La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 1 : Clarification sémantique. Définition des notions essentielles à la psychologie du sport.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 1 : Clarification sémantique. Définition des notions essentielles à la psychologie du sport."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 1 : Clarification sémantique. Définition des notions essentielles à la psychologie du sport.

2 Sport

3  Le terme de sport a pour racine le mot de vieux français desport qui signifie « loisir ».  En traversant la Manche, desport se mue en sport et évacue de son champ la notion générale de loisirs pour se concentrer sur les seules activités physiques.

4 Sport  En 1873, le littré précise : « Sport, mot anglais employé pour désigner tout exercice de plein air, tel que courses de chevaux, canotage, chasse à courre, pêche, tir à l’arc, gymnastique, escrime. En France, on confond souvent le sport et le turf, mais le turf n’est qu’une espèce de sport. »

5  « Le sport est le culte volontaire et habituel de l’effort musculaire intensif appuyé sur le désir de progrès et pouvant aller jusqu’au risque. Il doit être pratiqué avec ardeur, je dirai même avec violence. Le sport, ce n’est pas l’exercice physique bon pour tous à condition d’être sage et modéré ; le sport est le plaisir des forts, ou de ceux qui veulent le devenir ». P. de Coubertin, Pédagogie sportive, Sport

6  « Tout genre d’exercice ou d’activité physique ayant pour but la réalisation d’une performance et dont l’exécution repose essentiellement sur l’idée de lutte contre un élément défini : une distance, une durée, un obstacle, une difficulté matérielle, un danger, un animal, un adversaire et, par extension, soi-même ». Georges Hébert, Le sport contre l’éducation physique, 1925.

7  « Activité de loisir dont la dominante est l’effort physique, participant à la fois du jeu et du travail, pratiquée de façon compétitive, comportant des règlements et des institutions spécifiques, et susceptible de se transformer en activité professionnelle ». G.Magnane, sociologie du sport, Sport

8  « Le sport est la perversion du jeu par l’introduction systématique du rendement corporel ». J.M.Brohm, in Partisans n°43, 1968.

9  « Le sport est avant tout une situation motrice (…) ; cette tâche motrice est assujettie à des règles définissant une compétition (…) ; enfin, et c’est là que gît une grande part de son identité sociologique, le sport est un fait institutionnel (…). Le sport représente donc la motricité ludique et compétitive approuvée par l’institution ». P.Parlebas, Eléments de sociologie du sport, Sport

10  En résumé, aujourd’hui le SPORT est : – Une activité physique. – Une pratique institutionnalisée. – Une pratique finalisée par la compétition.

11 Différencier Développement et Apprentissage

12  Développement : il est dû à des transformations programmées par notre génome et à la confrontation de l’individu à son environnement social. Au plan physique, il se manifeste par la croissance et la maturation des cellules. Cependant, le développement concerne aussi les aspects mentaux et sociaux de l’individu.

13 Différencier Développement et Apprentissage  Le développement mental a été observé par de nombreux chercheurs. Ils ont ainsi démontré des capacités différentes en fonction de l’âge.  Par exemple, Freud a montré que les enfants doivent avoir atteint le stade des opérations formelles pour réaliser des opérations logiques, abstraites, du raisonnement par hypothèses et déductions. Celui-ci est atteint vers 11 ans.

14 Différencier Développement et Apprentissage  L’apprentissage concerne les transformations de la conduite qui ne sont pas liées à la croissance ou à la maturation. C’est-à-dire toutes les transformations du comportement de l’individu non provoquées par le développement.

15 Différencier Développement et Apprentissage DéveloppementApprentissage Temps nécessaire au changement LONGCOURT RéversibilitéNONOUI Similitude des transformations entre les individus OUINON Le développement est une condition préalable aux apprentissages.

16 Les aptitudes

17  Les aptitudes sont l’ensemble des facteurs sous- jacents et stables qui, chez une personne, lui permettent de réaliser certaines tâches. Il existe des aptitudes physiques, psychomotrices, cognitives. Elles sont indépendantes les unes des autres. Les aptitudes sont peu influencées par l’apprentissage et la situation.

18 Les aptitudes Tableau de Fleishman Les aptitudes Les aptitudes physiques •La force. •La souplesse. •L’endurance cardio- respiratoire. •La vitesse cyclique. Les aptitudes cognitives •L’attention sélective. •La visualisation. •La mémoire. • Etc.… Les aptitudes psycho- motrices •La dextérité manuelle. •La coordination segmentaire. - La précision du contrôle

19 Les aptitudes  Le développement des aptitudes. Les aptitudes sont clairement limitées et ce de façon génétique. Cependant, leur amélioration est le fruit de l’exercice et de l’entraînement qui vise à reculer sans cesse les limites de ces « seuils génétiques ». Exemple : le développement du VO 2Max

20 Les habiletés motrices

21  Guthrie (1957). « L’habileté motrice est la capacité acquise par apprentissage à atteindre des résultats fixés à l’avance avec un maximum de réussite et souvent un minimum de temps, d’énergie ou des deux ». Les habiletés motrices

22  L’habileté suppose un but à atteindre. Elle est donc finalisée.  Ces résultats fixés à l’avance sont atteints avec une réussite qui n’est pas due au hasard.  Le coût énergétique pour parvenir à ces résultats est faible.  Le temps nécessaire à l’atteinte des résultats est faible. Exemple du shoot au Basket. Les habiletés motrices

23 Classification des habiletés motrices 1) Classification de poulton,  Habiletés fermées : - mouvements stéréotypés - environnement stable  Habiletés ouvertes : - environnement instable - Anticipation - mouvements adaptatifs

24 2) Classification de Knapp, Elle place la classification de Poulton sur un continuum. Classification des habiletés motrices Habiletés fermées Habiletés ouvertes

25 Classification des habiletés motrices Potentiel Apprentissage Niveau d'habileté Niveau de Complexité Niveau de difficulté

26 La performance sportive

27  Deux sens, le premier et aussi le plus employé correspond au succès, à la réalisation d’une prouesse sportive. On parle ici du résultat de l’action.  Le second reprend le sens anglais « to perform » et signifie réaliser une gestuelle. On parle par exemple de performance en danse. On parle ici des actions motrices effectuées pour réaliser l’action.

28 La performance sportive Performance Condition physique Aptitude Habileté motrice En raison de tous les facteurs qui agissent sur la performance sportive, elle est variable dans le temps.

29 L’entraînabilité

30  C’est la marge de progrès d’un sportif.  L’entraînabilité désigne une quantité de progrès mais aussi la vitesse à laquelle ces progrès vont être faits.  L’entraînabilité pose directement la question de la détection des futurs talents.

31 La détection des futurs talents.

32  Plus la détection est précoce plus elle va être difficile. Plus elle se fait tardivement moins elle a d'intérêt.  Attention la détection se fit souvent aux statistiques, c'est pourquoi elle ne permet pas de détecter certains individus qui sont atypiques. Et à haut niveau, tous sont hors normes et donc un peu atypiques

33 La détection des futurs talents.  Lionel MESSI. L’homme dont personne ne voulait.

34  La difficulté de la détection est de déceler chez un jeune que l'on ne connaît que très peu la présence future de qualités spécifiques au sport.  Il ne suffit pas de faire jouer les jeunes sportifs et de prendre les meilleurs. En effet, les qualités nécessaires pour percer dans le haut niveau ne sont pas les mêmes que celles servent à être le meilleur chez les jeunes. La détection des futurs talents.

35 Exemple en football :  Chez un milieu de terrain de haut niveau, les qualités prédominantes sont la vision du jeu, la technique et l'endurance.  Chez les jeunes, le meilleur milieu de terrain est celui qui est le plus puissant.

36 La détection des futurs talents.  Un autre problème auquel les entraineurs- détecteurs sont confrontés est l'évolution du jeune qui se trouve face à eux.  Dans quel sens va t-il évolué au niveau physique et mental ?

37 La détection des futurs talents. Comment faire ? Il faut analyser l'activité sportive et en dégager les caractéristiques essentielles pour devenir un champion. Cette analyse du sportif idéal se fait à plusieurs niveaux.

38 La détection des futurs talents.  les caractéristiques morphologiques : taille, poids, longueur des membres, masse osseuse).  les caractéristiques physiologiques : capacité aérobie et anaérobie, distribution des fibres musculaires, latéralité, etc...  les caractéristiques psychologiques : motivation, agressivité, personnalité.

39 La détection des futurs talents.  les aptitudes physiques et cognitives : force explosive, équilibre, coordination, vitesse perceptive, attention sélective, anticipation coïncidence.  les caractéristiques de l'environnement social du pratiquant : capital culturel de la famille, capital économique, situation géographique.

40 La détection des futurs talents.  Les jeunes sportifs seront testés à partir des aptitudes requises pour le haut niveau et ceux qui seront sélectionnés seront ceux qui seront le plus en adéquation avec les aptitudes requises.

41 L’entraînement

42  « C’est l’ensemble méthodique d’exercices généraux, spécifiques, collectifs ou individuels ainsi que les règles de vie, destinés à amener l’athlète à son rendement maximal pour la compétition dans une discipline particulière ». Monneret. L’entraînement

43  Cette définition fait apparaître : – La notion d’exercice. – La notion globale de l’entraînement (règles de vie). – La notion de préparation à la compétition.  L’entraînement vise l’optimisation de la performance motrice. L’entraînement

44 L’OPTIMISATIO N DE LA PERFORMANCE SPORTIVE. Le développement des aptitudes physiques. Le développement des stratégies et tactiques. Le développement des qualités psychologiques. Le développement des habiletés motrices

45  L’entraînement est établi sur 5 grands principes : – La continuité. – La progressivité. – La multilatéralité (préparation polyvalente). – La périodisation. – L’individualisation. L’entraînement

46  L’entraînement conjugue des périodes de : – Surcharge. – Répétition. – Récupération. – Surcompensation. L’entraînement


Télécharger ppt "Chapitre 1 : Clarification sémantique. Définition des notions essentielles à la psychologie du sport."

Présentations similaires


Annonces Google