La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dépistage des troubles des apprentissages en GS/CP

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dépistage des troubles des apprentissages en GS/CP"— Transcription de la présentation:

1 Dépistage des troubles des apprentissages en GS/CP
Service de santé scolaire 2005/2006

2 Plan 1-Un cadre: textes de lois et circulaires.
2-Les troubles des apprentissages : Rôle et mission du Médecin Education Nationale Le BSDES Quelques généralités Sa mise en pratique 3-Troubles spécifiques: définitions

3 1-TEXTES DE LOIS ET CIRCULAIRES

4 UN CONSTAT: • Prévalence des troubles des apprentissages
• Des avancées scientifiques:neurosciences,psychologie cognitive, imagerie cérébrale… • Mais un cloisonnement entre professionnels du monde médical et de l’éducation, des formations initiales hétérogènes, des cadres de référence multiples, des pratiques cloisonnées…. • Demandes et actions des Associations de parents.

5 LE HAUT COMITE DE SANTE PUBLIQUE
Attire les pouvoirs publics sur ce thème . Véritable problème de santé publique de par : Sa prévalence Ses conséquences: - échec scolaire - difficultés d’insertion socio-professionnelles

6 LE HAUT COMITE DE SANTE PUBLIQUE
Publie dans sa revue trimestrielle adsp 26 mars 99 un Dossier concernant les différents troubles des apprentissages . http//www.hcsp.ensp.fr

7 Demandé à Mr. Jean-Charles Ringard en sept 99
UN GROUPE DE TRAVAIL Demandé à Mr. Jean-Charles Ringard en sept 99 Travail inter-ministériel: Ministère de la Santé / Ministère EN Mais aussi: des associations de parents, et les professionnels concernés par les troubles des apprentissages

8 « A propos de l’enfant dysphasique et de l’enfant dyslexique »
RAPPORT RINGARD « A propos de l’enfant dysphasique et de l’enfant dyslexique » Rendu public en mars 2001 • Reconnaît la complexité des troubles • Constate les carences de la prise en charge • Permet la présentation du Plan d’action ministériel

9 PLAN D’ACTION •OBJECTIF: Proposer des solutions permettant de répondre aux besoins des enfants, familles et professionnels de la santé et de l’éducation, face aux troubles de l’apprentissage du langage oral et écrit. L’ensemble du document est disponible sur le site internet du Ministère de la Santé: http//www.sante.gouv.fr

10 5 AXES PRIORITAIRES • Mieux prévenir dès l’école maternelle. • Mieux identifier les enfants porteurs d’un trouble spécifique du langage oral et écrit. • Mieux prendre en charge. • Mieux informer, former, rechercher, évaluer. • Assurer le suivi du plan.

11 28 ACTIONS 28 actions à réaliser sur trois ans Pour chaque actions des mesures à envisager Travail en commun: Ministère de la santé et Ministère De l’Education Nationale.

12 DES IMPLICATIONS CONCRETES
Une circulaire annonçant la :mise en œuvre d’un plan D’action pour les enfants atteints d’un trouble spécifique Du langage oral ou écrit. C.n° du

13 CIRCULAIRE du 31- 01-2002 (suite)
Définition des troubles spécifiques du langage oral et Écrit. Objectifs du plan d’action: ++++ dégage les différents niveaux d’approche : prévention/repérage aide aux élèves en difficulté aide aux élèves présentant des formes légères Clis et UPI pour les formes graves Orientation vers des établissements spécialisés pour les formes sévères.

14 PROGRAMME QUINQUENAL D’ACTION ET EDUCATION A LA SANTE
BO N°46 du 11 décembre 2003 C. n° du I-Repérer et suivre les problèmes de santé des élèves 2-Mieux repérer et prendre en compte les signes de souffrance psychique des enfants et des adolecents

15 Repérer et suivre les problèmes de santé des élèves
Réaliser à 100% les BSDES 5-6 Bilan inscrit dans le Code de l’Education Centré sur les compétences neuro-sensorielles Concertation entre médecins, infirmières,enseignants,membres RASED, professionnels de soins, familles. Augmenter l ’efficacité des avis médicaux donnés aux familles Assurer accès et recours aux soins Doter les Medecins d’outils de recueils de données

16 LOI D’ORIENTATION ET DE PROGRAMME POUR
L’AVENIR DE L’ ECOLE BO n° 18 du 05mai 2005 -Encart spécial: premiers décrets d’application de la loi d’orientation:BO n°30 du 1er septembre 2005 -Encart spécial mise en œuvre de la loi d’orientation: BO n°35 du 29 septembre 2005 -Décret n° du 24 août relatif aux dispositifs d’aide et de soutien pour la réussite des élèves à l’école. -Circulaire n° Préparation de la rentrée scolaire 2005 BO n°30 du 25 août 2005.

17 Exemples d’application de la loi dès la rentrée 2005
Aide spécialisées au profit des élèves éprouvant des difficultés graves et persistantes :PPRE Adaptations pédagogiques et aides spécialisées pour les élèves présentant un handicap ou u trouble de la santé invalidant.(actions renforcées parla loi du 11 février 2005) Aménagements appropriés pour les élèves « précoces » ou manifestant des aptitudes particulières.

18 DES IMPLICATIONS CONCRETES Circulaire n°2002- 68 du 4 février2002
Une circulaire s’attachant à expliciter et à mettre en oeuvre l’action n°7: « Identifier et promouvoir dans les centres hospitaliers Universitaires des centres référents, formés d’équipes d’équipes pluridisciplinaires. » En région PACA Un Centre Référent / CHU TIMONE Un Réseau de professionnels / Résodys

19 SERVICE DE NEUROLOGIE PEDIATRIQUE
REGION PACA Un centre référent Pr J. MANCINI CHU TIMONE ENFANTS SERVICE DE NEUROLOGIE PEDIATRIQUE 264 RUE SAINT PIERRE MARSEILLE CEDEX 5 Tel:

20 CENTRE REFERENT Centre de compétences où des équipes précisent le diagnostic et proposent un type de prise en charge adaptée , et assurent l’articulation des dispositifs existants. Permet de mieux documenter les CDES Un centre référent par région (objectif). Liste des centre référents et leurs coordonnée sur site:

21 RÔLE D’UN RESEAU ? Une loi du 4 Mars 2002, relative aux droits des patients: - favoriser l’accès aux soins, - coordination et continuité des soins - prises en charge adaptées aux besoins de la personne - actions de santé publique - actions d’évaluation

22 RESODYS RESODYS CENTRAL Résodys.phpnet.org Tel/fax:

23 RESODYS Association Loi 1901 Fonctionnement selon la notion de réseaux de soins Ville-Hôpital. Regroupement de praticiens libéraux et institutionnels travaillant autour de l’enfant concerné par les troubles d’apprentissage.

24 RESODYS TROIS FONCTIONS COORDINATION FORMATION RECHERCHE

25 RESODYS UNE ACTION DE FORMATION • Pilotée par la Faculté de Médecine • Sous la forme d’un Diplôme Inter Universitaire • Domaine des connaissances neurologique, linguistiques et cognitives des troubles des apprentissages • Possibilités pour certains d’accéder à un statut de formateur

26 Marseille Nord Avignon Marseille-Est Toulon RESODYS CENTRAL Coordonnateur Dr M. HABIB Aix Istres Salon Martigues

27 2-TROUBLES DES APPRENTISSAGES
ROLES ET MISSIONS DU MEDECIN BSDES:PRESENTATION DES TESTS

28 RÔLE DU MEDECIN DE L’EDUCATION NATIONALE
liens Spécialiste du bilan de 6 ans Familles Conseiller technique des EE (cause médicale aux troubles des apprentissages) MEDECIN SCOLAIRE Monde médical Communauté éducative Coordinateur du recueil des données

29 Les missions du médecin de l’éducation nationale
Il contribue à la lutte contre l’échec scolaire Prévenir , dépister précocement et assurer le suivi des enfants repérés tout au long de la scolarité Travailler en équipe , ne pas médicaliser les troubles des apprentissages Assurer la coordination afin qu’il n’y ait pas de rupture dans la prise en charge

30 Un dépistage basé sur l ’analyse des processus cognitifs.
BSDES 5-6 Un dépistage basé sur l ’analyse des processus cognitifs.

31 Objectifs du bilan de la 6ème année
Détecter précocement les difficultés susceptibles d’entraver la scolarité Faciliter l’accès aux soins Faciliter l’intégration des enfants atteints d’un handicap ou d’une maladie Prévenir l’obésité Repérer les signes de maltraitance Repérer les troubles du comportement

32 Bilan de 6 ans - BSEDS 5-6 Évaluation des conditions de vie
Développement somatique Développement cognitif Développement psychomoteur Développement social

33 LE BSEDS UN BILAN COGNITIF
S’appuie sur les connaissances cliniques et scientifiques des principaux processus cognitifs impliqués dans les apprentissages: - langage oral, traitement visuel, praxies (motricité) mémoire L’évaluation est conduite en rapport avec un modèle de référence. Chacune des composantes est testée

34 Bilan de Santé - Evaluation du
Développement pour la Scolarité Développé par le laboratoire Cogni-Sciences de l’IUFM Étalonné sur un échantillon représentatif de 1076 enfants   Une partie est réalisée en classe par l'enseignant Une partie par le médecin de santé scolaire Essentiel pour un regard "croisé" sur l'enfant   Enrichi grâce à son utilisation systématique depuis 1999 et au suivi d’une cohorte de 500 enfant de la GS au CE1 Version 2 (permet de dépister 77% des futurs non lecteurs)

35 Mise en pratique du BSDES 5-6
Participation des parents et des enseignants Repérage de l’enseignant déterminant Concertation enseignant/santé scolaire Travail en équipe avec le RASED (enfants en difficultés)

36

37

38 COMPORTEMENTS A L'ÉCOLE
BILAN DE SANTÉ BSEDS Grille enseignant COMPORTEMENTS A L'ÉCOLE Individuels Exécute le travail scolaire prescrit: oui non Soutient son attention et sa concentration pour une activité prescrite : oui non En collectivité 3. Joue avec les autres à la récréation oui non Observations : IUFM laboratoire cognisciences 2004

39 Grille enseignant Langage
Communication 4. Intervient verbalement dans la classe lorsqu'il est interrogé Langage produit  5. Prononciation correcte: articule tous les sons = oui Utilisation systématique des déterminants et des pronoms : corrects en genre et nombre dans les phrases simples = oui 7. Utilisation systématique sujet verbe complément dans les phrases : S+V+Complément dans le bon ordre au minimum = oui Conjugaison adaptée : présent+PC. sans surgénéralisation= oui Utilisation des subordonnées: conjonctives ou relatives= oui Observations :

40 Grille enseignant Motricité
 Globale 10. Saute à cloche pied : si ne réussit que d’un côté = oui Manuelle 11. Découpe suivant une ligne droite: A observer en atelier 12. Reproduit un carré : le rectangle est accepté   13. Reproduit un losange : oui si une des figures est produite 14. Latéralité manuelle : A observer en atelier : D ou G ? Observations :    Perception visuelle 15. Nombre de figures réussies : Score /6  MOTRICITÉ Globale 10. Saute à cloche pied 10 oui non Manuelle 11. Découpe suivant une ligne droite 11 12. Reproduit un carré 12 13. Reproduit un losange 13 14. Latéralité manuelle 14 Droite Gauche Observations : PERCEPTION VISUELLE 15. Nombre de figures réussies 15 /6 Laboratoire Cogni-sciences - IUFM de Grenoble - Octobre 2003

41

42

43 BILAN STANDARD Vision Audition Conscience phonologique
Langage en production:discours spontané++

44 Conscience phonologique
Dépistage santé scolaire: Bilan standard Grille depistagestandard langage Langage en production Discours spontané Conscience phonologique Rimes /8 Comptage syllabique /5 Suppression syllabique /10 Total (8)** /23

45 Dépistage santé scolaire: Bilan standard
Grille depistagestandard langage

46 La conscience phonologique
Jugement de rimes (8 items) BALANÇOIRE ARMOIRE OISEAU BOUTON CHAUSSETTES MOUTON DRAPEAU FOURCHETTE Comptage syllabique (5 items)      ÉLÉPHANT POISSON Suppression syllabique (10 items) MARDI MARDI sans dire DI RAISIN RAISIN sans dire RAI MAR ZIN

47 DISCOURS SPONTANNE/ éléments d’analyse
Élocution ( trouble de production de phonème isolé) Trouble articulatoire, élision de syllabes Perte du mot (utilisation +++ de truc ,machin…) Bégaiement, problème de respiration Lenteur du discours…    Présence des connecteurs     Conjugaison, flexions     Ordre des mots     Relatives,conjonctives (qui, parce que, comme,et…)

48 BILAN APPROFONDI Vision: oculomotricité, lettres, cloches
Langage en réception: TVAP +compréhension Langage en production:logatomes+TCG +dénomination rapide Mémoire phonologique (empan de MCT) Attention sélective

49 « La fille poursuit le chien qui saute »
Bilan Approfondi ECOSSE P. Lecocq Langage en réception Vocabulaire TVP: /30 « La fille poursuit le chien qui saute » « hiver » Extrait du TVAP J.J Deltour et D. Hupkens     Compréhension ECOSSE : /10

50 Langage en production Temps de dénomination rapide
couleurs(49")** images (50")** Le TCG (test de closure grammaticale J.J. Deltour) évalue la morphosyntaxe du langage en production dirigée TCG (15)** /30 Ces épreuves de dénomination rapide évaluent la production phonologique des mots et permet de repérer des troubles de l’évocation lexicale et les difficultés de la programmation phonologique des mots. Logatomes (7)** /10 Répétition de 10 pseudo-mots Bartin, moluné, gontra … évalue la boucle audiophonatoire qui implique la DISCRIMINATION des sons de la langue , la SEQUENTIALISATION des sons en réception et leur PROGRAMMATION avant articulation Mémoire Verbale à Court terme ( Empan de chiffres endroit ) Elle est fréquemment altérée dans les troubles du langage oral, les dyslexies et aussi dans les troubles attentionnels et les retards globaux.

51 Évaluation des capacités attentionnelles
Évaluation de l’attention en modalité auditive Attention sélective Contrôle (9) /10 Conflit (8) /10 Comportement Questionnaires de Conners Parents/ enseignants

52 Santé scolaire : Dépistage
Repérage enseignant RAS 80% Difficultés Repérées 20% Santé scolaire : Dépistage Bilan Standard RAS 50% Difficultés 30% Bilan standard + Approfondi % Recommandations Pédagogiques 30% Avis spécialisé 5% Recommandations Parents

53 Conscience phono et production
Difficultés isolées en conscience phonologique Entraînement phonologique à l’école Conscience phono et production Difficultés en production avec réception normale Inintelligibilité Syntaxe altérée et TCG < 15 Bilan orthophonique et activités pédagogiques adaptées Pour tous les autres cas de figure des activités de langage adaptées aux problèmes repérés sont à proposer à l’école et à la maison et les enfants seront revus en CP.

54 Difficulté en réception et en production
Difficultés en réception et en production Rechercher différentes causes : Difficulté en réception et en production Déficience sensorielle Manque d’exposition à la langue Déficience mentale Trouble envahissant du développement… Ces causes éliminées on évoquera un trouble spécifique du langage oral des examens complémentaires en fonction de l’intensité du trouble

55 Score très bas dans la plupart des tests enseignant et santé scolaire
Retard global Retard global Score très bas dans la plupart des tests enseignant et santé scolaire Rencontrer la famille et demander au psychologue scolaire une évaluation intellectuelle type WPPSI-R qui évaluera l’intelligence verbale et non verbale.

56 Ces épreuves ne doivent pas remplacer le raisonnement clinique
Recommandations Ces épreuves ne doivent pas remplacer le raisonnement clinique Recommandations Avant toute interprétation on vérifiera que L’enfant a bien compris les consignes Les résultats aux tests sont cohérents L’enfant est motivé et participe bien En cas de suspicion de retard ou de déficit important les résultats aux tests sont les mêmes après réévaluation à distance A la fin du bilan une concertation entre l’enseignant, le personnel du RASED et l’équipe de santé scolaire est nécessaire et essentielle pour les enfants présentant des difficultés. Les parents seront informés des conclusions et seront associés aux diverses démarches.

57 Conclusions et recommandations
Les causes de difficultés de lecture sont multiples La métaphono et le langage oral expliquent près des 2/3 - 66% différentes composantes phono,langage oral. - 9% retard global dvpt ou carence éducative - 2% sensorielle - 23% autres Le BSEDS permet de dépister 77% des difficultés de lecture. 2,5 ans avant la fin du CE1 et avant l’apprentissage de la lect Si un enfant est pour toutes les épreuves du BSEDS > -1é.t. La probabilité pour qu’il soit Non-L est de 1,5%

58 2. Recommandations En suivant et entraînant en GSM 5-6 élèves par classe en difficulté phonologique, on repérera et prendra en charge précocement 2 futurs Non-L probablement des dyslexies développementales et 2 faibles lecteurs. Pour le retard ou trouble syntaxique 3 enfants de la même classe sont concernés, 1 sera non lecteur et 1 faible lecteur. ( entraînement spécifique, lecture partagée, conversation, etc…)

59 ceci concerne (6,9 % des élèves de la cohorte)
3. Recommandations 1 à 2 élèves de cette classe associent une conscience phonologique à  -1 é.t. et un retard de langage oral. Un bilan plus poussé, une prise en charge rééducative et des activités pédagogiques adaptées devraient être mises en place dès la GSM ceci concerne (6,9 % des élèves de la cohorte) En prenant en charge ces 7 élèves, on fait de la prévention pour les 2/3 des futurs Non-L

60 3- TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES
Définition générales Quelques données neuro-psychologiques Approche des différents troubles des apprentissages

61 TROUBLES DES APPRENTISSAGES
« Les troubles spécifiques du langage oral et écrits(dysphasies, dyslexies) sont à situer dans l’ensemble plus vaste des troubles spécifiques des apprentissages qui comportent aussi les dyscalculies, les dyspraxies,et les troubles attentionnels avec ou sans hyperactivité ». On estime à environ 4 à 6% les enfants d’une classe d’âge, concernés par ces troubles pris dans leur ensemble, dont moins de 1% présentent une déficience sévère.

62 Les troubles spécifiques des apprentissages rendent comptent d’environ la moitié des échecs scolaires (….)Bien que reconnus comme un handicap dans la DSM-IV et la CM-10 , ils sont insuffisamment dépistés, mal diagnostiqués et très rarement pris en charge de façon adéquate. Billard et Zorman /Note sur le dépistage des troubles d’apprentissage 2000.

63 Syndrome hyperkinétique/ Déficit attentionnel.
Trouble des conduites DYSORTHOGRAPHIE DYSGRAPHIE/ DYSPRAXIE Syndrome hyperkinétique/ Déficit attentionnel. DYSLEXIE Syndrome hémisph. droit développemental Dysphasie Dyscalculie Talents particuliers autisme

64 DSM-IV CIM-10 Troubles des apprentissages
Trouble de la lecture Trouble du calcul Trouble de l’expression écrite Trouble des apprentissages non spécifié Troubles des habiletés motrices Trouble de l’acquisition de la coordination Troubles de la communication trouble du langage de type expressif Trouble du langage de type mixte réceptif-expressif Trouble phonologique Bégaiement Trouble de la communication non spécifié Troubles spécifiques du développement des aptitudes scolaires Trouble spécifique de la lecture Trouble spécifique de l’orthographe Trouble spécifique des aptitudes arithmétiques Trouble mixte des aptitudes scolaires Autres troubles du développement des aptitudes scolaires Trouble spécifique du développement de la fonction motrice Troubles spécifique du développement de la parole et du langage Trouble spécifique de l’articulation de la parole Trouble expressif du langage Trouble réceptif du langage Aphasie acquise avec épilepsie Autres troubles de la parole et du langage

65 DYSLEXIES

66 Dyslexie: Un modèle en neuropsychologie :
mécanismes cérébraux de la lecture

67 (identité, position, etc...)
"CHAPEAU" ANALYSE VISUELLE (identité, position, etc...) "CHAPEAU" lecture par assemblage lecture par adressage ch a p eau chapeau /∫//a//p//o/ production orale / ∫ a p o /

68 Identification des mots
ADRESSAGE: appariement direct mot et entrée lexicale stockée en mémoire ASSEMBLAGE: recodage phonologique puis représentation phonologique d'une entrée lexicale

69 Le cerveau qui apprend à lire

70 Les trois stades de l'apprentissage de la lecture (d'après U. Frith)

71 MODELE DEVELOPPEMENTAL DE L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE ( Frith, 1985)
Stade logographique : Saisie globale du mot dans un contexte ( idéogramme, logos) ou prise partielle d’indice dans un mot Stade phonologique : Correspondance grapho-phonologique : voie d’assemblage l…a = la p…in = pin lapin Coût important en mémoire de travail Stade orthographique : Saisie globale du mot quelque soit le contexte, par comparaison avec un lexique interne : voie d’adressage

72 Définition de la dyslexie
Difficulté durable de l’identification des mots écrits: niveau intellectuel normal absence de troubles sensoriels absence de troubles psychologiques environnement affectif,social et culturel normal scolarisation régulière Des potentialités normales mais un retard de 18 à 24mois en lecture et en orthographe .

73

74 Le dyslexique est dyslexique - dysorthographique En contrôle permanent pour identifier le son, la graphie, organiser les mots en phrases… Se surajoute parfois une dysgraphie Mauvais contrôle du geste moteur

75 Dyslexie/dysorthographie
Dysgraphie Dyslexie/dysorthographie -Perturbe la mise en mémoire lexicale (orthographique) - Production d’écrits laborieuse Corrélation entre dysgraphie et orthographe d’usage

76 dysorthographie Conséquence directe de la dyslexie
Fautes dysorthographiques dites « spécifiques »: (mauvaise maîtrise du recodage par la voie indirecte) Fautes d’usage: (pauvreté du lexique visuel par voie directe) Fautes grammaticales:

77 Dysgraphie et dyspraxie:trouble de la coordination motrice
Troubles de la coordination motrice (chez 80 % des dyslexiques). De la simple maladresse au véritable handicap (moteur et gestuelle). Dyspraxie: concerne le geste mais également la dimension spatiale et la difficulté de concevoir les objets sur le plan tridimensionnel La dysgraphie aggrave la dysorthographie  dégoût de l’écriture.

78 Les troubles spécifiques du développement du langage oral
Toute apparition retardée et tout développement ralenti du langage ne pouvant être mis en relation avec un déficit sensoriel, avec des troubles moteurs des organes de la parole, avec une déficience mentale, avec des troubles psychopathologiques, avec des carences socio-affectives, ou une lésion cérébrale.

79 Retards simples de paroles et de langage
Troubles bénins Se comblent entre 3-5 ans sans laisser de séquelles. Pas de conséquence sur l ’écrit Retard de parole: choix des phonèmes Retard de langage:phonologique et syntaxique

80 Dysphasies de développement
Handicap sur le plan de la communication Troubles associés: motricité fine, mémoire verbale à court terme… Notion de durabilité Notion de déviance Conséquences sur l’écrit Pronostic de compensation réservé

81 Dyscalculie Définition: décalage de 2 années dans les savoirs et les savoir faire de l’enfant dans le domaine numérique, alors que ses capacités intellectuelles sont normales, qu’il a fréquenté l’école régulièrement et qu’il ne présente aucun trouble envahissant du développement, enfin, que les aptitudes scolaires (lecture, écriture, connaissances générales ) sont en concordance avec âge et la classe fréquentée. Michèle Mazeau/Conduite du bilan neuropsychologique de l’enfant.

82 Est-il hyperactif???

83 Un Diagnostic difficile:
Il n’existe pas de test médical pour diagnostiquer le THADA. Mais des critères de diagnostic au nombre de cinq. Diagnostic qui ne peut se faire à partir d’une liste de symptômes.Les classifications ont valeur informatives mais ne remplacent pas anamnèse et examen clinique de l’enfant dans sa globalité.

84 Des critères de diagnostic…
1°-Déficit d’attention 2°-Agitation-impulsivité L’un ou l’autre de ces symptômes doivent évoluer depuis au moins 6 mois et perturber le développement normal de l’enfant. 3°-Les signes sont apparus avant l’age de 7ans. 4°-Ils se manifestent dans divers milieux et pas uniquement à l’école. 5°-Ils ont des conséquences négatives sur le fonctionnement social ou scolaire de l’enfant.


Télécharger ppt "Dépistage des troubles des apprentissages en GS/CP"

Présentations similaires


Annonces Google