la géométrie de la cible et du site.  5. La géométrie asymétrique de l’objet basée sur ses parties et sur la  directionnalité.  6. Le nombre de dimensions pertinentes dans la géométrie figurétique de l’objet.  7. Les bornes dans la géométrie figurétique de l’objet.  8. La géométrie de l’objet comme continue ou composée.  9. L’orientation de la cible par rapport au site.  10. La distance et la grandeur relative de la cible par rapport au site.  11. La présence/absence du contact de la cible et du site.  12. La distribution de la substance de la cible relative à celle du site.  13. La présence/absence de l’auto- référentialité de la configuration cible/site.  14. La présence/absence d’autres objets référentiels.  15. La projection externe de la géométrie de l’objet référentiel secondaire.  16. L’imputation de l’asymétrie à l’objet référentiel primaire.  17. L’orientation de la cible et du site par rapport à la terre, le locuteur ou un autre  objet référentiel secondaire.  18. D’autres insertions et concaténations de la configuration cible/site.  19. L’adoption d’un point de vue.  20. Le changement de la localisation de

17 L’ analyse de C. Vandeloise (1986) Les 5 types de traits pertinents  i) les directions déterminées par la symétrie du corps  ii) les concepts de la physique naïve (porteur-portant, conteneur- contenu, l’axe vertical)  iii) l’accès physique et l’accès à la perception  iv) la rencontre potentielle  v) l’orientation générale et l’orientation latérale Exemple de définition DEVANT/DERRIERE Def1 : a est devant/derrière b, si la cible se trouve du côté positif/négatif de l’orientation générale du site Vandeloise (ibid : 108) Def2 : a est devant/ derrière b, si la cible cache le site (ou l’inverse : la cible/le site est (potentiellement) le premier obstacle (partiel) à la perception du site/de la cible. Vandeloise (ibid : 155)

18  Remarque  Pour Talmy et Vandeloise, les prépositions encodent des propriétés géométriques plus ou moins abstraites.  Ceci implique que, pour les auteurs, les prépositions sont intrinsèquement spatiales. Elles prennent d’autres valeurs en contexte par un processus de métaphore, mais elles servent fondamentalement à référer à l’espace. = c’est la thèse de la primauté du spatial Il est toujours sur son dos / Sur le coup, j’y ai cru

19 4.2. Les cadres de référence 3 types selon S.C. Levinson 1996 : Question… Intrinsèque, Relatif, Absolu,?  L’écran est devant le tableau  Le vidéo projecteur est à gauche de l’ordinateur  Montmartre est au Nord de Paris

20 Linguistique… anthropologie… dépaysement  Guugu Yimithirr

21 Linguistique… anthropologie… dépaysement  Maya Mopan

22 Images du test de E. Danziger Images miroir 3/5

23 Représentations du monde réel (reprise)  La représentation individuelle  La représentation culturelle  La représentation anthropologique ???  Elles peuvent se reconstruire par inférence : on peut les déduire d’après des indices

24 5. Au-delà des concepts spatiaux… Et si les fondements de nos représentations spatiales se trouvaient dans la topologie? Pistes à creuser….

25 5.1. Les travaux de Franckel et Paillard (2007) Présentation de l'éditeur Cet ouvrage constitue le premier tome d'une grammaire des prépositions du français. Le terme de grammaire se justifie essentiellement par l'élaboration du raisonnement qu'elle met en place. Chacune des prépositions étudiées (entre, sur, sous, dans, avant, après) fait l'objet d'un format d'analyse permettant d'intégrer aussi bien les emplois usuellement décrits comme « spatiaux » ou « temporels » que les emplois « fonctionnels », dans lesquels la préposition semble perdre son identité sémantique, (…). A l'encontre des travaux les plus courants, l'ouvrage défend l'hypothèse que ces différents types d'emploi peuvent faire l'objet d'une analyse unifiée, et que chaque préposition conserve son sémantisme propre dans tous ses emplois. Ainsi, la sémantique de sur joue tout autant, quoique selon des modalités différentes, dans un livre sur la table et tirer de l'argent sur son compte ; (…)

26 Qu’est-ce qui fait le sens? SUR forme schématique mise en contexte Valeurs : spatiales, figurées…

27 5.2. Les travaux de Dufaye (2005, 2006….) « Mon idée consiste à dire que notre représentation spatiale n’est que l’affleurement intuitif d’une capacité de représentation plus fondamentale. Je veux dire par là que si les représentations spatiales sont primaires dans notre activité consciente, elles ne sont en revanche que le révélateur d’une activité cognitive à laquelle nous n’avons aucun accès direct (…) Une des conséquences de ce principe est que l’on ne peut pas traiter du système des particules par le biais d’outils géométriques ; (…) même en s’en tenant à l’étude des valeurs spatiales, il est nécessaire de recourir à des abstractions topologiques, qui se trouvent être généralisables à tout un ensemble de phénomènes (bien au-delà des prépositions et des particules adverbiales). » (Dufaye Ibid : 171)

28 5.3. Le principe topologique appliqué à WHERE Des données qui contredisent l’équation évidente WHERE= espace (1) somewhere, anywhere, everywhere / *somewhen, *anywhen, *everywhen (2) If to be a Christian means to say yes where I otherwise say no, or where I do not have the right to say anything at all, then my only choice is to refuse to be a Christian. (3) Where Americans used to think of a single vacation each summer, they now think about how many vacations they can have.

29 Contre l’intuition…. Des propriétés qui ne s’expliquent pas par l’équation WHERE= espace  Les prop° circonstancielles en WHERE n’existent pas  Les prop° relatives en WHERE sont très rares etc. (ce qui n’est pas le cas avec WHEN)

30 Nouvelle Hypothèse sur WHERE (1) WH//ERE = instruction abstraite à définir  Selon les contextes des valeurs apparaissent  Spatialeadversative etc.

31 Nouvelle Hypothèse sur WHERE (2)  Représenter l’instruction abstraite en termes topologiques Topologie n.f.: (c’est de la géométrie qui ne se préoccupe pas des mesures);l’étude des propriétés abstraites de la géométrie; un beignet et une tasse sont équivalents en topologie! Quelques concepts topologiques : borné, non-borné, borné ouvert, voisinage etc.

32 Proposition à explorer…. On propose un SCHEMA :  RP1+WHEN → []’------[]------[]’’  RP1+ WHERE →---]///////////////////////[----- Avec WHEN, on repère RP1 sur le plan de validation, de sorte que RP1 est un objet fermé, envisagé en bloc en fonction de sa spécificité par rapport à des complémentaires. Avec WHERE, on spécifie RP1 (déjà stabilisée sur le plan de validation) comme un objet ouvert en fonction de propriétés intérieures. Une double opposition singularise ainsi WHERE de WHEN :  Le renvoi à un Intérieur en tant que 1) sélectionné 2) qualifié  Le renvoi à un Intérieur en tant que 1) fermé 2) ouvert =WHEN=WHERE

33 CONCLUSION : à suivre…


Télécharger ppt "La représentation de l’espace dans les langues Variétés et universaux Lucie Gournay, Paris 12, EA Imager/LIDIL12."

Présentations similaires


Annonces Google