La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Passer à la première page Histoire de lenseignement de la natation Thierry Terret – BEESAN 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Passer à la première page Histoire de lenseignement de la natation Thierry Terret – BEESAN 2006."— Transcription de la présentation:

1 Passer à la première page Histoire de lenseignement de la natation Thierry Terret – BEESAN 2006

2 Passer à la première page Plan n 1 – Lhéritage des premières formalisations n 2 – Entre école, sport et loisir : les modèle denseignement de la natation au 20ème siècle n 3 – Savoir nager et motricité aquatique

3 Passer à la première page 1 – Lhéritage des premières formalisations

4 Passer à la première page 1-1 Linvention dune pédagogie de la natation n Une conjoncture favorable : la Renaissance u Ancienneté des pratiques u Une eau qui transite dans un corps perméable u L eau maléfique u Les plaisirs du bain u Le bain, un lieu de moins en moins légitime u La double disqualification de l eau

5 Passer à la première page Une conception technologique de la natation n Le corps et la raison n Le bateau et le progrès humain n « L homme seul entre les animaux peut faire des barques et des ponts, ou passer des rivières à cheval » (Pelisson, 1647) n La machine de Lanquer (Le naufrage sans péril, 1675) ; n La cuirasse de liège de Bachstrom (L art de nager, 1741)

6 Passer à la première page n L habit de mer de Gelaci n La soubrevest du Sieur Bonal, n La jaquette de Wilkinson n La ceinture de liège du Comte de Puysegur n La machine de Ozanam n Mallison: « Advice to all who are desirous of acquiring the art of swimming, in which is clearly shown the impossibility of an accident happening when equipped with the invention called the Seaman s friend and bather s companion », 1812

7 Passer à la première page n UP de Latour, Des patins- nageoires et de la natation en général, 2e éd. 1838)

8 Passer à la première page n Le scaphandre de l Abbé de la Chapelle (1775) u « Nager sur le champ sans jamais avoir appris » u « marcher tout debout à la nage » n La nature maîtrisée n Ne pas se rabaisser au rang de l animal

9 Passer à la première page 1-3 Naissance dune conception technique de la natation n L intelligence au service de l apprentissage n Nicolaus Wynman, Colymbetes, sive de arte natandi, 1538 n Everard Digby, De arte natandi, 1587 n La comparaison avec l animal et la conception elisabethaine du rapport au monde n Une référence ambiguë à l animal

10 Passer à la première page n Des descriptions courtes et illustrées n Un souci de précision n Une référence incontournable

11 Passer à la première page n « Pendant l action de nager, l homme se soutient et avance sur l eau, par les mouvements des bras et des jambes qui se fléchissent et s étendent alternativement avec la plus forte contraction » (Tissot, 1780) n « Il faut avoir soin en nageant que le mouvement des mains coïncide parfaitement avec celui des pieds. On approche d abord les mains vers le menton, ensuite on les avance en leur faisant décrire un demi-cercle à droite et à gauche, et en tournant la paume de la main en dehors. Quant aux pieds, on les rapproche d abord, en les tenant bien joints ; ensuite, on les étend en poussant l eau à droite et à gauche, et on avance ainsi » (Durivier et Jauffret, 1803) n « Que vos talons se touchent et qu ils soient rapprochés des fesses ; que vos genoux soient éloignés l un de l autre le plus possible. Tenez-vous prêt à chasser vigoureusement de la plante des pieds l eau qui se retrouvera dans leur direction et, surtout, retenez bien ceci : comme si un même ressort faisait partir à la fois vos pieds et vos mains, que vos bras et vos jambes se déploient en un seul instant » (Anonyme, 1819) n « Les mouvements simultanés des bras et des jambes déterminent la progression du corps ; les extrémités supérieures, rapprochées, se portent au devant du tronc pour rompre le fil de l eau et du courant, puis des mouvements de flexion et d extension refoulent le liquide sur les côtés et en arrière, tandis que les membres inférieurs exercent les mêmes mouvements de flexion et d extension et impriment à la masse liquide un mouvement rétropulsif plus fort et plus étendu en prenant leur point d appui sur l eau » (Debreyne, 1844)

12 Passer à la première page 1-2 Les bains et écoles de natation : sentretenir Les bains du pauvre u Toues et « bains à 4 sous » u « On voit là, pêle-mêle, des femmes, des filles de tout âge ; une nudité complète les livre avec insouciance aux regards les uns des autres (...). Les jupes, les chemises, les bas, les fichus, les robes sont mis par paquets et fixés à des cerceaux que soutient la voile en demi- ceintre: plus d'une baigneuse, il est vrai, s'est vu ravir sa toilette » (Cuisin, 1822)

13 Passer à la première page « Des masses de batraciens à face humaine, grouillant et pataugeant dans cette vasque immonde » (Briffault, 1844) A chacun son bain

14 Passer à la première page Les bains du Sieur Turquin n "La première leçon, qu'on appelle obligatoire, aura pour objet tous les mouvements qu'on est obligé de faire pour nager. Pour cette raison, elle se donnera à sec, c'est-à-dire le corps vêtu, hors de l'eau, couché et suspendu dans le milieu sur des machines imaginées à cet effet (...). Les membres ainsi disposés aux mouvements de la natation, les leçons seront répétées dans le bassin destiné à nager et seront dirigés par d'habiles maîtres (...). La 3° leçon sera d'apprendre à nager tout habillé (...). La 4° consistera à faire prendre aux élèves l'habitude d'apprendre à nager en pleine rivière contre le vent et le courant d'eau (...). La 5° sera l'art de plonger » (Turquin, 1786)

15 Passer à la première page Les bains de l'aristocratie

16 Passer à la première page Les écoles de natation de la bourgeoisie

17 Passer à la première page Les bains de mer n Une fonction hygiénique renforcée : le bain de mer comme cure n la gestion médicale d'une réaction de l'organisme n « ceux qui ne savent pas nager peuvent se tenir par la main et, en groupe, faire des rondes dans l'eau » (Dr. Amat, 1883) n Les conditions de l immersion

18 Passer à la première page n Roulottes et « baigneurs » n L immersion entre plaisir et cure Nager ou se baigner

19 Passer à la première page 1-3 les sociétés de sauvetage : survivre n Permanence des naumachies n Une culture à part n force et solidarité au cœur des naumachies n Rivière et solidarité n « prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir ou éviter les accidents maritimes, et d'encourager par tous les moyens en son pouvoir les œuvres humanitaires » n Une composition sociale circonscrite La fête et la natation u Joutes et natation u La reconversion de certains experts

20 Passer à la première page 1-4 Linstitution militaire : obéir n De Courtivron… Une tradition ancienne u Le Vicomte de Courtivron, « Traité complet de natation. Essai sur son application à l'art de la guerre », 1823, 1824, u 18 « manières de nager » u « l'art de se soutenir sur l'eau, de s'y diriger en divers sens et d'y plonger » u « la natation est une lutte constante, c'est bien parce que l'eau est une ennemie formidable avec laquelle il faut lutter sans cesse, qu'il faut toujours vaincre, toujours dominer pour ne pas être sa victime »

21 Passer à la première page n Une typologie utilitariste n un décalage avec Amoros

22 Passer à la première page n Art de la natation et art de la guerre : les compétences du nageur-soldat

23 Passer à la première page

24 Passer à la première page

25 Passer à la première page

26 Passer à la première page n … A dArgy n l étape de l apprentissage terrestre n Le natateur de Lechevallier

27 Passer à la première page n Au-delà de la fonction stratégique et utilitaire : trois options u l option hygiénique u l option disciplinaire u l option roborative

28 Passer à la première page 2 – Entre école, sport et loisir : les modèle denseignement de la natation au 20ème siècle

29 Passer à la première page Conjoncture Une natation... Pourquoi ? (enjeux) Quoi ? (contenus) Comment ? (procédures didactiques) Où ? (conditions matérielles) Qui ? (conditions humaines)...disciplinaire ( ) La discipline et lhygiène La brasse et le geste Le simple et le complexe Leau et la terreLe maître et le marinier...utilitaire ( ) Ladaptation et lhygiène La brasse et les nages essentielles Linstrument et lélève Leau et le petit bain Linstituteur et le professeur de natation...sportive ( ) Le champion et la technique Léquilibre, la respiration et la propulsion Le débutant et lexpert Leau et le bassin dapprentissage Linstituteur et le MNS...ludique ( ) Le jeu et la motricité Le répertoire moteur aquatique Lessai et lerreurLeau et le milieuLinstituteur et le MNS...de loisir ( ) Le loisir et la culture LERPILaction, la réflexion et la régulation Leau et la vagueLe Professeur des Ecoles et le MNS Source : Terret, INSEP 1999

30 Passer à la première page 2-1 Une natation disciplinaire ( ) n La natation devient une gymnastique n Une référence au modèle militaire qui valorise la phase terrestre. n Des objectifs patriotiques n "On soutient l'élève au moyen de deux cordes, l'une à la ceinture, l'autre aux épaules (...). Le professeur fera exécuter les mouvements en donnant lui-même la cadence; lorsque l'élève exécutera bien, il l'abandonnera peu à peu à lui-même en lâchant un peu les cordes" (Lequenec, 1886) n La brasse : seul modèle technique

31 Passer à la première page n Un art du mouvement n Privilégier la discipline collective n Des espaces conformes aux objectifs

32 Passer à la première page 2-2 Une natation utilitaire ( ) n Ladaptation et lhygiène : "Le véritable nageur est celui qui nage dans toutes les situations, ne se reposant d'une manière que par une autre et qui, ayant beaucoup de chemin à faire et craignant d'être saisi d'une crampe, variera son attitude pour donner de l'action aux muscles qu'il sent près de se raidir (Poulaillon, 1904)

33 Passer à la première page n Phase dapprentissage en sept étapes chez Hébert: u apprentissage de la brasse sur le ventre (« lalphabet de la natation »), u brasse sur le dos, u plongée sous leau, u plongeon par les pieds et par la tête (ici, le débutant est en mesure daborder la leçon- type), u flotter en saidant des membres, nage sur le côté, u nages de vitesse. n Chaque nouvelle nage est dabord exécutée à sec, puis en eau peu profonde, avec ou sans aide, puis en eau profonde avec sangle, bouée, ou un autre appareil

34 Passer à la première page Linstrument et lélève : les innovations de Paul Beulque

35 Passer à la première page n La brasse et les nages essentielles: La brasse, c'est la marche, l'over arm stroke, c'est le pas gymnastique. Le trudgeon et le crawl, c'est la course. Dès que l'écolier connaîtra la brasse, il devra donc essayer les nages spéciales (G. Rigal, L. Vénard, La natation moderne enseignée à tous, Paris, 1921) n Linstituteur et le professeur de natation n Leau et le petit bain n Schoebel et la familiarisation au milieu aquatique

36 Passer à la première page 2-3 Une natation sportive ( ) Le champion et la technique : R. Catteau, G. Garoff, L'enseignement de la natation, Paris, Vigot, 1968 n Léquilibre, la respiration et la propulsion n Le débutant et lexpert n Linstituteur et le MNS n Les bassins dapprentissage mobiles

37 Passer à la première page 2-4 Une natation ludique ( ) n Le jeu et la motricité : u Guy Azemar et laventure motrice u Alain Vadepied et le jardin aquatique u Pierre Arnaud et Gérard Broyer et le développement de lintelligence n Le répertoire moteur aquatique. n Les 17 « repères » n Une démarche par essai et erreur n Leau devient un « milieu aquatique » n Linstituteur et le MNS

38 Passer à la première page 2-5 Une natation de loisir ( ) Le loisir et la culture Le système ERPI : Laction, la réflexion et la régulation Leau et la vague Le Professeur des Ecoles et le MNS

39 Passer à la première page 3 – Savoir nager et motricité aquatique

40 Passer à la première page 3-1 Les trois savoirs n un savoir minimal et utilitaire n un savoir fondamental n des savoirs spécifiques

41 Passer à la première page 3-2 Référence culturelle et motricité aquatique n EFAS: une nouvelle modélisation de la natation

42 Passer à la première page Quelques conséquences n Sur le choix de la programmation n Sur le choix des espaces n Sur la cohérence contenus d'apprentissage- évaluation n Sur la place des techniques de nage et des règlements fédéraux

43 Passer à la première page 3-3 Cohérence des conceptions n Patrick Schmitt (1990), Nathalie Gal (1993) n Patrick Pelayo, Dominique Maillard, Denis Rozier et Didier Chollet n Jean-Luc Ubaldi (1998), Richard Reffugi (1996), M. Verger (1993), M. Payen et G. Denis (1993) n Roland Michaud et les CPD du Rhône n Tests…

44 Passer à la première page Une relance officielle de lenjeu sécuritaire n circulaire du 31 mai 2000 pour la pratique des sports nautiques : « apprécier la capacité de lélève à se déplacer dans leau, sans présenter de signe de panique, sur un parcours de 20 mètres, habillé de vêtements propres (tee-shirt et, si possible, pantalon léger, de pyjama par exemple) et muni dune brassière de sécurité conforme à la réglementation en vigueur, avec passage sous une ligne deau, posée et non tendue ». Programmes scolaires… et alternatives

45 Passer à la première page Exemples de propositions pédagogiques pour lapprentissage de la natation chez lenfant selon la nature de lobjectif et le type de motricité valorisé Visée culturelle dominante Culture corporelle Culture sportive Culture aquatique Motricité valorisée AdaptationA. Vadepied, G. Azémar, M. Piednoir, V. Delaune, FAEL J.Vallet, J. Fouace Y. Depelseneer Nager, réussir et comprendre « Pechomaro » EfficienceAgir dans le monde (Cycle 1) R. Catteau, « Digne Dingue Deau », les « 17 repères » N. Gal, P. Pelayo


Télécharger ppt "Passer à la première page Histoire de lenseignement de la natation Thierry Terret – BEESAN 2006."

Présentations similaires


Annonces Google