La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les règles de CODD Dans le début des années 70, Edgar.F. CODD, (chercheur chez IBM), a défini les règles sur lesquelles le modèle relationnel a été construit.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les règles de CODD Dans le début des années 70, Edgar.F. CODD, (chercheur chez IBM), a défini les règles sur lesquelles le modèle relationnel a été construit."— Transcription de la présentation:

1 Les règles de CODD Dans le début des années 70, Edgar.F. CODD, (chercheur chez IBM), a défini les règles sur lesquelles le modèle relationnel a été construit. Ces "douze règles de CODD" sont toujours d'actualité. 1. Représentation des informations Les informations sont représentées au niveau logique, et non physique, ce qui signifie que l’on ne se préoccupe pas de l’implémentation réelle des données. Elles sont décrites par des valeurs contenues dans des tables, organisées en lignes et colonnes. 2. Accès aux données Une donnée est accessible logiquement, c’est à dire sans connaissance de son implantation physique, grâce à la combinaison du nom de la table, de la clé primaire et du nom de la colonne (du nom du champ).

2 Les règles de CODD 3. Gestion des valeurs absentes Cette règle précise que la valeur NULL (celle qui correspond à une absence d’information) est interprétable, et de valeur différente d’une chaîne de caractères vide (ou composée de "blancs") ou encore d’une valeur numérique égale à zéro. 4. Dictionnaire de données La description de la base de données est représentée par des informations accessibles comme s’il s’agissait de données ordinaires. Le langage relationnel permet donc en principe de manipuler indifféremment des données du système d’information ou des données décrivant la base elle- même. La description de la base est donc stockée dans des tables faisant partie de ce que l’on nomme le dictionnaire de données.

3 5. Le langage Le SGBD doit inclure au moins un langage comportant l’ensemble des fonctionnalités suivantes : définition des données, définition des vues, manipulation des données, contraintes d’intégrité, autorisations, gestion des transactions (note : il s'agit du langage SQL). 6. La mise à jour à travers une vue Une vue est un mode de représentation logique de la base de données. Si une vue peut être mise à jour, elle peut aussi l’être par le système. 7. La mise à jour des tables Le langage relationnel doit disposer d’ordres de haut niveau s’appliquant non seulement à la lecture des données, mais aussi à la création, la mise à jour ou la suppression d’informations. Les règles de CODD

4 8. L’indépendance physique Les programmes d’applications et les transactions interactives sont indépendants de la représentation physique des données et des méthodes d’accès sous-jacentes. Cela garantit la souplesse d’évolution du système d’information et exige que le SGBD dissocie efficacement la représentation logique d’une part et les aspects d’organisation physique d’autre part. 9. L’indépendance logique Cette règle stipule que les programmes ne sont pas remis en cause lorsque des modifications (sans perte d’informations structurelles) sont opérées sur les relations de la base. Citons par exemple l’éclatement d’une table en deux, ou, à l’opposé, la fusion de deux tables. Les règles de CODD

5 10. L’indépendance vis-à-vis des contraintes d’intégrité Les contraintes d’intégrité susceptibles d’évoluer dans le temps doivent pouvoir être formulées en dehors de tout programme applicatif et être référencées dans le dictionnaire des données. Une application informatique constitue une réponse à un problème qui se pose à un moment précis. Si l’entreprise et son environnement évoluent, le système d’information doit pouvoir s’adapter à cette évolution, sans que soit remis en cause les développements existants. 11. L’indépendance vis-à-vis de la répartition des données L’environnement applicatif n’est pas affecté par la répartition des données sur des sites et des supports physiques distincts, ou toute modification de cette éventuelle répartition. Les règles de CODD

6 12. La non-subversion Cette dernière règle stipule que si le système dispose d’un langage de bas niveau, ce langage ne peut pas contourner ou remettre en cause les contraintes de sécurité et les règles d’intégrité énoncées au plus haut niveau. Les règles de CODD


Télécharger ppt "Les règles de CODD Dans le début des années 70, Edgar.F. CODD, (chercheur chez IBM), a défini les règles sur lesquelles le modèle relationnel a été construit."

Présentations similaires


Annonces Google