La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sémiologie Psychiatrique Benjamin Bousquet Chef de Clinique Service U.F.1 Casselardit

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sémiologie Psychiatrique Benjamin Bousquet Chef de Clinique Service U.F.1 Casselardit"— Transcription de la présentation:

1 Sémiologie Psychiatrique Benjamin Bousquet Chef de Clinique Service U.F.1 Casselardit

2 Psychiatre : Présentation de la discipline

3 Psychiatrie : Définition  Spécialité médicale qui traite les affections de l’esprit c.à.d. les maladies mentales  Cela touche : –Comportements et conduites –Pensées –Émotions –Imaginaire –Identité –Personnalité

4 Affections mentales  Symptomatologie : –Présentation –Comportements et conduites –Fonctionnement intellectuel (mémoire, raisonnement) –Pensées (trouble du cours et du contenu, idées suicidaires, etc..) –Émotions (humeur et anxiété) –Perceptions sensorielles –Imagination, Personnalité

5 Psychopathologie  Mécanisme des symptômes : –description, explication, fonction…  Au regard d’hypothèses : –Neurobiologiques (fonctionnelles ++) –Psychologiques (génétiques ou dynamiques, intra-psychiques ou relationnelles, etc…) –Systémiques (interaction / l’entourage) –Sociales

6 Exemple : phobie des oiseaux  Description : –S’exprime dans une situation, prend un caractère connu (exple : attaque de panique), s’accompagne d’évitements, etc…  Hypothèses : –Neurobiologie de la peur (amygdale) –Psychologiques : Conflits inconscients, conditionnement, etc… –Systémique : Nouvel état d’équilibre du fonctionnement familial ? –Social : perte d'emploi récente, etc...

7 Spécificités de la sémiologie psychiatrique  Des éléments « normaux » (angoisse, tristesse, etc..) qui prendraient un caractère pathologique : –Intensité des symptômes (vérifier la porte 2 fois / jour VS vérifier la porte pendant plusieurs heures) –Adaptation sociale (deuil non pathologique) –Niveau de souffrance –du normal au pathologique

8 Spécificités de la sémiologie psychiatrique  Pas de signe pathognomonique = Évaluation globale +++  Clinique centrée presque totalement sur l’interrogatoire (que nous appelons « entretien »)  Peu de paraclinique

9 Spécificités de la sémiologie psychiatrique  Caractère parfois subjectif de la sémiologie (contre-transfert)  Caractère relationnel (selon l’âge, le sexe, ou l’attitude du médecin, la présentation peut varier légèrement)  Fluctuations naturelle des signes

10 Spécificités de la sémiologie psychiatrique  Les problèmes parfois posés : –Le consentement : évaluer la capacité à consentir –L’imprévisibilité : parfois difficile d’organiser un entretien –La dangerosité : bien que rare, elle est toujours à prendre en compte –L’alliance : qui est souvent à établir dès le premier entretien, tout en recherchant les signes cliniques

11 Symptômes, syndromes et maladies  Les symptômes se regroupent en syndromes qui peuvent caractériser une maladie  Exple : MaladieSyndromesSymptômes Schizophrénie S. délirant Hallucinations, Interprétations, etc.. S. dissociatif Barrages, Néologismes, Diffluence, etc.. S. autistique Pauvreté du discours, Incurie, Apathie, etc..

12 Les Maladies Mentales  Troubles de l’humeur (Dépression, Manie, Trouble Bipolaire, etc..)  Troubles psychotiques (Schizophrénie, Paranoïa, etc..)  Troubles anxieux (TOC, Phobies, Anxiété Généralisée, etc..)  Troubles des conduites (Anorexie Mentale, etc..)  Addictions (avec ou sans produit)  Troubles de la personnalité (Borderline, etc..)  Troubles envahissants du développement  Démences  Autres..

13 Les classifications  Classique : nosographie traditionnelle –« Psychoses » et « névroses » –Inspiration psychanalytique forte  Moderne : –DSM-IV-TR : manuel de classification américain (APA)  « athéorique »  Critériologique (exple de la dépression : + de 5 critères sur 9 => diagnostic)  à l’origine pour harmoniser la recherche  Actuellement largement utilisé en clinique (EBM oblige) –CIM X : Classification Internationale des Maladies de l’OMS

14 une discipline du cerveau et de l’esprit  Dimension organique –Troubles et symptômes psychiques liés à une maladie organique  Dépression et AVC, cancer, douleurs chroniques, etc...  Délire et détérioration (parkinson +, démences)  Iatrogénie (« manie des corticoïdes »)  Dimension psychique –Subjectivité –Conflits inconscients –Aspects identitaires et de mode de relation au monde (personnalité) –Traumatismes Psychiques –Etc…

15 Distinction entre …  … Psychiatre et Neurologue –Pas de lésion –Sens caché, fonction du symptôme –Globalité sujet / environnement  … Psychologue, psychothérapeute, psychanalyste –Psychologie = science du développement et des processus psychologiques normaux ou pathologiques –Psychothérapie = traitement par la parole ou le média –Psychanalyse = UNE théorie des processus psychopathologiques

16 Et ça sert ?  Poids de la maladie mentale : –Taux d’incapacité : 5 maladies parmi les 10 + importantes au monde selon l’OMS sont psychiatriques (Schizophrénie, dépression, alcoolisme, bipolarité, TOC) –Des maladies chroniques pour la plupart  Fréquence des patient en médecine générale +++  Des traitements qui fonctionnent

17 Au total  Une discipline passionnante, certes complexe mais pas inaccessible.  actuellement largement aussi attachée à « l’evidence based medecine » que les autres disciplines (recherche et publications)  Qui met largement en exergue la relation soignant-soigné (contre attitudes du thérapeute, importance de la relation thérapeutique, etc..)

18 Au total  Une sémiologie riche qui englobe :  Les symptômes  Ce qui se joue dans la relation  L’imaginaire  Les aspects somatiques  Les aspects environnementaux et sociaux

19 Troubles des conduites et des comportements

20 Comportement  Un acte, une action, une réaction ou une manière d’agir ou de réagir –Habituel ou réactionnel –Individuel ou collectif (mouvements de foules) –Spontané ou induit  Pathologique par nature ou par répétition  Niveau de conscience, niveau de critique

21 Comportements pathologiques  Agressifs –Auto-agressifs –Hétéro-agressifs  Addictifs  Alimentaires  Moteurs

22 Agressivité

23 Auto-agressivité  Autolytique : suicide et tentative de suicide  Scarifications et autres automutilations  Attaques du corps répétées par piercing et tatouages  Mutilations vrais (rarissime)  Grèves de la faim

24 Auto-agressivité : TS  Fréquent : 110 à TS / an en France dont 10 à suicides –3000 TS/an au SAU Toulouse soit 8 à 10/jour  Moyens : –1er : IMV (intoxication médicamenteuse Volontaire) –Ingestion de produits, phlébotomie, arme à feu, arme blanche, explosion, immolation, pendaison, précipitation (défenestration), noyade, électrocution, asphyxie par obstruction des voies aériennes, intoxication au gaz, accident de voiture, etc...

25 Auto-agressivité : TS  C'est un événement médical (cf. autopsies psychologiques : trouble mental retrouvé dans plus 95% des cas)  Et un enjeu majeur de santé publique : –Fréquent chez les jeunes et les pers. âgées –La plus part des suicides sont précédés d'une consultation médicale –Attention si crise existentielle, déception amoureuse, dépression, alcoolisme

26 Auto-agressivité : TS  Équivalents suicidaires (para-suicides) : –Mises en danger répétées –Sans intention suicidaire mais avec acceptation du risque létal –Exple : sports extrêmes non encadrés, rapports sexuels non protégés, toxicomanie avec matériel souillé, arrêt volontaire d'un traitement médicamenteux vital, etc..

27 Auto-agressivité : TS  Maladies les plus suicidogènes : –Dépression (l'idée suicidaire en est un symptôme) –Trouble bipolaire –Schizophrénie –Anorexie mentale –Trouble de la personnalité Etat-limite (Borderline) –Alcoolisme –Syndrome de Stress Post-Traumatique

28 Auto-agressivité : TS  Planifiée –Épisode dépressif majeur sévère ++  Impulsive –Épisode dépressif majeur sévère –Raptus anxieux –Trouble de la personnalité

29 Auto-agressivité : TS  Tentative de Suicide = le sujet a tenté de se donner la mort  Suicide = le sujet s’est donné la mort  Un sujet suicidant = qui a fait une TS  Un sujet suicidaire = qui risque de faire une TS  Un sujet suicidé = qui a commis un suicide

30 Auto-agressivité : Automutilations  ++ scarifications (ce n'est pas une phlébotomie)  Pas d'intention suicidaire  À visée auto-calmante  Souvent répétées  Sens : –Décharge par l'action –Limites corporelles –Douleur physique  +++ Trouble de la personnalité Etat-limite

31 Hétéro-agressivité  Planifiée –Délire de persécution  Systématisé : délire Paranoïaque ++  Non systématisé : Schizophrénie ++  Impulsive –Raptus anxieux –Trouble de la personnalité (psychopathie +++) –Abus d’alcool : ivresse pathologique –Épisode maniaque –Schizophrénie –Trouble du contrôle des impulsions (colère)

32 agressivité  Le « suicide altruiste » –Se donner la mort… –…Et la donner à d’autres (enfants, conjoint, parents, etc..) –Mélancolie (EDM sévère) +++ –Peut être impulsif (raptus) ou planifié

33 Conduites addictives

34 Conduite addictive  Ensemble de comportements visant au recours répété à une drogue ou à un comportement hédonique au détriment d’autres activités –Dépendance = nécessité de maintenir l’activité au risque de faire un sevrage –Tolérance = nécessité d’augmenter les doses pour obtenir le même effet –Sevrage = Réaction physique et/ou psychique désagréable apparaissant lors de l’arrêt brutal

35 Addiction  5 critères : 1.Conduite répétitive 2.Majoration progressive de la conduite 3.Besoin de recourir à la conduite 4.Malaise en son absence 5.Altération du fonctionnement social, familial ou professionnel

36 Addiction  2 types : –Avec produit : tabac, alcool, héroïne, cannabis, etc.. –Sans produit = addictions comportementales :  Addiction au travail « work addict »  Addiction à la sexualité  Addiction au sport  Jeu pathologique  Autres (internet, jeux vidéo, etc..)

37 Troubles du comportement alimentaire Anorexie Boulimie Autres

38 Restriction Alimentaire  Anorexie : c’est théoriquement la perte d’appétit (dépression, maladies somatiques avec AEG)  Restriction alimentaire volontaire dans le cadre d’un délire d’empoisonnement  Anorexie mentale : syndrome avec comportement de restriction alimentaire volontaire et lutte active contre la faim avec d’autres symptômes

39 Anorexie mentale  Triade des « 3 A » –Anorexie –Amaigrissement –Aménorrhée  Comportements de purge : vomissements, prise de laxatifs ou diurétiques  Mais aussi : –Dysmorphophobie –Hyperactivité scolaire, sportive, etc.. –Modifications hormonales

40 Boulimie  Besoin incœrcible d’ingurgiter une grande quantité d’aliments  Par crises plus ou moins fréquentes  Parfois avec vomissement (possible à poids constant)  Associé à une souffrance intense

41 Boulimie  Crise en 3 temps : –Période prodromique :  Angoisse, impression de vide  Besoin impérieux d’absorber des aliments  Lutte anxieuse contre ce besoin –Accès boulimique  Brutal avec aliments hypercaloriques, de durée brève  Souvent à l’abris des regards –Fin de l’épisode  Sentiment de honte ou de culpabilité  Parfois vomissement provoqué ou spontané

42 Autres TCA  Hyperphagie : absorption excessive de nourriture sans caractère boulimique  Mérycisme : régurgitation et mastication (« rumination »)  Pica : absorption inapproprié d’objets non alimentaire (terre, cailloux, etc...) dont la Coprophagie : absorption de matières fécales  Potomanie : consommation excessive d’eau  Dipsomanie : consommation massive de liquides alcoolisées (y compris les parfums, etc..)

43 Moteurs

44 Agitation  Production exagérée et souvent incohérente d’actes moteurs sur un temps bref  Peut se manifester par des propos incohérents ou agressifs  Étiologie variée : –Psychiatrique : manie, schizophrénie, psychopathie, agitation anxieuse, sevrage, etc.. –Somatique : confusion, épilepsie, démence, etc.. –Iatrogène : benzodiazépines, corticoïdes, etc.. –Toxique : cocaïne, ivresse alcoolique, etc..

45 Hyperactivité  Augmentation générale de l’activité orientée ou non vers un but  Étiologie : –Manie, Hypomanie –Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité –Anorexie mentale

46 Compulsions  Comportements répétitifs (laver, ordonner vérifier,..) ou actes mentaux (compter, réciter) que le sujet se sent obligé d’accomplir –en réponse à une obsession –ou selon certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible  Destinés à neutraliser l’angoisse ou à empêcher un événement –Sans relation réaliste entre la compulsion et l’événement –Ou de manière excessive

47 Impulsion  Tendance à la réalisation d’un acte incongru ou dangereux qui échappe au contrôle de la volonté  Pas de lutte anxieuse  Il existe des impulsions agressives, de fugue (dromomanie), de vol (kleptomanie), d’incendie (pyromanie), de mensonge (mythomanie), etc..  ++ Trouble de la personnalité (psychopathie++)

48 Impulsion  Une forme particulière : le « Voyage Pathologique » –Déplacement souvent sur de grande distances –Non préparé –Sous-tendu fréquemment par un processus délirant (hallucinations impérieuses, etc..) ou une désorganisation du comportement (Schizophrénie ++)

49 Accélération ou Ralentissement psychomoteur  Accélération psychomotrice –Logorrhée –Tachypsychie –Agitation ou hyperactivité  Ralentissement psychomoteur –Hypomimie –Discours ralentie, perte de la prosodie EDM –Ralentissement idéique, indécision (dépression) –Lenteur et inertie gestuelle Manie / Hypomanie

50 Catatonie  Syndrome de discordance psychomotrice : –Immobilité avec catalepsie (rigidité, maintien de la position) et flexibilité cireuse (maintien des positions imposées) –Activité motrice excessive et inappropriée –Négativisme (résistance au ordres, refus de la main tendue) –Stéréotypies, postures bizarres –Echopraxies, Echolalies (gestes ou paroles en miroir)  Étiologie : –Schizophrénie –Mélancolie –Autres…

51 Stupeur, Sidération  Arrêt de l’activité motrice et verbale  L’activité émotionnelle ou cognitive peut être intense  Mimique d’étonnement  Étiologie : –Traumatisme –Crise d’angoisse aiguë –Épisode dépressif majeur sévère (mélancolie stuporeuse)

52 Conclusion  Les troubles du comportements sont souvent la partie visible de l’iceberg  Nécessité d’évaluer les émotions, les pensées, les perceptions, la personnalité.  Et le niveau de critique ou de déni des troubles.


Télécharger ppt "Sémiologie Psychiatrique Benjamin Bousquet Chef de Clinique Service U.F.1 Casselardit"

Présentations similaires


Annonces Google