La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA LECTURE A HAUTE VOIX AU NIVEAU CP/CE1 Cécile LAROYE – IMF itinérante Circonscription de Meaux Nord

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA LECTURE A HAUTE VOIX AU NIVEAU CP/CE1 Cécile LAROYE – IMF itinérante Circonscription de Meaux Nord"— Transcription de la présentation:

1 LA LECTURE A HAUTE VOIX AU NIVEAU CP/CE1 Cécile LAROYE – IMF itinérante Circonscription de Meaux Nord

2 Lire cest comprendre Lire et lire à haute voix Mais quelles sont les composantes du modèle de compréhension ?

3 1. Le lecteur Daprès Jocelyne GIASSON Extrait de La compréhension en lecture – éd. de Boeck Les structures du lecteur : Globalement, elles font références à ce que le lecteur est : - - ses connaissances, - - et ses attitudes. Les processus du lecteur : Ils font référence à ce quil fait durant la lecture : - les habiletés mis en œuvre.

4 Lintention de lauteur : Il détermine en fait lorientation des deux autres éléments. La structure du texte : Elle fait référence à la façon dont lauteur a organisé les idées dans le texte. Le contenu : Il renvoie aux concepts, aux connaissances, au vocabulaire que lauteur a décidé de transmettre. 2. Le texte

5 3. Le contexte Le contexte psychologique : - - Intention de lecture, - - Intérêt pour le texte…. Le contexte social : - - Les interventions de lenseignant, - - Les interventions des pairs… Le contexte physique : - Le temps disponible, le bruit…. Il comprend des éléments qui ne font pas partie littéralement du texte et qui ne concernent pas directement les structures ou les processus de lecture, mais qui influent sur la compréhension du texte.

6 La lecture silencieuse La compréhension en lecture variera selon le degré La compréhension en lecture variera selon le degré entre les trois variables. Plus les variables lecteur, texte et contexte seront imbriquées les unes dans les autres, « meilleure » sera la compréhension Plus les variables lecteur, texte et contexte seront imbriquées les unes dans les autres, « meilleure » sera la compréhension

7 La lecture silencieuse Situation 1 L T C Le texte utilisé correspond au niveau dhabilité du lecteur mais le contexte nest pas pertinent. Exemple : Pensons à un élève qui lit à haute voix devant la classe un texte nouveau avec lintention de faire une belle lecture. Le contexte de lecture orale devant un groupe nest pas de nature à favoriser la compréhension dun texte même si ce dernier est adapté au lecteur.

8 La lecture silencieuse Situation 2 L T C Le lecteur est placé dans un contexte favorable, mais le texte nest pas approprié à ses capacités. Exemple : Il peut sagir dun lecteur qui lit silencieusement un texte pour lequel il sest fixé une intention de lecture pertinente, mais : le texte, par sa structure ou son contenu, est trop difficile pour lui.

9 La lecture silencieuse Situation 3 L T C Les variables ne sont pas imbriquées les unes dans les autres. Lélève lit un texte qui nest pas à son niveau, et de plus, le contexte de lecture nest pas approprié. Exemple : Il suffit de se représenter lélève qui a constamment été placé en situation déchec en lecture depuis le début de sa scolarité. Il naborde pas non plus la lecture avec une intention pertinente, car il na pas appris à chercher du sens dans la lecture.

10 La lecture silencieuse La compréhension en lecture est fonction de trois variables indissociables : le lecteur, le texte et le contexte. On devra être plus nuancé et précis lorsquon parle de la compréhension en lecture chez un élève en particulier. A partir de ce modèle on ne dira plus : « Cet élève a des problèmes de compréhension » Mais : « Cet élève devant tel type de texte et dans tel contexte comprend de telle façon. »

11 La lecture à haute voix Une activité de communication (Point majeur qui la différencie de la lecture oralisée). Cest une compétence qui sacquiert,. Le texte doit être compris pour être transmis.

12 La lecture plaisir Pour entrer dans lactivité, il est indispensable de : lire à haute voix régulièrement des textes narratifs mais aussi prescriptifs ou informatifs…. à partir de différents supports, de partager ce plaisir de lire de façon : 1. Lecture de lenseignant - A jouer un rôle dimprégnation, - De susciter le goût de la lecture - Et de donner aux enfants ainsi lidée de ce quon attend deux.

13 La lecture en vue dacquisitions Faire des observations morphosyntaxiques Exemple : Compte extrait dHistoires pressées de Bernard Friot Milan Poche Junior (page 63) Qui parle ? Qui est je ? A loral, je leur donne à vivre la différence entre : - le masculin et le féminin - ou encore le singulier et le pluriel Ces observations répondent à la question du sens de lorthographe dans le texte.

14 La lecture en vue dacquisitions Jouer sur des sonorités Exemple : Tonton, ton thé ta-t-il ôté ta toux ? Les élèves doivent un premier temps comprendre ce qui est dit, ce que la phrase donne à entendre est difficile. Ils doivent ensuite essayer à leur tour répéter la phrase : cette phase est alors articulatoire.

15 La lecture en vue dacquisitions Réfléchir à partir de situations problèmes Exemple : Les Martiens extrait de Contes glacés de Jacques Sternberg Espace Nord Junior, Labor, Ce texte est un exemple de texte simple par sa syntaxe et son vocabulaire. - Certains éléments induisent en erreur. La compréhension est alors difficile. - Le problème est résolu par la grammaire de texte en répondant aux questions : où, quand, qui, quoi…. Les savoirs grammaticaux sont au service de la lecture.

16 2. Lecture de lélève Objectifs Pour améliorer sa diction Pour maîtriser le rythme Pour être expressif Pour communiquer avec autrui Respirer, Écouter lautre Articuler Maîtriser le débit Moduler sa voix Rechercher lintonation

17 Bibliographie ARGOS n° 38 – oct. 2005, La mise en voix des textes, Ed. Scérén – crdp Académie de Créteil GIASSON Jocelyne, 1990, La compréhension en lecture, éd. De Boeck, Canada éd. De Boeck, Canada JEAN Georges, 1999, La lecture à haute voix, éd. Les ateliers éd. Les ateliers PLED Bruno, 1998, Lire à haute voix au cycle 3, éd. Nathan éd. Nathan ROS-DUPONT Michelle, 1999, La lecture à haute voix du CP au CM2, éd. Bordas éd. Bordas FRIOT Bernard, 1988, Histoires pressées, éd. Milan Poche Junior, Paris éd. Milan Poche Junior, Paris STERNBERG Jacques, 1998, Contes glacés, Espace Nord Junior, Labor Espace Nord Junior, Labor Cécile LAROYE – IMF itinérante Circonscription de Meaux Nord


Télécharger ppt "LA LECTURE A HAUTE VOIX AU NIVEAU CP/CE1 Cécile LAROYE – IMF itinérante Circonscription de Meaux Nord"

Présentations similaires


Annonces Google