La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MISE EN ŒUVRE DE L’ENSEIGNEMENT DE L’HISTOIRE DES ARTS Rembrandt, La leçon d’anatomie du Dr Tulp,détail,1632 Cristhine LECUREUX Arlette PROUST Frédéric.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MISE EN ŒUVRE DE L’ENSEIGNEMENT DE L’HISTOIRE DES ARTS Rembrandt, La leçon d’anatomie du Dr Tulp,détail,1632 Cristhine LECUREUX Arlette PROUST Frédéric."— Transcription de la présentation:

1 MISE EN ŒUVRE DE L’ENSEIGNEMENT DE L’HISTOIRE DES ARTS Rembrandt, La leçon d’anatomie du Dr Tulp,détail,1632 Cristhine LECUREUX Arlette PROUST Frédéric LEVAL Eric MICHON IA-IPR - Groupe HIDA Académie d’Orléans-Tours

2 Le contexte et les leviers pédagogiques  Le socle commun : texte du décret du 11 Juillet 2006 pris en application de la loi de Il définit le socle commun des connaissances et compétences, y intègre la culture humaniste en précisant qu’elle se nourrit des apports de l’éducation artistique et culturelle.  Généralisation de l’enseignement de l’HIDA : BO N°32 du 28 août 2008,organisation de l’enseignement d’histoire des arts.  L'enseignement de l'histoire des arts a été introduit à l'école à la rentrée 2008 et au collège à la rentrée Il a été décidé de l'évaluer dans le cadre du diplôme national du brevet : l'arrêté du 9 juillet 2009 publié au J.O. n° 170 du 25 juillet 2009 instaure un oral d'histoire des arts comme composante de l'évaluation du diplôme national du brevetarrêté du 9 juillet 2009

3 Le BO N°32 du 28 août 2008 : un texte de cadrage Extraits du préambule  L’enseignement de l’histoire des arts est un enseignement de culture artistique partagée. Il concerne tous les élèves. Il est porté par tous les enseignants. Il convoque tous les arts.  […] l’ histoire du monde s’inscrit dans des traces indiscutables : les œuvres d’art de l’humanité. L’enseignement de l’histoire des arts est là pour en donner les clés, en révéler le sens, la beauté, la diversité et l’universalité.

4 Les grands axes Un enseignement :  Obligatoire (premier degré 2008/second degré 2009) pour certaines disciplines (1/4 du programme en histoire en collège, la ½ du programme en AP et EM)  Un enseignement et non une discipline : l’HIDA doit prendre corps au cœur des enseignements disciplinaires  Fondé sur l’étude des oeuvres d’art  Individuel au sein de sa classe, et/ou pluridisciplinaire mais transversal et impliquant ou non la constitution d’équipes de professeurs  Infléchissant les pratiques pédagogiques par le regard croisé des disciplines  Évalué au DNB dès 2010 en option (2011: obligation), au bac, selon des modalités non encore précisées.

5 L'évaluation de l'histoire des arts permet de vérifier les connaissances et les capacités acquises par l'élève. Les connaissances En relation avec les thématiques étudiées pendant l'année de troisième, l'élève maîtrise : - la connaissance d'œuvres appartenant aux grands domaines artistiques ; - des repères historiques, géographiques et culturels lui permettant de situer les oeuvres dans le temps et l'espace ; - des éléments de vocabulaire spécifique aux grands domaines artistiques ; - des notions de base sur les techniques de production des œuvres. Les fondements de l'évaluation

6 Les capacités Sur la base de ces connaissances, l'élève est capable : - de situer des œuvres dans le temps et dans l'espace ; - d'identifier les éléments constitutifs de l'œuvre d'art (ses formes, les techniques de production, ses significations, ses usages, etc.) - de discerner entre les critères subjectifs et objectifs de l'analyse - d'effectuer des rapprochements entre des œuvres à partir de critères précis (lieu, genre, forme, thème, etc.) Les fondements de l'évaluation

7 Définition de l'évaluation pour les candidats au diplôme national du brevet (D.N.B.) scolarisés en collège et en lycée professionnel 1. L'évaluation de l'histoire des arts prend appui sur un travail à dimension historique, artistique et culturelle défini et organisé par l'équipe enseignante en conformité avec l'esprit de l'enseignement de l'histoire des arts. 2. Toutes les disciplines, mais en premier lieu celles constitutives de la culture humaniste, y contribuent 3. Ce travail porte sur la période historique inscrite au programme d'histoire de troisième. Ce cadre chronologique doit prendre en compte les ruptures ou les dialogues que les œuvres de cette époque provoquent avec les mouvements artistiques précédents ou contemporains.

8 Un oral de quinze minutes maximum. 1.Ses modalités sont définies par l'équipe pédagogique. Elles sont fonction du contexte de chaque établissement et des choix pédagogiques qui y sont exercés. 2.L'évaluation est organisée sous l'autorité du chef d'établissement dans le cadre de l'emploi du temps des élèves : •Au sein d'une séquence pédagogique menée par un des professeurs associés à l'enseignement de l'histoire des arts. •Au moment jugé opportun par les professeurs concernés 3.Elle prend la forme d'un entretien oral mené par un binôme de professeurs comportant au moins un professeur d'un enseignement artistique ou d'histoire. 4.Les modalités de cette évaluation peuvent être diverses et dépendent des démarches pédagogiques adoptées. L’évaluation au D.N.B. (Suite)

9 L'entretien oral peut : 1.Concerner un ou plusieurs élèves ; 2.Porter sur tout objet d'étude abordé durant l'année (par exemple une ou plusieurs œuvres d'art du patrimoine national ou mondial, le travail d'un artiste dont l'œuvre fait partie du patrimoine national ou mondial, un mouvement artistique, un élément du patrimoine local, une manifestation artistique ou culturelle, etc.) 3.s'appuyer sur un ou plusieurs document(s) proposé(s) par les examinateurs ou bien sur une réalisation (personnelle ou collective) effectuée en classe dans le cadre de l'enseignement de l'histoire des arts (dossier, diaporama, D.V.D., dessins, schémas, exposition, création.). L’évaluation au D.N.B. (suite)

10 La note L'évaluation donne lieu à une note sur 20 points, affectée d'un coefficient 2. Ces points sont pris en compte pour l'attribution du diplôme et d'une mention, selon le décompte des points obtenus par le candidat, tel qu'il est fixé par l'article 2 de l'arrêté du 9 juillet 2009 publié au J.O. n° 170 du 25 juillet 2009.arrêté du 9 juillet 2009 L’évaluation au D.N.B. (suite)

11 Dispositions particulières prévues pour la session 2010 L'enseignement de l'histoire des arts est obligatoire pour tous les niveaux (sixième, cinquième, quatrième, troisième) à la rentrée Pour la session 2010 du diplôme national du brevet, l'oral d'évaluation fait l'objet d'une expérimentation dans tous les collèges et les lycées professionnels préparant au diplôme national du brevet. Les candidats au diplôme national du brevet peuvent demander à présenter cet oral au titre de l'enseignement optionnel mentionné à l'article 4 de l'arrêté du 18 août Ainsi les points au-dessus de la moyenne de 10 sur 20 sont alors pris en compte pour l'attribution du brevet. L’évaluation au D.N.B. (fin)

12 Les 3 piliers 1.les périodes historiques La chronologie des programmes d’histoire donne le cadre de l’enseignement de l’HIDA 6e6e De l’Antiquité au IX e s. 5e5e Du IX e s. à la fin du XVII e s. 4e4e XVIII e s. et XIX e s. 3e3e Le XX e s. et notre époque 2 nde Du XVI e s s. au XVIII e s. 1 ère Le XIX e s. TLe XX e s et notre époque

13 Les 3 piliers 2. Les domaines Les « arts de l’espace » Architecture, urbanisme, arts des jardins, paysage aménagé etc.… Les « arts du langage » Littérature écrite et orale (roman, nouvelle, fable, légende, conte, mythe, poésie, théâtre, essai, etc. inscriptions épigraphiques, calligraphies, typographies etc. Les « arts du quotidien » Arts appliqués, design, métiers d’art, arts populaires etc. Les « arts du son » Musique vocale, musique instrumentale, musique de film et bruitage, technologies de création et de diffusion musicale Les « arts du spectacle vivant » Théâtre, musique, danse, mime, arts du cirque, arts de la rue, marionnette, arts équestres, feux d’artifices, jeux d’eaux etc. Les « arts du visuel » Arts plastiques,( architecture, peinture, sculpture, dessin et arts graphiques, photographie etc.); illustration, BD Cinéma, audiovisuel, vidéo, montages photographiques, dessins animés, et autres images, Arts numériques. Pocket films, jeux vidéo etc.

14 Les 3 piliers : 3. Les thématiques au collège, les champs au lycée Au Collège :  Arts, créations, cultures,  Arts, espace, temps,  Arts, États et pouvoir,  Arts, mythe et religion,  Arts, techniques, expressions,  Arts, ruptures, continuités Au Lycée :  Champ anthropologique,  Champ historique et social,  Champ technique,  Champ esthétique

15 L’histoire des arts dans les programmes  L’histoire des arts a différents objectifs:  Elle porte sur les grandes formes d’expression artistique, elle familiarise les élèves avec celles-ci.  Elle vise à :  faire acquérir des connaissances et des repères en mettant en œuvre une méthode d’analyse critique,  développer l’aptitude à argumenter et à communiquer en utilisant un langage clair, enrichi d’un vocabulaire spécifique,  partager une culture commune, accéder à d’autres cultures: objectif civique  amener les élèves vers les œuvres par le recours au patrimoine local notamment  connaître les métiers liés aux arts

16 Comment faire? 1. Repérer les croisements possibles entre les programmes des différentes disciplines permettant de choisir des objets artistiques communs ou complémentaires. 2. Faire l’inventaire des ressources artistiques et culturelles de proximité qui permettront d’établir des partenariats et de favoriser une expérience sensible des œuvres 3. Choisir les moments propices à l’introduction de l’HIDA dans les séquences propres à chaque discipline. 4. Réfléchir à des montages de projets interdisciplinaires ou co- disciplinaires


Télécharger ppt "MISE EN ŒUVRE DE L’ENSEIGNEMENT DE L’HISTOIRE DES ARTS Rembrandt, La leçon d’anatomie du Dr Tulp,détail,1632 Cristhine LECUREUX Arlette PROUST Frédéric."

Présentations similaires


Annonces Google