La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Stress et psychopathologie Prof Philippe Corten Ministère de la Santé Publique - Belgique Luang Prabang, 5 Août 2001.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Stress et psychopathologie Prof Philippe Corten Ministère de la Santé Publique - Belgique Luang Prabang, 5 Août 2001."— Transcription de la présentation:

1 Stress et psychopathologie Prof Philippe Corten Ministère de la Santé Publique - Belgique Luang Prabang, 5 Août 2001

2 Epidémiologie: Enquête Santé de la Population 1997

3 Epidémiologie:

4 Epidémiologie

5 Epidemiologie:

6 Rappel:  Étymologie: to stretch  1936 Selye: Syndrome Général d ’adaptation  Rôle de l ’Orthosympathique:  vasculariser muscles, mydriase, fermer les sphincters, augmenter rythme cardiaque, tension et rythme respiratoire…  Rôle du Parasympathique:  relâcher les muscles et les sphincters, éliminer les toxines, ralentir cœur et respiration, myosis, érection... Alerte Ortho Détente Para

7 Rappel  McLean  Difficultés du concept:  Succès du mot  Définit la cause par ses conséquences  Pronostic impossible (Quand? Comment?) Ortho Adaptation Ortho+Para Break Down

8 Essais de définitions  H. Laborit  Toute situation où l ’on ne peut ni fuir, ni attaquer va entraîner un syndrome d ’inhibition  French, Rogers et Cobb  Théorie de l ’ajustement  Stress= discordance entre  Capacités de la personne et les exigences de la tâche  Besoins de la personne et les besoins pouvant être satisfaits par la communauté  McLean (76) Kets de Vries (79) Turcotte (82) Contexte Agent stressant Vulnérabilité Stress

9 Essais de définition  Dictionnaire Ergonomie (Union Européenne)  “Sont considérés comme facteurs de stress, ceux, et ceux là seuls, qui sont susceptibles d’engendrer des désordres fonctionnels ou, à terme, des lésions organiques, du fait de l’impossibilité dans laquelle se trouve l’organisme de mettre à profit l’état de mobilisation dans lequel le place le stress”  Murell 1978  pression = extérieur : l’agent stressant  tension = effet de la pression sur individu  conséquences à l’incapacité à résister Stressor Stress Strain => Pathologie Modèle Selye 1971

10 Sur le plan clinique  Trois niveaux:  Signes d’exposition  Développement d’un syndrome spécifique  Décompensation  psychiatrique  Aiguës: PTSD, Stress aigu  Chronique: Trouble de l’adaptation, dépression, alcoolisme, anxiété généralisé  somatique  Infarctus, ulcus gastrique…  Stress =  mise en branle du syndrome général d’adaptation  SGA = cerveau reptilien => réponse physiologique très archaïque Or  SGA est devenu inapproprié et disproportionné  Stress = pathogène pcq disproportion réponse/cause

11 Signes d’exposition  Idéologies défensives  comportements insolites impliquant la collectivité qui passent pour anecdotiques alors qu’elles apparaissent avec une remarquable constance à l’intérieur d’une profession ou un groupe donné.  Conditions  souffrance collective  travail d’équipe ou vie en groupe =>pas dans organisation taylorienne  Exemples  Idéologie de la virilité  Ouvriers du bâtiment  But: lutter contre le stress  Consommation substances  Alcool, tabac, antidouleurs  Grignoter => Obésité  Signes somatiques  Musculaires: tensions, crampes, dorsopathies, céphalées  Digestives: gastralgies, transit  Sphincters  Cardiovasculaires; Hypertension, palpitations  Respiratoires: asthme, oppressions  Troubles du sommeil  …

12 Un syndrome spécifique  Syndrome de stress pathologique  Plainte du sujet: stretch  Analyse du contexte:  Une adaptation psycho ou/et physiologique est-elle possible?  Présence de troubles fonctionnels (Levy)  HTA, rythme cardiaque à l’effort  Catécholamines urinaires  Bilan biochimique  Signes somatiques  Substances  Facteurs à explorer  Le sujet était-il préparé?  La situation est-elle prévisible?  Y a-t-il une réponse adéquate?  La charge mentale est-elle exagérée ou trop faible?  Le sujet est-il libre de planifier sa réponse?  Les conséquences d’un échec éventuel sont-elles graves?

13 Décompensation psychopathologique  Aiguë  Syndrome de stress postraumatique  Un traumatisme patent  Revécu constamment  Evitement des stimuli associé au trauma  Signes neurovégétatifs  1 mois ou plus  Etat de stress aigu  Idem PTSD  + symptômes dissociatifs  2 jours à 1 mois après  Trouble de l’adaptation  Chronique:  Dépression  Dysphorie  Perte d’intérêt  Durée  + signes  Anxiété généralisée  Anxiété persistance même en dehors de la situation  6 mois  Souffrance significative  Altération fonctionnement  Dépendances

14 Diagnostics différentiels  Stress: (Mc Grath) déséquilibre perçu entre le besoin et la capacité de réponse dans une situation où l’impossibilité de répondre à ce besoin à des conséquences importantes.  Fatigue: réponse spécifique mesurable, adaptée et en principe réversible de l’organisme aux contraintes qui lui sont imposées.  Dépression: rechercher la perte d’intérêt pour les choses de la vie procurant habituellement du plaisir  Anxiété généralisée: l’anxiété est persistante même en dehors de la situation stressante (ou voire sans situation stressante), elle tend à affecter progressivement tous les domaines de vie.

15 Un syndrome particulier: le Burn Out  Traduction  S’utilise dans les sens suivants:  Bougie consumée  Lampe grillée  La flamme qui s’éteint (métaphore)  Quelqu’un qui consomme des pilules etc…(argot)  Conditions  Métiers basés sur  La flamme (la vocation)  Confronté au stress- strain et frustrations  Réussite de l’action dépend de vos capacités relationnelles => soignants, enseignants, secteur psycho-social, vendeurs commerciaux

16 Burn-Out  Signes cliniques  Minimes, non spécifiques, non alarmants  Exemples;  céphalées, dorsalgies, prémenstruel…  Fatigue, irritabilité…  Consommation substances  Signes d’alertes:  Absentéisme ponctuel mais répété  Evolution:  Prend 10 ans!  Mécanisme:  Déshumanisation des relations  Diminution ambitions  ‘Epuisement’ émotionnel  Facteur aggravant:  Absence de partage des émotions

17 Burn-Out  Conséquences  Epuisement émotionnel intérieur total  Comparaisons:  = brûlures par électrocution  = mérule  Prévention  Alerter les travailleurs  Maslasch Burn-out Inventory  Prévention individuelle et de l’organisation du groupe  Travailler  La flamme  Stress Strain Frustrations  Investissement des relations  Partage des émotions


Télécharger ppt "Stress et psychopathologie Prof Philippe Corten Ministère de la Santé Publique - Belgique Luang Prabang, 5 Août 2001."

Présentations similaires


Annonces Google