La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comparaison entre la Belgique et le Québec des niveaux de compétences attendus à l’ordre d’enseignement primaire Le Programme intégré et le Programme de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comparaison entre la Belgique et le Québec des niveaux de compétences attendus à l’ordre d’enseignement primaire Le Programme intégré et le Programme de."— Transcription de la présentation:

1 Comparaison entre la Belgique et le Québec des niveaux de compétences attendus à l’ordre d’enseignement primaire Le Programme intégré et le Programme de formation de l’école québécoise Gaëlle Joris (institutrice primaire, Belgique)

2 La Belgique

3 Les réseaux d’enseignement en Belgique L’enseignement officielL’enseignement libre (Programme Intégré - PI) de la Communauté Françaisede la commune (Socles de Compétences) N.B. : La présentation concerne uniquement le Programme intégré.

4 L’enseignement en Belgique • 4 ans à l’école maternelle (préscolaire) • 6 ans à l’école primaire • 6 ans à l’école secondaire • Enseignement supérieur (universitaire ou non) : 3 ans d’études de bachelier • Enseignement supérieur universitaire : après les 3 années précédentes, 2 années de maîtrise • Possibilité d’études complémentaires (1 ou 2 ans) ou réalisation d’un doctorat (minimum 3 ans) N.B. : Le mineur est soumis à l’obligation scolaire de 6 ans à 18 ans.

5 La structure des programmes • Structure équivalente (mot de l’autorité, présentation du programme, compétences et bibliographie). • La présentation du programme est beaucoup plus longue pour le PI (22 pages pour 11 dans le programme québécois). • Le PI présente plusieurs choses dans cette partie : notamment le contexte institutionnel, la structure, les projets éducatif et pédagogique ou encore des réflexions sur l’apprentissage… • La plupart de ces rubriques se retrouvent dans le programme québécois excepté le contexte institutionnel et les réflexions sur l’apprentissage.

6 Les noms des rubriques Le Programme Québécois Le Programme intégré Domaines Généraux de Formation / Compétences Transversales Domaines d’Apprentissages/ Compétences Disciplinaires (exemple : mathématique) Compétences Disciplinaires CompétencesCompétences d’Intégration /Compétences Spécifiques

7 La définition de compétence • Programme québécois : Le concept de compétence est défini comme suit : un savoir-agir fondé sur la mobilisation et l’utilisation efficaces d’un ensemble de ressources. • Programme intégré : Une compétence est une aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d’attitudes permettant d’accomplir un certain nombre de tâches.

8 Différences d’un point de vue général • En Belgique, les domaines généraux de formation n’existent pas. • Dans le programme québécois, plusieurs disciplines sont regroupées au sein d’un même domaine d’apprentissage. • Certaines compétences sont réparties différemment. • La manière d’enseigner est moins présente dans les compétences pour ce qui est du PI mais elle est écrite dans l’explication de la compétence disciplinaire. Exemple : en langue française, il est demandé d’utiliser des textes réels, des œuvres littéraires lors des activités d’apprentissage tandis que dans le programme québécois cela fait partie de la compétence « apprécier des œuvres littéraires ». • Au sein même des domaines d’apprentissage et des compétences disciplinaires, les informations fournies sont quelques peu différentes :

9 Programme québécoisProgramme intégré Explication du domaine d’apprentissage, objectif général et apprentissages communs La roue des compétences, intentions générales de la discipline Présentation de la discipline Sens de la compétence : explication, liens avec les compétences transversales, contexte de la réalisation, cheminement de l’enfant explication des compétences d’intégration Composantes de la compétenceCompétences spécifiques Critères d’évaluation Attentes de fin de cycleProlongements dans le secondaire Repères culturels Savoirs essentielsGlossaire Suggestions pour l’utilisation des technologies Plan des activités (fonctionnelles et de structuration)

10 Compétences transversales Ce que l’on retrouve dans les deux programmes (parfois exprimé différemment). Ce que l’on retrouve dans les deux programmes mais à un autre endroit (par exemple, dans les domaines d’apprentissage et non dans les compétences transversales). Ce qui ne se trouve que dans un seul programme. • Les compétences d’ordre intellectuel + d’ordre méthodologique + de l’ordre de la communication correspondent aux compétences transversales instrumentales (agir et réagir, être curieux et se poser des questions, se donner une stratégie de recherche, rechercher l’information, traiter l’information, communiquer et mettre en oeuvre). En Belgique, le jugement critique, les technologies de l’information et de la communication, la résolution de problèmes, les méthodes de travail efficaces et la pensée créatrice n’interviennent pas dans les compétences transversales.

11 • Les compétences d’ordre personnel et social correspondent aux compétences transversales relationnelles (se connaître/avoir confiance en soi, connaître l’autre et ses différences et s’impliquer dans la vie sociale). • Dans le PI, on trouve également les compétences transversales relatives à l’analyse de ses démarches (prise de conscience de son être et analyse de ses démarches). Cette compétence est présente dans chacune des compétences du programme québécois mais ne se trouve pas dans les compétences transversales.

12 Domaine des Langues • Français, langue d’enseignement Cela correspond aux compétences de la langue française excepté la compétence : « Apprécier des œuvres littéraires ». En Belgique, les 4 compétences d’intégration sont : lire, écrire, parler et écouter et chacune a 7 compétences spécifiques concernant : la situation de communication, l’élaboration de contenus/de significations, le genre utilisé, la cohérence entre phrases et groupes de phrases, les unités lexicales et grammaticales, la présentation du message et la dimension non verbale.

13 • English as a second language Cf. Français, langue d’enseignement. • Français, Accueil Pas de compétence de ce type dans le programme belge.

14 Domaine de la Mathématique, de la Science et de la Technologie • Mathématique Résoudre une situation problème correspond à savoir établir des liens logiques tandis que raisonner à l’aide de concepts et de processus mathématiques et communiquer à l’aide du langage mathématique correspondent à plusieurs points des compétences du PI savoir structurer l’espace, savoir mesurer des grandeurs et savoir calculer sur les nombres. De plus, en Belgique, les probabilités et les statistiques ne sont pas au programme du primaire. N.B. : Dans la plupart des compétences disciplinaires, les compétences reprennent des savoir-faire généraux tandis que dans le PI, ces compétences se retrouvent également mais chaque fois en tant que compétences spécifiques au sein des compétences d’intégration (c’est donc plus ou moins inversé).

15 • Science et Technologie Les différentes compétences abordées en Science et Technologie correspondent aux compétences spécifiques à l’intérieur de la compétence d’intégration comprendre la matière de la compétence disciplinaire « éveil ».

16 Domaine de l’Univers Social • Géographie, histoire et éducation à la citoyenneté De nouveau, ces compétences se retrouvent dans les compétences d’intégration suivantes : comprendre l’espace, comprendre le temps et comprendre l’homme.

17 Domaine des Arts • Art dramatique Dans le PI, cette compétence d’intégration s’appelle le domaine du corps et de la parole. • Arts plastiques Ils sont présents également en Belgique.

18 • Danse Cette compétence disciplinaire ne se trouve pas dans le programme belge. Elle correspondrait plutôt à une compétence spécifique de la compétence disciplinaire développement corporel. • Musique Cela se trouve également dans le PI.

19 Domaine du Développement Personnel • Education physique et à la santé Cela se trouve bien dans le programme belge également mais dans deux compétences disciplinaires différentes : développement corporel et sécurité routière et domestique. • Enseignement moral Compétence non présente dans ce programme car il s’agit du programme de l’enseignement libre (donc catholique) mais il est possible de recevoir cet enseignement dans le réseau officiel

20 • Enseignement moral et religieux catholique Les deux compétences du Programme québécois (apprécier la tradition catholique vivante et prendre position de façon éclairée sur des situations comportant un enjeu moral) se retrouvent surtout dans la compétence d’intégration pratiquer les écritures. Les autres compétences d’intégration (comprendre et exprimer la foi de l’église, comprendre et exprimer les différentes composantes de la vie chrétienne et s’initier à un agir chrétien responsable) sont moins présentes ici. • Enseignement moral et religieux protestant Cf. Enseignement moral.

21 Conclusions • Avantages du Programme Québécois - Les compétences transversales : exercer un jugement critique, mettre en œuvre sa pensée créatrice et se donner des méthodes de travail efficaces. - La présence des domaines généraux de formation. - Liste des savoirs.

22 •Avantages du Programme intégré -La compétence transversale relative à l’analyse de ses démarches (qui intervient partout dans le programme québécois). - Liste (non exhaustive) d’activités fonctionnelles et du cycle auquel elles sont adaptées. -Liste (non exhaustive) d’activités de structuration et du cycle auquel elles sont adaptées.

23 •Les deux programmes sont donc fort semblables au niveau des objectifs finaux (c’est surtout la présentation qui diffère). Les quelques différences se situent au niveau de certaines compétences transversales (certaines ne se trouvant pas à la même place dans les deux programmes ou étant inexistantes dans un des deux) ainsi que dans certains domaines d’apprentissage : français accueil, danse, éducation physique et à la santé, enseignement moral (et religieux catholique ou protestant). •De plus, dans le PI, il n’y a pas de domaines généraux de formation.

24 Bibliographie •Programme de formation de l’école québécoise, Il peut être consulté sur le site suivant : •Programme intégré adapté aux Socles de compétences. Il peut être consulté sur le site suivant : •Les Socles de compétences peuvent être consultés sur le site suivant : •http://www.lexilogos.com/belgique_carte.htm, consulté le 10 novembre 2006.http://www.lexilogos.com/belgique_carte.htm •http://www.enseignement.be, consulté le 10 novembre 2006.http://www.enseignement.be •http://www.segec.be, consulté le 20 novembre 2006.http://www.segec.be •http://www.enseignement.be, consulté le 16 novembre 2006.http://www.enseignement.be


Télécharger ppt "Comparaison entre la Belgique et le Québec des niveaux de compétences attendus à l’ordre d’enseignement primaire Le Programme intégré et le Programme de."

Présentations similaires


Annonces Google