La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LUTTE CHIMIQUE RAISONNÉE CONTRE LES MOUCHES DES FRUITS (DIPTERA :TEPHRITIDAE), RAVAGEURS EN VERGERS DE MANGUIERS AU NORD DE LA CÔTE D’IVOIRE. N’dépo O.R.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LUTTE CHIMIQUE RAISONNÉE CONTRE LES MOUCHES DES FRUITS (DIPTERA :TEPHRITIDAE), RAVAGEURS EN VERGERS DE MANGUIERS AU NORD DE LA CÔTE D’IVOIRE. N’dépo O.R."— Transcription de la présentation:

1 LUTTE CHIMIQUE RAISONNÉE CONTRE LES MOUCHES DES FRUITS (DIPTERA :TEPHRITIDAE), RAVAGEURS EN VERGERS DE MANGUIERS AU NORD DE LA CÔTE D’IVOIRE. N’dépo O.R (1), Hala N.F (2), Kouassi K.P (3) THEME: 1 (1),(3): Laboratoire de Zoologie-Biologie Animale, UFR Biosciences, 22 BP 582 Abidjan 22 (Côte d’Ivoire). (2): Centre National de Recherche Agronomique (CNRA), 01 BP 1740 Abidjan 01 (Côte d’Ivoire).

2 • INTRODUCTION • SITES D’ETUDE • MATERIEL ET METHODES • RESULTATS • CONCLUSION 2

3 Introduction •Afrique subsaharienne: centre de production et d’exportation des fruits tropicaux. •Au plan mondial: la mangue est le fruit tropical le plus produit (FAO, 2001). •Filière mangue prometteuse en Afrique de l’ouest et précisément en Côte-d’Ivoire. 3

4 Introduction •Production nationale: t dont – t exportées (OCAB, 2001). •1 er exportateur africain de mangues depuis 1995 et 3 ème fournisseur sur le marche européen (COLEACP, 2007). •Valeur économique ≈ 7 à 8 milliards F CFA (N’Da Adopo et al., 2001). 4

5 Introduction •Menaces phytosanitaires: la cochenille farineuse et les mouches des fruits (Diptera: Tephritidae). •Au niveau mondial: importance économique majeure des mouches des fruits est reconnue (Vayssières et al., 2005). •Pertes dues aux mouches des fruits: 30 à 80% en Côte-d’Ivoire (Hala, 2001; N’dépo, 2010). 5

6 Introduction Figure 2: Dégâts de piqûres des mouches des fruits sur la Kent Figure 1: Points de piqûres de mouches des fruits sur la Kent  Pertes de mangues accrues avec l’apparition de Bactrocera invadens  Pas de produits homologués contre les mouches des fruits.  Pas de seuil de tolérance sur le marché européen. 6

7  Proposer une méthode de lutte chimique raisonnée respectant l’environnement et susceptible de réduire les populations des mouches des fruits, en vue de la sauvegarde de la production de mangues. 7 OBJECTIF GENERAL

8  Inventorier les espèces de mouches des fruits en vergers.  Suivre la dynamique des populations des mouches des fruits.  Tester une méthode de lutte contre les mouches des fruits, notamment B. invadens. OBJECTIFS SPECIFIQUES 8

9 9 Figure 1: Carte de la Côte- d'Ivoire avec les sites de prospection, de piégeage et de collecte de fruits Figure 3: Sites de piégeage et de collecte des fruits SITES D’ETUDE

10 10 SudCentreNord Localités Abidjan Azaguié Yamoussoukro Katiola Korhogo Sinématiali Température 26,9°C27,2°C25,5°C Pluviométrie 1850 mm1200 mm1100 mm Végétation Forêt denseSavane arborée au centre Zone de forêt au sud du V baoulé Savane herbacée Tableau I: Caractéristiques du milieu d’étude

11 11 methodes  Accrochage du piège sur la branche de la plante-hôte.  Recouvrement de la branche d’une couche de graisse.  Relèvement hebdomadaire des pièges.  Renouvellement des appâts et dichlorvos tous les mois.  Capture par piégeage  Piégeage à sec (Tephri-Trap, Mc Phail-Trap)  Attractifs sexuels (méthyl eugénol, dorsalure, terpinyl acétate etc…  Insecticide (Dichlorvos)

12 12 methodes  Prélèvement et collecte de feuilles fraîches de basilic.  Ajout d’éthanol (alcool 90°), vol: 1 l.  Récupération du macéré éthanolique 24 h après.  250 cc de solution est mise dans le piège.  Relèvement du piège et renouvèlement de l’appât tous les 2 j.  Piégeage à appât liquide  Appât naturel: macéré éthanolique des feuilles du basilic Ocimum basilicum L. (Lamiaceae)

13 13  pièges à sec Figure 4: Piège à sec placé dans un verger de manguier (type Tephri Trap) Figure 5: Piège à sec installé dans un verger de mangoustanier (type Mc Phail Trap)  pièges à appât liquide Figure 6: Piège à appât liquide (macéré éthanolique du basilic) (type Dome Trap )

14 14  Incubation des fruits et élevage des larves  Incubation des fruits dans des bassines contenant du sable.  Récolte des larves par tamisage et flottaison.  Lessivage du sable pour collecter les pupes.  Elevage des larves et pupes dans les boîtes. methodes

15 15  Traitements par taches avec Success Appat ®  1 l (S.A) : 5 l d’eau à raison de 1 à 1,5 l S.A/ha, (m.a: spinosad).  Surface 1 m 2 de feuillage/arbre.  Renouvellement hebdomadaire des applications.  Echantillonnage de 100 fruits/parcelle.  Evaluation de méthodes de lutte

16 16  Traitement total avec Proteus ® 170 O’TEQ  40 ml Proteus: 12 l d’eau pour 8 arbres à raison de 0,5 l/ha; (m.a: thiacloprid + deltaméthrine).  Traitement entier de l’arbre.  Application tous les 21 j.  Echantillonnage de 100 fruits/parcelle.

17 17 Methodes Tableau II: Dispositif expérimental Traitements par tachesTraitement total Nombre de blocs33 Nombre vergers/bloc 2 (1 verger à traiter- 1 verger témoin) Ecart des arbres10 m Nombre pièges/verger 22

18 18 Méthodes  Identification des mouches des fruits  Observation des mouches à la loupe binoculaire.  Caractères morphologiques des mouches guide de détermination (De Meyer, 1996, 1998 et 2000).  Expédition des échantillons au musée royal de Belgique pour confirmation.

19 19 Methodes  Capture des mouches/semaine/localité ANOVA, α= 5%; Logiciel: Statistica (v. 7.1 ). Moyennes  Test de Newman Keuls.  Test t  Taux d’infestation et Taux d’attaque des vergers.  Analyses statistiques

20 20 RESULTATS

21 21  23 espèces recensées parmi lesquelles 1 espèce nouvellement rencontrée: Dacus mediovittatus.  D. mediovittatus: 0,24 % à Azaguié; 0,02 % à Yamoussoukro. Inventaires des espèces des mouches des fruits  Abondance B. invadens/C. cosyra: (P<0,01).

22 22 Tableau III: Les espèces de mouches des fruits recensées en Côte-d’Ivoire de juin 2005 à août 2009 Espèces de mouches des fruitsTaux de capture(%) B. (Bactrocera) invadens B. (Gymnodacus) mesomelas C. (Ceratalaspis) cosyra C. (Padalaspis) bremii C. (pardalaspis) punctata C. (pterandrus) anonae C. (Pterandrus) rosa C. (Ceratitis) capitata Ceratitis var fasciventris C. (Pterandrus) penicillata C. (Pardalaspis) edwardsi C. (Pterandrus) pedestris D. (Dacus) bivittatus D. (Dacus) punctatifrons D. langi D. (Dacus) armatus D. (Mictodacus) fuscovittatus D. (Dacus) humeralis D. (Dacus) diastatus D. (Dacus) theophrastus D. mediovittatus sp.n D. (Cocconodacus) chapini Trirhithrum coffeae 89,46 0,01 8,56 0,61 0,04 0,52 0,08 0,002 0,001 0,27 0,3 0,006 0,004 0,005 0,01 0,005 0,004 0,008 0,001 0,01

23 23 Ceratitis punctata Wiedmann Ceratitis bremii Guerin-Meneville Ceratitis Cosyra Walker Bactrocera invadens Drew, Tsuruta et White Figure 7: Quelques espèces de mouches des fruits capturées par piégeage

24 24 Figure 8: Proportion des espèces de mouches émergées des fruits  B. invadens: 84,27% dans la mangue.

25 25 Relations plantes-hôtes et mouches des fruits  33 espèces fruitières testées  27 espèces (12 familles) sont des cibles potentielles.  21 espèces fruitières hébergent B. invadens.  Hôtes favorables: mangue, avocat, etc.  Hôtes circonstanciels: papaye, anonnes, agrumes.

26 26 Fluctuation spatio-temporelle des populations de mouches des fruits Au sud Figure 9: Fluctuation des populations de B. invadens capturées par piégeage au sud (Abidjan, Azaguié) de juin 2005 à septembre En station

27 27 Au centre En milieu paysan Figure 10: Fluctuation des populations des mouches des fruits capturées par piégeage en vergers de manguiers à Yamoussoukro de septembre 2008 à août 2009

28 28 Au nord Figure 11: Fluctuation des populations des mouches des fruits capturées par piégeage en verger de manguiers à Korhogo de septembre 2008 à août 2009 En milieu paysan

29 29 Evolution des populations des mouches dans la mangue Figure 12: Fluctuation des populations des mouches émergées des mangues collectées au sud, centre et au nord de la Côte-d’Ivoire de juin 2005 à Juin 2007

30 30 Comparaison des données du basilic et du méthyl.E. Figure 13: suivi des populations de B. invadens par piégeage au basilic et au méthyl eugénol Evaluation de l’efficacité de Ocimum basilicum L. a a a a b a a a a a a a a a a a  P > 0,05 pour les captures hebdomadaires et moyennes entre le basilic et le méthyl eugénol.

31 31 Evaluation de l’efficacité du Success Appat ® Tableau IV: Taux d’attaque et d’infestation des mangues des vergers traités au Success Appat ® et des vergers témoins PSA: Parcelle traitée au Success Appat ®  Taux d’attaque et d’infestation des fruits TraitementsTaux d’attaque (%)Taux d’infestation (pupes/kg) PSA11,70 ± 12,7 a 2,32±4,24 a TEMOINS 41,05 ± 27,39 b 34,40 ± 21,66 b

32 32 Tableau V: Rendement en fruits (kg/ha) après application du Success Appat ®  Rendement après application du Success Appat ® VariétésProduction (kg/ha) sans traitement Success Appat ® Amelie Kent Keitt  Rendement des parcelles traitées 1,8 fois plus élevé

33 33 Tableau VI: Taux d’attaque et d’infestation des mangues des vergers traités au Proteus ® 170 et des vergers témoins  Taux d’attaque et d’infestation des fruits TraitementsTaux d’attaque (%) Taux d’infestation (pupes/kg) PPRO13,59 ± 12,02 a 5,86 ± 9,12 a TEMOINS 47,37 ± 24,49 b 44,71 ± 34,17 b PPRO: Parcelle traitée au Proteus ® 170 O’TEQ Evaluation de l’efficacité du Proteus ® 170 O’TEQ

34 34  Rendement après application du proteus ® 170 O’TEQ Tableau VII: Rendement en fruits (kg/ha) après application du Proteus ® 170 O’TEQ VariétésProduction (kg/ha) sans traitement Proteus ® 170 Amelie Kent Keitt  Rendement des parcelles traitées 1,8 fois plus élevé.

35 35 Présence de 23 espèces de mouches des fruits en zone de production fruitière avec une espèce nouvellement recensée: D. mediovittatus. Bactrocera invadens est majoritaire dans les pièges et dans les fruits, notamment dans la mangue et l’avocat. Les fluctuations des populations présentent 2 pics (mai-septembre, novembre –janvier) au sud et 1 pic (avril-août) au centre et au nord. Plusieurs espèces de plantes fruitières hébergent les mouches des fruits.  Tenir compte de ces espèces de plantes dans la gestion des populations de ces mouches. CONCLUSION

36 36 Le piégeage au basilic donne des résultats semblables à un ceux d’un attractif sexuel. Le basilic contient du méthyl eugénol (Anonyme, 2007).  Possibilité de valorisation d’un produit local.  Les méthodes de traitements chimiques raisonnées (par taches et total) se sont montrées efficaces et contribuent à la réduction des pertes de production de mangues causées par les mouches des fruits.

37 37 Remerciements UNIVERSITE DE COCODY CNRA: Centre National de Recherche Agronomique. MRAC: Musée royal de l’Afrique Centrale. IITA: Institut International de l’Agriculture Tropicale. FIRCA: Fonds Interprofessionnels pour la Recherche et le Conseil Agricole. La Banque mondiale et l’Union européenne.


Télécharger ppt "LUTTE CHIMIQUE RAISONNÉE CONTRE LES MOUCHES DES FRUITS (DIPTERA :TEPHRITIDAE), RAVAGEURS EN VERGERS DE MANGUIERS AU NORD DE LA CÔTE D’IVOIRE. N’dépo O.R."

Présentations similaires


Annonces Google