La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Gilles Brassard Quelques prix et distinctions • Fellow, International Association for Cryptologic Research, 2006 • Fellow, Institut canadien de recherche.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Gilles Brassard Quelques prix et distinctions • Fellow, International Association for Cryptologic Research, 2006 • Fellow, Institut canadien de recherche."— Transcription de la présentation:

1 Gilles Brassard Quelques prix et distinctions • Fellow, International Association for Cryptologic Research, 2006 • Fellow, Institut canadien de recherche avancé, 2002 • Chaire de recherche du Canada en informatique quantique, 2001 • Prix Marie-Victorin, 2000 • Bourse de recherche Killam, 1997 • Membre de l'Académie des sciences, Société royale du Canada, 1996 • Personnalité de l'année en sciences et technologie, La Presse, 1995 • « Grand Débrouillard », Les Débrouillards, mai 1993 • Bourse commémorative E.W.R. Steacie, 1992 Bernard Lambert Quelques livres (pouvez-vous compter les langues?) Prototype de crypto quantique (1989) Cryptographie quantique Père de l’informatique quantique Natif de Ahuntsic, Gilles Brassard maîtrise déjà le calcul différentiel au primaire et entre à l'Université de Montréal à 13 ans. Après la maîtrise, son directeur, Paul Bratley, le convainc de s'exiler aux États-Unis pour faire un doctorat à Cornell. Bien lui en prit puisque que c'est là qu'il est initié à l'algorithmique et à la cryptographie. Depuis lors, il est professeur à l'Université de Montréal. En 1979, il rencontre Charles Bennett, un physicien qui travaille chez IBM. Cinq ans plus tard, de leurs discussions naît BB84, un protocole de cryptographie quantique. Grâce aux propriétés fondamentales de l'information quantique, la moindre tentative d'interception d'un message codé par leur technique altère aussitôt celui-ci. Le message est ainsi parfaitement protégé des espions. Il leur faut cinq ans de plus pour peaufiner l'idée originale et construire un prototype qui met la théorie en pratique en transmettant un message codé sur 32 cm. Cet exploit leur vaut la une de la revue Scientific American. Depuis, des messages encryptés ont été transmis sur 144 km. Persistant dans cette voie, Gilles Brassard est considéré comme le père d'une nouvelle discipline : l'informatique quantique. Ses découvertes théoriques pourraient conduire à une révolution sans précédent depuis l'invention du transistor. Selon lui « avec un ordinateur quantique utilisant seulement un millier de particules, on pourrait faire rapidement un calcul qu'un ordinateur classique de la taille de l'univers ne parviendrait pas à effectuer avant l'extinction du Soleil ». Avec cinq autres chercheurs, il invente aussi le concept de téléportation quantique. Le phénomène a été confirmé et des photons – des particules de lumière – ont pu être téléportés sur une distance de quelques kilomètres (et des atomes sur quelques microns). Le jeune prof (1984) Yoshua Bengio est une sommité internationale des réseaux de neurones et de l’apprentissage machine. Il se spécialise dans l'application de techniques statistiques à des problèmes de très grande envergure : très vastes ensembles de données englobant un grand nombre de variables. Dès 1994, son article Learning Long-Term Dependencies with Gradient Descent Is Difficult bouleversait tout un champ de recherche. Au DIRO, il a rapidement bâti un groupe de recherche de classe mondiale. Les projets en cours couvrent des domaines aussi variés que l’analyse des transactions financières, la prédiction des préférences musicales ou la découverte de nouveau médicaments. Son laboratoire a collaboré avec des entreprises importantes, comme Desjardins, CGI et Bell, et a contribué au développement de deux entreprises locales : Apstat et Radio Libre. Yoshua Bengio Fondateur du laboratoire informatique des systèmes adaptatifs (LISA) = Chaire de recherche du Canada sur les algorithmes d'apprentissage statistique = Chaire de recherche industrielle CRSNG-CGI Biologie informatique et théorique La bio-informatique est un nouveau domaine de recherche issu de la soudaine prolifération de données génétiques générées par le projet du génome humain lancé en Fondé en 1994, le laboratoire en biologie informatique et théorique (LBIT) s'intéresse principalement à la modélisation physique de molécules complexes, plus particulièrement aux acides ribonucléiques (ARN) qui, avec les protéines, constituent les principaux acteurs des métabolismes de la cellule. Plusieurs maladies sont causées par des modifications de ces acteurs. Si on peut bloquer ou corriger ces modifications, on peut guérir une maladie, ou du moins en limiter les effets. La forme tridimensionnelle des acteurs nous en dit long sur leur manière d’interagir mais il est presque impossible de la déterminer en utilisant des moyens physiques. La modélisation informatique est une alternative efficace et représente un des axes principaux de recherche au laboratoire ainsi qu'à l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université. MC-Sym, un logiciel de modélisation des ARN élaboré par François Major, est une des contributions importantes du laboratoire. Le logiciel compte aujourd’hui une centaine d’utilisateurs dans le monde, ce qui en fait un des logiciels les plus exploités dans le milieu de la recherche sur les ARN. LightTwist Dévoilé par la Société des arts technologiques de Montréal lors des festivals Ars Futura 2004 de Barcelone et Montréal en lumière La vision par ordinateur occupe une place de choix parmi les méthodologies d’extraction et de représentation des connaissances. Ses chercheurs s’intéressent à l’imagerie médicale, à la vision stéréoscopique, puis à la modélisation statistique et la reconnaissance de forme. Sébastien Roy a acquis une certaine notoriété en développant des applications dans le domaine des arts. L’une d’elle, LightTwist, contrôle un réseau de projecteurs afin de créer une image géante sur des surfaces de formes quelconques. Ses recherches ont abouti à neuf brevets. Traitement d’images et Vision 3D Génie logiciel Le but du génie logiciel est l’application des principes et méthodes de l’ingénierie au développement des logiciels. La recherche vise à définir et à valider ces méthodes et à supporter leur application par des outils automatisés. Le laboratoire s’intéresse à l’application des méthodes formelles, au développement orienté objet, à la qualité du logiciel et à l’inter-opérabilité des applications sur le Web. HERON : Higher Educational Research ON tutoring systems Ce laboratoire s’intéresse à des travaux multidisciplinaires en intelligence artificielle, multimédia et éducation. Les systèmes tutoriels intelligents et les agents intelligents constituent le thème de base. Depuis peu, les recherches concernent aussi l'intelligence émotionnelle. Claude Frasson, fondateur de HERON, est à l’origine de la conférence internationale sur les systèmes tutoriels intelligents (ITS) lancée en Informatique théorique et quantique Les six professeurs de ce groupe ont des intérêts variés couvrant la majorité des aspects de la discipline. Les recherches récentes se trouvent surtout dans les domaines suivants : mathématiques discrètes et théorie des graphes, complexité du calcul, cryptologie, informatique quantique et fondements de la mécanique quantique. Laboratoire de langage et calcul distribué Une réalisation importante de ce laboratoire a été le compilateur Gambit pour le langage Scheme. Ce logiciel ultra efficace écrit par Marc Feeley est utilisé au MIT et dans plus de 50 universités dans le monde. Autres groupes de recherches


Télécharger ppt "Gilles Brassard Quelques prix et distinctions • Fellow, International Association for Cryptologic Research, 2006 • Fellow, Institut canadien de recherche."

Présentations similaires


Annonces Google