La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les examens exploratoires en cardiologie Aurélie BARBACHOUMarine MIOT Emilie JULLIENEmilie LEPRETRE Sarah FREIBURGER.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les examens exploratoires en cardiologie Aurélie BARBACHOUMarine MIOT Emilie JULLIENEmilie LEPRETRE Sarah FREIBURGER."— Transcription de la présentation:

1 Les examens exploratoires en cardiologie Aurélie BARBACHOUMarine MIOT Emilie JULLIENEmilie LEPRETRE Sarah FREIBURGER

2 2 SOMMAIRE Les différents examens électriques 3 Les différents examens dimagerie 19 Les différents examens biologiques 40

3 3

4 4

5 5 Cest un examen permettant denregistrer les variations de lactivité électrique du myocarde recueilli dans les différents points du corps.. Il a pour but de calculer précisément la fréquence cardiaque et de détecter les troubles du rythme.. Il permet de diagnostiquer linfarctus du Myocarde.. Cest un examen non douloureux.

6 6 MATERIEL :- Electrographe - Electrodes POUR EVITER LES PARASITES :. Retirer bijoux, prothèses auditives, lunettes, pièces de monnaie, téléphone, métal etc…. Séloigner des lignes à haute tension;.Débrancher le lit, si patient hospitalisé;. Peau du patient non grasse;. Attention aux mauvaises électrodes, et à la crème de contact de mauvaise qualité. -> Il faut penser à activer le filtre de lélectrographe.

7 7 AVANT LEXAMEN :. Allonger le patient confortablement;. Retirer les sources parasites;. Placer les électrodes de la manière suivante :

8 8 -> Périphérique : JAUNE : Bras Gauche VERT : Jambe Gauche ROUGE : Bras Droit NOIR : Jambe Droite -> Précordiale : V1 : 4 ème espace intercostal (proche du sternum) Droit V2 : 4 ème espace intercostal Gauche V3 : Entre V2 et V4 V4 : Ligne médio claviculaire (5 ème espace) V5 : Ligne axillaire antérieure Gauche entre V4 et V6 V6 :Ligne axillaire moyenne (dessous de bras, 5 ème espace)

9 9

10 10 -Dire au patient de se détendre, de ne plus parler et de ne plus bouger; -Appuyer sur le bouton pour démarrer. Sur lECG : - Marque- Nom, Sexe, Age - Chambre- Date - Nom du Docteur qui fait la demande - Personne soignante qui réalise lECG -> Il peut être fait au repos et à leffort (ceinture)

11 11

12 12 Cest le même principe que pour lECG mais il est posé sur 24 à 48h.. Il permet de dépister des troubles du rythme ou de la conduction qui surviennent épisodiquement au cours du temps.. Cest un appareil peu encombrant.. Il faut simplement que la personne marque les activités quelle réalise dans la journée pour pouvoir analyser les données.

13 13

14 14 La Coronarographie fait partie des artériographies, car elle visualise les artères. Cest lexploration des artères coronaires.. Cet examen permet de visualiser les sténoses des artères et de proposer un traitement ; soit médicamenteux, soit chirurgical (pontage, dilatation dune artère, angioplastie ; stent). Il dure environ 1h. CONTRE-INDICATIONS :. Femme enceinte;.Patient présentant un tableau hémorragique (rectorragie, ulcère gastrique);. Insuffisance Rénale sévère.

15 15 MATERIEL : Sonde, produit de contraste, radiographie. PRECAUTIONS : -> Avant lexamen : -Arrêt du traitement anticoagulant (AVK), passé en HBPM (moins de risque hémorragique); -Arrêt des biguanides (interactions avec PDC); -Evaluation de la fonction rénale -> urée, créat, bilan sang

16 16 -> Préparation du patient : -Douche antiseptique; -Préparation du champ opératoire (dépilation du bras ou disparition génital à mi-cuisse); -Douche antiseptique; -A jeûn. -Surveillance des constantes.

17 17 -> Au bloc : -Désinfection du champ opératoire; -Anesthésie locale; -Introduction de la sonde; soit par lartère fémorale, ou dans artère au pli du coude; -Remonter jusquà laorte pour aller dans les artères coronaires; -Injection du PDC (sensation de chaleur); -Cliché radio (vidéo); -Traitement chirurgical ou médicamenteux SB; -Retirer la sonde; -Point de pression sur le point de ponction; -PST compressif de 3h;

18 18 -> Retour de bloc : -Faire boire; -Surveillance point de ponction (PST, hémorragie, hématome); -Diurèse; -Attention aux allergies; -Hémorragie à surveiller; -Constantes; -Etat général du patient. Il faut une hospitalisation de 24 à 48h suivant létat du patient. COMPLICATIONS : -Section dune artère (déchirure); -IDM, Angor, troubles du rythme.

19 19

20 20

21 21 Est pratiquée à visée préventive, avec absence de symptôme (en Médecine du Travail…). Et à visée diagnostique; en cas de signes pulmonaires, où est observée une gène respiratoire; ou en cas de signes cardiaques, avec des douleurs dans le thorax.. Elle va permettre dobserver la forme et la taille du cœur, les poumons et les os du thorax (côtes et clavicule) par transparence.. Lexamen dure environ 5 à 10 minutes, et deux clichés sont habituellement réalisés (face et profil).

22 22 -> Préparation du patient : -Déshabillage (retirer bijoux et tout objets en métal); -Demander au patient de rester debout; -Bien inspirer à fond puis bloquer quelques secondes la respiration, quand cela est demandé; -Rhabillage; -Clichés, le plus souvent, remis aussitôt au patient. CONTRE-INDICATION : Eviter une radiographie du thorax en cas de grossesse.

23 23 1 Sternum 3 Articulation sterno-claviculaire 4 Clavicule 5 Arc costal 6 Corps vertébral 7 Trachée 8 Bronche Souche Gauche 9 Bronche Souche Droite 10 Aorte Descendante 11 Hile Pulmonaire Droit 12 Hile Pulmonaire Gauche 13 Diaphragme 14 Bulle à air gastrique 15 Cœur

24 24

25 25 Il en existe deux types :. LEchographie Cardiaque Trans-Thoracique (ETT). LEchographie Cardiaque Trans-Œsophagienne (ETO) ETT : Permet de repérer tout symptôme cardiologique; douleur thoracique, dyspnée, palpitation, syncope…. Lexamen dure environ 15 à 30 minutes. -> Déroulement :- Patient à jeûn non nécessaire: - Installation en décubitus dorsal G, puis en dorsal, en semi obscurité; -Introduction de la sonde déchographe déplacée sur le thorax en fonction des diverses zones dintérêt.

26 26 ETO : Permet létude du cœur en cas de non efficacité de lETT. -> Préparation du patient : - Remise de feuille de consentement éclairé, signée par le patient; - Patient à jeûn 6h avant examen et 3 à 4h après. -> Déroulement :- Installation du patient en décubitus dorsal G en semi obscurité, anesthésie locale avec XYLOCAÏNE (spray) (AG dans certains cas); - Retirer prothèses dentaires; - Introduction de la sonde dETO stérile et lubrifiée, par la bouche, jusque dans lœsophage en arrière des cavités cardiaques.

27 27 -> Principaux Risques : Palpitations, irritation de la gorge, malaises, vomissements, ulcération, atteinte de lintégrité de la peau. -> Surveillance : Risque de fausses-routes lors de la réalimentation. Un échographe 2 exemples de clichés échographiques

28 28

29 29 Permet la recherche dembolie pulmonaire : artères pulmonaires (angiographie pulmonaire), et de dissection aortique; et de réaliser un bilan danévrisme de laorte. - Utilisation de Rayons-X à faible dose et de liode. CONTRE-INDICATIONS : Femme enceinte et allergie connue à liode. -> Déroulement :- Installation du patient sur le lit dexamen sur le dos; - Prévenir le patient du déroulement (large anneau, sensation de chaleur après injection de liode…); - Repérage de la zone à étudier; - Injection du produit; - A la demande du technicien, retenir sa respiration pendant environ 2 à 30 secondes.

30 30 INCIDENT : Réaction allergique, extravasation du PDC. SURVEILLANCE : Allergie, point de ponction, hydratation (+++), surveillance de la fonction rénale.

31 31

32 32 Cest une technique dimagerie indolore et sans danger nutilisant pas de rayons X. Elle donne des informations sur lanatomie du cœur (maladies du muscle cardiaque…) et sur son fonctionnement (débit, oxygénation).. Elle utilise un champ magnétique (aimant) et des ondes radio. Aucune radiation ionisante nest émise.. En cardiologie, les IRM les plus utilisés sont : - LIRM cardiaque : étude du cœur et de ses gros vaisseaux (comme laorte et ses branches). Il permet une étude approfondie et dynamique du myocarde et du péricarde. - LAngio-IRM : est utilisé pour visualiser les artères afin de mettre en évidence des anomalies telles que les sténoses, dissections, fistules, les anévrismes et artérites. Les artères cérébrales, cervicales, rénales, iliaques, pulmonaires et laorte sont les artères les plus étudiées par cette technique.

33 33 -> Déroulement : Un examen IRM anatomique dure en général entre 10 et 30 minutes mais un ensemble complet dexamens dure souvent entre 30 minutes et 1H.. Lexamen est sans douleur mais une perfusion est mise en place afin dinjecter le PDC.. Le patient est allongé en pyjama (sans montre, bracelet, bijoux, clé, cartes de crédit/à puce/magnétique, appareils auditifs ou dentaires…) sur le dos, sur une table dexamen motorisée.. Il ne doit pas bouger et être déplacé doucement à lintérieur dun cylindre pendant que des images sont enregistrées.. En général, les médecins et manipulateurs se trouvant dans une salle adjacente, derrière une vitre, restent en contact avec le patient et lui demandent ponctuellement darrêter de respirer pendant 2 à 30 secondes.. Cependant, les seules gênes à attendre sont le bruit notable mais pas assourdissant et la sensation denfermement notamment chez les claustrophobes.

34 34

35 35 Renseigne sur le fonctionnement du muscle du cœur, cest-à-dire, sur la contractilité du myocarde et sur la qualité de sa perfusion (irrigation) par les coronaires en injectant une solution à base de radio- isotope. Des traceurs radioactifs permettent de visualiser si le sang sécoule normalement ou si les artères sont bloquées. PREPARATION : Il est en général, demandé déviter les excitants (café, thé…) et graisses; Il est parfois demandé darrêter certains médicaments.

36 36 -> Déroulement : Lexamen dure de 1 à 2H. Une épreuve deffort est réalisée sur vélo ou sur tapis roulant, sous surveillance de lECG et de la TA, pour accélérer la fréquence cardiaque du patient; A la fin de lépreuve, le patient est placé sur une table dexamen. 3 clichés sont réalisés : 1 au cours de leffort, 1 pendant la phase de récupération et 1 au repos; Une substance radioactive (thallium généralement) est administrée dans la veine; Elle se fixe sélectivement sur le cœur; Une fois que le marqueur a bien diffusé dans lorganisme, des renseignements démission de la radioactivité sont réalisés; Une caméra à scintillation, placée au-dessus de la table dexamen, enregistre la radioactivité émise; Les informations sont présentées sous la forme dun document photographique; Le thallium sélimine après quelques jours.

37 37

38 38 Visualise en temps réel et en mouvement, le cœur, ses parois et ses valves. Couplée au doppler, elle permet aussi de voir la circulation du sang dans les cavités cardiaques et les gros vaisseaux (aorte, veine cave, artère et veines pulmonaires), elle étudie les flux sanguin à lintérieur du cœur (débit, sens…), met en évidence les fuites ou les reflux entre les valves et permet dévaluer les différences de pression au niveau des valves. Cet examen peut être utilisé sur les vaisseaux des membres, du cou et de labdomen. Le doppler utilise les ultrasons et non les RX. Il est constitué dun échographe classique couplé à une sonde doppler. PREPARATION : Aucune, pas besoin dêtre à jeûn.

39 39 -> Déroulement : En position allongée sur le dos, sur le côté ou en position semi-assise, le médecin se place à la droite ou à la gauche du patient. Après avoir appliquer sur la peau, un gel favorisant le contact entre la sonde et la peau, léchographiste déplace la sonde sur le thorax. PRECAUTIONS PARTICULIERES : Aucune. Cette technique est sans danger, elle nirradie pas. Elle peut même être pratiquée chez une femme. Cest un examen indolore et non traumatique. Pas de contre-indication.

40 40

41 41

42 42 La CRP ou Protéine C-réactive Utilisation : marqueur de linflammation des artères, présent dans le sang à faible concentration chez le sujet sain, à concentration un peu plus élevée chez les malades présentant un risque daccidents cardio- vasculaires. Cest une protéine produite par le foie. La CRP permet de suivre lévolution dune inflammation. Son dosage permet dévaluer le niveau de risque cardio-vasculaire. Norme : < 6mg/L Condition : préférable à jeûn.

43 43 Les enzymes cardiaques : ASAT, CPK ou LDH, troponine et myoglobine Utilisation : Les enzymes cardiaques sont des mol libérées dans le sang à la suite de la nécrose du tissu (due à une coronaire obstruée), suite à un infarctus. Ainsi la concentration sanguine de lASAT, CPK ou LDH sélève au cours de linfarctus et leur dosage permet le diagnostic de linfarctus. De la même façon que lon mesure les troponines qui sont des marqueurs exclusifs du muscle cardiaque souffrant, puisque cest un fragment des fibres du myocarde habituellement absent dans la circulation. Ces enzymes sont dosées en cas de suspicion dinfarctus ou pour surveiller lévolution de certaines pathologies cardiaques. Norme :- CPK : < 120 Ui/L, apparait 6 à 8H après le début de la nécrose. Retour à la normale en 3 jours. - LDH : < 320 Ui/L - ASAT : < 40 Ui/L - Troponine : < 0,35 mg/mL. Son apparition est assez précoce : 4 à 6H après le début de la nécrose. Retour à la normale en 5 à 9 jours.

44 44 Myoglobuline : Utilisation : Participe à loxygénation des muscles et son dosage, aide au diagnostic précoce de linfarctus du myocarde et au suivi de lefficacité dun ttt anti-thrombique. Retour à la normale en 24 à 36H. Valeur Normale : < 46µg/mL. BNP = Peptide natriurétique de type B : Protéine en circulation dans le sang. Elle est fabriquée en abondance par le ventricule gauche au cours des insuffisances cardiaques. Son dosage est une aide au diagnostic de linsuffisance cardiaque. Norme : 100 pg/mL. Le prélèvement : tube violet.

45 45 Les D-Dimères : Ce sont des marqueurs de lactivation de la coagulation et de la fibrinolyse (liquéfaction du caillot). Leur dosage présente un intérêt majeur dans le diagnostic de la maladie thromboembolique veineuse. Permet le diagnostic dexclusion dune embolie pulmonaire ou dune thrombose veineuse profonde. Norme : < 500 ng/mL. Un taux de D-Dimères inférieur à 500ng/mL par cette méthode permet dexclure un processus thromboembolique. Le prélèvement : Dosage réalisé sur le plasma citraté (tube de coagulation, tube bleu) Homocystéine : Cest un résidu protéique de lalimentation. Lorsquelle atteint un taux sanguin trop important, elle devient toxique pour lartère et stimule la coagulation. Laugmentation dHomocystéine est donc un facteur de risque de maladie cardio-vasculaire. Norme : 5 et 15 µmol/L.

46 46 HbAlc : Cest une forme particulière dhémoglobine, qui donne sa teinte au globule rouge : cest une hémoglobine sucrée, glyquée. Chez le diabétique, la glycation est la fixation de glucose sur lhémoglobine (et autres tissus). La proportion dHbAlc permet dévaluer la maîtrise prolongée (équilibration) du diabète : cest un marqueur rétrospectif de la glycémie et prédictif de risque cardio-vasculaire. Il ne devrait pas dépasser 7% (valeurs normales : 4-6%). Une attention particulière est portée au diabète, 1 ère cause de décès cardio-vasculaire des diabètiques, en raison de lexistence du syndrome métabolique(pré-diabète de type 2), appelé désormais cardiométabolique. Protéine S / Protéine C : Ce sont des protéines agissant conjointement pour exercer une activité anticoagulante physiologique. Elles favorisent la fibrinolyse (laquelle permet la re-perméabilisation dun vaisseau après la formation dun caillot). Des déficits de ces protéines, congénitaux ou acquis, représentent un risque daccidents thromboemboliques. Par contre, des taux élevés nont pas de conséquence pathologique. Norme : Dosage (Protéine C : nmol/L ou 3 à 5 mg/L ; Protéine S : nmol/L ou 15 à 30 mg/L) Conditions : Le prélèvement devra être rapidement traité et congelé avant le dosage. Il ne faut pas réaliser ce dosage chez une personne sous traitement anticoagulant (AVK).

47 47 Antithrombine : Protéine existant à létat physiologique et dont le rôle est de limiter le processus de coagulation afin déviter lapparition de thromboses veineuses ou artérielles. La diminution des taux dantithrombine lll entraîne un risque de maladie thromboembolique. Elle peut être dosée dans le cadre de thromboses récidivantes avec inefficacité ou traitement héparinique. Normes : Dosage -> 0,21 - 0,35 g/L. Activité : %. TP/INR : Est utilisé pour la surveillance dun ttt par AVK afin de vérifier la coagulation sanguine. Le taux de prothrombine ou TP est exprimé en %. Cet examen doit être réalisé très régulièrement de façon à vérifier que le TP ou lINR se situent dans la fourchette de valeurs définies par le médecin traitant. Normes : TP : Normalement compris entre 70 à 100% chez un patient qui na pas de troubles de la coagulation. Le résultat est souvent exprimé en INR (International Normalized Ratio) INR : Pour personne sous AVK est de 2,5 pour une efficacité thérapeutique (entre 2 et 3). Et pour une personne qui nest pas sous AVK INR < 1. Conditions : Non à jeûn.

48 48 Les plaquettes : Ce sont les cellules sanguines qui assurent lhémostase, cest-à-dire larrêt dun saignement, quelle quen soit son origine. Utilisées lors de la surveillance dun traitement dont un effet secondaire peut être dabaisser les plaquettes (traitement par héparine en particulier). Prélèvement : Préférable dêtre à jeûn. Normes : 150 à 400 giga/L ou à /mm 3. Augmentation = hyperplaquettose (ou thrombocytose). Traduit un processus inflammatoire, mais peut évoquer, si elle est très importante, une hémopathie maligne (une forme de « cancer du sang »). Baisse des plaquettes (thrombopénie) entraîne un risque hémorragique. Elle peut être dorigine virale, secondaire à une prise de médicaments, ou être due à une insufisance de production des plaquettes dans la moelle osseuse ou à un excès de leur destruction dans le sang.

49 49 TCA (temps de céphaline activé)/TCK (temps de céphaline kaolin) : Cest le temps mesuré au cours dun examen biologique dhémostase. Utilisé pour la surveillance dun ttt par héparine non fractionnée. Le TCA est toujours mesuré par comparaison à un témoin normal, celui-ci étant habituellement compris entre 30 et 50 secondes. Résultat souvent exprimé en rapport tps du patient/tps du témoin, la normale est un rapport inf. à 1,20. Le TCK est une variante du TCA qua une meilleure reproductibilité. Bilan lipidique : triglycérides et cholestérol : Lexcès de matières grasses dans le sang est un des facteurs de risque majeur des maladies cardio-vasculaires (car provoquent la formation de plaque dathérome puis destruction de lartère). Le dosage des triglycérides et du cholestérol est donc régulièrement contrôlé en cas de maladie cardio-vasculaire. Taux de cholestérol en moyenne = compris entre 4,1 à 6,2 mmol/L soit 1,6 à 2,4 g/L. Prélèvement de sang après 12H de jeûn.

50 50 Sources MémoInfirmier en Cardiologie, L.SABBAH, MASSON « Examens en cardiologie », formulaire « Fédération Française de Cardiologie.


Télécharger ppt "Les examens exploratoires en cardiologie Aurélie BARBACHOUMarine MIOT Emilie JULLIENEmilie LEPRETRE Sarah FREIBURGER."

Présentations similaires


Annonces Google