La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Tableau des flux de trésorerie de la centrale des bilans de la Banque de FRANCE I. Principes généraux de l’analyse de la CdB Les principes d’analyse retenus.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Tableau des flux de trésorerie de la centrale des bilans de la Banque de FRANCE I. Principes généraux de l’analyse de la CdB Les principes d’analyse retenus."— Transcription de la présentation:

1 Tableau des flux de trésorerie de la centrale des bilans de la Banque de FRANCE I. Principes généraux de l’analyse de la CdB Les principes d’analyse retenus par la CdB s’articulent autour de quatre propositions :  Regrouper les opérations et les éléments du patrimoine selon un classement fonctionnel adapté à l’étude du comportement économique et financier de l’entreprise

2  Privilégier l’analyse en termes dynamiques en mettant l’accent sur l’observation pluriannuelle des opérations et des flux financiers ;  Situer, à l’aide de ratios, l’entreprise dans son environnement économique;  Évaluer dans la mesure du possible son degré de vulnérabilité. II. Le regroupement fonctionnel des comptes L’analyse de la C.d.B. privilégie les aspects économiques et financiers, en cernant les principales fonctions de l’entreprise afin d’obtenir une vision significative et cohérente de la situation de l’entreprise.

3 L’approche se veut globale et s’applique aussi bien aux éléments du compte de résultat, du tableau des flux de trésorerie et aux postes du bilan. 1) L’identification des fonctions économiques de l’entreprise L’ analyse de la CdB regroupe l’ensemble des opérations réalisées par l’entreprise en quatre cycles compte tenu de la fonction économique :  La fonction d’exploitation ou activité : regroupe l’ensemble des opérations liées à l’activité cyclique industrielle ou commerciale de l’entreprise. On retrouve ici toute les opérations qui ne se justifient pas par les autres fonctions de l’entreprise qui restent à préciser.

4  La fonction de répartition : prend en compte l’ensemble des opérations de distribution de revenus réalisées par l’entreprise; en particulier :  Rémunérations des dettesintérêts  Rémunération des capitauxdividendes  Rémunération de l’Etatimpôts Dans les tableaux de flux de trésorerie on retrouve ici l’ensemble des obligations contractuelles ou réglementaires auxquelles l’entreprise ne peut se soustraire, Remarque : les impôts et taxes autres que l’impôt sur le bénéfice restent intégrer dans les flux e trésorerie liés à l’activité.

5  La fonction d’investissement et de désinvestissement regroupe l’ensemble des acquisitions, créations, cessions de l’actif immobilisé :  Locaux, équipements ou éléments immatériels inscrits à l’actif dont l’entreprise a besoin pour réaliser son activité,  Participations au sein d’autres affaires

6  La fonction de financement regroupe l’ensemble des opérations financières nécessaires à la vie et au développement de l’entreprise. Elle conditionne l’indépendance et l’équilibre financier, influence les coûts, et influence la liquidité et la solvabilité.

7 2) Un traitement homogène de tous les éléments garant de la cohérence de l’analyse. Le regroupement fonctionnel des opérations est appliqué de façon cohérente à tous les éléments de l’analyse :  Les soldes intermédiaires de gestion  Les flux de trésorerie  La structure des moyens mis en œuvre.

8 3) La logique du regroupement fonctionnel La mise en œuvre de cette approche fonctionnelle oblige à retraiter certains postes :  En isolant :  Les immobilisations productives qui participent avec le besoin en fonds de roulement cyclique (BFRE), à la détermination du capital d’exploitation  Les créance et les dettes acycliques (BFRHE)  En identifiant de façon pertinente les opérations d’exploitation, d’où la nécessité de retraiter certains éléments:  Les biens d’équipement financés par crédit bail ou location financière sont à retraiter,  Les créances commerciales mobilisées ou cédées,  Le personnel extérieur.

9  Le bilan cohérent avec ces approches est le bilan fonctionnel horizontal. III. La primauté à l’analyse dynamique L’analyse dynamique de la CdB s’appuie sur les soldes intermédiaires de gestion, puis sur le tableau des flux de trésorerie. 1) Les soldes intermédiaires de gestion les SIG au travers des flux générateurs de produits et de charges, permettent de dégager les facteurs explicatifs de la rentabilité :  Pour l’exploitation cyclique,  Pour l’ensemble des opérations réalisées qui décrivent le comportement global de l’entreprise

10

11 2) Les flux de trésorerie L’analyse pluriannuelle des flux de trésorerie met en relief les incidences financières de toutes les opérations réalisées par l’entreprise. En présentant les flux de trésorerie en liaison avec chacune des fonctions décrite plus haut, nous mettons en évidence une évolution globale de l’entreprise. Les flux de trésorerie relèvent des faits et témoignent des actions et des évolutions que traverse l’entreprise.

12 1. Le flux de trésorerie d’exploitation le flux de trésorerie d’exploitation représente la différence entre les produits d’exploitation encaissés et les charges d’exploitation décaissées La production immobilisée et la variation des stocks sont exclues parce qu’elles résultent d’écritures comptables sans incidences sur la trésorerie.

13 2. Le résultat brut global Il correspond au résultat brut d’exploitation augmenté du résultat sur opérations hors exploitation.

14 Le résultat des opérations hors exploitation prend en compte  Les quotes-parts sur opérations faites en commun  Le résultat financier à l’exclusion des charges d’intérêts sur emprunt et les dotations aux amortissements et provisions  Le résultat exceptionnel, à l’exclusion des plus ou moins values de cessions et d’apports, des subventions et réserves virées au compte de résultat et des dotations et reprises d’amortissement et de provision,  Les transfert de charge, à l’exclusion des transferts de charges à répartir,

15 3. Le résultat net global

16

17 4. Le résultat de l’exercice

18 5. Le résultat de l’exercice

19 6. Le flux de trésorerie interne

20 Le flux de trésorerie interne : synthèse

21 III. L'ANALYSE DYNAMIQUE DES FLUX DE TRESORERIE 3.1. La place centrale de l'analyse dynamique des flux de trésorerie L’analyse des flux de trésorerie occupe une place essentielle au sein des instruments utilisés pour le diagnostic financier. Plusieurs raisons à cela :  toutes les opérations engagées avec les tiers au cours de l'exercice (ventes, achats, opérations de répartition, d'investissement ou de financement) se traduisent, avec un décalage plus ou moins long, par des mouvements de trésorerie;

22  ces mouvements ont un impact immédiat sur la situation financière de l'entreprise, dont ils permettent ainsi d'expliquer l'évolution ;  le maintien de l'équilibre entre les différents flux d'entrée et de sortie de fonds est indispensable à la pérennité‚ de l'entreprise. Une rupture prolongée de cet équilibre conduit, en effet, à la cessation de paiement ;

23  l'observation pluriannuelle des flux de trésorerie met en évidence les comportements financiers et les stratégies engagées. Cet examen doit être relié à la notion de cycle d'investissement ou de financement;cette mise en perspective des flux sur les derniers exercices est particulièrement propice à l'étude prévisionnelle des flux futurs de trésorerie ;  un flux de trésorerie constitue une grandeur particulièrement objective, non influencée par les conventions comptables et les "évaluations" toujours plus ou moins subjectives de certains éléments comme les stocks, les amortissements, les provisions, etc. Ainsi, l'analyse des flux de trésorerie renforce la comparabilité‚ inter-entreprises et inter- exercices des informations fournies, car elle élimine les effets de l'utilisation de traitements comptables différents pour les mêmes opérations et événements.

24 La trésorerie : variable stratégique La trésorerie apparaît comme la résultante de toute la vie économique et financière de l'entreprise. Elle joue un rôle stratégique dans l'entreprise et elle permet d'en évaluer les performances en fournissant un éclairage sur sa capacité à rassembler les fonds nécessaires à son développement ou bien sur sa capacité à récupérer au plus vite les fonds engagés. La formation des flux de trésorerie témoigne, en effet, à la fois des effets des décisions de gestion du dirigeant concernant l'investissement et le financement, et de la position de l'entreprise à l'égard des contraintes externes (marché‚, demande, concurrence, coût de l'endettement, etc…). Elle traduit, de ce fait, les potentialités d'une affaire et l'usage qui en est fait.

25 En fournissant des indications sur les flux de liquidités liés à l'activité, au niveau et au type de croissance, ou aux moyens mis en oeuvre pour couvrir les besoins de financement, l'analyse dynamique de la trésorerie met en évidence les stratégies suivies et leurs résultats. Instrument d'action à la disposition du dirigeant, la gestion de la trésorerie concourt à la réalisation des objectifs qu'il s'est assignés, en fonction du degré de liberté dont jouit l'entreprise dans son environnement et des rapports de domination ou de sujétion qu'elle entretient avec ses partenaires économiques et financiers.

26 La signification économique des flux de trésorerie Au-delà du suivi traditionnel de la trésorerie, axé sur la seule surveillance de la liquidité‚ à court terme, l'équilibre pluriannuel entre les recettes et les dépenses, fournit une vision sur le moyen et le long terme. Dans une perspective de continuité de l'exploitation, l'examen de l’évolution des flux de trésorerie à travers le temps, sur plusieurs exercices, est susceptible de rendre compte de la notion de cycle d'investissement, de financement, de retour sur investissement. Les flux de trésorerie acquièrent une signification économique qui débouche sur une meilleure compréhension de la flexibilité financière et des potentialités d'une entreprise. Leur étude favorise ainsi la prise de décision, en formulant des règles simples d'équilibre reliant ces différents flux.

27 3.2. La logique du tableau de flux de trésorerie L'analyse des flux de trésorerie retenue par la Centrale de Bilans s'inspire d'une logique financière et permet de vérifier la cohérence des choix stratégiques de l'entreprise La logique financière La contrainte de liquidité constitue une donnée primordiale car la trésorerie est un facteur clé de la flexibilité financière de l'entreprise. Dans ce cadre, l'objectif principal de l'entreprise consiste à récupérer dans les meilleurs délais les capitaux investis.

28 Le tableau des flux mesure :  l'aptitude d'une entreprise à générer de la trésorerie du seul fait de son exploitation cyclique.  Après prise en compte des flux liés aux opérations hors exploitation, il recense les flux inhérents aux opérations de répartition. Il permet ainsi de juger du degré de maîtrise des dirigeants sur les flux de trésorerie.  Les flux liés aux investissements et cessions réalisés au cours de l'exercice sont représentatifs des choix stratégiques de l'entreprise dans ce domaine.  Enfin, le tableau des flux expose les arbitrages financiers auxquels il a été procédé pour assurer la couverture des besoins résiduels ou, au contraire, placer les excédents éventuels.

29 L’approche met ainsi en évidence le degré de liberté dont jouissent les entreprises dans la gestion de leurs liquidités, selon leurs potentialités et le niveau des prélèvements qu'elles supportent. Cet examen permet d'évaluer la flexibilité de la trésorerie et d'apporter, de ce point de vue, des indications sur la vulnérabilité de la firme La logique stratégique L’analyse des flux par la Centrale de Bilans conduit à une appréciation de la cohérence des choix stratégiques effectués par les dirigeants au regard, notamment, des critères suivants :

30  aptitude de l'entreprise à sécréter des liquidités à partir des opérations réalisées au cours de l'exercice ;  capacité à conserver, après couverture des charges de répartition, un flux de trésorerie en rapport avec les investissements. C'est, en effet, le flux résultant de l'activité‚ qui, sur plusieurs exercices, fournit à l'entreprise les moyens d'autofinancer sa politique d'investissement ;  composition des flux financiers qui assurent la couverture des besoins résiduels quand cela s'avère nécessaire, et adéquation de ces flux au caractère plus ou moins permanent des besoins ;  destination des flux excédentaires pour le désendettement de la société ou la constitution d'un "trésor de guerre".

31 3.3. Les étapes de l'analyse L'analyse présente les flux de trésorerie par fonctions :  les flux de trésorerie liés à l'exploitation et ceux qui sont liés à la répartition des revenus, s'inscrivent parmi les flux issus de l'ACTIVITE de l'entreprise  les flux liés à l'acquisition ou à la cession d'éléments d'actif immobilisé sont regroupés sous la rubrique INVESTISSEMENT;  l'ensemble des flux de ressources financières entrant ou sortant de l'entreprise, y compris la variation de la trésorerie passif, composent la fonction FINANCEMENT;  la contribution de chacune des fonctions à la VARIATION DE LA TRESORERIE ACTIF est ainsi clairement mise en évidence.

32 Les flux de trésorerie sont calculés selon la méthode directe. Cette méthode consiste à dégager directement les encaissements et décaissements sur opérations en rapprochant produits et charges de la variation des crédits consentis ou obtenus les concernant. Au contraire, la méthode indirecte part du résultat net comptable et parvient au flux de trésorerie d'exploitation par une série d'ajustements. Ceux-ci consistent à éliminer les charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l'exploitation ainsi que la variation du besoin en fonds de roulement.

33 La méthode directe présente plusieurs avantages sur la méthode indirecte  elle fournit plus d’informations sur les flux d'entrée et de sortie de trésorerie ;  elle améliore la lisibilité du tableau des flux en permettant un suivi direct des diverses opérations en encaissements et décaissements ;  elle neutralise l'incidence de l'évaluation des stocks et les éventuelles distorsions qu'elle introduit dans la détermination du résultat brut d'exploitation, par l'appréciation directe et nécessairement objective des encaissements et des décaissements. Les encaissements sur produits d'exploitation ne tiennent compte ni de la production immobilisée, ni de la production stockée qui ne donnent pas lieu à des mouvements de fonds. De même, les décaissements sur charges d'exploitation sont indépendants des variations affectant les stocks à l'actif circulant.

34 Les flux d'entrée (encaissements) et de sortie (décaissements) ainsi dégagés permettent de mieux évaluer la capacité de l'entreprise à générer dans le futur des flux de trésorerie en rapport avec ses besoins, indépendamment d'éventuels changements de méthode comptable. Enfin, la présentation par fonctions selon la méthode directe est recommandée par le FASB13 et par IASC14. L'utilisation de ce schéma pour présenter les flux de trésorerie ouvre donc la voie vers une comparabilité internationale.


Télécharger ppt "Tableau des flux de trésorerie de la centrale des bilans de la Banque de FRANCE I. Principes généraux de l’analyse de la CdB Les principes d’analyse retenus."

Présentations similaires


Annonces Google