La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Trajectoires adolescentes et travail social Christophe MOREAU, Sociologue Chercheur associé au LARES / Université Rennes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Trajectoires adolescentes et travail social Christophe MOREAU, Sociologue Chercheur associé au LARES / Université Rennes."— Transcription de la présentation:

1 Trajectoires adolescentes et travail social Christophe MOREAU, Sociologue Chercheur associé au LARES / Université Rennes 2

2 La singularité adolescente Passer de constats empiriques à des hypothèses sur les processus Enjeux didentité Enjeux émotionnels

3 Modèle explicatif dit « théorie de la médiation » JC Quentel, JM Le Bot, JY Dartiguenave, J Gagnepain… Revue Tétralogiques, Revue Le débat N°41 La capacité sociale, dite de personne, émerge à ladolescence Elle consiste en une prise de distance avec le statut denfant, et avec le réel : accès à la singularité, à la divergence, à la distance, à la finitude, au doute, à la création… Dans ce mouvement dialectique de la personne, chacun doit alterner divergence et convergence, absence et présence, doute et choix : singularité et politisation Ladolescent qui installe cette dialectique accède dabord de façon excessive à la singularité Nombre denfants pouvaient sadapter à un certain nombre de difficultés mais le passage à ladolescence révèle parfois une difficulté ou une incapacité à être

4 Impact de lémergence à la personne sur les autres modalités rationnelles LANGAGEOUTIL PERSONNE APPROPRIATION DE SOI Capacité sociale Je suis NORME MAITRISE DE SOI Capacité logique Je sais Capacité technique Je fais Identité Classement social Responsabilité Engagement social Capacité éthique Je veux, jaime DYNAMIQUE DE LA PERSONNE Déjà acquis Bouleversements profonds En cours dinstallation

5 Enfance Monde de lautre, Adhésion sans distance Imprégnation Adolescence- singularisation Analyse critique, Distanciation, absence de choix Déconstruire les certitudes pour voir des possibles Politisation, accès à la personne adulte = Présence publique, capacité à négocier avec laltérité Appropriation Analyse de la situation Intervention dans la situation Ni…Ni…Ni… Non mais… Hypothèse de départ lémergence à la personne

6 Voyageurs en souffrance Excès de singularité Déplacement, présence-absence Recherche identitaire, Pb sédimentation des expériences Pas de responsabilités individuelles durables Attrait pour le risque et livresse, transgression « absurde » Villageois créatifs Politisation Présence publique, appropriation durable des territoires Appropriation déléments identitaires en continuum Capacité à négocier avec laltérité (parité) Souhait de contribution sociale Attrait pour le risque et livresse dans une transgression structurante 3 Figures – types de la jeunesse Occupants berniques Adhérence à la situation Difficulté à sortir du quartier Comportement provocateur, irrespect des codes Identité portée par le groupe, Quête de reconnaissance, enjeu des apparences Immédiateté, jeu émotionnel pour impressionner REGARD CRITIQUE SUR LA REALITE Prégnance de lESPACE TEMPS

7 Voyageurs en souffrance Excès de singularité Ne sapproprient pas les choses Réciprocité altérée, déni de la dette Les choses nont pas de valeur Travail emploi-salaire immédiat Hyper consommation compulsive Transgression « absurde » Villageois créatifs Politisation Appropriation de son existence Réciprocité, don contre don Assumer sa dette Constitution de valeurs diverses Travail métier – contribution Calcul de rentabilité 3 Figures – types Argent - travail Occupants berniques Adhérence à la situation Nécessité des apparences, de la mode, du corps Ce que jai définit ce que je suis Consommer tue le désir Duplicité / travail, pratiques alternatives Victimisation / au système socio économique, dépendance Réciprocité limitée et altérée, pas de dette Quête affective REGARD CRITIQUE SUR LA REALITE Prégnance de lESPACE TEMPS

8 Les voyageurs Allers vers : sur les espaces publics, les évènements culturels Articuler limmédiateté et le délai de réponse Coordonner les projets éducatifs entre les différents lieux de passage Travailler sur lidentité, la filiation, limage de soi, la biographie Responsabiliser dans linstant, valoriser chaque engagement Travailler avec la famille et la commune pour valoriser ces jeunes Faciliter lappropriation des règles de vie, faire vivre un travail sur ce thème Mettre en face de ses responsabilités, permettre la réparation En cas dexclusion, fixer un délai, et maintenir un lien Offrir une écoute, une disponibilité, une orientation vers des relais plus spécialisés Apaiser les tensions, les émotions, revenir à froid sur les situations conflictuelles.

9 Les occupants berniques - Partager lespace, se confronter à laltérité - Travailler sur le sens des mots, en mesurer la portée, développer la dimension imaginaire - Jouer, inverser les rôles - Valoriser sur la commune, le quartier, lespace jeunes, par des expériences positives - Développer lagrégation, la reconnaissance par ladulte - Valoriser lindividu pour quil se dégage du groupe et lenrichisse en retour - Créer une ouverture culturelle, donner loccasion de partager des plaisirs - Développer la convivialité garçons/filles - Développer du lien pour poser lautorité - articuler fortement le travail sur les règlements (infractions, sanctions) et la valorisation individuelle (valorisation publique, réparation..)

10 Les villageois créatifs Proposer un espace de loisir, de création, dengagement collectif Accompagner les jeunes dans leurs projets et initiatives Favoriser la participation à la vie locale, lengagement dans les institutions Développer lagrégation, la reconnaissance par ladulte à travers des petits évènements Montrer notre attachement et notre intérêt pour eux, prévenir les décrochages Valoriser la prise de parole sur leur vécu, leur tendre loreille Pouvoir informer des relais plus spécialisés (emploi, formation, santé, travail social…)

11 Les axes à analyser ADOLESCENCE - JEUNESSEADOLESCENCE - JEUNESSE : Décalage pubertaire et appropriation de son histoire –1 – Appropriation des espaces, espaces publics, mobilité –2 - Identité, construction de soi singulière par le groupe de pairs –Trois étapes dans le passage : séparation – marge - agrégation –3 - Responsabilité, utilité, contribution/délégation, interdépendance –4 - Maîtrise de soi, codification sociale des désirs = apprentissage collectif, (vertige, ivresse, sexualité) Singularisation – politisation (quête / choix)Singularisation – politisation (quête / choix) Processus dagrégation (rôle des adultes)Processus dagrégation (rôle des adultes) Articulation corps physiologique/position socialeArticulation corps physiologique/position sociale

12 Conclusions provisoires sur les comportements adolescents Enjeu identitaire prédominant -Accéder à soi -Quête de reconnaissance, déficit fréquent destime de soi -Difficulté à instaurer la permanence de la personne (le flux existentiel / le soi) -Difficulté à articuler singularité et politisation -La souffrance dans lexistence sociale peut générer un repli sur la divergence identitaire (incapacité à négocier, à faire avec, à être avec). Enjeu comportemental et émotionnel à accompagner Compensation émotionnelle dun déficit à être Recours à la douleur, à livresse, pour exister Tendance à la jouissance immédiate Déficit social dapprentissages de la restriction La souffrance dans lexistence sociale peut générer une « insensibilisation » (absence de culpabilité et ultra jouissance) ou une apathie (incapacité à vouloir) -Tous ces enjeux sont fonction, bien sûr : -A – de la structuration de la personne -B – de lenvironnement social

13 Les adolescents en difficulté

14 Chiffres clefs sur la vulnérabilité Aide sociale à lenfance : entre 1 et 3 % des mineurs Prise en charge PJJ : 0.5% de la population juvénile des 13/ 20 ans. 10 % de filles Entre 1 et 7,5 % dabsentéisme scolaire selon les études, mais une préoccupation accrue depuis 1979 Recours au psychiatrique : de 16 à 28 /1000 entre 1991 et 2000 Suicide : chez les ados, 5 % des gars, 8 % des filles lauraient tenté Délinquance –Mucchielli montre que la part des mineurs dans lensemble des personnes mises en cause par la police et la gendarmerie na cessé de baisser depuis dix ans, passant de 22 % en 1998 à 18 % en –Les mineurs = 10 % des condamnations, soit personnes –Soit 0,8 % des 7,9 millions de ans français –Ou encore 1,46 % des 2,4 millions de ans français

15 Les adolescents en cumul de difficultés Difficulté cognitive : Généralement on met trop laccent sur les capacités cognitives, et lon exclut les « indomptables » du système scolaire Difficulté de lien : cest le pb numéro 1 ; trouver la bonne distance, être aimé, être en lien, mais sans devenir dépendant Difficulté identitaire : qui suis-je ? suis-je normal ? un gars, une fille ? que vais-je faire ? cela peut aller du super héros irréaliste au pauvre caliméro collé au plancher Difficulté dans lutilité sociale : je veux servir à quelque chose, être utile aux autres : mais que moffrent le marché de la formation, de lemploi, des stages ; suis-je vraiment inutile au monde ? Difficulté affective et émotionnelle : toute puissance, plaisir jusqueboutiste (sexuel, alimentaire, de consommation, de drogues, de vitesse, de vertige…), mais aussi déprime, absence denvie, de projet, de motivation

16 Structures familiales dadolescents pris en charge par lASE (Daphné 2) Confusion statutaire, « brouillage » entre les places respectives du jeune et de ses parents Faible disponibilité des parents, difficulté à « soccuper de soi » Séparations précoces, ruptures, deuils Pas dautorité, ou cadre incohérent Absence de tiers entre mère et enfant Père clandestin, filiation honteuse Posture de défiance / attente inassouvie à légard des parents

17 Paradoxes pour ladolescent 1.Ni enfant / ni adulte (problème des 18 ans) 2.Dire, penser / être, se positionner 3.Aimer, vouloir /être, se positionner 4.Être réduit à un masque / changer de masque 5.Construction personnelle / capacité relationnelle 6.Le plein / le vide 7.Le programme / le processus 8.Le cadre moral / la pensée éthique Nécessité de sanctuariser ladolescence, dadapter nos interventions, de croiser éducation – social – justice – santé, de co construire entre chercheurs et praticiens

18 Paradoxes pour le travail social 1.Culture de la parole / Non dit, passé indicible 2.Assumer une responsabilité / structurer de lidentité 1.Primat de la responsabilité et du parapluie : porter son projet, assumer ses engagements et le contrat social 2.Faible intérêt pour la question identitaire et détricotage des appartenances 3.Etiqueter, stigmatiser / changer de masque 4.Individualisation et psychologisation / maillage relationnel de ladolescent 5.Créer du lien / disqualification du travail social 6.Réagir à un acte / continuum identitaire 7.Difficulté à inscrire de la réciprocité dans la prise en charge (participation, adhésion, don contre don) / se débrouiller seul 8.Difficulté à aborder la dimension émotionnelle 9.Mandats de lASE et de la PJJ / libre adhésion dans lanimation, la prévention spécialisée, les trajectoires artistiques 10.Hyper responsabilisation et pénalisation de lenfant / responsabilités adultes, sociales, économiques 11.Plan daide individualisé 12.Facteur temps (décalage temps politique / temps institutionnel / temps éducatif)

19 Enjeux protection de lenfance Majorité à 18 ans est erronée Réciprocité travail social – recherche – formation Parole des usagers Aller à domicile Prévention universelle / prévention sélective / prévention indiquée


Télécharger ppt "Trajectoires adolescentes et travail social Christophe MOREAU, Sociologue Chercheur associé au LARES / Université Rennes."

Présentations similaires


Annonces Google